Fièvre aphteuse : un village en quarantaine (1974)

From Medfilm



Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.



Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.
If you have trouble viewing subtitles, try using a different web browser.

Title :
Fièvre aphteuse : un village en quarantaine
Year of production :
Country of production :
Duration :
2 minutes
Format :
speaking film - Black and white -
Original languages :
Subtitles and transcription :
Production companies :
Archive holder(s) :
Corpus :

Main credits

(français)

journaliste : Robert Werner

Content

Theme

(français)

Reportage dans le village Plumaugat, durant l'épidémie de fièvre aphteuse qui sévit en Bretagne dès le mois de mars 1974. Inquiétudes des habitants, rassemblements interdits, cheptels abattus, mise en place d'indemnisations...

Main genre

Documentary

Résumé

(français)

Context

(français)

Suite à une épidémie de fièvre aphteuse qui sévit dans le département, une soixantaine de communes ont été mises en quarantaine. Le village de Plumaugat en fait partie, la vie des habitants est bouleversée.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage : Yes.
  • Set footage : No.
  • Archival footage : No.
  • Animated sequences : No.
  • Intertitles : No.
  • Host : No.
  • Voix off : No.
  • Interview : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)

How are health and medicine portrayed?

(français)

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)

télévision

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)

Télévisuel

Local, national, or international audience

Description

(français)

Cet extrait de reportage s'inscrit dans un sujet de journal télévisé plus long. Cette épidémie de 1974 aurait vu un abattage de masse d'environ 15 000 porcs, de 2 000 bovins et d'une centaine de chèvres.

Dans les archives, dans les médias La fièvre aphteuse, dans les archives de l'Ina, est un sujet traité régulièrement de 1952 à 2017, avec des années significatives : 1974, 1979, 1981, 1993, 2001 et 2007. 1974 correspond à l'épidémie qui sévit au moment du reportage, dans les Côtes du Nord ; 1979 correspond à une seconde épidémie en Bretagne, avec notamment des problèmes d'indemnisation ; 1981 semble fortement lié aux vaccins ; 2001 représente la première grande épidémie en Grande-Bretagne ; 2007 parle de la seconde épidémie en Grande-Bretagne.

Cette antériorité télévisuelle se reflète également dans les articles de presse.


L'enzootie de fièvre aphteuse de 1974 [Source : La lutte contre la fièvre aphteuse en France depuis 1960-1962 (mesures prises, résultats obtenus, causes de réapparition et de développement localisé) par R.Fleckinger]

"L'enzootie de Bretagne, survenue en avril 1974, après la suppression de la participation financière de l’État à l'acquisition du vaccin (1972) était due à la négligence dans la vaccination générale du troupeau bovin, à l'absence d'immunisation de effectifs porcins dont on sait la haute densité en Bretagne et à certaines défaillances humaines dans la déclaration précoce des foyers. Son éradication a coûté 5 milliards A.F.. Elle a eu, néanmoins pour conséquence, un renforcement heureux, pour un temps du moins, de l'application de la vaccination générale des bovins en France et un contrôle plus soutenu dans l'exécution des mesures."

Une situation sanitaire et des mesures de précaution qui rappellent celles de la pandémie de Covid-19 Selon un article paru dans le journal Le télégramme le 11 mars 1974, voici ce qui est rapporté : "Tout le monde a peur. Peur de cet ennemi invisible. [...] Alors, par crainte de le communiquer à son voisin, on reste chez soi. [...] Les gens se terrent chez eux, comme autrefois les pestiférés. On regarde à la télé, on redécouvre les vertus et les joies des dimanches en famille. [...]".

