Laboratoires de vaccins de la HK Mulford Company Fermes à Glenolden PA, E.U.A. (1916) (1916)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Laboratoires de vaccins de la HK Mulford Company Fermes à Glenolden PA, E.U.A. (1916)


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Laboratoires de vaccins de la HK Mulford Company Fermes à Glenolden PA, E.U.A. (1916)
Year of production 1916
Country of production États-Unis
Director(s)
Scientific advisor(s)
Duration 12 minutes
Format Muet - Noir et blanc - 35mm
Original language(s) French
Sponsor(s) HK Mulford Company Fermes
Archive holder(s) ECPAD

Main credits

(français)
« Laboratoires de vaccin de la H. K. Mulford Compagny Glenolden PA. E. U. A. »

Contents

Theme

(français)
Description des étapes de production et de préparation d’un vaccin par le laboratoire américain H. K. Mulford lors de la 1ère Guerre Mondiale dans un but publicitaire.

Main genre

Abstract

(français)
Dans une optique publicitaire, ce film nous montre la production pharmaceutique des vaccins afin de garantir au téléspectateur le professionnalisme de l’entreprise. A travers de multiples cartons, où fautes de grammaire et d’orthographe sont récurrentes, on nous explique les nombreuses étapes de production de ces vaccins.

Context

(français)
Avec la Première Guerre Mondiale et la mobilisation massive de soldats, les épidémies représentent un véritable enjeu. De grands stocks pharmaceutiques avaient été constitués avant la guerre en prévision mais ils furent épuisés en 3 semaines alors même qu’ils avaient été prévus pour durer au moins 3 mois. Très vite, il y eut donc des pénuries importantes en médicaments et il fallut faire appel aux ressources de d’autres nations. On se tourna donc vers les Etats-Unis, un des seuls pays industrialisés qui n’était pas touché par cette guerre. L’enjeu était grand pour les Etats-Unis car le vaccin, né en Europe au début du XIXè siècle avec Jenner puis industrialisé dans les années 1880 avec Pasteur, n’était pas vraiment une spécialité américaine. Ils devaient donc convaincre les pays européens qu’ils étaient également capables de produire des vaccins tout en respectant les différentes règles d’hygiènes.

Structuring elements of the film

  • Reporting images  : Yes.
  • Studio pictures  : No.
  • Archive footage  : No.
  • Animation sequences  : No.
  • Inter-titles  : Yes.
  • Animator  : No.
  • Voice over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the movie direct the spectator's view?

(français)
Le film oriente le regard à travers de très nombreux cartons. Plusieurs fautes de grammaires et d’orthographes dans leur rédaction attestent de l’origine américaine du film et du laboratoire. Toutes les scènes sans exceptions sont précédées d’un carton ! Il serait de toute manière difficile de comprendre le film sans ces indications du fait de la non-spécificité des images (les nombreuses scènes de veaux par exemple pourraient être employées dans des films tout à fait différents) ou au contraire de la trop grande technicité des images (comment comprendre la manipulation qui est faite et son utilité dans la production des vaccins sans indications préalables ?). Les images représentent en réalité moins un apprentissage pour le spectateur qu’une preuve que les cartons disent la vérité.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Dans ce film, deux manières différentes de représenter la santé et la médecine peuvent être distinguées.La première comprend la majeure partie du film et va du premier carton jusqu’à l’avant-dernier. Elle insiste beaucoup sur le respect des règles d’hygiènes par l’entreprise. Il est en effet crucial pour elle de montrer son respect pour les règles d’hygiène étant donné sa localisation américaine qui empêche aux autorités françaises de vérifier le respect de ces règles.La deuxième, qui comprend le dernier carton et les dernières scènes, montre la précarité de la santé vis-à-vis des 3 maladies très contagieuses que sont « Confluent, semi-confluent et ce qu’on appelle vérole noire » et le triomphe de la médecine sur ces maladies « La vaccination est la seule méthode pour prévenir cette terrible maladie ». Elle fait ainsi l’apologie de la vaccination dans sa généralité après avoir fait dans la première partie l’apologie des méthodes de fabrication de l’entreprise.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

