La journée d'un médecin (1967)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

La journée d'un médecin


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title La journée d'un médecin
Series Les hommes dans leur temps
Year of production 1967
Country of production
Director(s) Nestor Almendros
Scientific advisor(s)
Duration 17 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16 mm
Original language(s) French
Production companies IPN
Sponsor(s) CNDP
Archive holder(s) CNDP

Main credits

(français)
Gén. fin : une émission de Madeleine Hartmann - avec la participation du docteur Roger Sabatier - son : Alain Morlier - réalisée par Nestor Almendros

Contents

Theme

(français)
Dans le cycle « la journée de... », le suivi d'un médecin de campagne dans ses déplacements quotidiens.

Main genre

Abstract

(français)
Sur le mode du cinéma direct – caméra à l'épaule et sons d'ambiance-, le réalisateur accompagne un médecin de campagne dans ses parcours quotidien (Montargis et alentours). Nous découvrons la diversité de sa géographie, liée à la diversité de sa clientèle, mais aussi aux responsabilités qu'il cumule : médecin généraliste, responsable d'un centre de transfusion, adjoint au maire et père de famille... Par le comportement respectueux de ses patients, mais aussi par les séquences où il officie un mariage, nous découvrons que le médecin est aussi un notable, personnage proche, mais important de la petite communauté dans laquelle il agit avec de multiples fonctions.

Context

(français)
Suites de la mise en place de la Sécurité sociale sur les rapports du médecin avec les patients, émergence des grands ensembles.

Structuring elements of the film

  • Reporting images  : Yes.
  • Studio pictures  : No.
  • Archive footage  : No.
  • Animation sequences  : No.
  • Inter-titles  : No.
  • Animator  : No.
  • Voice over  : No.
  • Interview  : Yes.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the movie direct the spectator's view?

(français)
La structure suit une linéarité chronologique : le film montre le déroulement des activités du médecin telles qu'elles se succèdent au quotidien. En prenant le parti de ne pas ajouter de commentaires ni de musique, en faisant l'économie de reconstitutions ou de scènes de plateaux, le film reprend la démarche du « cinéma direct » (cf. les réalisations contemporaines des frères Maysles et de Pennebaker aux Etats Unis, de Jean Rouch en France) courant documentaire des années cinquante qui consiste à impliquer le spectateur, à l'inciter à interpréter les différentes séquences prises sur le vif.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Il s’agit de montrer une figue ordinaire de médecin et non celle d’un grand patron afin de rapprocher la profession médicale de la réalité de la majorité des élèves.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
télévision scolaire (en 1969, le taux d'écoute de la télévision scolaire est de 2 à 6%. En 1973, 1/3 des écoles bénéficient d'un téléviseur solaire. - revue "Education - Formation" n° e- 289 - déc. 2008)

Communications and events associated with the movie

(français)
bulletin de la radio-télévision scolaire (RTS)

