Les nuées dévorantes; (1951)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Les nuées dévorantes;


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Les nuées dévorantes;
Year of production 1951
Country of production Grande-Bretagne
Director(s)
Duration 21 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16 mm
Original language(s) English
Translated French
Production companies World Wide Pictures

Main credits

(français)
« World Wide Pictures présente. Musique de Doreen Carwithen, Orchestre dirigé par John Hollingsworth, Texte original de Robert Kee ; Adaptation française Alexandre Arnoux, avec la voix de Jean Marchat. Images de Peter Hennesey, Georges Shears, Montage de Frances Cockburn a.r.p.s. ; Un film réalisé avec la collaboration de centre de recherche anti-acridiennes, du « Desert Locust Control and Survey » et de M.S.A. (Mission de Grande-Bretagne) »

Contents

Theme

Main genre

Documentaire

Abstract

(français)
Depuis les temps bibliques, les sauterelles et criquets ravagent les régions désertiques et semi-désertiques du Sahara, du Sahel et de la péninsule arabique. Les populations autochtones n’ont que des moyens de fortune pour le combattre, mais au niveau international, la résolution de l’anéantir est prise. Des études et recherches sont menées sur place et en Occident. Le criquet n’est qu’un insecte mais sa multiplication à très grand échelle menace l’existence de populations entières. La « Surveillance anglaise du désert » qui s’emploie à les éradiquer rencontre bon accueil mais aussi méfiance ou hostilité de la part des populations locales. Des méthodes d’action sont mises en œuvres, une alerte entraine une réaction aussi rapide que possible. L’efficacité de l’œuvre accomplie permet le recul du fléau.

Context

Structuring elements of the film

  • Reporting images  : Yes.
  • Studio pictures  : No.
  • Archive footage  : No.
  • Animation sequences  : No.
  • Inter-titles  : No.
  • Animator  : No.
  • Voice over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the movie direct the spectator's view?

(français)
Ce film est assez classique dans son déroulement : état de fait, étude de la cause, présentation des moyens de lutte mis en œuvre. Cette dernière partie occupe d’ailleurs toute la seconde moitié du film, avec les différentes méthodes possibles et un exemple réel. Bien qu’il ait été réalisé au début des années 1950, il a un regard encore assez « colonial » dans la représentation des relations entre Européens et autochtones.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Il n’y a dans ce film aucune représentation explicite de la santé et de la médecine, mais elles y sont présentes implicitement, car la lutte contre les sauterelles permet d’assurer la subsistance et donc la santé des populations locales, selon le commentaire.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Cinémas publics.

Communications and events associated with the movie

Audience

(français)
Grand public.

