Feind im Blut (1931)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Feind im Blut

If you have trouble viewing subtitles, try using a different web browser.
Title Feind im Blut
Year of production 1931
Country of production Suisse, Allemagne
Director(s) Walter Ruttmann
Actor(s) Gerhard Bienert
Ilse Stobrawa
Wolfgang Klein
Walburga Gmür
Helmut Krauss
Margarete Kupfer
Ruth Albu
Duration 67 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 35 mm
Original language(s) German
Subtitles and transcription GermanFrench
Production companies Praesens-Film AG, ZürichPraesens-Film GmbH, Berlin
Archive holder(s) La Cinémathèque Suisse, Lausanne

Main credits

(Deutsch)

Drehbuch: Walther Ruttmann, Lazar Wechsler, Gerhard Bienert
Kamera: Georges C. Stilianudis, Emil Berna
Schnitt: Walther Ruttmann, Georges C. Stilianudis
Musik: Wolfgang Zeller

Die Rechte wurden freundlicherweise zur Verfügung gestellt von der Praesens-Film AG, Zürich.

(français)
Drehbuch: Walther Ruttmann, Lazar Wechsler, Gerhard Bienert

Kamera: Georges C. Stilianudis, Emil Berna
Schnitt: Walther Ruttmann, Georges C. Stilianudis

Musik: Wolfgang Zeller

Drehbuch: Walther Ruttmann, Lazar Wechsler, Gerhard Bienert

Kamera: Georges C. Stilianudis, Emil Berna
Schnitt: Walther Ruttmann, Georges C. Stilianudis

Musik: Wolfgang Zeller

Content

Medical themes

Theme

(français)
Un film destiné à sensibiliser sur le danger que représente la syphilis et sur le risque accru de la contracter en milieu urbain.

A film intended to raise awareness of syphilis which one risks contracting even more in an urban environment.

Main genre

Fiction

Synopsis

(français)
Sur un mode apparenté à la symphonie urbaine, que Walter Ruttmann a pratiqué avec son chef-d’œuvre Berlin, symphonie d'une grande ville (1926), le film décrit le parcours de plusieurs personnages frappés par la syphilis à Berlin : des étudiants, des bourgeois, des ouvriers. L'un d'eux se rend dans un dispensaire pour se faire examiner.

In a style related to urban symphony, which Walter Ruttmann employed in his masterpiece Berlin: Symphony of a Metropolis (1926), the film tells the story of many characters hit by syphilis in Berlin: students, wealthy people, and workers. One of them goes to a clinic in order to be examined.

Context

(français)
Au milieu du XIXe siècle, semble-t-il, la syphilis atteint sa plus grande extension dans les pays européens, alors que la transmission de plusieurs maladies vénériennes à la fois est de plus en plus fréquente.

L'intervention des pouvoirs publics par la surveillance sanitaire des marins, des soldats et des prostituées, ainsi que les progrès de la médecine, par l'introduction de nouvelles thérapeutiques comme l'iodure de potassium, et ceux de l'hygiène, font sensiblement reculer toutes les maladies vénériennes entre le milieu du siècle et 1880; dans les deux ou trois décennies suivantes, selon les pays, les progrès de la prostitution clandestine anéantissent presque ces efforts et il faut, au début du XXe siècle de nouveaux investissements publics et de nouvelles mesures pour voir un nouveau recul des maladies vénériennes.

Dans presque tous les pays développés, après un doublement provisoire des contaminés à l'occasion des deux guerres mondiales, l'arrivée des traitements par sulfamides puis par antibiotiques a donné l'espoir de pouvoir éradiquer, sinon toutes, du moins les plus graves des MST, et jusque vers 1965, la diminution continue des nouvelles contaminations l'a laissé espérer.

In the mid-19th century, syphilis appeared to have reached its greatest extent in European countries, while the transmission of several venereal diseases at once was becoming more and more frequent.

Venereal diseases became less frequent between 1850 and 1880. This was caused by the intervention of public bodies in surveying the health of sailors, soldiers and prostitutes. Medical progress also contributed, with the introduction of new treatments such as potassium iodide, as well as improvements in hygiene. In the two or three decades that followed, depending on the country, the rise in illegal prostitution overturned these efforts and, at the beginning of the 20th century, new public investment and new measures were required to see a new fall in venereal disease cases.

In almost all developed countries, after seeing a temporary doubling of infections during the two World Wars, the introduction of sulphonamide treatments (succeeded by antibiotics) led to the hope that the most serious, if not all, STDs could be wiped out. Until around 1965, the fall in new cases made this appear promising.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le cadre du film est fictionnel avec des séquences d'animation ou de microcinématographie. De cette façon l'exposé scientifique à visée informative s'insère dans un drame qui émeut le spectateur, et l'implique à ce titre.