Audience

(français)
élèves de secondaire, classes de transition

Local, national, or international audience

National

Free-form description

(français)
La géographie des visites
La vue de la route depuis l'intérieur d'une voiture. Au caducée qui apparait sous le rétroviseur, nous devinons que c’est celle d’un médecin. Par les vitres latérales, nous voyons les dernières rues d'un bourg, puis les haies d'arbres qui bordent une route de campagne. La voiture s'arrête aux abords d'une ferme. C'est une 2 CV : voiture de famille et économique. Un homme en descend, accueilli par deux femmes âgées dès la haie qui enclot la cour. Un signe de reconnaissance : en les saluant, il leur pose sa main au haut de la poitrine. La consultation se déroule dans la cuisine. La conversation est familière, sans façon. L'ordonnance est rédigée sur un coin de table, à laquelle succèdent un billet et quelques pièces posées par les femmes. Avant de remonter dans son modeste véhicule, le médecin demande des nouvelles « du petit dernier » et les deux femmes l'engagent à venir voir les derniers nés de la basse cour. La 2CV repart, cut, elle va se garer dans la cour d'une cité. Le médecin souffle au moment de gravir les dernières marches de l'escalier qui mènent à de petits appartements. Cut. Le médecin sonne au portail d'une belle demeure en meulière. Nous constatons ainsi la diversité sociale de sa clientèle. Pour sa part, conduire une 2Cv indique la modestie de son rang et son désir de ne pas ajouter de l'ostentation à sa présence. La bonne de la maison vient ouvrir, le médecin se rend au chevet d'un petit garçon au sourire timide. ITW. Il fume le cigare, assis à une table sur laquelle repose le nécessaire à pastaga. Il est replet, des rouflaquettes s'élargissent sur ses joues rebondies. « « Les visites, je les fais le matin. Dans une petite ville de province, on va chez tout le monde, à la ville, à la campagne, chez l'ouvrier, chez le bourgeois. De toutes façons, le prix est le même pour tout le monde. » Allusion à la mise en place récente de la Sécurité sociale. Il en fera d'autres tout au long du film.
Consultations, accueil des visiteurs médicaux, travail d’équipe
Le médecin se rend dans son bureau qui jouxte les locaux d'un centre de transfusion sanguine qu'il dirige. En compagnie de sa secrétaire, lecture du courrier et séance de parapheur. « Le métier est extrêmement dur. Quand je rentre, il est tard. Je n'ai pas le courage de lire les revues médicales. » Il compense ce manque d'information en accueillant des groupes de visiteurs médicaux, hommes en noir, tous munis d'une mallette, avec lesquels les échanges sont cordiaux.A noter que dans la plupart du film, les paroles sont très difficilement intelligibles, d'une part parce que la technique du son synchrone est récente, d'autre part parce que le courant du cinéma direct dans lequel le film s'inscrit donne priorité à la captation des comportements dans leur spontanéité sur le contenu des conversations.Le médecin insiste sur les conditions difficiles du métier. La restructuration de la santé doit alléger la charge de travail du généraliste afin de lui permettre de mieux assumer les responsabilités qui lui sont associées, notamment le suivi de ses patients. ITW : « Le progrès moderne, c'est l'association. Ca permet de ne pas être tout le temps au bout du fil. » Scène de consultation. Nous retrouvons le médecin bonhomme, qui met à profit la longue durée de ses relations avec ses patients pour instaurer un climat de confiance et d'intimité lors des séances. Ici, un couple âgé d'une soixantaine d'années. L'épouse a apporté des fleurs. De même, c'est elle qui parle, alors que c'est le mari qui est malade. Elle décrit les symptômes, rappelle ses antécédents de santé. Le mari hoche de la tête, marmonne son approbation en lançant un regard interrogatif (GP) au médecin hors champ.
Partenaire de l’hôpital
« Quelquefois on a un beau malade. C'est alors qu'on appelle le spécialiste. Mais il faut garder en main le malade, ne pas l'abandonner à l'hôpital. Notre rôle est en quelque sorte celui d'un chef de gare. » Une belle séquence au chevet d'un malade sous perfusion, soigné à domicile. La fiole apparaît en premier plan, dans la perspective d'une image de la Vierge accrochée au-dessus de la tête de lit. Le médecin insiste sur les contraintes du métier et sa nécessité dans le dispositif global de prise en charge : « Le téléphone est une sujétion désagréable mais nécessaire. Partout. Au restaurant, chez soi... Mais les vraies urgences sont rares. Nous sommes moins savants que nos collègues hospitaliers. Mais nous gardons un contact suivi avec le malade, nous connaissons mieux son histoire. » Ces propos renvoient aux contenus du Doctor B (Ben Park, MoMa) et de Un médecin de campagne (André Canténys, CNDP, 16 mm).

Notes complémentaires

(français)

Références et documents externes

(français)


Contributeurs

  • Auteurs de la fiche : Joël Danet