Supplementary notes

(français)

On retrouve sur Gallica un ouvrage datant de 1907 qui parle de la fièvre aphteuse : Gare à la cocotte ! La fièvre aphteuse, par F. Vélat, avant-propos par M. Emile Thierry - Petite Encyclopédie Populaire illustrée du cultivateur, du jardinier, de la ménagère


- - - - - Transcription partielle du reportage complet


- Carton «Fièvre aphteuse : l’enquête»

- Lancement plateau « Depuis le début de l’épidémie de fièvre aphteuse qui sévit en ce moment dans notre pays, près de 80 000 animaux dont une majorité de porcins ont dû être abattus. L’épidémie qui s’était déclenchée dans les côtes du Nord s’est progressivement étendue dans les départements bretons limitrophes, et a même franchi la barrière de sécurité qui avait été mise en place par les services vétérinaires. C’est ainsi que l’épidémie de fièvre aphteuse s’est étendue dans d’autres départements français, les responsables qui tentent d‘endiguer cette épidémie ne sont pas toujours parvenus à déterminer l’origine du virus. Le syndicat national des vétérinaires s’est réuni hier d’urgence et a proposé une vaccination systématique de tous les animaux concernés. De plus, cette épidémie a engendré des conséquences économiques très sérieuses, principalement, bien sûr, pour les éleveurs, qui sont les premiers touchés.»

- Lancement du reportage : «Village de Plumaugat dans les Côtes-du-Nord, qui fait partie de « la zone », soit 62 communes dans le même cas que Plumaugat. Communes mises en quarantaine, quadrillées par la troupe et les gendarmes. A Plumaugat, 16 foyers sont touchés, les rues sont vides.»

- Panneaux indiquant : « fièvre aphteuse »

- Reprise de la voix off : « Ceux qui sont épargnés par ce fléau s’enferment chez eux. Il craignent qu’un parent, un voisin transmette le virus en ne désinfectant pas la semelle de ses chaussures ou les pneus de sa voiture ayant pénétré dans les terres. Tous les rassemblements sont interdits, les rencontres sportives annulées, les cinémas fermés, et même l’église est touchée. A Plumaugat, il n’y a plus de messe.»

- «Le Bourg est quasiment vidé. Les cadavres d’animaux s’amoncellent partout dans la région, tâche souvent accomplie par les hommes de troupe, creusant parfois à la hâte des fosses où les cadavres d’animaux sont ensevelis sous de la chaux (porcs, vaches).»


- - - Ce qui est expliqué dans la suite du reportage

- Obligation d’abattre toutes les bêtes (dixit un directeur des services vétérinaires), ‘seule méthode appliquée valablement dans les pays organisés’. L'un des rares pays d’Europe à ne pas la pratiquer, c’est l’Espagne, ‘véritable foyer, réservoir de virus’, cas de fièvre aphteuse à la frontière pyrénéenne.

- Véhicules de service de désinfection : désinfection au jet des pneus de véhicules - Toutes les routes du département sont sévèrement gardées par les gendarmes qui font passer à la désinfection les voitures pénétrant ans la zone touchée par la fièvre aphteuse. - Des agriculteurs parlent du préjudice moral qui est irremplaçable malgré une restitution ‘à peu près normale’ du cheptel abattu (5-6 ans pour faire un vrai cheptel). - Une autre agricultrice a perdu 29 bovins, 353 porcs charcutiers, 12 ?fumères ?, 59 porcelets pour une perte évaluée à 34 millions en Ancien Francs (291 308,42€, à valeur de l'Ancien Franc en 1974) - Un troisième agriculteur a perdu 90 cochons, 39 veaux-bovins en une seule journée.

- Sur les indemnisations : « Les indemnisations vont assez vite […] mais il y a en plus de ça le manque à gagner pour ces agriculteurs. Et alors là il nous faut le faire calculer, comme je vous l’ai dit tout à l’heure, par les centres de gestion, de façon à savoir la perte réelle pour ces agriculteurs.» (Jean barbier, vice-président d'un syndicat agricole) - « La situation est sérieuse, pas encore catastrophique, mais si de nouveaux cas étaient signalés les jours prochains, elle pourrait le devenir. Il y a plus de 500 000 porcins dans la région. »

References and external documents

(français)

Pour aller plus loin : - Delphine Berdah, Abattre ou vacciner. La France et le Royaume-Uni en lutte contre la tuberculose et la fièvre aphteuse (1900-1960) - Éditions de l’EHESS, Paris, 2018, 352 p.

Contributors

  • Record written by : Caroline Sala
  •  :