Local, national, or international audience

International

Free-form description

(français)
Une calamité du désert : les criquets
[00’00]
Le film débute par des plans d’ensemble. Des hordes d’insectes parcourent le sol et volent. Le commentaire cite un passage du Livre de Joël, issu de l’Ancien Testament. Plan moyen et plan rapproché poitrine. Un paysan ramasse le reste d’un épi de blé sur son champ ravagé. Son visage est fermé devant l’ampleur du désastre. Plans en plongée et plans d’ensemble. D’autres paysans rassemblés en cercle avancent en battant le sol avec des fouets de fortune ou en le balayant avec des branches. Ils repoussent ainsi les insectes jusqu’à un trou où ils s’entassent et sont enterrés vivants.Plans généraux, plans panoramique et plans d’ensemble. Un autre champ a lui-aussi été touché par ce fléau que l’Humanité subit depuis le début de son histoire et devant lequel elle est impuissante. Le commentaire précise qu’il a même été considéré comme une colère divine. Des insectes s’envolent en masse. Ce sont les sauterelles ou criquets dont le vol constitue un « nuage mouvant » qui assombrit le ciel. Sa capacité de déplacement est de « 3 000 kilomètres » et son poids peut dépasser « 1 000 tonnes ».
Fondu de transition et plan rapprochés poitrines. Des visages de paysans qui témoignent de cette calamité qui est la pire de toutes celles « dont la nature accable les hommes » et qui a terrorisé « un quart du globe » des siècles durant, selon le commentaire. Plan moyen et plan en plongée. Des paysans récoltent ce qui peut encore l’être et en remplissent des paniers. Un autre vol de criquets tournoie dans le ciel. Plans rapprochés et plan d’ensemble. Il se pose sur des arbres qu’il laisse ravagés en s’envolant deux heures après, ne laissant que « famine et désespoir ». Plan panoramique des arbres. Le commentaire se demande comment vaincre cette calamité.
[02’50]
La nécessaire lutte contre ce fléau
[02’50]
Plan général et autre plan panoramique. Un avion largue du poison sur une bande de criquets posés au sol. Ceux-ci s’envolent. Plan d’ensemble en plongée. Des hommes déchargent d’un camion et portent des sacs contenant du poison. Plans moyens. Ils marchent au milieu des arbres en fleur et y répandent le poison. Le commentaire précise que cette méthode est cependant aléatoire du fait de la grande mobilité des criquets.
Plan général. Les représentants de plusieurs pays entre dans la salle de réunion d’une organisation internationale. Plans rapprochés taille. La caméra présente quelques-uns d’entre eux, dont le délégué de la Turquie et celui des Etats-Unis. Ils décident d’unir leurs forces dans la lutte contre ce fléau.
Plans d’ensemble, plans moyens et plans rapprochés taille. Des recherches sont menées « sur le terrain » par des savants occidentaux. Un naturaliste égyptien nourrit des « sauterelles captives » afin d’étudier leurs habitudes alimentaires. A l’intérieur d’une tente posée dans le désert érythréen, un « spécialiste » présente les routes migratoires des criquets à son assistance. Une technicienne d’un laboratoire de recherches londonien participe à une étude sur les sauterelles, dont les résultats seront communiqués à tous les pays qui subissent les assauts de ces insectes. Gros plan sur une boite où sont enfermées une partie d’entre elles.
[05’00]
L’étude du criquet
[05’00]
Plan panoramique de montagnes et de maquis en bordure du désert. Le commentaire indique que cette zone aride qui s’étend « de l’Afrique Occidentale à l’Inde, de la Russie au Tanganyika » est le théâtre de la lutte. Très gros plans. Un criquet est en train de se nourrir. Fondu de transition. Par son abdomen, une femelle dépose entre une cinquantaine et une centaine d’œufs dans le sol. Ceux-ci éclosent au bout de deux semaines. La moitié d’entre eux deviennent des larves qui se transforment en sauterelles au bout de cinquante jours et émergent du sol. Plans d’ensemble et généraux. Ne pouvant encore voler, elles se déplacent en « bandes » et peuvent alors être facilement éliminées par empoisonnement si elles sont précisément localisées. Nouveaux très gros plan. Ayant progressivement grandi, elles muent cinq fois et s’extraient de leur peau. Leur cœur s’active ensuite pour gonfler et muscler les ailes par le sang. Les sauterelles pullulent sur les arbres fruitiers de pays entiers.
[08’00]
La « surveillance anglaise du désert »
[08’00]
Plan panoramique. Sur un dromadaire, un bédouin traverse le désert où les sauterelles ne peuvent faire de dégâts. Une voiture passe au milieu de plantations. Des paysans labourent leurs champs. Sur eux pèse la menace permanente des criquets. Plan rapproché poitrine de profil. Des femmes travaillent aussi aux champs. L’une d’elle porte son bébé sur le dos. Gros plan. Il regarde la caméra. Plan en plongée. Le sol est creusé avec des outils primitifs.
Plan d’ensemble. Une voiture tout-terrain et un camion de la « surveillance anglaise du désert » arrivent dans un village. Ils sont accueillis avec joie par les enfants dont certains grimpent sur les véhicules en marche, au mépris du danger. La population voit d’un bon œil ces hommes qui veulent les délivrer des sauterelles et le chef de village leur souhaite la bienvenue.
Autre plan d’ensemble et plan moyen. L’équipe chargée d’éradiquer les sauterelles arrive s’arrête à un campement de bédouins. Ceux-ci sont méfiants car les insectes font partie de leur alimentation, mais ils les invitent néanmoins sous leur tente. Gros plans. Les hommes de l’équipe essaient de la convaincre de la nécessité d’éliminer les sauterelles pour leur bien et celui des populations sédentarisées.
Nouveau plan d’ensemble. L’équipe vient à la rencontre d’autres bédouins qui se montrent hostiles, craignant que leurs chameaux ne soient empoisonnés. Le responsable en avale une petite quantité pour leur prouver qu’il n’en est rien. Les bédouins finissent par l’accueillir.
