La préservation de l'enfance contre la tuberculose par le placement familial et le B.C.G. (1951)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

La préservation de l'enfance contre la tuberculose par le placement familial et le B.C.G.


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title La préservation de l'enfance contre la tuberculose par le placement familial et le B.C.G.
Year of production 1951
Country of production France
Director(s) Jacques Hervé
Jean Valois
Scientific advisor(s) L. Bethoux
Duration 22 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 35 mm
Original language(s) French
Commissioning body Oeuvre Grancher
Archive holder(s) Institut Pasteur

Main credits

(français)
« L’Œuvre Grancher. Film réalisé sous la direction du Professeur Bethoux, par les docteurs Jacques Hervé et Jean Valois. Avec la participation de : Monsieur et Madame Terrier, Mademoiselle Gavet. Les prises de vues ont été réalisées au centre de triage et de vaccination par le B.C.G. de la filiale de l’Isère de l’Œuvre Grancher à Grenoble et au Sanatorium des Etudiants de France à St Hilaire du Touvet ».

Content

Theme

(français)
La prévention de la tuberculose chez les enfants

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Le début d’une journée dans une famille ordinaire. Le père part travailler tandis que la mère prépare son fils pour l’école avant de se rendre à une visite prénatale. Le médecin lui annonce qu’elle est atteinte d’une tuberculeuse pulmonaire. Sur les recommandations de l’assistance sociale de l’Œuvre Grancher, elle part en sanatorium tandis que son fils est placé dans un centre où il poursuit sa scolarité, accompagnée des mêmes activités que ceux de son âge, mais ponctuée de contrôle et d’examen médicaux. La mère a donné naissance à son deuxième enfant qui est amené dans une pouponnière où il est nourri et soigné. Après une nouvelle visite médicale, lui et son grand frère sont envoyé dans une famille d’accueil. Leur père vient régulièrement les voir, ainsi que sa femme au sanatorium. Quelques années plus tard, celle-ci est guérie et la famille est à nouveau réunie.

Context

(français)
Crée en 1903 par le pédiatre Jacques-Joseph Grancher (1843-1907), « l’Œuvre de préservation de l’enfance contre la tuberculose ». Elle a pour mission de prévenir l’apparition de la tuberculose chez les enfants issus de familles d’ouvriers ou d’employés dont l’un des parents au moins est tuberculeux. Un réseau de dispensaires, centres d’accueil et pouponnières essaime progressivement dans toute la France. S’y ajoutent l’accueil dans des familles paysannes à la campagne ou en montagne.L’Œuvre développe son action parallèlement aux avancées de la recherche antituberculeuse. La première vaccination au B.C.G. a lieu en 1921 et est introduite dans les dispensaires à partir de 1924. La loi du 5 janvier 1950 rend cette démarche obligatoire pour tous les enfants de moins de six ans, surtout s’ils fréquentent les chèches et pouponnières ou s’ils ont un tuberculeux dans leur entourage.


Maladie infectieuse et contagieuse encore redoutée en 1950, la tuberculose s’est considérablement raréfiée grâce au vaccin BCG, au dépistage et aux thérapeutiques antituberculeuses. Trois bacilles (humain, bovin et aviaire) sont à l’origine de cette maladie dont la forme la plus courante est la tuberculose pulmonaire, due au bacille de Koch, avec fièvre, asthénie, amaigrissement, toux et hémoptysie. Beaucoup plus rare est la phtisie, forme aiguë qui se décline en tuberculoses osseuses, rénales, génitales, digestives et ganglionnaires. Le dépistage se fait par injection de tuberculine. L’apparition d’une zone rouge indique que le sujet a déjà été tuberculeux ou vacciné.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
A partir du cas concret d’une famille dont la mère est atteinte de tuberculose pulmonaire, le film développe les étapes successives de la prise en charge des enfants, du placement en centre et en pouponnière, en passant par les examens et visites médicales jusqu’à l’arrivée en famille d’accueil, avant les retrouvailles finales après quelques années. Le ton du commentaire se veut résolument rassurant.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La santé et la médecine présentées ici sont curatives dans le cas de la mère, qui est déjà atteinte de la tuberculose et est envoyée dans un sanatorium, et préventive pour les enfants que le centre, la pouponnière et la famille d’accueil doivent préserver de la contagion. Les soins aux enfants et aux nourrissons sont particulièrement mis en avant.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Cinémas publics

