Inauguration de l'hôpital canadien de Joinville par le Président de la République (1918)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Inauguration de l'hôpital canadien de Joinville par le Président de la République


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Inauguration de l'hôpital canadien de Joinville par le Président de la République
Year of production 1918
Country of production France
Director(s)
Duration 04 minutes
Format Muet - Noir et blanc - 35 mm
Original language(s) French
Archive holder(s) ECPAD
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)

Content

Theme

(français)
Inauguration de l’hôpital militaire canadien de Joinville-le-Pont par le président de la République Raymond Poincaré, le 3 juillet 1918.

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Le film montre l'arrivée des officiers des armées françaises et canadiennes, et de personnalités politiques des deux pays, dont le président de la République Raymond Poincaré et le premier ministre canadien Robert L. Borden. Après avoir salué l'assistance, Raymond Poincaré visite le nouvel hôpital, passe en revue les troupes canadiennes et s'entretient avec Borden. Le film présente aussi l'extérieur et l'intérieur de l’hôpital, et s'attarde sur des membres de l'assistance.

Context

(français)
En tant que dominion du Royaume-Uni, le Canada entre dans la Première Guerre mondiale le 4 août 1914, avec un corps expéditionnaire indépendant de l'armée britannique. En septembre 1915, l'Hôpital Général n°6 est créé à l'initiative de l'Université Laval de Montréal. S'il était d'abord prévu que cet hôpital soit un hôpital stationnaire de 400 lits, il fût finalement décidé par le gouvernement canadien d'en faire un hôpital général, avec une capacité de 1040 lits. L'hôpital est entièrement administré par la faculté de médecine de l'Université, et est dirigé par le lieutenant-colonel Georges Beauchamp. L'hôpital et son personnel arrive d'abord à Saint-Cloud le 9 juillet 1916, puis à Joinville-le-Pont le 4 août 1916, où il est décidé que les bâtiments de l’hôpital seraient construits à la charge du gouvernement français. Face aux difficultés de construction des bâtiments, l'hôpital est déplacé à Troyes le 18 janvier 1917, où il accueillit les blessés de l'Entente jusqu'au 20 juin 1918. C'est à cette date qu'il est installé dans les nouveaux bâtiments à Joinville, dont la construction fut prise en charge par la Croix-Rouge canadienne. L'hôpital est offert au gouvernement français le 3 juillet 1918, lors d'une cérémonie à laquelle assista Raymond Poincaré et Robert L. Borden. Le 10 mai 1919, l'hôpital ferme finalement ses portes, après avoir soigné 17 627 soldats depuis le 23 janvier 1917.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
L'attention du spectateur est attirée sur les personnalités présentes grâce aux mouvements de caméra, qui suivent la visite de Raymond Poincaré dans l'hôpital. L'hôpital est également montré par des plans larges et panoramiques, afin de le découvrir dans son ensemble.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La santé et la médecine sont d'abord incarnées par l'hôpital lui-même, véritable sujet du film. Le réalisateur présente longuement les bâtiments neufs de l’hôpital, par des plans d'ensembles des bâtiments, et des plans rapprochés du matériel médical, ici, des baignoires. Ce film sert ainsi à valoriser les progrès de la médecine militaire, la propreté des lieux et les bonnes relations entre les médecins français et canadiens, l'établissement employant un certain nombres de médecins venus de l'Université Laval et d'autres établissements canadiens. Des infirmières sont aussi représentées, nombreuses et en tenue soignée.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
[00’00]

Plan panoramique. Six officiers français et canadiens parlent entre eux dans la cour de l’hôpital. On distingue parmi eux le colonel Beauchamp, en uniforme, de dos et tenant une canne. En arrière-plan, une foule nombreuse, composée de militaires et d’habitants de Joinville-le-Pont.
[00'06]
Succession de plan panoramiques sur l’arrivée des voitures des dignitaires invités. En tant que médecin-chef de l’hôpital, le colonel Beauchamp accueille ses invités, en premier lieu un général français. De la voiture suivante descendent trois hommes. Ils ne sont pas des militaires, à la vue de leurs vêtements (chapeau melon, vestes et canes). Une autre voiture arrive en second plan. Deux officiers britanniques ou canadiens en descendent et rejoignent le groupe.
Enfin, deux nouvelles voitures arrivent. Trois hommes descendent de la première, menés par Lord Derby (en costume avec une canne), ambassadeur du Royaume-Uni en France. Ils sont rejoints par des officiers britanniques ou canadiens descendus de la seconde.
[01’05]
Succession de plans panoramiques lents et plus rapprochés des voitures. En arrière-plan, une foule, principalement des visiteurs et des habitants de la ville. Deux nouvelles voitures arrivent, de la première émerge un officier canadien, et de la deuxième sortent deux officiers français.
Enfin, arrivée du président de la République Raymond Poincaré. Le président est accueilli dans un premier temps par Auguste Autrand, préfet de la Seine, puis par les militaires et dignitaires présents, dont Robert Borden.
[01'44]
Plan d’ensemble, qui suit le groupe dans l’hôpital. Le président visite l’hôpital, en compagnie de Robert Borden et du Colonel Beauchamp, médecin-chef de l’hôpital.
[02'05]
Plan panoramique, sur l’extérieur de l’hôpital. Des militaires et des infirmières sont visibles, ainsi qu’une ambulance au second plan. L’hôpital est visible en arrière-plan. Un drapeau du Canada est visible, accroché à un bâtiment de l’hôpital.
[02'38]
Plan panoramique large sur les nouveaux bâtiments de l’hôpital. En arrière-plan, la ville de Joinville-le-Pont est visible.
[03'01]
Plan panoramique moyen, puis rapproché. Des infirmières sont rassemblées en ligne au premier plan. Des militaires sont visibles derrières elles.
[03'25]
Plan panoramique sur l’intérieur de l’hôpital, des baignoires sont visibles.
[03'35]
Plan fixe. Raymond Poincaré passe en revue des troupes canadiennes, suivi de Robert Borden et du Colonel Beauchamp.
[03'40]
Plan fixe. Le militaire filmé est le colonel Henry Raymond Casgrain, qui commande l’hôpital canadien de St-Cloud. Casgrain vient de recevoir la légion d’honneur, qu’il montre avec fierté aux infirmières et aux militaires rassemblés.
[04'05]
Plan panoramique. Le président serre la main aux infirmières rassemblées.
[04’10]

Plan fixe. Sir Borden, entouré des officiers français et canadiens, s’entretient avec le président Poincaré.

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)
LITALIEN Michel, Dans la tourmente. Deux hôpitaux militaires canadiens-français dans la Franc en guerre (1915-1919), Montréal, Athéna Éditions, 2003, 159 p.
MORIN-PELLETIER Mélanie, « Des oiseaux bleus chez les Poilus: Les infirmières des hôpitaux militaires canadiens-français postés en France, 1915-1919 », Le Québec et les Guerres, 2011. https://www.lequebecetlesguerres.org/des-oiseaux-bleus-chez-les-poilus-les-infirmieres-des-hopitaux-militaires-canadiens-francais-postes-en-france-1915-1919, consulté le 22/12/2021.


Contributors