Des microbes sur ordonnance (1995)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

Des microbes sur ordonnance


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Des microbes sur ordonnance
Series Biotechnologies à notre service
Year of production 1995
Country of production France
Director(s)
Duration 13 minutes
Format Parlant - Couleur -
Original language(s) French
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
Réalisateur : Véronique Kleiner

Auteur : Bernadette Cazin

Production : CNDP ; LA CINQUIEME ; INRA

Content

Theme

(français)
L'usage des biotechnologies dans le domaine de la santé.

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Ce documentaire est un reportage sur les applications et implications liées à l'usage des biotechnologies dans le domaine de la santé. On y voit notamment le processus de production des produits thérapeutiques comme les vaccins, les antibiotiques ou encore les hormones de croissances. La production de ces produits thérapeutiques se fait aussi bien grâce à des bactéries, des plantes ou des animaux génétiquement modifiés. Le documentaire fait également une incursion dans les enjeux éthiques liés à l'utilisation de biotechnologies dans la santé (brevets sur le vivant, bénéficiaires et laissés pour compte de ces nouvelles technologies).

Context

(français)
Contexte lié au film : Ce film a été produit en 1995 par trois instances publics, le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP) - aujourd'hui le Réseau Canopé -, La Cinquième (aujourd’hui France 5) et l'Institut national de la recherche agronomique (INRA). De plus, le documentaire fait partie d'une série dénommée 'Biotechnologies à notre service'. Avec ces quelques informations, le documentaire 'Les coproductions avec La Cinquième (1994-2001)' et le livre '50 ans de pédagogie par les petits écran' on peut alors se faire une idée de la logique dans laquelle se place ce documentaire. En effet, en 1994, suite au rapport (1993) de deux sénateurs, Pierre Laffitte et René Trégouët, qui faisait état du retard pris par la France en matière d'éducation par rapport à d'autres pays comme les États-Unis, une chaine entièrement consacrée à l'éducation est crée : La Cinquième. Cette chaine, bien que que consacrée à l'éducation, ne dépend plus du Ministère de l'éducation nationale. Il faut alors préciser que dans le contexte des années 1980, les émissions du CNDP se veulent plus ancrées dans une logique éducative et vont donc rompre avec les émissions scolaires qui avaient connues un 'age d'or' dès 1954 (date de création de radio-télévision scolaire ou RTS). La Cinquième se place donc dans la continuité de ce double objectif de faire des émissions plus 'télévisuelles' (plus attractives et moins austères) tout en gardant une composante pédagogique (à laquelle il est désormais préféré l’adjectif 'culturelle'). On pourrait alors croire que la liberté du réalisateur a été aussi mis en avant, or pour le fond comme pour la forme, c'était la Cinquième qui avait le dernier mot.

Contexte lié au sujet du film : Si l'on peut dire que les années 1980 voient la naissance de firmes biotechnologiques spécialisées dans le domaine pharmaceutique, alors les années 1990 pourraient être qualifiées comme la décennies de l'apogée des firmes biotechnologiques (et même plus globalement de l'apogée des biotechnologies en terme d'inventions). On retiendra par exemple le Human Genome Project (HGP), programme international de séquençage du génome humain qui a démarré en octobre 1990, et qui a était rendu possible grâce à l’optimisation de techniques déjà existantes (électrophorèse, séquençage, clonage d'acides nucléiques). Ce projet a été fortement mis en avant pour les progrès qu'il pouvait réaliser dans la lutte contre les maladies génétiques, entre autres. Ainsi les biotechnologies et l'industrie biotechnologique étaient devenues un vecteur important dans le domaine de la santé.

Toutefois, même dans un contexte de bio-médicaments plus accessibles, les biotechnologies avaient suscitées de plus en plus de polémiques. Daniel Boy, 'L'évolution des opinions sur les biotechnologies dans l'Union européenne' (2003), parle d'ailleurs de deux évènements majeurs, dans le milieu des années 1990 qui auraient décrédibilisé encore les biotechnologies : 'le conflit autour des plantes alimentaires génétiquement modifiées et les craintes nées de la naissance de Dolly, la brebis clonée'. A cela on peut ajouter les premiers scandales liés au brevetage de variétés végétales, tel que le cas du margousier (Azadirachta indica) sur lequel le géant de l’agrochimie, W.R Grace, avait déposé un brevet lié à une technique d'extraction d'une subsistance de cet arbre aux vertus curatives, l'azadirachtine, auprès de l'office européen des brevets, en 1994, alors que les scientifiques indiens utilisaient déjà cette 'nouvelle technique' d'extraction de l'azadirachtine. Ce dépôt de brevet avait alors été perçu comme de la 'biopiraterie' et une forte mobilisation d'une partie de la population indienne (dont la célèbre activiste Vandana Shiva) avait fait pression sur l'OEB pour qu'il refuse ce brevet. A partir de ces années 1990 Bien que très performantes, les biotechnologies commencent donc à être l'objet de vives critiques (et plus seulement des critiques venant des scientifiques).