This film is fictional and contains animated or microcinematographic sequences. In this way, the scientific and informative presentation is combined with a drama which moves the spectator and draws them into the story.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La médecine est la bonne interlocutrice : le médecin est un confident, une personne de confiance, l'hôpital propose une prise en charge efficace.

Only medicine has the answers: the doctor is understanding and trustworthy, the hospital offers effective treatment.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Feind im Blut (l'ennemi dans le sang) est sorti le 17 avril 1931 à l'Atrium de Berlin, sous les auspices des sociétés allemande et alémanique pour la lutte contre les maladies vénériennes, le 18 avril au Palace de Bâle, le 4 mai 1931 à l'Apollo de Zurich et le 4 décembre au Palace de Paris. ( Cf. Jean-Paul Goergen, Walter Ruttmann. Eine Dokumentation, Berlin, Freunde der Deutschen Kinematehek, 1989, p 134-136.)

Feind im Blut (Enemy in the Blood) was released on the 17th of April 1931 in the Atrium in Berlin, under the supervision of Germanic societies for the prevention of venereal diseases. It was also released on the 18th of April at the Palace in Basel, the Appollo in Zurich on the 4th of May 1931 and on the 4th of December at the Palace in Paris. (See: Jean-Paul Goergen, Walter Ruttmann, Einen Dokumentation, Berlin, Freunde der Deutschen Kinematek, 1989, p 134-136.)

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
tout public adulte

Local, national, or international audience

International

Description

(français)
Préambule : la syphilis, fléau social
Des vues de visages radieux d'enfants et de fruits mûrs dans une corbeille enchaînent avec une succession de fruits pourris, grouillants de vers, et de visages hagards d'enfants atteints de maladie mentale. Sur une vue d'hommes accoudés au zinc, s'adonnant méthodiquement à la boisson, des cris déchirants de femme, suggestion hors champ du désespoir qui s'empare des foyers abandonnés.
Le combat mené par la recherche
Second préambule : séquence d'animation graphique pour exposer l'historique des recherches sur la maladie vénérienne. Sur une tache de sang coagulé s'inscrivent les lettres « SYPHILIS ». Des nombres se succèdent jusqu'au nombre 606 : c'est à partir de la 606e molécule testée que le remède contre la maladie sera mis au point. Une séquence d'animation à partir de dates précède une composition abstraite sur le motif de matériel de laboratoire. Toute cette séquence est marquée par le langage graphique et l'expérimentation esthétique propres au cinéma d'avant-garde, s'appuyant sur l'abstraction et le rythme musical. N'oublions pas que Ruttmann a commencé par l'art de l'animation abstraite.
Débrouiller le réseau de la contamination. Trois visages, trois positions sociales distinctes
La fiction qui va suivre se développe selon la trajectoire de plusieurs personnages, à la façon d'un roman : un bourgeois d'âge mûr qui flirte et boit, un jeune étudiant qui entretient une liaison avec une prostituée, un ouvrier bientôt père de famille.
Le bourgeois et sa femme font leurs adieux sur un quai de gare. L'homme monte dans le train et s'empresse de séduire sa voisine de compartiment. L'étudiant quitte les bras de sa petite amie dans un appartement en désordre. Après son départ, elle se maquille soigneusement. Le jeune homme se rue dans l'entrée de la Faculté de médecine où un professeur a déjà commencé son cours magistral sur la syphilis. Un masque de malade passe de main en main. Quand c'est au tour de l'étudiant de l'examiner, il semble troublé, comme s'il imaginait que son visage pouvait prendre un jour le même aspect. Une femme se présente sur l'estrade. Le professeur la dénude. Son corps est parcouru de taches. Un schéma animé est diffusé sur l'écran tendu au fond de l'amphithéâtre, expliquant comment le cerveau est atteint par la maladie.
Un ouvrier travaille sur une machine d'acier. GP sur ses bras parcourus de croûtes. Un collègue les remarque. À la sortie de l'usine, il le rejoint et lui indique l'adresse d'un guérisseur. L'étudiant attend au bas de l'appartement de sa petite amie. La fenêtre est ouverte, les rideaux soulevés par le vent. Il comprend qu'elle le trompe. Son visage sombre alterne avec les vues d'un marteau piqueur qui entame le macadam de la chaussée.
La nuit en ville. Du dancing au beuglant.
La nuit dans la rue. Scandant l'alignement des vitrines des magasins, des femmes postées sous les enseignes racolent le passant. Dans un café-concert, au son d'un orchestre qui joue une viennoiserie, deux femmes à table se font du pied, puis elles se lèvent et invitent des hommes à danser. La musique évolue, prend des accents tziganes, puis jazz, puis flonflon, comme l'on passe d'un lieu nocturne à un autre : un caf' conc', un cabaret, un rade, la rue. Succession de plans moyens et de gros plans entrechoqués, désordonnés, des visages, des verres sur un comptoir, des planchers piétinés. Un plan insiste sur les rouages d'un orgue de barbarie, lequel débite la mélodie que jouait l'orchestre du caf' conc' à présent transformée en ritournelle mécanique : comme dans la séquence du train dont un plan détaille les roues de la locomotive, la séduction anonyme est associée à une mécanique objective. D'un lieu à l'autre, on reconnaît l'étudiant accompagné du gros homme bourgeois, personnage de la séquence du train. Ils se livrent à une dérive alcoolisée jusqu'au petit matin. Derrière son comptoir, un patron tire une dernière bière – que de la mousse – tandis que l'étudiant remonte la rue dans la pâleur de l'aube, au son d'un train qui siffle.
Le drame de l'enfant contaminé
Une sage-femme frappe à une porte. La femme de l'ouvrier vient ouvrir et la fait entrer. La sage-femme la rassure et l'invite à s'allonger sur un lit. Une fenêtre d'appartement, longuement détaillée, des plaintes de femme poussées hors champ. La caméra descend sur un berceau dans lequel s'agite un bébé dont le visage est parcouru de taches. Il est atteint de la maladie que sa mère a contractée par son mari. Une voisine est entrée, curieuse. Elle s'étonne de l'aspect de l'enfant. La sage-femme se penche sur l'enfant et déclare, fataliste : « C'est triste. »
Le cours reprend avec un schéma animé montrant les différentes étapes de la syphilis. Vues sur des enfants malades, cas d'idiotie, d'hydrocéphalie, de paralysie. On notera un cas de trisomie 21 (appelée mongolisme à l'époque) dont on sait maintenant qu'elle n'a rien à voir avec la syphilis.
Au moment où l'ouvrier entre dans l'usine, ses collègues font sauter des bouchons de champagne pour fêter la naissance de son enfant. Quand il rentrera le soir, accueilli par le silence lugubre de ses voisins réunis sur son palier, il découvrira qu'on a dû forcer la porte de son appartement que sa femme avait bloquée avec des chaises et que cette dernière s'est donné la mort.
La prise en charge aujourd'hui
Succession d'annonces de journal, d'abord des annonces racoleuses puis des annonces de médicaments pour soigner les maladies vénériennes. L'étudiant prend place parmi des hommes qui attendent dans le cabinet d'un médecin spécialiste des maladies vénériennes. Au dispensaire, sur un tableau électrique, des nombres et des lettres s'éclairent, rythmant des scènes de soins montrant que la médecine a pris en main la lutte contre la maladie. L'étudiant, hors de danger puisqu'il n'a pas été contaminé, s'est échappé de la ville avec sa nouvelle petite amie. Ils sont à la montagne, aux sports d'hiver. Ils s'élancent à ski dans une descente, l'avenir leur sourit. La fin du film montre les mêmes images qu'au début, à ceci près que les enfants restent radieux et que les fruits ne se dégradent pas.