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Grand Public

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
[00’00]
Citation de Jacques-Joseph Grancher
[00’50]
Le début d’une journée ordinaire dans une famille ordinaire
[00’50]
Zoom arrière lent. Un petit garçon dort dans son lit. Sa mère arrive, se penche sur lui et arrange les draps. Plans américains. Elle prend le petit-déjeuner avec son mari. Celui-ci se lève, prend sa veste, embrasse sa femme et part à son travail. Alors qu’elle débarrasse la table, son fils arrive avec son ours en peluche. Elle le soulève dans ses bras et l’embrasse.
Plans rapprochés taille. Dans la salle de bain, elle lave le visage de son enfant avec un gant de toilette avant de l’essuyer avec une serviette. Puis elle lui met une chemise pour l’emmener à l’école. Alors qu’elle fait du rangement dans sa cuisine, un accès de fatigue dû à sa seconde grossesse l’oblige à s’asseoir. Pendant ce temps, son mari réalise un dessin industriel à usine où il est employé.
Plans moyens et plan rapproché taille. La jeune femme passe une visite médicale prénatale et est soumise à un examen radioscopique par le médecin. Il l’informe de l’existence d’une lésion pulmonaire. Autre plan moyen. Elle rejoint son mari à la sortie de l’usine et lui annonce la mauvaise nouvelle. Inquiets, ils rentrent chez eux.
[03’05]
Découverte d’une tuberculose chez la mère et envoi en sanatorium
[03’05]
Nouveau plan moyen. La mère est assise dans l’un des fauteuils du salon avec son fils à ses pieds. Face à elle se tient l’assistance sociale de l’Œuvre Grancher qui est venue suite au signalement du cas par le dispensaire, après confirmation du diagnostic de « tuberculose pulmonaire ». Elle représente une source de contagion pour les siens et en particulier pour son fils. L’assistance l’informe du devenir de celui-ci pendant qu’elle sera au sanatorium. Plan en plongée sur une fiche signalétique au nom du garçon dans l’éducation sera assurée par l’Œuvre, qui s’occupera aussi de l’enfant à naître dès sa venue au monde. La caméra va de l’assistance à la mère puis, suivant le regard de celle-ci, à son fils qui joue avec des camions miniatures.
Plans moyens de la mère alitée et lisant un livre dans une chambre de l’un des sanatoriums du « Plateau des Petites-Roches à Saint-Hilaire-du-Touvet.
[04’12]
Le centre d’accueil des enfants et l’examen médical
[04’12]
Plans d’ensemble du bâtiment de « l’Œuvre de la Protection de l’Enfance » à « La Tronche, près de Grenoble », où les enfants sont placés avant de rejoindre une famille d’accueil Plans moyens et plans rapprochés. Une infirmière réveille les enfants qui se lavent le visage, se brossent les dents et passent à la douche. Plans d’ensemble. Ils prennent leur petit déjeuner et travaillent ensuite en classe. Plans moyens de deux élèves devant des jeux éducatifs. Plan généraux. Les enfants sortent en courant du bâtiment et vont se dégourdir les jambes dans le parc attenant. Plans d’ensemble. Garçons et filles se livrent à différents jeux.
Plans rapprochés taille. Une infirmière pèse un enfant et mesure sa taille. Plan en contre-plongée. Un médecin effectue un « examen général » et l’infirmière consigne les indications sur une fiche médicale. Le garçon est ensuite ausculté puis soumis à la cuti-réaction. Gros plan sur son bras gauche. Après désinfection, une goutte de préparation de tuberculine est déposée sur une zone incisée.
[07’49]
La pouponnière et la toilette des nourrissons
[07’49]
Plan d’ensemble d’une chambre d’hôpital. La mère a accouché de son deuxième enfant dans une maternité. Plan fixe du berceau du bébé, vide.
Plan général. Une ambulance arrive à la pouponnière de l’Œuvre Grancher. Plan d’ensemble. L’assistance sociale sort du véhicule avec, dans ses bras, le bébé qui a été préventivement séparé de sa mère.
Panorama d’une chambre de quarantaine avec baignoire et berceau, où une infirmière plie des serviettes. Plan d’ensemble des lits de la pouponnière alignés sur la terrasse. D’autres infirmières s’occupent des bébés tuberculeux ou ayant l’un de leurs parents atteint de tuberculose. Plans moyens en plongée de plusieurs nourrissons, lesquels restent dans la pouponnière jusqu’à leur placement en famille d’accueil. D’autres bébés jouent dans un parc. Autre plan moyen. La mère est de retour au sanatorium. Allongée dans le lit de sa chambre, elle a repris la lecture.
Plan américain. L’infirmière se lave soigneusement les mains dans une bassine avant de les essuyer avec une serviette propre. Elle porte un masque buccal pour éviter toute contagion. Plans rapprochés taille. Elle prend le bébé emmailloté sur la balance et le dépose sur une serviette et le lave avec un gant de toilette. Plan en contre-plongée. Elle le lave dans une petite baignoire. Retour au plan rapproché taille. Elle l’essuie avec la serviette puis lui verse une poudre sur la poitrine et l’étale du tout le corps avant de faire de même sur les fesses avec une pommade. Elle l’habille d’une layette et lui brosse les cheveux. Gros plan en plongée du visage du bébé. L’infirmière l’emmaillote et le prend pour le remettre dans son berceau.
