Georges Régnier

From Medfilm
Jump to: navigation, search

La carrière de Georges Régnier commence par un coup d’éclat avec son court métrage de 1947 Les paysans noirs. Réquisitoire contre les abus coloniaux en Côte d’Ivoire, ce film a suscité un commentaire empathique de la part de Georges Huisman, pourtant président de la commission de contrôle des films au moment de sa diffusion : qualifiant Les paysans noirs « d’excellent » (sur le PV de la séance du dossier de censure), il « reconnait les qualités morales du personnage principal qui, en redresseur de torts et d’abus de certains colons, parvient à redonner confiance aux paysans ivoiriens et à les inciter à reprendre le travail1. »

En 1959, Georges Régnier collabore avec Henri Agel (critique de cinéma à la revue 7e art) pour réaliser Le peintre et le poète, introduction à l’œuvre de Delacroix à partir des textes de Charles Baudelaire. En 1962, Régnier poursuit sa critique sur la conjoncture des colonies. Sa fiction court métrage Le rossignol de Kabylie (prod. Fred Orain) évoque l’amitié d’un officier français avec Ahieddine, un poète vivant dans un village de montagne.

Dans les années quatre vingt, il et l’auteur de plusieurs long métrages de fiction comme La randonnée (1981, avec J. – H. Anglade) et Pauvre Eros (1981 avec Monique Tarbès et Jean-Luc Bideau).

Georges Régnier on MedFilm

External links