Compilation d'images du service de santé : hôpital et postes de secours (1918)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Compilation d'images du service de santé : hôpital et postes de secours


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Compilation d'images du service de santé : hôpital et postes de secours
Year of production 1918
Country of production
Director(s)
Scientific advisor(s)
Duration 10 minutes
Format Muet - Noir et blanc -
Original language(s)
Archive holder(s) ECPAD
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)

Content

Theme

(français)
Le service de santé et les hôpitaux de l’armée pendant la Première Guerre mondiale

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Les soldats savent qu’ils sont filmés sur une péniche, certains s’écartent du cadre lorsqu’ils s’aperçoivent de la caméra. Nous pouvons apercevoir des évacuations de blessés sur des brancards, nous pouvons également noter la présence d’ambulances. Il manque des brancards, nous pouvons voir des infirmiers porter des soldats sur un chemin peu praticable et cabossé.

Nous observons par la suite divers postes de secours organisés de façon rudimentaires avec une tente, des malles, des brancards posés à même des tréteaux pour pratiquer les premiers soins aux blessés les plus sévèrement touchés.

Le plan suivant montre des médecins se divertissant en jouant à la pétanque, la présence de la caméra est remarquée car certains soldats la saluent. Puis nous retrouvons divers plans montrant les accès au poste de secours via des tranchées où un premier tri des blessés est effectué afin d’évaluer la gravité des blessures et de choisir dans quelle direction les amener.

Nous retrouvons par la suite de nouveaux plans sur des cadavres, plans que nous retrouvons dans d’autres films de la même époque.

Un bateau circule sur l’eau avec une équipe de médecins. Nous pouvons donc supposer que l’accès aux blessés est difficile et que les médecins disposent de peu de moyens.

Enfin, nous pouvons observer une intervention mais les images sont très sombres, nous ne pouvons pas distinguer exactement ce qu’il en est. Nous pouvons observer également des images du bloc opératoire et des infirmières se préparant à l’opération.

Context

(français)
A travers les images nous pouvons noter que l’accès au front n’est pas évident pour les secours. En effet, il existe un problème de liaison entre l’arrière et le front qui est reconnu depuis 1915. Il est difficile pour le service de santé d’accéder au front jusqu’à la guerre de position car le front ne cesse de se déplacer ainsi que les lignes de tirs.

Nous pouvons voir les premiers soins accordés aux blessés. En effet, le service de santé des armées apporte les premiers soins aux blessés et effectue un tri parmi ces blessés afin de déterminer de quels soins ils ont besoin et donc où envoyer les blessés. C’est le service de santé qui détermine qui envoyer dans les hôpitaux à l’arrière du pays. Le service de santé effectue également les premières interventions pour les soldats qui sont envoyés dans les hôpitaux car la liaison est longue est difficile, le blessé a besoin de premiers soins afin de pouvoir supporter le voyage.

De plus, la médecine n’est pas préparée aux nouveaux types de blessures que portent les soldats. En effet, les médecins s’attendent à de nombreuses blessures par balles mais les soldats sont atteints d’éclats d’obus. Cela permet à la médecine de progresser car cette dernière doit s’adapter à des nouvelles blessures mais cela demande un certain temps d’adaptation. De plus, les médecins du front ne possèdent pas les techniques et les moyens que possèdent les médecins de l’arrière, ce qui est accentué par les difficultés de liaison entre les deux.

La logistique devient primordiale pour traiter au mieux les blessés et les acheminer vers les différents centres de soins. C’est à cette période qu’est mis en place une forme de catégorisation des blessures et une hiérarchisation qui permet de déterminer où envoyer le blessé et qui peut le soigner. Le poste de secours apparaît alors comme un point de passage qui permet de trier les soldats blessés.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : Yes.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
La précarité des postes de secours est très mise en avant dans ce film. Importance des images qu’on retrouve dans différents films ? Et les médecins et soldats qui se rendent compte de la présence de la caméra ?

How are health and medicine portrayed?

(français)
La médecine et la santé sont représentées notamment à travers le corps médical : les infirmières, quelques médecins et les soldats chargés de l’évacuation des blessés. La médecine est également représentée à travers les images de deux opérations mais nous ne pouvons pas en décrire grand-chose car les images sont sombres. Peu de films tournés sur le terrain montrent les opérations, ce qui est un atout pour ce film. La santé et la médecine sont également représentées via les images montrant les postes de secours et les hôpitaux, ces images permettent de rendre compte de la précarité des postes de secours et des conditions dans lesquelles les blessés sont soignés en premier lieu.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Ce film étant une compilation de différentes images nous pouvons nous demander si ce film est réellement projeté quelque part ou si ces images ont été mises bout à bout par les archivistes et n’ont donc pas été diffusées telles quelles dans une salle de cinéma.

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)

Local, national, or international audience

National

Description

(français)

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Julie Goetz