Service de santé, 5e Armée (1917) (1917)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Service de santé, 5e Armée (1917)


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Service de santé, 5e Armée (1917)
Year of production 1917
Country of production France
Director(s)
Scientific advisor(s)
Duration 28 minutes
Format Muet - Noir et blanc - 35 mm
Original language(s) French
Archive holder(s) ECPAD
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
"Service de Santé. 5e Armée"

Contents

Theme

(français)
Présentation des conditions de vie des blessés français de la 5e Armée

Main genre

Documentaire

Abstract

(français)
Ce film montre les conditions de vie des soldats français de la 5e Armée blessés sur le front ouest. Malgré l'improvisation des infrastructures initiales, un carton nous présente une "cuisine transformée en salle d'opérations", l'armée française dispose de conditions d'évacuations des blessés des plus modernes, ambulances, trains pour les blessés et lieux de convalescence.

Context

(français)
l'offensive à outrance prônée par l'Etat-Major français dès le début de la Première Guerre Mondiale a rapidement montrée les carences des services de santés militaires français en les confrontant rapidement avec un nombre de blessés considérable. L'armée français est en effet incapable de prendre en charge ses blessés rapidement et se contente de les évacuer vers l'arrière dans des conditions critiques (le temps de prise en charge des blessés s'avère fatal pour de nombreux blessés). Ayant conscience de ces conditions précaires, l'armée cherche à améliorer les Services de Santé en multipliant les postes de premiers secours sur le front, dirigeant les blessés vers des hôpitaux de premières lignes, eux aussi multipliés, où se trouvent les ambulances qui sont ici montrées dans le film. Le cinéma est d'ailleurs utilisé par les Etats dès les premières années du conflit (1915, création de la Section Cinématographique des Armées) afin de maintenir la cohésion nationale et le moral des populations et des soldats. Ce film se place dans ce contexte de production de films par les pouvoirs publics (l'armée en l'occurrence) ayant pour objectif d'agir sur le moral de l'armée et de la population.Sur le plan politique et militaire, l'année 1917 est marquée par un essoufflement de l'effort de guerre, les soldats se mutinent après le désastre du chemin des Dames et il faut attendre l'intervention du Général Pétain pour que la situation se redresse dans les rangs français. Ainsi, face au découragement des soldats et de la population, il faut mettre en avant les atouts de l'armée française, notamment les progrès qu'elle a pu faire en matière de prise en charge des blessés.

Structuring elements of the film

  • Reporting images  : No.
  • Studio pictures  : No.
  • Archive footage  : Yes.
  • Animation sequences  : No.
  • Inter-titles  : Yes.
  • Animator  : No.
  • Voice over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the movie direct the spectator's view?

(français)
La caméra adopte une position quasiment fixe en alternant entre plans fixes et panoramiques uniquement. La caméra reste donc en dehors de l'action, les opérateurs n'utilisent pas de travellings, ils restent tout le long de ce film en position fixe. Le spectateur est donc maintenu face à un bloc d'images animées (les personnes représentées à l'écran bougent mais pas les décors) qui se multiplient : les postes d'ambulances sont montrés à la suite, dans un enchaînement rapide d'images ce qui donne l'impression d'une quantité de postes et donc d'une organisation solide. De plus, la représentation, voire la mise en scène d'innovations techniques (la "voiture électrogène H. Perrin", précurseur des groupes électrogènes d'aujourd'hui) frappe le spectateur et lui donne l'impression d'une avancée technique française, donc un avantage militaire. Les conditions de vie des blessés de guerre français sont donc montrées d'un bon œil, sans véritable critique, l'armée française répond, avec ce film aux critiques qui ont pu être émise à son égard au début de la guerre.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Le Service de santé de la 5e armée est montré comme performant, capable d'accueillir les nombreux blessés venus du front dans les meilleures conditions grâce aux moyens modernes : chemin de fer, ambulances et postes de relai nombreux permettant une prise en charge rapide et efficace des blessés. Il ne faut toutefois pas douter que cette vision est une vision idyllique du service de santé. L'armée française en 1917 subit des pertes considérables sur les fronts de la Somme et de Verdun, les services de santé des différentes armées françaises réparties sur le front ont ainsi été mis à rude épreuve, cette représentation méliorative n'a donc pas été la réalité pour de nombreux blessés français.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

Communications and events associated with the movie

Audience

(français)
Public militaire

Local, national, or international audience

Unknown

Free-form description

Notes complémentaires

(français)

Références et documents externes

(français)
Debue-Barazer, Christine, Perrolat, Sébastien, "1917-18 : guerre, chirurgie, image. Le Service de Santé et ses représentations dans la société militaire", Sociétés et représentations, [En ligne].Véray, Laurent, Le cinéma de propagande durant la Grande Guerre : endoctrinement ou consentement de l'opinion?" in Bertin-Maghit, Jean-Pierre, Une Histoire Mondiale des cinémas de propagande, Paris, Nouveau monde éditions, 2008, 816p.


Contributeurs