Service de santé, hôpitaux (1917-1918)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Service de santé, hôpitaux


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Service de santé, hôpitaux
Year of production 1917-1918
La date « 1917-1918 » n’a pas été comprise.
Country of production
Director(s)
Scientific advisor(s)
Duration 13 minutes
Format Muet - Noir et blanc -
Original language(s)
Archive holder(s) ECPAD
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)

Content

Theme

(français)

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
La première séquence d’images nous montre un hôpital et son architecture, tout d’abord un bâtiment principal puis des grands baraquements. Nous retrouvons également de nombreux soldats en convalescence qui se promènent dans les allées, certains accompagnés par les infirmières et médecins.

La séquence suivante montre un mutilé de guerre ayant une prothèse à la jambe droite qui jardine avec une bêche. D’autres soldats sont filmés par la suite, tous valides et nous pouvons les voir sourire et rire entre eux. Une nouvelle séquence plus tard dans le film montre des soldats chahutant dans les lits.

Les infirmières distribuent de la nourriture et accueillent d’autres femmes accompagnées d’enfants. Il pourrait s’agir de nouvelles infirmières ou de femmes de soldats en visite, nous ne savons pas qui sont ces femmes. Une séquence nous montre plusieurs hommes touchés à la tête et aux mains couchés dans leur lit. Nous pouvons supposer que parmi eux se trouvent des « gueules cassées ».

Plusieurs interventions dentaires sont effectuées par le même médecin, nous pouvons voir des soldats attendre leur tour au bas de l’image.

Une séquence montre également des soldats récupérant des papiers et montant dans voitures et ambulances à moteur ou à chevaux. Nous pouvons penser qu’il s’agit de soldats qui ont la possibilité de rentrer chez eux pour la convalescence.

Context

(français)
Les hôpitaux doivent également faire face au manque de personnel pour soigner les blessés. Il ne s’agit pas seulement d’un manque de médecins, mais également d’infirmières. De plus, les hôpitaux manquent de moyens pour soigner les nouvelles blessures par les obus et les nombreuses infections et maladies qui peuvent suivre si le blessé n’est pas pris en charge immédiatement. Les hôpitaux sont en effet dépassés par le nombre de blessés, ils ne peuvent pas accueillir tout le monde, c’est pourquoi sont mis en place des hôpitaux temporaires afin d’accueillir plus de blessés. De plus, les liaisons sont difficiles avec le front, les routes ne sont pas très praticables et les trajets en train ne sont pas plus aisés. Le problème est reconnu dès 1915. Des hôpitaux mobiles apparaissent pour apporter les premiers soins et tenter de désengorger les urgences des hôpitaux. Ce sont des ambulances. Le transport peut en effet se révéler fatal pour certains blessés graves, la médecine s’adapte et met en place les hôpitaux mobiles, Maurice Marcille est le créateur de la salle opératoire transportable en 1914. Cela permet dont de soigner certaines plaies immédiatement et de désengorger quelque peu les urgences des hôpitaux. En 1917 l’hôpital mobile peut être utilisé via les chemins de fer également.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Ce film permet au spectateur de rendre compte de la vie dans les hôpitaux pour les soldats blessés sur le front. Le fait d’apercevoir les soldats de bonne humeur et se déplaçant plus ou moins avec aisance permet de valoriser le travail des médecins dans les hôpitaux pour soigner les blessés.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La santé et la médecine sont notamment représentées par les contrôles dentaires effectués par un médecin sur plusieurs soldats. Nous retrouvons également la présence de soldats blessés dans leur lit, nous pouvons penser qu’il s’agit de « gueules cassées » c’est-à-dire des soldats blessés gravement au visage et qui restent marqués par leurs blessures, par les obus surtout, et dont pour certains il peut manquer une partie du visage.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)

Local, national, or international audience

National

Description

(français)

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Julie Goetz