La préparation du vaccin BCG (1948)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

La préparation du vaccin BCG


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title La préparation du vaccin BCG
Year of production 1948
Country of production France
Director(s) Georges Lasquellec
Scientific advisor(s)
Duration 15 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 35 mm
Original language(s) French
Production companies Airfilm
Sponsor(s) Institut Pasteur
Archive holder(s) Institut Pasteur

Main credits

(français)
« L’Institut Pasteur présente. Réalisé par Airfilm. Directeur de production et réalisateur G. Lasquellec. Images E. Langlois, P. Peylet ; commentaire dit par Ben Danou ; musique Y. Nohar ».

Contents

Theme

(français)
Les étapes successives de la préparation du vaccin B.C.G.

Main genre

Documentaire

Abstract

(français)
La vaccination au B.C.G. a permis de réduire considérablement le nombre de tuberculeux. Le vaccin est préparé à parti d’une souche repiquée pendant dix ans sur de multiples morceaux de pomme de terre. L’obtention d’un nombre important de microbes se fait par ensemencement dans des ballons à moitié remplis d’eau. Après deux semaines de fermentation, le vaccin peut être préparé dans un laboratoire spécialement conçu à cet effet. Il est ensuite soigneusement conditionné. Le vaccin B.C.G. « sec » se conserve plus longtemps par mise en suspension et congélation des cultures. Le vaccin peut être administré par tout médecin jusqu’aux endroits les plus reculés du globe.

Context

(français)
Les travaux sur le vaccin antituberculeux, débutés en 1895 par Albert Calmette alors tout juste revenu d’Indochine se sont achevés en 1921. Ila été procédé cette même année à la première inoculation sur un nouveau-né. En 1948 a eu lieu le premier Congrès International du B.C.G. C’est à cette époque qu’est réalisé ce film sur la préparation du vaccin anti-tuberculeux.

Structuring elements of the film

  • Reporting images  : Yes.
  • Studio pictures  : No.
  • Archive footage  : Yes.
  • Animation sequences  : No.
  • Inter-titles  : No.
  • Animator  : No.
  • Voice over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the movie direct the spectator's view?

(français)
Le documentaire rappelle d’abord l’intérêt de la vaccination au B.C.G. et les résultats obtenus dans plusieurs pays. Puis il décrit longuement et précisément les différentes étapes de sa préparation. Il présente enfin le nouveau vaccin B.C.G. « sec » qui permet d’étendre la lutte antituberculeuse dans les contrées les plus lointaines.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La représentation de la santé et de la médecine sont ici très techniques. Le commentaire cite exactement les noms des techniques mises en œuvre pour la préparation du B.C.G. et les outils utilisés.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Cinémas publics

Communications and events associated with the movie

Audience

(français)
Grand public

Local, national, or international audience

National

Free-form description

(français)

