Symptomatologie hystérique (1971)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Symptomatologie hystérique


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Symptomatologie hystérique
Series Séméiologie psychiatrique
Year of production 1971
Country of production
Director(s) Éric Duvivier
Scientific advisor(s) André Féline
Bertrand Samuel-Lajeunesse
Duration 27 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16mm
Original language(s) French
Production companies Sciencefilm
Archive holder(s) CILCERIMES

Main credits

(français)
Auteurs : Professeur agrégé Thérèse Lemperière - Docteurs André Féline et Bertrand Samuel Lajeunesse
Travail de la Clinique des maladies mentales et de l’encéphale – (Professeur P. Pichot) – Centre psychiatrique Sainte-Anne

Contents

Theme

(français)
Présentation clinique d'un cas de symptomatologie hystérique.

Main genre

Abstract

(français)
Ce film, de la série "Séméiologie psychiatrique", est destiné à illustrer un cours afin d'apporter un support intéressant et concret à la présentation clinique. Comme tous les films de cette série, celui-ci est construit comme une séquence-plan : la caméra reste fixe. Dans certains cas, il semble que la caméra est cachée ; dans d'autres cas, les patients montrent que celle-ci est présente - certains patients portant un micro autour du cou.

Context

Structuring elements of the film

  • Reporting images  : yes.
  • Studio pictures  : no.
  • Archive footage  : no.
  • Animation sequences  : no.
  • Inter-titles  : no.
  • Animator  : yes.
  • Voice over  : no.
  • Interview  : <Template-non (entretien médical)>.
  • Music and sound effects : no.
  • Images featured in other films : No.

How does the movie direct the spectator's view?

(français)
En situation de consultation, sans aucun commentaire, le spectateur assiste aux (rares) questions du médecin et aux réponses du patient.

How are health and medicine portrayed?

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Circuit médical / Universités

Communications and events associated with the movie

(français)
Corps médical (« La projection de ce film est strictement réservée au corps médical »)

Audience

Local, national, or international audience

<Template-L'audience est locale : le film sert de support de cours pour illustrer et animer celui-ci.>

Free-form description

(français)
Le film suit une séance de consultation. Quelques cartons introductifs présentent le cas clinique qui va suivre. Le film est diffusé sans musique et sans commentaires en voix-off.
Cartons introductifs
* « La projection de ce film est strictement réservée au corps médical »* Les Laboratoires Delagrange présentent* Une promotion du G.E.R.C.E.P. (Groupe d’Etudes et de Réalisations Cinématographiques pour l’Enseignement de la Psychopathologie) * Réalisation Sciencefilm* Séméiologie psychiatrique* Une série de films d’enseignement* Professeur agrégé Thérèse Lemperière - Docteurs André Féline et Bertrand Samuel Lajeunesse* Travail de la Clinique des maladies mentales et de l’encéphale – (Professeur P. Pichot) – Centre psychiatrique Sainte-Anne* Symptomatologie hystérique* 1. Névroses hystériques à expressions somatiques : cathiémophrénose (le gros ventre)[…]* 2. Névroses hystériques à expressions somatiques : visuelles et motrices – acuité visuelle à 7/10 après intervention pour cataracte – examen neurologique normal
Film
Le film est composé de deux parties, chaque partie correspond à un entretien avec une patiente.
Dans une pièce sans bureau, une femme entre et le médecin (un homme) l'invite à s'assoir. Elle se place face à la caméra, le médecin étant en trois-quarts dos. Un zoom avant s'effectue sur la patiente. La caméra offre un plan serré sur son visage. Elle évoque son « enfance très malheureuse », sa vie familiale (ses "deux beaux enfants" et son mari "très gentil"), ses problèmes de poids (elle a perdu 40 kg entre son mariage et l'accouchement de son fils), ses insomnies et ses malaises qui l'on conduite à être hospitalisée. La caméra alterne entre des plans très serrés, des plans moyens et des plans plus larges où l'on aperçoit le médecin de dos (en blouse). Elle explique que son ventre gonfle selon ses émotions - c'est à dire très souvent. Le médecin l'interroge au sujet de ce « gros ventre » et de ses possibles origines, mais elle exprime son incompréhension. Elle dévoile qu'elle a le même ventre que lorsqu'elle était enceinte. La motivation de cette séquence est clairement de montrer les symptômes de cette névrose hystérique à expressions somatiques.
Dans la seconde séquence du film, on aperçoit une femme d'une soixantaine d'années assise sur une chaise en face d'un médecin (une femme). Le spectateur peut voir un autre médecin fermer la porte en arrière plan. La patiente porte des lunettes noires, et place sa main devant ses yeux, gênée par la lumière (après une opération de la cataracte). La femme est également gênée par son bras droit. Le médecin guide les réponses pour aider la femme à expliquer d'elle-même sa situation. Le médecin tente quelques expériences : lors de la première expérience, la femme doit aller ouvrir la porte - qu'elle peine à trouver - puis doit se rassoir ; lors de la seconde, elle doit lever son bras. La patiente exprime son incompréhension et sa difficulté dans sa vie quotidienne. La motivation de cette séquence est également de montrer les symptômes d'une autre névrose hystérique à expressions somatiques.
Dans ce film, le médecin, par ses questions, guide le patient à expliquer ses symptômes, sa vie au quotidien, son passé, ce qu'il peut ou ne peut pas faire, ainsi que les conditions d'apparition des symptômes.
Fonds Eric Duvivier code 359 P.

Notes complémentaires

(français)
Réf. CIL du film : cote 359 P + dossier sur le film (brochure de présentation recto-verso)



Contributeurs

  • Auteurs de la fiche : Caroline Ruebrecht