The Eternal Fight (1948)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

The Eternal Fight

If you have trouble viewing subtitles, try using a different web browser.
Title The Eternal Fight
Year of production 1948
Country of production États-Unis
Director(s) Victor Vicas
Duration 22 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16 mm
Original language(s) English
Translated French
Subtitles and transcription FrenchEnglish
Production companies Madeleine Carroll Films
Commissioning body United nations department of public informationUnited Nations film board
Archive holder(s) National Library of Medicine

Main credits

(français)
THE UNITED NATIONALS FILM BOARD Presents
THE ETERNAL FIGHT
Produced by MADELEINE CARROLL FILMS/Photographed and Directed by VICTOR VICAS/Production Supervision and Editing: MICHAEL ALEXANDER/Research: MYRIA LOEWY/Language Adaptation: INTERNATIONAL MOVIE PRODUCERS' SERVICE Produced under the direction of : FILMS AND VISUAL INFORMATION DIVISION - UNITED NATIONAS DEPARTMENT OF PUBLIC INFORMATION / Produced and editing Michael Alexander / From the library of American Medical Association

Content

Medical themes

Theme

(français)
Mise en place d'une politique mondiale d'éradication des épidémies telles que le choléra ou la malaria.

Note : Ce film est la version anglaise de La Lutte éternelle

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Le film rappele les découvertes concernant les épidémies et la mise au point des modes de leur traitement. Il souligne que les modes de transport facilitent la transmission de la maladie par-delà les frontières. Il montre enfin qu'une organisation internationale s'est mise en place pour limiter son expansion.

Context

(français)

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : Yes.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : Yes. À 13'50, l'image de la petite fille avec un abaisse-langue dans la bouche se retrouve (inversée et en plan plus large) à 0'30 dans Men of medicine (également disponible sur MedFilm). À 20'30, l'image d'un homme en train de désinfecter l'extérieur d'une maison se retrouve à 2'20 dans les actualités de British Pathé, Autumn diary 1947, https://www.britishpathe.com/video/autumn-diary/query/Cholera (consulté le 2 octobre 2017).

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le film se construit sur une tension entre plusieurs échelles spatiales et temporelles. Il joue sur la grande échelle du globe terrestre, l'échelle microscopique des germes. Il compare leur vitesse de propagation à la vitesse de riposte de l'organisation internationale( World Health Organisation). Le film oppose également les foules où la maladie se propage et les patients traités un à un. Il passe du général au particulier, exposant la situation mondiale, mettant en scène une situation particulière (un marin contaminé par sa femme malade, dont la présence sur un bateau entraîne un plan de désinfection).

How are health and medicine portrayed?

(français)
La médecine, par la coopération internationale qu'elle promeut, est à même d'agir à l'échelle mondiale.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
première partie de séance d'exploitant ; institutions militaires

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
tout public, soldats

Local, national, or international audience

International

Description

(français)
Rappel historique : la recherche sur les épidémies
Le commentaire compare les épidémies contemporaines aux fléaux bibliques. L'image suit en montrant la nature déchaînée. Bref rappel dse découvertes successives qui ont permis la prise en charge des épidémies, illustré par des saynètes de fiction.
- le néerlandais Leeuwenhoek met au point le microscope
- découverte du rapport entre fermentation et qualité de l'atmosphère
- mise au point de la vaccination en Angleterre, en France,
- Koch découvre le bacille auquel il donne son nom.
Un montage d'archives montrant des usines et le développement des transports rappelle les bouleversements de la révolution industrielle à l'échelle de la planète.
Les épidémies modernes
Une séquence d'animation met en scène l'expansion des épidémies par les nouveaux moyens de transport. Un train part de la représentation d'une tête de mort pour arriver dans une ville de type occidental. Des politiques transfrontalières sont mises en place. Dès qu'une épidémie est déclarée dans un pays, celui-ci doit prendre des mesures de protection à sa frontière. Une séquence narrative met en scène un marin embarquant en ayant quittant sa femme dans un état fiévreux. Quand il est avéré (graphique à l'appui) qu'elle a été atteinte par une maladie contagieuse (le typhus), le bateau où il se trouve est ramené à quai et désinfecté par une équipe de spécialistes. Des passagers dans un avion : ils n'ont pas l'air malades, ils sont pourtant susceptibles de porter des germes de maladies contagieuses.
Une séquence d'animation met l'accent sur les territoires où l'exposition à l'épidémie est permanente : l'Inde et le Japon avec le choléra, l'Afrique avec la malaria. ils sont en permanence susceptibles de contaminer les territoires voisins. De nouveau, le film insiste sur le fait que les transports modernes sont de redoutables véhicules de contagion. Le globe terrestre est montré se transformant en tête de mort.
La réponse : l'organisation mondiale de la santé
Pour engager la lutte avec les moyens nécessaires, la World Health Organisation (OMS) s'est mise en place. Entretien avec son dirigeant. Images d'une mission en Afrique du Nord. Apparition de publications scientifiques. Intervention en Egypte où une épidémie de choléra s'est déclarée. Images d'enfants malades. Le commentaire affirme que l'espoir de les guérir subsiste, qu'un nouveau monde peut apparaître. Travelling avant sur une mère en train de jouer avec son enfant. En gros plan, elle regarde l'horizon, guettant le signe de progrès qui doit en surgir.

Supplementary notes

(français)
Le ton de la voix off est emphatique et pompeux. Les avancées de la médecine au cours du temps, les sacrifices de certains chercheurs et les efforts de coopération internationale dans la lutte contre les maladies contagieuses donnent lieu à des élans enthousiastes et à quelques envolées lyriques de la part du commentateur.
Le recours à un vocabulaire guerrier pour parler des microbes et des maladies contagieuses (fight, ennemy, hunt, battle) s'oppose à celui d'un champ sémantique presque religieux quand il est question de la médecine (hope, light, etc).
À noter dans ce film l'omniprésence de la musique qui alterne entre la reprise régulière d'un thème très alerte et des passages dramatiques voire lancinants.
Le ton de la voix off est plus calme, moins alarmiste dans La Lutte éternelle que dans The Eternal Fight. La phrase Epidemics can strike anywhere, any place, wherever you are (Les épidémies frappent n'importe où, quel que soit l'endroit où vous vous trouvez) est répétée plusieurs fois dans la version américaine mais absente de la version française. Dans La Lutte éternelle, on insiste davantage sur le fait que les solutions existent, malgré des situations difficiles.
L'image de fin n'est pas la même dans la version française et dans la version anglaise du film même si dans les deux cas il s'agit d'une femme asiatique avec son enfant. Dans La Lutte éternelle, le visage de la femme est un peu détourné et caché alors qu'il est clairement visible dans The Eternal Fight.

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Joël Danet, Etienne Genieux