La Prostituée (1926)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

La Prostituée

Title La Prostituée
Year of production 1926
Country of production Russie
Director(s)
Scientific advisor(s)
Duration 77 minutes
Format Muet - Noir et blanc -
Original language(s) Russian, English
Archive holder(s)
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)

Content

Theme

(français)

Main genre

Synopsis

(français)
Tuée par la vie, réalisé en 1926, est un drame écrit dans un langage direct et simple, qui révèle le problème de la prostitution en tant que phénomène social dans la Russie soviétique. Il évoque trois portraits entrecroisés de femmes afin de montrer au public le « seul vrai chemin ».

Context

(français)

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)

How are health and medicine portrayed?

(français)

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)

Local, national, or international audience

Unknown

Description

(français)
Le film a pour cadre Moscou, au milieu des années vingt, au moment de la mise en œuvre de la NEP (Nouvelle Politique Economique, 1921-1928). Lyuba, une orpheline, vit chez sa tante Varvara (une lointaine parente âgée), qui l’exploite et l’humilie.

À proximité vit la famille Stoupin. Piotr, le mari, travaille pour un boucher, Nadejda, son épouse, gère le ménage et élève deux petits enfants. Leur niveau de vie est correct.

Cédant à l’appât du gain, Varvara aide son voisin à séduire Lyuba, puis la chasse. Lyuba, sans foyer, tombe dans les bras d’une maquerelle. Au bordel, elle rencontre Manka, une prostituée aguerrie.

Apprenant la nouvelle situation de Lyuba, Nadejda interdit à ses enfants de communiquer avec elle. Soudain, Piotr meurt tragiquement dans un accident. Nadejda et ses enfants se retrouvent sans moyens de subsistance. Dès qu’elle l’apprend, Lyuba essaie de les aider. Elle demande à sa patronne de lui emprunter de l'argent. La maquerelle, en retour, la contraint à signer une reconnaissance de dette.

Manka, voyant la souffrance de Lyuba, l'aide à trouver un travail dans un atelier de couture. Lyuba quitte la maison close.

Après avoir vendu tout ce qu’elle avait, Nadejda est obligée de demander de l'aide à un boucher pour qui son mari travaillait auparavant. Au lieu de l'aider, il lui propose de coucher avec lui. Indignée, Nadejda rejette cette idée. Ayant compris son attitude injuste envers Lyuba, Nadejda lui demande pardon.

Mais, réduite à la dernière extrémité, Nadejda est obligée d'accepter la proposition du boucher. Après, ne voyant plus d’autre issue, elle décide de se prostituer. Sur le boulevard, elle rencontre Manka, qui lui raconte son histoire. Manka travaillait comme bonne. Elle a été jetée sur la rue après que le fils de sa patronne l’ait séduite. De là, elle s’est retrouvée dans un bordel, où elle a contracté une maladie vénérienne, qu'elle n'a pas fini de traiter.

Les malheurs continuent de persécuter la famille Stoupin. Nadejda n’a pas pu gagner de l'argent par la prostitution. Les enfants sont tombés gravement malades. En désespoir de cause, Nadejda tente de se suicider en se jetant dans le fleuve. Lyuba et son nouvel ami, Shura, membre du Komsomol parviennent avec d’autres personnes à la sauver.

La gérante de la maison close essaie de faire chanter Lyuba avec sa reconnaissance de dette en menaçant de révéler son passé à Shura. Mais Lyuba dit tout elle-même à Shura qui la soutient et l’aide à écrire une lettre au procureur. La maison close est alors fermée par la police.

Nadejda a une nouvelle vie. Elle est guérie de sa maladie. Shura l'a aidée à trouver un travail et les enfants vont à l'école maternelle. Manka va à nouveau à l'hôpital soigner sa maladie vénérienne.

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors