Julius Pinschewer

From Medfilm
Jump to: navigation, search

(1883-1961)

Julius Pinschewer est considéré comme un pionnier et l'un des pères de la publicité allemande. Il a produit environ 700 films publicitaires.

Après des études de comptabilité et de sciences politiques à Würzburg et de philosophie à Berlin, il dépose en 1910 un brevet pour des "affiches vivantes" (lebende Plakate) à Berlin et Londres. il semble qu'il crée sa première société de production la même année.
Voici comment il a décrit la façon dont l'idée lui est venue: It was in 1910, when the author of the present, during one of his first visits to a movie theatre, was struck by the idea of bringing to life posters and trademarks for commerce and industry with the help of film, and to distribute and exhibit the thus produced films for advertising purposes in public cinema. The first advertising films, produced at own financial risks were projected at the gathering of the "Reklameschutzverein" in Berlin in 1911. These were films of 20 to 30 metres in living persons and mostly performed by living persons. But among those first films was also an animated advertising film: it showeda real ring-shaped poundcake which soon transformed considerably in size, which, as revealed by a written text, was to be credited to the use of Dr. Oetkers' baking powder.
En 1911, il produit Die Suppe, le premier film publicitaire pour la marque Maggi-Würze à Berlin. Il est le premier à utiliser des trucages dans un film publicitaire. Dans ses films, il s'efforce d'associer le commercial et l'artistique. Pendant la Première Guerre mondiale il est expert en publicité auprès du ministère allemand de la guerre et de la Deutsche Reichsbank. Il est récompensé à ce titre par le général Ludendorff.
À partir de 1920-1921, Pinschewer produit de nouvelles formes filEn 1911, il produit Die Suppe, le premier film publicitaire pour la marque Maggi-Würze à Berlin. Il est le premier à utiliser des trucages dans un film publicitaire. Dans ses films, il s'efforce d'associer le commercial et l'artistique. Pendant la Première Guerre mondiale il est expert en publicité auprès du ministère allemand de la guerre et de la Deutsche Reichsbank. Il est récompensé à ce titre par le général Ludendorff.
À partir de 1920-1921, Pinschewer produit de nouvelles formes filmiques. Il est soutenu par des célébrités à l'avant-garde du cinéma comme Walter Ruttmann et Lotte Reiniger, des caricaturistes et dessinateurs humoristiques comme Herrman Abeking et Harry Jaeger, des spécialistes du film d'animation et film éducatif comme Hans Fischer(-Kösen) et Wolfgang Kaskeline et les marionnettistes Gerda et Hedwig Otto. À cette époque, chaque semaine, environ 4 millions de spectateurs voient ses films publicitaires qui sont diffusés dans environ 800 cinémas allemands. Il combine toutes les variantes techniques et filmiques possibles : film d'animation, film d'enseignement, prises de vue réelles, marionnettes, théâtre d'ombres, Scherenschnitt, diverses techniques de mise en couleur, etc. Les produits qu'il vante dans ses films sont extrêmement variés : potages, pneus, chocolat, alcools, cigarettes, dentifrices, foires commerciales, etc.
En 1923, il préside le groupement d'intérêts économiques de la Werbefilm GmbH (qui a lui même fondée en 1916) et de l' IndustrieFilm AG. En 1924, il devient directeur de l' Industriefilm AG. Il en est l'unique propriétaire en 1925 et la fait fusionner avec sa Werbefilm AG pour créer la Pinschewer-Film AG. En 1925, il produit KIPHO, un film promotionnel pour l'Exposition internationale de cinématographie et photographie avec le caméraman Guido Seeber. Ce dernier est considéré comme le pionnier des trucages (c'est lui qui a inventé la technique du split screen en 1912). À sa sortie, KIPHO est considéré comme l'une des œuvres les plus abouties de l'avant-garde. À la fin des années 1920, Pinschewer est le premier à reconnaître les possibilités que représente le parlant pour le film publicitaire.
Après avoir entendu un discours d'Hitler en 1932 et étant juif, il émigre en Suisse. En 1934, il fonde le Pinschewer Film-Atelier à Berne(son entreprise et ses possessions privées en Allemagne sont confisquées par les Nazis). En 1936, il renonce à la nationalité allemande. Il tente de percer à Hollywood mais sans succès. Il produit des films pour des services publics suisses, l'exposition nationale suisse et la mise en œuvre de la radio (1939). Après la Seconde Guerre mondiale, il perce à l'étranger et produit des films pour le National Coal Board (Royaume-Uni), le programme d'épargne britannique et la Croix rouge. En 1948, il devient citoyen suisse. Il participe au 2e Festival mondial du film et des beaux-arts de Knokke-le-Zoute (Belgique) en 1949. En 1952, il participe à la création de la Fédération internationale du documentaire expérimental et du film d'avant-garde à Paris. En 1954, 1956 et 1958, ses films participent à l' International Film Festival d'Édimbourg et aux Journées internationales du film d'animation de Cannes.
Le Museum of Modern Art de New York achète ses films mais son entreprise est de plus en plus en difficulté (elle sera dissoute deux ans après sa mort).
Le fonds Julius Pinschewer est confié aux Bundesarchiv-Filmarchiv de Berlin et à l'historien des films Martin Loiperdinger (Universität Trier).

