Défendez-vous contre l'envahisseur (1943)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Défendez-vous contre l'envahisseur


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Défendez-vous contre l'envahisseur
Year of production 1943
Country of production États-Unis
Director(s)
Scientific advisor(s)
Duration 12 minutes
Format Parlant - Couleur - 35 mm
Original language(s) French
Production companies Walt Disney Productions
Commissioning body Service d'Information des Etats-Unis
Archive holder(s) INA

Main credits

(français)
« U.S.I.S. United States information service, Présente ; Défendez-vous contre l'envahisseur ; Production de Walt Disney Productions »

Content

Medical themes

Theme

(français)
Promotion de la vaccination, notamment chez l'enfant : description et explication du fonctionnement du vaccin au public par l'intermédiaire d'un petit documentaire animé. Par ailleurs, souhait d'illustrer la mobilisation générale du corps humain, d'une ville, face à une invasion militaire.

Main genre

Synopsis

(français)
Ce film constitue un document de vulgarisation et d'éducation dont le but premier est d'expliquer au grand public de l'époque les principes de contamination des maladies (« d'invasion ») et de vaccination du corps humain. Il est possible de le diviser en deux parties formelles bien différentes. En effet, le documentaire alterne des passages où l'on observe un groupe d'enfants venus dans le cabinet d'un médecin afin de se faire vacciner, et des passages plus longs d'un film animé, qui représente les réactions du corps au traitement qu'on lui assigne. Dès lors, une progression devient remarquable entre le début du documentaire, où les enfants ont peur de l'aiguille – d'une pratique qui leur est inconnu – et la scène finale où ils acceptent avec joie de s'astreindre à la vaccination. Entre temps, les explications fournies par le médecin au travers d'un microscope et de planches explicatives, deviennent pour le spectateur une suite de scènes illustrant l'invasion dont est victime le corps humain lors d'une contamination, puis exposant la mobilisation générale – essentiellement militaire – qui est mise en place contre l'envahisseur lors de l'injection du vaccin, et qui permet de repousser les bactéries. Ici, les défenseurs du corps sont des soldats chargés de combattre l'invasion et de mettre au point des armes (canons, missiles, chars et avions) au sein de la véritable ville, composée de bâtiments et d'usines, à laquelle est comparé le corps. Face à cette démonstration visuelle de l'utilité du vaccin, les enfants sont presque d'en l'obligation d'accepter le traitement.

Context

(français)
Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, la société de production et de réalisation américaine Walt Disney, dont les locaux sont réquisitionnés par le gouvernement en 1942, est contrainte de participer à l'effort de guerre américain. Ainsi, elle est amenée à développer une série de films animés, tel que le réputé Der Fuehrer's face, caricaturant l'ennemi allemand ou appelant à la mobilisation générale du pays. Defense against invasion (traduit en français par : Défendez-vous contre l'envahisseur) se présente au premier abord comme un documentaire qui promeut, explique la vaccination des enfants, mais s'inscrit en réalité dans la lignée de ces films, censés être l'assurance d'une mobilisation du pays derrière ses forces militaires. Ce documentaire participe ainsi à la fois à l'effort de guerre, et à une campagne d'information pour la vaccination. Par ailleurs, on peut supposer que la version française est postérieure, ayant la volonté d'insister d'avantage sur le vaccin, plutôt que sur la défense face à l'invasion allemande.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : Yes.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le film insiste avant tout sur les impressions ressenties par les enfants présents dans le cabinet du médecin. Au travers de leur regard sur les planches explicatives du médecin, du documentaire animé qui nous est projeté, le spectateur semble lui aussi découvrir le principe de la vaccination et les bienfaits que cette « mobilisation générale » est censée apporter. En outre, le documentaire joue à la fois sur la peur de la maladie, et sur des passages plus humoristiques avec la présence du chien dans le cabinet. Enfin, il s'agit d'un film de propagande qui, en empruntant la métaphore guerrière pour expliquer l'infection bactériologique, fait une allusion transparente au contexte de la Seconde guerre Mondiale en cours, rappelant que l'implication des Etats-Unis vise à contenir les puissances de l'Axe dont, par une métaphorisation inversée, l'expansion organisée est symbolisée par le processus de contamination.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La médecine est tout d'abord représentée par l'intermédiaire du praticien et de l'infirmière chargés de la vaccination des enfants. Ils semblent être tout deux des individus bienveillants, souriants, et protecteurs, qui expliquent eux-mêmes la contamination et la vaccination aux enfants. Le corps humain est quant à lui une véritable ville, ses organes sont des bâtiments qui emploient des « travailleurs », représentés par des globules rouges circulant dans le sang, chargés du fonctionnement et de la défense. Ceux-ci sont montrés aux enfants par le médecin, au travers d'un microscope et sur des dessins explicatifs. La maladie est représentée par des envahisseurs, de couleur noire, et hostiles au corps humain. Le vaccin est présenté comme une sorte de remède miracle aux méfaits de la maladie : il représente une arme secrète, la mobilisation de toutes les forces d'une entité afin de repousser l'invasion d'individus hostiles.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Cinéma d'exploitation

Presentations and events associated with the film

(français)
Campagne sanitaire pour la vaccination

Audience

(français)
Grand public

Local, national, or international audience

International

Description

(français)
La peur de la piqûre
Le film s'ouvre sur le gros plan d'un œil regardant à travers le trou d'une serrure. Un enfant, venu se faire vacciner, semble s'inquiéter face à ce qui l'attend dans le cabinet. D'autres, patientant dans un fauteuil, semblent tout aussi préoccupés. Une voix off se met rapidement à commenter l'action, et évoque une invasion inconnue à venir. L'enfant regardant par la serrure tombe, passe la porte, et se retrouve face au médecin qui l'accueille et le relève en souriant.La voix off rappelle que la maladie guette les enfants. Afin de prévenir cette invasion, la première vaccination de Tobby, l'enfant, est nécessaire. On le fait asseoir sur un siège médical pour le préparer : celui-ci semble inquiet. Alors que le médecin et l'infirmière reviennent avec une aiguille, il refuse qu'on le vaccine. La voix off commente ses impressions et déclare que pour soulager son appréhension, ainsi que celle des autres, une explication générale va être donnée à propos du principe de la vaccination.
Le corps humain en temps de paix – l’invasion
L'infirmière fait rentrer le reste du groupe, auquel le docteur compte expliquer le fonctionnement du corps humain, et en premier lieu, l'action dont il est le théâtre lorsque l'on tombe malade. Ainsi, le médecin commence son explication à l'aide de planches explicatives qui s'animent et exposent l'intérieur du corps. La voix off commente les images : l'intérieur d'un être humain serait organisé telle une ville, composée de bâtiments, d'usines, et de travailleurs chargés de son fonctionnement. Le praticien choisit de présenter aux enfants les « petits travailleurs », les globules, par l'intermédiaire d'un microscope. Puis, la scène suivante montre à nouveau l'intérieur animé du corps humain, vivant paisiblement sans crainte d'une menace.
La musique change brutalement, la maladie survient en gros plan, représentée par une espèce noire, à quatre pattes. Celle-ci profite de l'entrée des aliments par la bouche, d'une « livraison d'épicerie » selon le commentaire, pour entamer son invasion. Une fois entrée, la maladie commence à se multiplier, et une fois devenue une véritable armée, surpasse les « petits travailleurs » non préparés à la guerre, pour occuper totalement le corps humain. La ville est détruite, rien n'a pu arrêter la maladie.
L’arme-miracle : le vaccin – la victoire sur l’envahisseur
La voix off explique que si la ville, en réalité le corps humain, a péri, c'est par manque de préparation et de protection. Mais arrive « l'arme » ultime mise au point par l'homme et sa médecine, la vaccination. Évoquant au passage les grands scientifiques ayant contribué à la découverte de cette pratique médicale, le commentaire s'évertue ensuite à décrire méticuleusement l'image qui nous est exposée : on découvre le vaccin, une entité verte décrite comme un « petit personnage », et son injection à l'intérieur du corps humain à l'aide d'une aiguille. Une fois à l'intérieur, les « travailleurs », ici nommé les « veilleurs » détectent leur entrée et l'interprètent comme une invasion. Les usines du corps se mettent donc immédiatement à produire de grandes quantités d'armes – des chars, des missiles et mêmes des avions ! – dans le but de contrer ces envahisseurs, qu'ils battent et repoussent sans difficultés.
Ainsi, comme le fait remarquer le commentaire et comme on l'observe dans les scènes suivantes, le corps humain dispose à présent de considérables réserves d'armes, qu'il peut utiliser contre une véritable invasion. Dès lors, quand arrive la maladie par transport aéroporté, en rentrant par les voies nasales, les forces du corps ont les moyens de la repousser. On assiste ainsi à une bataille entre une armée de défenseurs, munie d'un arsenal conséquent, et la maladie, incarnée par des milliers d'entités noires. Sur une musique entraînante, celle-ci est repoussée et battue à plate couture par les chars, canons et avions des défenseurs du corps humain. Le médecin affiche un sourire satisfait et fait le « V » de la victoire de la main droite.
Dans les scènes qui suivent, épatés par cette victoire obtenue sans difficultés, les enfants s'empressent de passer sur le fauteuil pour être vaccinés. Le commentaire explique en détails la manière dont on procède au vaccin, puis pour terminer, constate que chaque enfant possède désormais à l'intérieur de lui-même, une véritable armée mobilisée pour combattre l'invasion. Le médecin fait sortir les enfants, dont l'un fait le salut militaire et repart en marchant au pas.
Un message véhiculé par son contexte, un contexte rappelé par le message
En réalité, les scènes auxquelles on assiste dès le milieu du film, préparatifs à l'invasion, construction d'armes « modernes et mécanisées », puis véritable bataille rangée, évoquent chaque corps dont peut être composés une armée, et font directement écho au contexte de l'époque. Ils rappellent la menace que représentent les forces de l'axe dans le monde et le barrage que sont les Alliés, les États-Unis en l'occurrence, à leur domination. Cet aspect apparaît plus clairement encore quand apparaît, après que les défenseurs du corps aient repoussé la maladie, le « V » de la victoire, rappelant Victory program mise en place par Roosevelt en 1942 afin de faire des États-Unis l'arsenal des nations alliées, et de contrer les armées ennemies.
Ainsi, ce film possède un but pédagogique double, d'une part car il met l'accent sur les bienfaits de la vaccination chez les plus jeunes, d'autre part car il vante les politiques militaires américaines et les mesures prises par le gouvernement pour défendre le pays.

Supplementary notes

(français)

References and external documents


Contributors

  • Record written by : Romain Bédague