La vaccination antituberculeuse au B.C.G.
[00’00]
Le film débute par un carton sur lequel apparaissent les trois lettres « B.C.G. : Bacille Calmette Guérin ». Fondu de transition et plan en plongée sur un carnet de vaccination, une ampoule de vaccin et la boite ouverte d’où elle est issue. Plans rapprochés. Des enfants passent devant une infirmière pour se faire vacciner contre la tuberculose. Le vaccin B.C.G., « grande découverte française », est inoculé à l’un d’entre eux. Des fiches sont cherchées même casier. Plan moyen. Un ingénieur de laboratoire prépare des souches du vaccin. Le commentaire précise que la technique en est maintenant éprouvée.
Gros plans en plongée sur un cobaye (cochon d’Inde) pour lequel une seule contamination peut être fatale. Fondu de transition. Il apparait au milieu d’un tas d’ampoules de vaccin, dont l’inoculation de plusieurs centaines de doses est sans danger pou lui. Plans moyens. Des infirmières et un étudiant en médecine sont soumis eux-aussi à la vaccination, du fait de leur exposition à la maladie. Un homme examine des tableaux graphiques. Plan en plongée sur ceux-ci, qui montrent la baisse drastiques des cas de tuberculose obtenus grâce au B.C.G. en France, Norvège et Canada, ainsi que chez les « Peaux-Rouges d’Amérique ».
[02’18]
Culture des souches du vaccin
[02’18]
Plans successifs de a façade de l’Institut Pasteur, de la porte d’entrée d laboratoire antituberculeux, du couloir principal de celui-ci et du buste d’Albert Calmette qui s’y trouve. Une porte s’ouvre sur une pièce où, derrière une vitre, l’ingénieur vu au début prépare d’autres vaccins. Fondu de transition et plan rapproché taille. Il remplit des ampoules de bacilles et les administre à un cobaye que lui a apporté une technicienne. Gros plan sur les plaques « Service du B.C.G. » et « Entrée interdite au public ». Plan moyen. Un membre du personnel est soumis à un examen radiographique afin de vérifier sa non-contamination.
Plan fixe d’une armoire fermée. Fondu de transition. Elle apparait ouverte. Gros plan sur l’une des capsules qui y sont enfermés et qui contiennent des souches du B.C.G., maintenues vivantes pour garantir leur efficacité. Plan rapproché taille et gros plan de profil. Debout devant sa table de travail, le professeur Camille Guérin effectue un « repiquage ». Autres gros plans. Il passe une « spatule de platine » à la flamme d’un bec bunzen pour stérilisation puis l’introduit dans un tube à essai contenant « une parcelle d’une culture âgée de deux semaines ». Il retire celle-ci et la dépose dans un autre tube où se trouve un échantillon de pomme de terre, ce qui permet la conservation de ses propriétés. Le col d’un autre tube et la spatule sont à nouveau passés à la flamme. Une autre parcelle de culture est déposée. Par ces manipulations répétitives, les souches deviennent totalement inoffensives et désormais utilisables pour vaccination. La souche est inoculée sur un cobaye pour s’assurer de son innocuité irréversible. Gros plan du rongeur.
Plan fixe. Un ballon est à moitié rempli de liquide. Fondu de transition. La souche du B.C.G. y a été déposée pour produite du vaccin en grande quantité. Elle s’est développée sous la forme d’une « membrane », le « voile ». Gros plans. Deux tubes ont été placés dans une étuve pendant six jours, à l’issue de laquelle une fine « pellicule de culture » sort de la pomme de terre. Elle en est retirée et déposée à la surface du liquide contenu dans le ballon. Autre plan fixe. Trois ballons sont successivement posés côte-à-côte et permettent de constater l’évolution des cultures à quatre jours puis à deux semaines. Fondu de transition et gros plan du troisième ballon. La préparation du vaccin peut débuter.
[06’05]
Préparation du vaccin
[06’05]
Plan d’ensemble. Au travers de la vitre, dans la même pièce que précédemment, est visible l’ingénieur qui prépare celui-ci dans une pièce soigneusement propre et à l’accès très restreint. Plans fixes d’un filtre à air, d’un robinet, d’une armoire murale et d’une lampe néon. C’est dans un air totalement pur que se déroule l’opération. Gros plan d’une pince stérilisée au bec bunzen et de tubes alignés.
Plan fixe. Les ballons contenant les cultures sont descendus via un monte-charge. Plan moyen, fondu de transition et gros plan. Après avoir été secouées, elles sont vidées de leur contenu dans un « tamis spécial ». L’eau épurée de ses microbes coule dans l’erlenmeyer. Plan fixes et fondus de transition. La partie supérieure du tamis et dévissée et un couvercle est vissée à sa place. La partie inférieure est insérée dans un tube. Celui-ci est placé dans une centrifugeuse où l’essorage annihile les derniers microbes. L’appareil est mis en route puis arrêté après un certain temps. Les tubes en sont retirés et soumis à la pesée sur une balance.