Double Prelude: Syphilis, a Social Curse

Shots of the radiant faces of children as well as ripe fruits in a basket are followed by a succession of rotten fruits, pulsing with maggots, and the haggard faces of children affected by mental illness. A shot of men leaning on a zinc bar counter, methodically taking drinks, women's piercing cries, an off-screen suggestion of the despair stemming from abandoned homes. (01:03)

The Fight Led by Research
The second part of the prelude: A sequence of animated graphics to explain the history of venereal disease research. The letters “SYPHILIS” are written on a coagulated blood stain. Numbers count up until the number 606: it was from the 606th tested molecule that the cure for syphilis was developed. An animated sequence consisting of dates precedes an abstract composition based on the motif of laboratory material. The entirety of this sequence is marked by graphical language and aesthetic experimentation, typical of avant-garde cinema, based on abstraction and musical rhythm. Let us not forget that Ruttmann began his career with abstract animation. (02:47)

Unravelling the Network of Infection. Three faces, Three Different Social Positions
The story that follows develops along the trajectory of several characters, in the style of a novel: a well-off, older man who flirts and drinks alcohol, a young student who maintains a relationship with a prostitute, and a factory worker and soon-to-be father.
The well-off man and his wife say goodbye on a railway platform. The man boards the train and promptly tries to seduce the woman in his compartment. In a messy apartment, the student leaves the arms of his lover. Once he’s left, she carefully puts on her make-up. The young man hurries to the entrance of the medical school where a professor has already begun his lecture about syphilis. A wax mould of a face passes from hand to hand. When it is the student’s turn to examine it, he seems troubled, as if he imagined that his face could one day look the same. A woman comes and stands before the students. The professor disrobes her. Her body is covered in a rash. An animated schema appears on the screen which hangs at the back of the amphitheatre, explaining how the brain is damaged by the illness. A worker operates a steel machine. A close-up is shown of his scab-covered arm. A colleague notices them. Upon leaving the factory, he meets with him and gives him a healer’s address. The student waits below his lover’s apartment. The window is open, the curtains blow in the wind. He understands that his lover is cheating on him. His darkened countenance alternates with shots of a pneumatic drill which opens the tarmac of the road. (08:30)