Communications and events associated with the movie

Audience

(français)
médical

Local, national, or international audience

Unknown

Free-form description

(français)
Le film s’ouvre sur un plan panoramique des bâtiments des « laboratoires de vaccin de la H.K. Mukford Company Fermes à Glenolden ».
Plan moyen d’un veau se faisant tondre par un employé noir du laboratoire. Un autre employé le tient par l’oreille droite et par le museau. L’animal est ensuite lavé dans un bac avec du savon, rincé à grande eau dans une baignoire, essuyé, séché et renvoyé à l’étable par un monte-charge manuel. Les deux employés sont équipés de tabliers de caoutchouc.
Autre plan moyen du veau, attaché à une table, jambe arrière écartées, en train d’être rasé par un technicien de laboratoire. Aidé de son collègue, celui-ci emmène ensuite le veau sur sa table pour la vaccination.
Nouveau plan moyen du veau allongé sur une table d’opération. Le technicien est habillé d’une blouse et porte des gants, une charlotte et un masque de protection. Il recouvre d’une toile l’entrejambe arrière du veau.
Un carton précise que, pas plus chez l’animal que chez l’homme, le sang ne doit être tiré. Plan rapproché de l’entrejambe, Le technicien finit le rasage. Il est aidé par son assistante en blouse blanche, portant elle-aussi une charlotte.
Photo d’ensemble d’une « étable de propagation du vaccin » où les veaux sont maintenu durant « six jours » sans foin ni paille. Plan moyen de trois veaux se nourrissant à des « contenants de métal avec mamelons de caoutchouc comme appareil d’alimentation ».
Plan rapproché du ventre de la vache, que le technicien nettoie « avant d’enlever le vaccin ». Il enlève celui-ci « avec une curette ». Les « vésicules perles blanches » sont recueillies sur cet instrument et mis dans une boite.
Plan moyen d’un broyeur dans l’entonnoir duquel le technicien verse la pulpe du vaccin, qui est broyée avec la glycérine, et plan italien du technicien aspirant dans une seringue le vaccin contenu dans le tube à essai que son assistante tient dans les mains.
Plan rapproché d’un cochon d’Inde allongé sur le dos entre deux étaux. La piqûre est effectuée et l’animal est retourné à l’endroit. Autre plan rapproché d’un lapin maintenu en place par l’assistante tandis que le technicien injecte le vaccin à l’animal.
Plan d’ensemble d’un atelier du laboratoire ou des ouvrières, en tenue blanche et avec un fichu blanc sur la tête, « remplissant des tubes de verre stérile avec le virus vaccin ». Plan rapproché. Les tubes sont pris dans une coupelle, passés bec Bunsen pour stérilisation et déposés dans une autre coupelle.
Plan panoramique de demi-ensemble des ateliers où travaillent plus de deux cents ouvrières sous la surveillance de contremaîtres masculins. L’un de ceux-ci surveille leur travail et examine un tube en U avec bulbe spéciale que vient de confectionner une ouvrière.
Plan rapproché d’une seringue en train d’être confectionnée. L’ouvrière roule le tube de verre en va-et-vient entre deux rouleaux avec la main gauche et effile simultanément le tube avec la broque qu’elle tient dans la main droite, en passant l’extrémité de celui-ci entre quatre buses allumées.
Autres plan rapprochés. Une ouvrière fait chauffer un tube entre deux batteries de trois buses jusqu’à former un bulbe spécial « pour le vaccin virus ». Elle souffle dans le tube pour grossir le bulbe puis elle repasse le tube entre les buses pour le ramollir à un autre endroit. Elle plie ensuite le tube pour former un U et y souffle pour en affiner la forme. D’autres ouvrières confectionnent des « tubes capillaires pour le vaccin virus ». L’une fait passer un tube entre deux batteries de trois buses en le faisant tourner entre ses mains aux extrémités, puis elle tire sur celles-ci pour séparer le tube en deux. Une autre tire sur l’extrémité aplatie d’un tube et la sépare du reste de celui-ci. Elle colle ensuite deux tronçons de tube côte à côte et les sépare, obtenant ainsi des tubes effilés très fins.
Image de profil d’une capsule de « vaccin glycerinisé » et plus rapproché du bras gauche d’une personne sur le point d’être vaccinée « avec point stérile de vitre ». Quelques gouttes sont versées sur la zone d’incubation et essuyées avec un coton. La vaccination elle-même se fait avec une capsule, une pression du pouce sur celle-ci en fait sortir plusieurs gouttes à la suite.
Le film se termine sur quelques images de fragment de peau, du dos de trois hommes noirs, d’un bras, de visages et de corps, tous marqués par la vérole noire.

Notes complémentaires

(français)
- Larcan A, Le Service de Santé aux Armées pendant la Première Guerre Mondiale, Editions LBM, Paris, 2008.
- Moulin A-M, L’Aventure de la vaccination, Editions Fayard, Paris, 1996.
- Rasmussen A., À corps défendant : vacciner les troupes contre la typhoïde pendant la grande guerre, Corps 2/ 2008 (n° 5), p. 41-48. URL: www.cairn.info/revue-corps-dilecta-2008-2-page-41.htm
- http://www.sanofipasteur.ca/fr/node/17402,
- http://tichyama.wordpress.com/,
- https://www.wiv-isp.be/matra/Fiches/Diphterie.pdf,
- http://www.1914-1918.be/labo_a_ciel_ouvert.php



Contributeurs

  • Auteurs de la fiche : Amaury Durpoix, Emmanuel Nuss