Gros plan. Les cultures sont versées dans un « matras » à moitié rempli de « billes en acier inoxydables ». Plan américain. Un technicien bouche la fiole et la secoue légèrement. Plan fixe. Elle est ensuite fixée sur un disque vertical qui tourne durant dix minutes et sépare ainsi les « amas microbiens ».
Autre plan fixe. Retour à la table de travail. Après avoir débouché le matras, le technicien prélève une « suspension crémeuse » purement bacillaire, par aspiration dans une pipette préalablement stérilisée au bec bunzen. Ce prélèvement est ensuite déposé dans un tube à essai. Nouveau plan fixe. De l’eau pure est versée d’un ballon dans une bouteille via un entonnoir. La substance bacillaire pure contenue dans le matras y est ajoutée, puis à nouveau de l’eau pure d’un autre ballon. L’entonnoir est retiré, la bouteille fermée et placée dans l’armoire pour deux semaines. Elle en est ensuite retirée.
Plan moyen, plans rapprochés et gros plan en plongée. Le vaccin ainsi préparé est injecté automatiquement par doses précises dans les ampoules. Celles-ci sont ensuite scellées au chalumeau.
[10’15]
Expédition du vaccin ; le vaccin B.C.G. « sec »
[10’15]
Plan d’ensemble, plans fixes et plans moyens. Des techniciennes conditionnent les ampoules dans des boîtes. Une dose est envoyée par enveloppe avec une fiche de renseignement à retourner « au service » où intervient leur classement et leur conservation. Une employée les trie. Plan fixe, à caractère symbolique, d’un agenda ouvert au milieu d’un ensemble de boîtes d’ampoules dont certaines sont empilées et d’autres à moitié vidées de leur contenu. Fondus de transition. Gros plan d’une page de l’agenda avec une fiche d’un « carnet de vaccination » de l’Institut Pasteur posée dessus. Le document est remplacé par une ampoule. Retour au plan fixe. L’agenda cède la place à deux boîtes d’ampoules de vaccin B.C.G. « sec » dont la durée de conservation permet l’expédition dans des pays éloignés.
Plan moyen de l’ingénieur-chimiste à sa table de travail. Il prépare ce vaccin selon la même procédure que le vaccin classique, mais dont diffère la mise en suspension de celui-ci dans une « solution spéciale ». Plan d’ensemble et plan rapproché poitrine. Une technicienne fait descendre dans un dessiccateur un cylindre sur lequel sont fixées les ampoules contenant le vaccin. Il s’ensuit un refroidissement brutal à -75°C. Le vide est fait et la température remonte à -30°C, provoquant une lente évaporation de la glace. Plans moyens. Vingt-quatre heures après, le cylindre est placé dans un second dessiccateur. Plan en contre-plongée et gros plan. La technicienne surveille la descente du cylindre aux milles ampoules. Plan fixe d’ampoules et des boîtes qui les contiennent. L’air présent dans les ampoules est ensuite chassé par de l’azote et le scellage de fait au chalumeau. Gros plan sur l’une d’elle, ouverte. De l’eau y est introduite et restitue leur capacité d’action aux « corps microbiens » restés vivants pendant plusieurs mois. L’ampoule est secouée. Le vaccin est à nouveau actif.
Plan d’ensemble. Au centre de vaccination de l’Institut Pasteur, une mère fait vacciner son bébé par un médecin avec l’aide d’une infirmière. Le commentaire précise que tout médecin peut pratiquer cette opération à tout âge si la tuberculine n’entraine aucune réaction. Gros plan. Des enfants sont vaccinés. Autre plan d’ensemble. Un médecin procède à une scarification cutanée.
Fondu de transition. Un globe terrestre tourne sur lui-même. Plans d’ensemble et panoramique. Une rivière en Asie, le porche d’entrée d’un « laboratoire de la tuberculose » et une scène de rue.
[13’56]
Conclusion d’Albert Calmette
[13’56]
Plan fixe du couloir des laboratoires à l’Institut Pasteur de Paris et plans de face et de profil du buste d’Albert Calmette qui s’y trouve.
Plan rapproché taille du père du vaccin B.C.G. dans un document d’archive du début des années 1930. Il ne doute pas que les parents suivront ses conseils et, après avoir rappelé le danger représenté par la tuberculose, il les invite à faire « confiance » au vaccin antituberculeux.
Le film se termine sur un plan d’ensemble de la façade de l’Institut Pasteur.
[14’49]

Notes complémentaires

(français)



Contributeurs

  • Auteurs de la fiche : Emmanuel Nuss