A Night In Town. From the Dance Hall to Penny-Gaff
At night, in the street. Punctuating the row of shop windows, women posted under the signs solicit passers-by. At a café-concert, with the sound of an orchestra which is playing fancy Viennese music, two women play footsie, and then get up and invite men to dance. The music evolves, taking on Gypsy tones, then jazz, then oompah-pah, as we pass from one night-time venue to another: a café-concert, a cabaret, a bay, and finally the street. A succession of medium and close-up shots, clashing, disordered, of faces, glasses on a counter, trampled floors. A shot fixes on the mechanism of a barrel organ, which plays the melody performed by the café-concert orchestra, now turns into a mechanical ritornello: like in the sequence on the train, where a shot shows the wheels of the locomotive, anonymous seduction is associated the regularity and relentlessness of a mechanical object. From one place to another, we recognise the student, accompanied by a large, well-off man: the bourgeois from the train sequence. They indulge in drunken revelry until the small hours of the morning. Behind his bar, a bartender pulls a final beer - nothing but foam - as the student goes up the street in the early morning light, with the sound of a train whistle. (26:03)

The Infected Child Scandal
A midwife knocks on a door. The worker’s wife comes to open it and shows her in. The midwife reassures her and invites her to lie down on a bed. An apartment window, shown in long detail, the virulent complaints of a woman from out of shot. The camera pans down to a pram, in which there is a restless baby, its face covered in a rash. He has been affected by the illness that his mother contracted from her husband. A curious neighbour enters. She is stunned by the baby’s appearance. The midwife looks over the child defeatedly: “It’s sad,” she says. The class begins again with an animated schema showing the different stages of syphilis. We see sick children: a case of idiocy, hydrocephaly and paralysis. Note the inclusion of a case of Down’s Syndrome (called “Mongolism” at the time) which we now know has nothing to do with syphilis.
When the worker enters the factory, his colleagues uncork bottles of champagne to celebrate the birth of his son. When he goes home at night, welcomed by the lugubrious silence of his neighbours on his doorstep, he finds that his door had to be forced open because his wife had blocked it with chairs. She had taken her own life. (37:32)

Today’s Care

Succession of newspaper adverts, beginning with eye-catching adverts and leading to adverts for venereal disease medicines. The student takes his place among the men waiting in the office of a doctor who specialises in venereal diseases. In the clinic, numbers and letters light up on an electric signboard, giving rhythm to scenes of treatment and showing that medicine can take up the fight against the illness. The student, spared from infection, has left the city with his new girlfriend. They are in the mountains, enjoying winter sports. They set off skiing down a mountain, the world is their oyster. The end of the film shows the same images as the start, the only difference being that the children remain radiant and the fruits do not rot. (42:57)

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)
Goergen, Jean-Paul, Walter Ruttmann. Eine Dokumentation, Berlin, Freunde der Deutschen Kinematehek, 1989, p 134-136.
Laukötter, Anja, Sex-richtigǃ Körperpolitik und Gefühlserziehung im Kino des 20. Jahrhunderts, Göttingen, Wallstein Verlag, 2021.

(Deutsch)
Goergen, Jean-Paul, Walter Ruttmann. Eine Dokumentation, Berlin, Freunde der Deutschen Kinematehek, 1989, p 134-136.
Laukötter, Anja, Sex-richtigǃ Körperpolitik und Gefühlserziehung im Kino des 20. Jahrhunderts, Göttingen, Wallstein Verlag, 2021.

Goergen, Jean-Paul, Walter Ruttmann. Eine Dokumentation, Berlin, Freunde der Deutschen Kinematehek, 1989, p 134-136.
Laukötter, Anja, Sex-richtigǃ Körperpolitik und Gefühlserziehung im Kino des 20. Jahrhunderts, Göttingen, Wallstein Verlag, 2021.


Contributors

  • Record written by : Joël Danet
  • Record translated into English by : Michael Craig
  • French subtitles : Laetitia Serris, Chloé Bourgogne, Pauline Kochanowski
  • Transcription : Pauline Kochanowski


Erc-logo.png Cette fiche a été rédigée et/ou traduite dans le cadre du projet BodyCapital, financé par l'European Research Council (ERC) et le programme de l'Union européenne pour la recherche et l'innovation Horizon 2020 (grant agreement No 694817).