[11’37]
La préparation des biberons et la visite médicale
[11’37]
Plan moyen. Suivant les indications établies par le médecin pour chaque bébé, une infirmière remplit des paniers porte-bouteille de biberons. Plans fixes de deux cuves. Une autre infirmière retire les flacons d’un grand stérilisateur. Plans rapprochés taille et poitrine. Ses collègues prennent les paniers pleins. L’une d’elles donne un biberon à un nourrisson. Un masque buccal lui cache partiellement le visage. Gros plan. Le bébé boit avec avidité et le biberon vidé est remis dans le panier. Plan américain, L’infirmière dépose le bébé dans son berceau arrange les draps et tire les rideaux. Gros plan de dos. Sur une feuille accrochée au mur, elle retranscrit le poids et la température de l’enfant.
Plan rapproché. Accompagné d’une infirmière, le père vient le voir. Plan en plongée. Adoptant son point de vue, la caméra découvre les salles où sont alignés les berceaux. Elle s’attarde sur l’un d’eux. Le père reconnait son enfant. Plan moyen de la mère qui est toujours allongée, mais sur une terrasse, au sanatorium.
Plan d’ensemble et plan moyen. Une infirmière amène le bébé auprès du « professeur Bethoux, présidant la succursale iséroise de l’Œuvre, entouré d’un assistant et d’une autre infirmière. Tous portent des masques buccaux. Le médecin l’ausculte au stéthoscope. L’infirmière reprend le nourrisson tandis que le docteur consulte le dossier médical de celui-ci. Insert des différentes pièces qui le constituent.
Autre plan d’ensemble. Le professeur procède à une vaccination du bébé au B.C.G. « S » par scarification avec le vaccin préparé par « l’Institut Pasteur de Paris ». Gros plans. La capsule qui contient celui-ci est cisaillée. La peau du nourrisson est désinfectée sur l’extérieur du bras avec un coton imbibé d’éther puis deux gouttes de substance sont versées. Deux incisions sont faites avec un vaccinostyle. Au bout d’un mois, la réaction ç la tuberculine est clairement visible.
Autre plan d’ensemble. Le professeur ausculte ensuite le frère aîné et inspecte ses amygdales avant d’examiner la radiographie des poumons. La tuberculose est présente chez l’enfant mais reste stable. Un placement en famille d’accueil est décidé.
[17’17]
La famille d’accueil
[17’17]
Plans moyens. La nourrice prend le bébé dans son berceau. Elle tricote à l’extérieur avec à ses côtés le landau dans lequel se trouve le nourrisson. Suivi par la caméra, l’aîné s’amuse à courir après les oies, puis il les nourrit en leur jetant des graines sous le regard avisé de la fermière et en compagnie d’un autre enfant. Il grimpe ensuite sur un tas de bois. Plan en plongée sur les cochons. Plan d’ensemble. Le fermier passe sous le porche de la ferme avec les enfants. Nouveau plan moyen. Ils s’installent dans une carriole tirée par un cheval mené par le fermier. L’attelage s’en va, suivi par la caméra. Autres plans moyens. Les enfants sont au bord d’une mare à vaches. Le père arrive en visite à la ferme et est accueilli par son fils aîné. Assis à table, il s’entretient avec le fermier. La fermière arrive, le salue et lui donne son bébé.
Plan moyen. Le père rend visite à sa femme au sanatorium. Assis à côté du lit, il lui montre des photos de leurs enfants en famille d’accueil. Plan d’ensemble. Les enfants partent en courant sur un chemin et se défoulent dans une prairie avec le chien. Plan moyen de profil. Aux dernières heures du jour, la mère se tient sur le balcon du sanatorium, pensive.
[20’07]
Le retour à la maison et à une vie normale
[20’07]
Intertitre « Quelques années plus tard… ». Plan rapproché taille. La mère est assise dans un fauteuil avec sa fille sur les genoux. Elle lui fait la lecture. Plan moyen. Le père est assis à table et bricole avec son fils. La mère s’est levée et lui donne sa fille. Le commentaire encense les organismes de lutte antituberculeuse, en particulier l’Œuvre Grancher et le placement familial, grâce auxquels la famille est guérie et « à nouveau réunie ».
Le film se termine sur les portraits d’Albert Calmette, Camille Guérin et Jacques-Joseph Grancher. Le commentaire loue leur action scientifique et sociale qui a permis la mise au point du vaccin B.C.G. et dont le dérivé « S », conjugué à l’action des filiales de l’Œuvre Grancher sauve chaque année « des milliers d’enfants » de la tuberculose.
[21’34]

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Emmanuel Nuss