Une séance de vaccination antityphoïdique au laboratoire du Val-de-Grâce (1914 ?) (1914)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Une séance de vaccination antityphoïdique au laboratoire du Val-de-Grâce (1914 ?)

Title Une séance de vaccination antityphoïdique au laboratoire du Val-de-Grâce (1914 ?)
Series Le Film Scientifique
Year of production 1914
Country of production France
Director(s)
Scientific advisor(s)
Duration 03 minutes
Format Muet - Couleur - 35mm
Original language(s) French
Production companies Gaumont
Commissioning body Laboratoire du Val-de-Grâce
Archive holder(s) ECPAD

Main credits

(français)
« Technique de la vaccination antityphoïque par la méthode du

Content

Theme

(français)
Ce film tente d’instruire les médecins militaires français de la Première Guerre Mondiale à la vaccination antityphoïque.

Main genre

Synopsis

(français)
Ce film présente la technique de vaccination antityphoïdique en deux temps. Le premier temps, allant jusqu’à 01’45 et comportant un carton et une scène, nous montre une séance habituelle de vaccination où de jeunes recrues, une à une, se font vacciner. La caméra a une vue large, aucun gros plan n’est effectué. Le second temps, comportant les 4 autres cartons et 4 courtes scènes, explique chacun des gestes de façon très détaillé. La caméra a une vue très rapprochée sur ces gestes qui sont effectués lentement et de manière bien visible.

Context

(français)
Alors que la fièvre typhoïde était un mal inévitable des troupes en campagne (Moulin, 1996), des vaccins antityphoïdiques sont découverts avant la 1ère Guerre Mondiale (1896 pour l’Angleterre mais seulement 1909 pour la France). Il s’en suit des expérimentations à grande échelle sur des troupes d’Afrique du Nord de 1911 à 1913. Après ces expérimentations concluantes, la loi Labbé du 28 mars 1914 rend obligatoire la vaccination antityphoïdique pour toute l’armée française. Il faut donc former au plus vite les médecins à cette nouvelle vaccination encore inconnu 5 ans auparavant et qui s’applique désormais à plusieurs centaines de milliers de personnes !

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : yes.
  • Set footage  : no.
  • Archival footage  : no.
  • Animated sequences  : no.
  • Intertitles  : yes.
  • Host  : no.
  • Voice-over  : no.
  • Interview  : no.
  • Music and sound effects : no.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Ce film comporte deux temps avec deux manières différentes de diriger le regard.Le premier temps présente une séance de vaccination sans gros plan ni explication particulière sur chacun des gestes qui sont effectués. La technique de la vaccination est présentée de manière globale !Le second temps décompose cette vaccination en chacun des gestes entrepris avec à chaque fois une explication préalable par un carton. Ces gestes sont effectués de manière visible, filmés par un gros plan.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Seule la médecine militaire est représentée où l’ordre et la discipline sont de rigueur. De plus, étant donné l’étendue du nombre de personnes à vacciner, les médecins se doivent d’être efficaces : peu de paroles sont échangées, chacun de leurs gestes est réfléchi, tourné vers une action précise.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

Presentations and events associated with the film

Audience

(français)
Médicale

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
Le film s’ouvre sur un plan taille d’un médecin, de ses assistants et d’un soldat, dont les camarades sont visibles en arrière-plan, dans une salle de vaccination. Au signe du médecin, le soldat s’avance et, avec un pinceau fin, l’un des assistants désinfecte le « point d’élection », qui est la « partie externe de la fosse supra-épineuse gauche, au-dessous de l’épine de l’omoplate », en le marquant à la teinture d’iode. Puis le soldat présente son dos au médecin qui procède à la vaccination. Il se rend auprès d’un autre assistant qui enregistre sa vaccination. Un autre soldat s’avance et il est procédé de même avec lui.
Plan rapproché d’une « ampoule contenant le vaccin ». Un « trait de lime » est donné « à l’union du corps et du col de l’ampoule ». Ce col est badigeonné avec de la teinture d’iode que l’on laisser brièvement sécher. Le goulot est ensuite sectionné d’un coup sec.
Plan rapproché identique de l’aspiration du vaccin contenu dans l’ampoule dans une « seringue stérilisée par l’ébullition, refroidie avant usage et munie d’une aiguille également stérilisée ».
Autre plan rapproché d’une injection « faite très lentement sous la peau », au niveau de la « partie externe de la fosse supra-épineuse gauche, au-dessous de l’épine de l’omoplate ».
Le film se termine sur un nouveau plan rapproché de l’injection à la suite de laquelle « une goutte de teinture d’iode » est déposée « au niveau du point de la piqûre ».

Supplementary notes

(français)
Rasmussen A., À corps défendant : vacciner les troupes contre la typhoïde pendant la grande guerre, Corps 2/ 2008 (n° 5), p. 41-48. URL: www.cairn.info/revue-corps-dilecta-2008-2-page-41.htm
- Larcan A, Le Service de Santé aux Armées pendant la Première Guerre Mondiale, Editions LBM, Paris, 2008.
- Moulin A-M, L’Aventure de la vaccination, Editions Fayard, Paris, 1996.
- http://www.senat.fr/evenement/archives/D48/contag.html
- http://fr.wikipedia.org/wiki/Fièvre_typhoïde
- http://www.cairn.info/revue-corps-dilecta-2008-2-page-41.htm

References and external documents

(français)
-


Contributors

  • Record written by : Amaury Durpoix