[10’55]
Les patrouilles
[10’55]
Plans moyens. Des éclaireurs montent sur leurs dromadaires et quittent le camp pour aller en patrouille. Leur connaissance du désert est d’une importance capitale à « l’agent de combat » pour localiser les sauterelles, comme le souligne le commentaire. Plan général. L’un d’eux progresse au milieu des dunes. Plan d’ensemble et plans rapprochés poitrine. Il demande des renseignements à un berger puis reprend sa route. Plans panoramiques. Les véhicules de l’équipe passent devant la cité de Marib au Yémen et au milieu d’un troupeau s’abreuvant à un « point d’eau » en Erythrée. Les informations qui y sont recueillies sont d’une grande utilité dans la lutte contre les sauterelles. Plan d’ensemble et plans moyens. Ils demandent des renseignements à un autre berger qui ne leur répond rien. Ils reprennent alors leur route. Ils croisent ensuite d’autres « indigènes » qui les renseignent.
Fondu de transition. Plans moyens. Munis de pulvérisateurs, les autochtones répandent le poison sur leurs champs. Plans d’ensemble. Des soldats de l’armée iranienne avancent en rangées et jettent des poignées de poison. Plan général. Un Lancaster s’apprête à décoller d’un aérodrome pour procéder à un largage de poison. Plan panoramique. Un autre avion venant des Etats-Unis atterrit sur le même aérodrome. Plans moyens. De ce « gros porteur » sont déchargés le moteur et l’une des ailes qui, avec d’autres « pièces détachées », constitueront un avion « plus petit ». D’autre pays participent à cette lutte car, comme le fit avec insistance le commentaire, de la sauvegarde des récoltes dépendent la survie de l’espèce humaine dans ces contrées en voie de développement. Plans en plongée sur des colonies des sauterelles qui pullulent au sol et sur des plants ravagés.
Plan panoramique. Des avions survolent une plaine en rase-motte. Travelling aérien latéral. L’un des avions largue du poison. Ces grandes opérations nécessitent de grandes dépenses mais sont nécessaires pour éliminer les bandes de sauterelles ne volant pas encore et passées inaperçues. Le commentaire rappelle que leur réussite dépend de l’engagement des pays concernés.
[14’23]
La destruction d’une horde de criquets
[14’23]
Plan d’ensemble. Un éclaireur arrive à dos de chameau près d’une tente et donne à un Européen une feuille sur laquelle figurent les « indications » nécessaires. Plans d’ensemble. Deux autres hommes parcourent la région à bord d’un véhicule tout-terrain tandis que l’éclaireur continue sa tournée à dos de chameau. Il rencontre un autre Européen qui patrouille en voiture et l’avertit de l’existence de plusieurs colonies de sauterelles. Plan fixe. Des vautours tournoient dans le ciel, prêts à fondre sur elles. L’éclaireur et le patrouilleur se séparent.
Plan moyen et plan rapproché taille. Celui-ci s’arrête un peu plus loin et observe l’espace qui s’étend devant lui. Plan panoramique et plans d’ensemble. Des centaines de sauterelles « âgées de cinq semaines » se déplacent sur le sable. Il est encore possible de les détruire avant qu’elles ne s’envolent. Autre plan d’ensemble. Au poste « le plus proche », c’est l’effervescence. Gros plans. L’éclaireur est coiffé d’un casque à écouteurs et radiotélégraphie une alerte. Plan moyen. Un Européen du « quartier-général de la région » en prend connaissance. Plan d’ensemble. Une équipe quitte le poste sous le regard d’un garde armé. Dans un hangar, des sacs contenant du poison sont chargés à bord d’un camion qui prend ensuite la route du désert. Alors que l’équipe traverse la contrée. Une caravane de dromadaire se dirige vers celle-ci.
Plan moyen et plans d’ensemble. Arrivé dans le secteur, un « agent » procède à un premier épandage à main « à cinquante mètres en avant de la bande de criquets ». Ceux-ci s’avancent sur le sable, se contaminent vague après vague et meurent. Nouvelle accentuation dramatique de la musique. Plan en plongée et plan rapproché poitrine en contre-plongée. La bande entière a péri et l’agent constate l’efficacité du poison. Le commentaire précise cependant que sa seule action ne peut enrayer le fléau. [17’21]
Une mission d’une importance vitale pour le bien de l’humanité
[17’21]
Plan panoramique vertical. Il dévoile une « étendue de sable » recouverte de criquets « jusqu’à l’horizon ». A nouveau plan rapproché poitrine en contre-plongée et plan moyen. L’agent quitte les lieux et continue son épandage. Plans d’ensemble. A bord de leur véhicule tout terrain, « les secours se hâtent », traversant des terrains hostiles : cours d’eau, ronces, forêts infestée de moustiques, cailloux. Plan général. Une tempête de sable s’avance vers la caméra. Elle menace de faire disparaitre un petit point noir qui grossit et devient le véhicule tout terrain.
Plans d’ensemble plans moyens. Le poison est répandu par pulvérisation depuis les véhicules. L’agent manœuvre pour que la pulvérisation soit efficace. Cett opération a permis d’éviter une catastrophe alimentaire. Plans en plongée. Des centaines de criquets agonisent à terre. Plans généraux, d’ensemble, moyen et rapproché. Les paysans peuvent moissonner en toute quiétude comme ils le font depuis des générations. Mais ils restent sous la menace permanente des sauterelles. Plans panoramiques et plans moyens. Un berger, des chameaux et une girafe se succèdent à l’image. Des paysans rentrent leurs récoltes.
Dans sa conclusion, le commentaire rappelle la nécessité vitale de lutter contre les invasions de sauterelles et de criquets pour que plus jamais « la joie se flétrisse au cœur des hommes ». Le film se termine sur la reprise d’une image du début : un paysan qui ramasse un épi de blé sur son champ ravagé.
[20’46]



Contributeurs

  • Auteurs de la fiche : Emmanuel Nuss