Auto-stop – Les cinq grandes constitutions psychopathiques (1964)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Auto-stop – Les cinq grandes constitutions psychopathiques

Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.
Title Auto-stop – Les cinq grandes constitutions psychopathiques
Series Fou
Year of production 1964
Country of production France
Director(s) Éric Duvivier
Scientific advisor(s) Didier-Jacques Duché
Actor(s) Jacques Dufilho
Duration 18 minutes
Format Parlant - Couleur - 16mm
Original language(s) French
Subtitles and transcription FrenchEnglish
Production companies Sciencefilm
Sponsor(s) Laboratoire Sandoz
Archive holder(s) CILCERIMES

Main credits

(français)
Image Pierre Fournier - Acteurs Jacques Dufilho et Dorothé Blanck

Contents

Medical themes

Theme

(français)
Les cinq grandes constitutions psychopathiques

Main genre

Abstract

(français)
Sont présentées ici, sur le ton de l'humour, les cinq grandes constitutions psychopathiques : le cyclothymique, le pervers, le mythomane, le paranoïaque et l'émotif. Chacune est présentée avec mime, gags, grimaces, par un autostoppeur.

Context

(français)

Structuring elements of the film

  • Reporting images  : No.
  • Studio pictures  : No.
  • Archive footage  : No.
  • Animation sequences  : No.
  • Inter-titles  : Yes.
  • Animator  : No.
  • Voice over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the movie direct the spectator's view?

(français)
La caméra est très souvent à la place du conducteur de la voiture, ce qui permet de mieux embarquer le spectateur dans l'histoire de ce film. Il est directement témoin des différents rôles de J. Dufilho, des cinq constitutions psychopathiques.

How are health and medicine portrayed?

(français)

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Circuit médical puis salles d'Art et Essai dans le long métrage Fou (1980)

Communications and events associated with the movie

(français)

Audience

(français)
Tout public

Local, national, or international audience

Unknown

Free-form description

(français)
En guise de carton, un panneau de signalisationChacune de ces cinq psychopathies sont écrites sur des panneaux de signalisation. Le film est ainsi rythmé, comme découpé en cinq parties qui débutent et finissent de la même manière. Jacques Dufilho rentre dans la voiture au côté de l'actrice, mime le comportement associé par des gags et grimaces, puis ressort de la voiture. Entre chaque partie, la caméra prend place dans la voiture pour avancer très rapidement sur la route sous une musique stressante.
logo Sandoz, musique Sandoz.Le générique apparait sur des panneaux de signalisation au bord d'une route de campagne, sous une musique stressante rappelant celle d'un manège. Le titre apparaît en bas de l'image, en blanc : « les cinq grandes constitutions psychopathologiques ». Lorsque que la caméra arrive au niveau du panneau indiquant « Sotie », une définition du Larousse est inscrite en bas de l'image : « SOTTIE ou SOTIE Genre dramatique dans lequel les personnages sont censés être fous. ». La caméra continue d'avancer.
Le cyclothymique : agitation, prostration
Nous apercevons une femme au volant d'une voiture ; elle est filmée de face. La caméra poursuit sa route, prenant la place de la voiture, et s'arrête au niveau d'un homme seul, qui fait de grands mouvements au milieu du chemin de campagne. Un panneau indique « Le cyclothymique ». L'homme monte dans la voiture. A nouveau en vue de face, nous voyons les deux personnages dans la voiture. La femme reste impassible et semble ne pas faire attention à l'homme qui lui, fait de grands gestes ; il mime, enlève sa veste, sa cravate, ennuie la femme qui s'arrête finalement et lui indique de sortir. Il rentre à nouveau, se calme et se recroqueville sur lui même ; la musique est plus douce. La voiture arrive sur un pont, et l'homme descend.
Le pervers : agression, voyeurisme
La musique stressante revient. Un nouveau panneau indique « Le pervers ». La voiture s'arrête à nouveau. Nous le voyons mettre des lunettes de soleil, sortir un couteau, jeter un parapluie par la fenêtre, enlever une épingle de son veston et piquer la conductrice, jouer avec le couteau, prendre une paire de ciseaux et découper la jupe de la femme pour faire apparaître son porte-jarretelles. La voiture s'arrête lorsqu'elle l'éconduit. Il semble énervé.
Dernières soties
Nouveau panneau « le mythomane », puis « le paranoïaque » et enfin « l'émotif ». Les scènes se passent toujours de la même façon, sauf que pour la dernière, il fait nuit. Le film s'arrête sous un couché de soleil. Les trois derniers panneaux de signalisation indiquent « Sandoz » « Sciencefilm » et « Fin ».
Fonds Eric Duvivier code 175.

Notes complémentaires

(français)
réf au CIL : Cote 175 + dossier sur le film (juste une affiche de Chaval ; distribution Le Seine)

Références et documents externes

(français)


Contributeurs

  • Auteurs de la fiche : Caroline Ruebrecht