Sois intelligent, dis-le aux autres (1994)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Sois intelligent, dis-le aux autres


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Sois intelligent, dis-le aux autres
Year of production 1994
Country of production France
Director(s) Jean Charles Bigay
Scientific advisor(s)
Duration 23 minutes
Format Parlant - Couleur - vidéo
Original language(s) French
Production companies Atalante production
Commissioning body DDASSDDPJJAssociation Jeunes en Mouvement
Archive holder(s) CIRDD Alsace

Main credits

(français)

Content

Theme

(français)
Un jeune homme hétérosexuel vivant dans une banlieue découvre sa séropositivité

Main genre

Synopsis

(français)
Un jeune homme révèle sa séropositivité à sa famille. Rejeté, il trouve refuge chez un ami. Il avoue également sa séropositivité à son entourage.

Context

(français)
En 1994, nous sommes à l’apogée de la prévention. Les militants sida sont actifs et reconnus par les pouvoirs publics. Le sida est reconnu comme une pandémie. Les actions inter-associatives se multiplient, le sidaction d’avril 1994 est un succès. Le film débute d’ailleurs avec l’évocation du baiser de Clémentine Célarié, actrice, présente sur le plateau du sidaction ; sidaction que 33 millions de téléspectateurs ont vu. Les trithérapies ne sont pas encore d’actualité et la prévention est un des seuls moyens de lutter contre le sida. La fin de l’AFLS est annoncé mais les campagnes de prévention se sont succédées. Le grand public a également été sensibilisé par l’intermédiaire de l’ « affaire du sang contaminé».

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le spectateur est invité à se mettre à la place du personnage principal, Jérôme. Il est jeune, a commis un écart, et en plus de la difficulté lié à la maladie et à l’angoisse que le sida génère, il voit s’effondrer son réseau social, familial et amoureux. Ce film appelle à la solidarité, à la non discrimination et rappelle que les peurs liés à un transmission du sida par contact sont infondées. Il a également pour but de créer une proximité à la maladie même chez les gens ne se sentant pas concernés

How are health and medicine portrayed?

(français)
Le film évoque le problème de l’accès aux soins notamment chez les jeunes. Jérôme, sur la sécurité sociale de ses parents, n’a pas consulté à nouveau de médecin après l’annonce car il a peur de payer les soins. Il lui est difficile d’aller chez le médecin de famille du fait même qu’il s’occupe de la famille. Le problème de la sidération lors de l’annonce, qui empêche de retenir les conseils médicaux, est évoqués. Les médecins apparaissent comme un recours possible pour la prise en charge de la maladie, les centre de dépistages anonymes et gratuits où Jérôme a fait son test sont cités. L’infirmière du film donne des informations exactes sur le sida, ce qui sous entend que le recours a des paramédicaux est également possible.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
établissements scolaires, entreprises, télévision

Presentations and events associated with the film

(français)
plaquette de présentation

Audience

(français)
tout public

Local, national, or international audience

Unknown

Description

(français)
Exposition : Jérôme découvre sa contamination
Jérôme, vingt ans, habite dans une banlieue à Clermont-Ferrand. Le film s’ouvre en filmant les immeubles gris et massifs, avec en fond sonore la querelle entre Jérôme et son père qui le rejette. Jérôme vient d’annoncer sa séropositivité à ses parents. Il sort dans la rue, sans possibilité manifeste de regagner le domicile de ses parents. Son groupe d’ami habituel traine devant les immeubles. Ils parlent justement du sida. Ils ne se sentent pas concernés, ne sont pas homosexuels, "et la capote ça craint". Jérôme s’éloigne du groupe en maugréant. Un ami le rattrape, et l’invite à rester chez lui. Jérôme lui raconte qu’il a eu une aventure d’un soir avec une fille qu’il connaissait de l’école, quelques semaines auparavant. Il aime sa petite amie Fatia, mais l’occasion était belle… Il n’a pas mis de préservatif. La fille était séropositive et s’est suicidée depuis. Il a été faire un test, il est séropositif, preuve sur papier. Il est perdu et désespéré. La mère de son ami, qui se trouvait devant la porte, a tout entendu. Elle est infirmière, elle répond aux questions que se pose Jérôme.
l'isolement : rupture avec sa compagne et ses amis
Les deux amis sont en boite de nuit. Ils croisent Fatia. Elle est remontée contre Jérôme, qui ne donne pas de nouvelles depuis plusieurs semaines. Jérôme et Fatia sortent tous les deux dans la nuit. Jérôme avoue sa séropositivité à Fatia. Elle a peine à y croire. Heureusement, ils mettaient tous les deux des préservatifs. C’est au tour de Fatia d’avoir besoin d’un peu de temps…On la retrouve au lycée en compagnie de l’amie avec qui elle a fait son premier test de dépistage. Son amie est vindicative vis-à-vis de Jérôme. Fatia prend sa défense : « Personne ne mérite ça, c’est affreux comme punition. »En bas des immeubles, Jérôme retrouve son groupe d'amis. L’ami qui l’héberge les interroge sur le sida. Une chose est évidente, ils ne traîneraient pas avec un séropo. Jérôme se lève, « je suis séro, je suis séro, vous avez entendus ? » Apparaît l’écran noir, on entend la voie de Jérôme : « alors quoi, merde. Vous vous cachez les yeux, vous ne respirez plus ? »Générique, des morceaux du tournage sont montrés à l’écran.

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Maryse Contal