L'hôpital au Moyen Age (1976)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

L'hôpital au Moyen Age


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title L'hôpital au Moyen Age
Year of production 1976
Country of production
Director(s) Maryvonne Blais
Scientific advisor(s)
Duration 17 minutes
Format Parlant - Couleur - 16 mm
Original language(s) French
Commissioning body CNDP
Archive holder(s) CNDP

Main credits

(français)
"Auteur Jean-Claude GardachProducteur CNDP"

Content

Medical themes

Theme

(français)
Exposé historique sur l’hôpital au Moyen Age.

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Histoire de l'hôpital au Moyen-age, assurée par un commentaire, illustrée par des vues sur le lieu et des gravures, et une description de l’hôpital sous forme de visite guidée.

Context

(français)
Le film fait écho aux travaux de Michel Foucault sur la marginalisation des catégories indésirables à l'époque médiévale et classique.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le film cherche, par son recours fréquent aux documents, et en s’attachant à l’architecture, à projeter le spectateur dans le lieu à une époque donnée : le Moyen Age.Il s'agit de donner une perspective historique au fonctionnement de l’hôpital afin de mettre en évidence l’évolution de ses priorités (la bonne œuvre d’un particulier, la prise en main religieuse) et les permanences de certaines de ses missions (accueil, soins).

How are health and medicine portrayed?

(français)
La médecine du Moyen Age n’est pas efficace, elle est soumise aux préjugés sociaux et aux règles du dogme ecclésiastique.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Télévision scolaire (en 1969, le taux d'écoute de la télévision scolaire est de 2 à 6%. En 1973, 1/3 des écoles bénéficient d'un téléviseur solaire. - revue "Education - Formation" n° e- 289 - déc. 2008)

Presentations and events associated with the film

(français)
Dossier pédagogique CNDP

Audience

(français)
Tout public

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
Naissance de l'hôpital
Vue en plongée sur les toits de l’hospice de Beaune. « Elle était à l’abri des brigands à la Guerre de Cent ans. Célèbre aujourd’hui pour son hôpital au XVeme siècle. » Célèbre avant tout en tant que site de tournage de « La grande vadrouille » de Gérard Oury, en 1966, ce que le film ne précise pas… Voix off du chancelier de Bourgogne qui a fondé l’hospice, Nicolas Rolin, « homme d’affaires habile et retors » ajoute le commentaire. 1452 : le premier malade est reçu à l’hôpital, « neuf jours plus tard, on y enterre le premier trépassé. » Emplacement du puits, traveling le long de la façade de la grande salle des malades, puis la cour avec sa petite porte « pour recevoir les malades en danger de mort. » Gravures d’époque, les étagères de l’apothicaire « aux remèdes peu efficaces mais les seuls connus de l’époque ». L’intention du film, comme nous le vérifierons plus loin, n’est pas de réhabiliter la médecine de cette époque, mais de montrer l’organisation du lieu, déterminée par la religion, l’autorité politique, les préjugés sociaux, autant que par l’institution soignante. Un porche mène à une autre cour : « à l’abri du regard des malades, le cimetière. » Longs travellings sur les fameux toits au tuilage en camaïeu ocre, orange et rouge. « L’hôpital, désormais, prend en charge les malades, les lépreux, les pestiférés. » "Une agitation inefficace autour du malade"
Travelling latéral sur la succession des alcôves aux rideaux ouverts. Un religieux écrit son étonnement : « on n’y sent aucune puanteur malgré le grand nombre de malades ». Chœur religieux et orgues pour nous rappeler l’ancrage ecclésiastique de l’hôpital. Vue sur un retable montrant la parousie : au paradis au moins, les souffrances du malade prendront fin, car « l’hôpital au Moyen Age prépare à la bonne mort. » Le film insiste sur quelques opérations courantes, mais « plus fréquente, l’agitation inefficace autour du malade. » Vues sur des peintures des pensionnaires et des religieux qui les prennent en charge. « Mais où sont les exclus ? » Une question qui fait écho aux travaux de Michel Foucault ? Le commentaire ne le cite pas. Les pestiférés, « terreurs des médecins », sont chassés dans une léproserie située à Meursault.
Beaune aujourd'hui
Aujourd’hui, l’hospice de Beaune fonctionne encore, accueillant les personnes âgées. En voilà quelques unes, assises au milieu de la grande salle des malades. Les vignes sont encore entretenues. Le film s’achève sur une dernière vue des toits.

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Joël Danet