L'enfermement dans la peinture contemporaine (1980)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

L'enfermement dans la peinture contemporaine


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title L'enfermement dans la peinture contemporaine
Year of production 1980
Country of production
Director(s) Éric Duvivier
Scientific advisor(s)
Duration 15 minutes
Format Parlant - Couleur - 16mm
Original language(s) French
Production companies Intersciencefilm
Commissioning body Association Lyonnaise pour la recherche psychologique sur l'art et la créativitéLabortoire ServierLaboratoire DelagrangeLaboratoire SpeciaLaboratoire Squibb
Archive holder(s) CILCERIMESImage'Est

Main credits

(français)
Image René Gosset /Montage Joël Courtinat /Le musicien Olivier Messiaen /Le poète Paul Eluard ; sa voix Sylvia Monfort /Le psychiatre Patrick Lemoine ; sa voix René Lebrun /Les peintres Paul Rebeyrolle, Titina Maselli, Petre Klasen, Gilles Aillaud, Henri Cueco, Antonio Segui, Pierre Bettencourt, Jacques Decerle, Valerio Adami, Silvio Pasotti, Louis Lutz, Jean Rustin, Francis Bacon, Nicolas Artheau, Vladimir Velickovic, Gérard Gasquet, Alina Szapocznikow, Geneviève Dumont, Pierre Charbonnier, Leonardo Cremonini /Tourné dans le cadre de l'exposition « Figures de l'enfermement », Espace Lyonnais d'Art Contemporain

Content

Theme

(français)
Une série de tableaux illustre le thème de l'enfermement.

Main genre

Synopsis

(français)
Le film présente plusieurs œuvres d'artistes illustrant le thème de l'enfermement, pour finalement poser un questionnement du rapport de la médecine à ce thème.

Context

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
La musique stridente et brusque, le commentaire mélancolique et les images tristes et effrayantes pour la plupart contribuent à créer une atmosphère glauque et angoissante, sensée recréer cet univers de l'enfermement.

How are health and medicine portrayed?

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Circuit médical

Presentations and events associated with the film

Audience

(français)
Corps médical

Local, national, or international audience

Unknown

Description

(français)
Le film montre une série de tableaux et d'œuvres d'artistes. Les images se succèdent sous la lecture de textes d'Eluard.
Le titre et le générique apparaît sur un cadrillage rouge et noir, carreaux qui permettent de faire apparaître les lettres du titre au fur et mesure. La musique est brusque et stridente. Un carton explique le but de ce film :
« A Lyon, un groupe composé de psychiatres, d'historiens et d'artistes, s'est formé afin de réfléchir sur l'Art et la Créativité. Le thème de l'enfermement leur est apparu comme très présent, voire obsédant, quelle que soit l'école dans l'art contemporain. Ces représentations doivent-elles être comprises comme liées à l'angoisse d'aujourd'hui ? ».
Le fond quadrillage disparaît pour laisser place à plusieurs images de grillages, de barreaux. Nous assistons ainsi à une suite de zooms avant, zooms arrière, balayages sur divers tableaux et représentations de cet « enfermement » ; sous la même musique où s'ajoute une voix de femme en hors-champ qui lit un texte. Selon les archives du CRI (Boite n°16, film cote 510), le texte lu est extrait de « Capitale de la douleur » et « Donner à voir » de Paul Eluard.
A trois minutes de la fin du film, une voix d'homme, en hors-champ, explique que « La psychiatrie a longtemps servi d'exutoire aux représentations d'enfermement. Il semble que maintenant, elle soit dépassée dans cette fonction, et que toute l'imagerie clôturante, des eaux, de la solitude, de la foule, et même la tentative d'échappée écologique, soient représentés dans l'art d'aujourd'hui. En médecine, l'enfermement n'est peut être plus là où l'on croit. Les murs de l'asile ne sont-ils pas moins contraignants que ceux de la psychose ? La chimiothérapie n'est-elle pas moins limitante que nos habitudes de prescriptions ? L'enfermement n'est-il pas aussi dans nos représentations trop parfaites d'un corps anatomique idéal ? Combien de gros, combien de maigres se sont-ils vus contraints au régime par une médecine à l'esthétique scientiste ? L'arbitraire n'est-il pas dans la dissolution des formes, la destruction des corps et le naufrage de l'esprit, plutôt que dans la pose même autoritaires de barrières rassurantes ? En fait l'important est, comme ces artistes le font, de désigner les murs de l'enfermement afin de nous aider à les repérer et peut-être à les franchir. » Les images continuent un instant sans commentaires, comme pour forcer la réflexion sur ce qui vient d'être dit ; puis la voix de femme reprend.
FIN apparaît sur le même quadrillage utilisé pour le générique.
Fonds Eric Duvivier code 510.

Supplementary notes

(français)
CIL - Cote n°510 + dossier sur le film (11 pages en français, 5 pages en espagnol, 9 pages en anglais)



Contributors

  • Record written by : Caroline Ruebrecht