La lutte contre les microbes (1961)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

La lutte contre les microbes

Title La lutte contre les microbes
Year of production 1961
Country of production
Director(s) Georges Meunier
Scientific advisor(s) Jean Raffin
Albert Delaunay
Duration 12 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16 mm
Original language(s) French
Production companies IPN
Sponsor(s) CNDP
Archive holder(s) CNDP

Main credits

(français)
« Ce film fait partie d’une série sur l’histoire de la science en collaboration avec le Conseil International du Film d’Enseignement. » Parmi les instituts et les organismes cités : « Pasteur, Koch, Wright – Fleming, le Royal college of surgeon, le Rijkmuseum voor de geschiedend der natuuwetenschpen, Archives Nationales, BN, Sté Rhône Poulenc, Shell film unite. »

Contents

Theme

(français)
En montrant les progrès de la recherche dans la lutte contre les microbes depuis les Lumières, le film valorise l’Europe comme territoire de coopération scientifique permettant d’optimiser cette recherche.

Main genre

Abstract

(français)
Commençant par un exposé historique sur la recherche dans la lutte contre les microbes, le film insiste sur l’étendue internationale de cette recherche, les précautions d’hygiène qu’elle met à jour, l’intensification de la coopération qu’elle appelle pour prolonger la lutte dans les zones du monde restées vulnérables.

Context

(français)
La reconstruction après guerre, le développement d’une idéologie e coopération européenne dans la science.

Structuring elements of the film

  • Reporting images  : Yes.
  • Studio pictures  : No.
  • Archive footage  : Yes.
  • Animation sequences  : Yes.
  • Inter-titles  : Yes.
  • Animator  : No.
  • Voice over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the movie direct the spectator's view?

(français)
Il s’agit de mettre en évidence les enjeux de la recherche scientifique au bénéfice de la médecine, la coopération européenne qu’elle a généré, appelée à se développer « chaque jour ». Le film tente de sensibiliser à la recherche en médecine en insistant moins sur les personnages des grands découvreurs (rendus anonymes dans les reconstitutions) que sur la coopération internationale dont elle a fait l’objet. D’où son insistance sur la diversité des pays où les avancées ont trouvé leur foyer.

How are health and medicine portrayed?

(français)
L’accent est mis sur la recherche, son rayonnement international.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
télévision scolaire (et des circuits internationaux de diffusion)

Communications and events associated with the movie

(français)
bulletin de la radio-télévision (RTS)

Audience

(français)
élèves des établissements

Local, national, or international audience

Unknown

Free-form description

(français)
Les nouveaux moyens de lutte
En PE, un chirurgien au visage masqué enfile des gants. « Par ces gestes minutieux, le chirurgien se protège contre le danger microbien. » Images MC (de Jean Comandon) puis gravures classiques montrant une cité antique ravagée par la peste. « Certains microbes ont provoqué des ravages. Aujourd’hui encore, ils continuent d’être dangereux. » Saynète de fiction montrant une tentative d’inoculation sur un enfant. GP sur son visage souriant. « Inoculé par la variole, il n’est pas malade. » Succession d’appareils d’observation microscopique de plus en plus modernes. « Il a fallu les travaux de Pasteur pour que le rôle des microbes soit avéré. » Un homme en redingote (on ne voit pas sa tête) manipule des fioles qu’il fait bouillir. Le laboratoire de Koch « fidèlement reconstitué alors qu’il travaillait dans une petite ville de Silésie ». Le comédien joue Koch fixant ses préparations sur une plaque de verre. Là aussi, la caméra serre sur les mains et laisse la tête hors du cadre.« Voici le redoutable bacille du choléra ». Schéma animé qui compare la taille du spirochète à celle d’un fil à coudre. D’autres images de virus, cette fois prises au microscope électronique, « la technique d’observation la plus sophistiquée. » En film accéléré, le phénomène de phagocytose. En schéma animé, action des anticorps. Dans cette séquence, la musique s’absente, les portraits d’hommes illustres ont disparu. Les vues d’équipement et les images d’étude se succèdent : nous ne sommes plus dans la légende.
L’internationalisation de la lutteVues sur des médecins qui se lavent les mains, désinfection du matériel. Pour évoquer le chemin vers la pénicilline : les « mains de Fleming » (pas sa tête : les réalisateurs ne sont pas souciés de chercher des acteurs qui pouvaient prétendre à une ressemblance physique avec leurs modèles, ni de les maquiller pour qu’ils l’acquièrent), images d’archives du laboratoire de Florey et Chain. Nous voyons que le film dresse un panorama international, plus particulièrement européen de la recherche contre les microbes : il s’agit bien d’une commande européenne (Coopération économique européenne). Un film français à marginaliser les découvertes étrangères. Des enfants jouent dans un parc : la mortalité infantile a reculé. Mais « des infections microbiennes continuent de sévir dans les pays en voie de développement. » Vue sur un microscope électronique : « Mieux équipée, rendue plus efficaces par une collaboration internationale chaque jour plus étroite, la recherche moderne nous porte plus avant dans la science des virus. » Un brin de grand orchestre, et c’est la fin. Carton : « Ce film fait partie d’une série sur l’histoire de la science en collaboration avec le Conseil International du Film d’Enseignement. » Parmi les instituts et les organismes cités : Pasteur, Koch, Wright – Fleming, le Royal college of surgeon, le Rijkmuseum voor de geschiedend der natuuwetenschpen, Archives Nationales, BN, Sté Rhône Poulenc, Shell film unit. »

Notes complémentaires

(français)

Références et documents externes

(français)


Contributeurs

  • Auteurs de la fiche : Joël Danet