Le médecin du Bled (1945)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Le médecin du Bled


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Le médecin du Bled
Year of production 1945
Country of production France
Director(s) Albert Mahuzier
Scientific advisor(s)
Duration 08 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 35 mm
Original language(s) French
Production companies Centre Cinématographique Tunisien
Archive holder(s)

Main credits

(français)
« Le Centre Cinématographique tunisien présente ; Le Médecin du Bled ; La direction du Centre Cinématographique Tunisien remercie Son Altesse SIDI LAMINE PACHA BEY et son Excellence le PREMIER MINISTRE de l'appui précieux qui lui a été donné pour la réalisation de ce film. »

Content

Theme

(français)
Mise en valeur des opérations de prévention, de vaccination et de traitement des maladies, entreprises par le centre de médecine de la santé publique et par le médecin colonial de Tunisie : présentation des infrastructures, du personnel et des modes d'opération.

Main genre

Synopsis

(français)
Ce documentaire expose les opérations médico-sanitaires menées par les autorités françaises au sein du protectorat tunisien. Aussi, il insiste sur la diversité des actions que le médecin colonial et appelé à mener à travers le territoire. Par ailleurs, par la présentation d'une partie de la population autochtone et de paysages certainement méconnus des Français, le film tente, assez maladroitement, de faire connaître le territoire et les populations de Tunisie pour rapprocher le protectorat de sa métropole.

Context

(français)
La Tunisie est encore protectorat de la France : le protectorat colonial se distingue de la colonie dans la mesure où un territoire colonisé subit une administration directe et fait partie intégrante de la métropole, tandis que le territoire sous protectorat conserve, du moins sur le plan interne, une relative autonomie. Il s'agit ainsi d'une autre forme de domination qui, tout en maintenant la structure gouvernementale et administrative locale, permet à une puissance d'exercer certains pouvoirs et certains contrôles. Sur le plan international, l'État protecteur assure toujours la représentation diplomatique et la protection des ressortissants ; il assume seul la responsabilité internationale. De manière générale, la mise sous tutelle des pays colonisés par les autorités françaises est toujours passée par une contribution, souvent intéressée, aux développements économiques et sociaux. En Tunisie, comme c'est encore le cas au milieu du XXe siècle, cet interventionnisme est représenté par l'implantation d'antennes médicales et par l'envoi de praticiens dans les grandes villes, censés apporter au protectorat des méthodes de prévention et de soins modernes. Ce film fait la promotion de ces infrastructures et des médecins présents sur place, énumérant les procédés mises en œuvre pour concourir au bien-être sanitaire des autochtones. En outre, il rend compte du prestige dont les praticiens coloniaux semblent disposer à l'époque, sur place comme en France métropolitaine.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le documentaire présente tour à tour le personnel de médecine et les infrastructures dans lesquelles il opère : on suit notamment les déplacements du médecin colonial lors de ses consultations, lorsqu'il va mener des analyses en milieu naturel ou lorsqu'il traite des patients en masse.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Les médecins sont chargés aussi bien de la prévention des maladies que de leur traitement. Opérant en milieu urbain comme en milieu rural, ils doivent parfois se déplacer dans des régions isolées du pays. Ils sont épaulés dans leur tâche par les habitants du pays. Les pratiques telles que la vaccination, la chirurgie ou le traitement des épidémies sont successivement présentées aux spectateurs, certainement dans le but d'insister sur les techniques médicales modernes mises à disposition des colonies françaises.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
En France métropolitaine