Filmographie partielle :
Die Korsett-Anprobe (1910)
Die Suppe (1911)
Tanz der Flaschen [Maggi] (1912)
Tanz der Flaschen [Kupferberg] (1912)
Sekt-Zauber (1912)
Der Nähkasten (1912)
Der Zahnteufel (1915)
Ein neuer Dreibund. Filmkomödie (1918)
Der Schreiber und die Biene (1918)
Jung-Siegfried (1918)
Schmugler-Jagd (1920)
Der Sieger. Ein Film in Farben (1921)
Hamburg, die Indistrie- und Handelstadt (1921-1922)
Khasana das Tempelmädchen (1923)
Am Nil (1921)
Das Wunder. Ein Film in Farben (1922)
Die Barcarole (1924)
Der Aufstieg
Film [KIPHO] (1925)
Spiel der Wellen (I) (1926)
Die Geschichte vom Schokoladenkaspar (1926)(avec Hans Fischerkösen)
Auf der Skitour (1926) (avec Hans Fischerkösen)
Im Filmatelier (1927)

Films parlants :
Die chinesische Nachtigall (1928)
Kirmes in Hollywood. Ein Puppenspiel (1930)
Carmen (1930)
Tres Caballeros
Spiel im Schaum / Giochi nella schiuma (1938)
Die Schmierkobolde (1936)
Die drei Bäume (1938)
Spiel der Wellen [II] (1939)
Schweizer Symphonie (1939)
Kampf dem Hunger (1941)
Paradisia (1941)
Die kleine Kartoffel (1941)
Krachnuss (1948)
King Coal (1948)
Bread (1951)
Bouquet (1952)
Präzision (1952)
Das schwache Entlein / Le Caneton débile (1955/56)
Wer will gute Kuchen backen …(1958)
Globi’s gutes Herz (1950)
Jean-Jacques Hauswirth 1808-1871 (1952)
Hereinspaziert... Halbe Preise (1954)
Von Morgen bis Mitternacht (1956)


Ouvrages, articles et conférences de Julius Pinschewer :
Reklame-Film. In: Der Kulturfilm, hg. von E.Beyfuss und A.Kossowsky. 1924
Von der Wundertrommel zum Werbetonfilm. Anthologie. 1927
Psychologische Betrachtungen über den gezeichneten Werbefilm. Conférence. Université de Berne 1949
Der Trickfilm als staatliches Propagandamittel. Article (lieu de publication inconnu). 1950
Der Film im Dienste des Staates. Conférence. 1950
Die Geburt des Reklamefilms. In: Programmheft der Fiera di Milano. 1952
Vier Jahrzehnte Werbefilme. Conférence lors des Deutschen Filmtagen Göttingen 1953
Werbefilm als Kunst. Conférences. Hambourg 1957
Wandlungen des Werbefilms. In: Wirtschaft und Werbung, Juillet 1958
Conférence (donnée par son épouse Lotte), critique parue in: Der Bund 26.11.1960(„Meister des Werbetrickfilms")

Sources :
Amsler André, Wer dem Werbefilm verfällt, ist verloren für die Welt. Das Werk von Julius Pinschewer (1883-1961), Zürich, Chronos, 1997.
Goergen Jeanpaul, Julius Pinschewer : A Trade-mark Cinema in A Second Life, German Cinema's First decades, Thomas Elsaesser ed., Amsterdam University Press, Amsterdam, 1996.
Westbrock Ingrid, Der Werbefilm. Ein Beitrag zur Entwicklungsgeschichte des genres vom Stummfilm zum frühen Ton- und Frabfilm. Hildesheim/Zürich/New York. Olms, 1983.

Julius Pinschewer on MedFilm

External links