Presentations and events associated with the film

Audience

(français)
Grand public

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
L’infirmerie et le dispensaire
Le film s'ouvre sur la vue du centre de l'activité du médecin de la santé publique ou infirmerie dispensaire de Tunisie : à la vue extérieure des locaux succède l'image de la file de patients attendant d'être pris en charge par le personnel. La voix off décrit la disposition intérieure de ces bâtiments, insistant notamment sur la séparation entre les femmes et les hommes, les salles de consultation et d'opération disponibles, et sur les chambres d'hospitalisation. Chaque commentaire est assorti d'une vue de ces lieux, bien souvent occupés par des patients. Succède une scène de consultation, les infirmiers accueillant les individus, qui sont, selon leur cas, transmis au médecin pour être examinés.
La prévention des maladies et des épidémies
Alors que l'image se recentre sur un homme montant dans une voiture, le commentaire précise que l'infirmerie dispensaire qui nous est présentée est la base de l'organisation médicale implantée en Tunisie par les autorités françaises. La voix off évoque le parcours de l'infirmier dont on suit le chemin en image. Celui-ci semble mener une tournée dans divers parties de l'espace tunisien. Il est spécialisé dans un domaine médical et a la mission de rapporter ce qu'il constate au médecin dont il dépend. Ainsi, non seulement il effectue un examen médical systématique des enfants, opère des consultations sur des patients indigènes, mais comme on peut le constater, il est également chargé de mener des enquêtes sanitaires sur le milieu naturel tunisien, notamment dans le but de lutter contre le paludisme. Pour cela, il met au point une méthode de coloration des larves de moustiques contaminées, afin de repérer plus facilement les points d'eau infectés.
Selon le commentaire, une fois ses analyses médicales et sanitaires effectuées, le praticien rentre à l'infirmerie et peut profiter de l'équipement moderne mis à sa disposition dans le laboratoire pour approfondir ses observations. Il peut alors commander l'expédition d'équipes qui vont intervenir dans les secteurs contaminés. Chargées d'éliminer les larves de moustiques dangereuses, elles sont accompagnées d'un infirmier itinérant dont la mission est d'opérer une kinisation préventive des populations à risque. On assiste ainsi au rassemblement des indigènes et à leur traitement préventif. Viennent ensuite les explications et la présentation visuelle de la vaccination de masse contre la variole, opérée périodiquement par les médecins. Toutes les catégories de la population semblent concernées, enfants comme adultes.
La scène suivante voit l'arrivée du médecin de la santé publique dans une école : chargé de la surveillance médicale de ces établissements, il passe une fois par mois dans chacun d'eux. On assiste à un de ces examens. Le praticien vérifie en priorité les poumons et les yeux des enfants, et, selon le commentaire, a tout pouvoir pour mettre en place des mesures de santé publique en cas de problèmes.
L’intervention auprès des malades
Aussi, ces procédés préventifs ne représentent, toujours d'après la voix off, qu'une partie de la mission attribuée au médecin colonial. Il doit en effet, lorsqu'un malade est signalé, se rendre sur place et procéder à un examen médical, voire lui prescrire un traitement. Les plans suivants se concentrent sur ses actions. Dans un premier cas, le praticien se rend dans une région urbaine afin de traiter un vieillard. Il effectue une prise de sang puis décide son évacuation vers un endroit plus approprié où, comme on peut l'observer, il est soigné par les médecins présents sur place. Dans un second cas, le médecin de la santé publique peut avoir à se rendre en milieu rural. On assiste à l'un de ces voyages, une voiture parcourant des paysages qui, selon le commentateur, « rappellent ceux de la France lointaine ». Le médecin, en costume, arrive dans ce coin reculé de la Tunisie. Il met du temps à trouver le malade signalé dans les « gourbis » du village. Une fois localisé, il téléphone à Tunis afin de déclencher une procédure préventive due aux risques élevés de contagion. Dès lors, la construction d'un camp d'isolement (à laquelle on assiste partiellement) est décidée et les caravanes sont contrôlées. Dans le cas où elles n'ont pas de papiers en règle, ses membres sont acheminés vers des centres d'épouillage. On assiste à l'un de ces transferts, puis au traitement préventif : les animaux sont parqués, les individus tondus et rhabillés pour réduire tout risque de contagion majeure.
L’organisation médicale et sanitaire de la Tunisie
La fin du film voit l'explication de la gestion médicale du territoire tunisien, en dehors des secteurs réservés au « médecin du bled ». Les hôpitaux montrés sont censés refléter la modernité des infrastructures mises en place par les autorités françaises, et destinées aux différents malades selon leur pathologie, leur sexe ou leur confession.

Supplementary notes

(français)



Contributors

  • Record written by : Romain Bédague