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : Yes.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : Yes. extraits de "Tansgénèse" (INRA) et "Au-delà du visible" (Les films du levant)

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
En comparaison avec un documentaire sur le même sujet mais datant des années 80 (voir la fiche de lecture sur 'Le Génie génétique'), on nous présente une plus grande diversité de points de vues : celui des acteurs (scientifiques et industriels), celui des bénéficiaires des biotechnologies (ici les personnes malades), celui des critiques (éthiques dans ce cas) et, en fin de vidéo, celui des laissés pour compte (ceux qui ne bénéficient pas de ce progrès). Or ce documentaire a été produit (comme 'Le Génie génétique') par le CNDP (ici en partie seulement). On peut donc supposer que les conflits, les inquiétudes ou les contestations qui n'avaient que peu d'importances dans les années 1970 et 1980 ont fini par être pris au sérieux au point qu'on en fasse référence dans un documentaire à vocation pédagogique.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Comme dans le documentaire de la même série 'Biotechnologies à notre service' (voir la fiche 'Mangeons du lait'), le ton et les images employées expriment une certaine mise en valeur des innovations technologiques dans le domaine de la médecine et de la santé (voir même une magnificence en introduction); mais le film se permet tout de même de conclure sur les points critiqués et objets de débats, à savoir une vision très mercantile de la santé et potentiellement génératrice d'injustices. A ce titre, il est révélateur de constater que le premier plan nous montre un adolescent vivant très probablement en France alors que le dernier plan nous montre des enfants dans un pays en voie de développement où l'accès au médicament est très probablement moins efficace.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Institut Pasteur (fondation française à but non lucratif axée sur la recherche en microbiologie), SANOFI (entreprise pharmaceutique française dont l'activité est principalement axée sur la conception et fabrication de médicaments de traitement du diabète et de la sclérose en plaque et de vaccins principalement), Lilly France (branche française du groupe pharmaceutique Lilly).

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
D'après le livre 'En savoir plus sur La Cinquième' (1995), le public touché par les émissions diffusées par La Cinquième correspond à : 'plus 45% des foyers avec un enseignant, plus de 43% des individus de 15 à 49 ans non diplômés (hors BEPC), plus de 15% des membres d'un foyer avec un chômeur, plus de 25% des étudiants, lycéens ou élèves de l'enseignement technique, plus de 15 % des élèves de collèges ou lycées, plus de 15 % des élèves de primaire ou de collèges' p.42-43 - source des chiffres : Médiamétrie. Ces chiffres sont, pour l'auteur du livre, Guy Zilberstein, très encourageants du fait de la diversité des publics touchés par la Cinquième, et ce notamment durant les tranches horaires 6 heures - 9 heures). Ce public diversifié correspond également à la politique de cette chaine qui, selon l'auteur, dans un contexte de potentielle fracture sociale entre les publics aisés ayant un accès privilégié à la culture et un public moins aisé ayant un accès plus restreint, donne accès à un minimum de culture pour tous les foyers possédant un téléviseur. En 1995, La Cinquième semble alors avoir un succès relatif par rapport à d'autres chaines jugées 'plus élitistes' comme Arte.

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
[1'30 - 2'07] : Dans cette séquence introduction, le documentaire se focalise sur un jeune diabétique, Julien, qui explique comment il se pique avec sa dose d'insuline. En même temps que la voix-off insiste sur l'importance de cette molécule, la caméra insiste sur l'action de se piquer en faisant un gros plan sur la seringue qui rentre dans le bras, ce qui a pour effet d'attirer l'attention de l'audience et ainsi de renforcer les propos de la voix-off.

[2'08 – 3'00']: On est ici dans une séquence qui présente le sujet et ce qui entoure le sujet : 'les microbes', 'la biotechnologie', 'les brevets' ou encore 'le marché'. Dans cette séquence, on constate une richesse dans le mise en scène qui souligne le coté nouveau (voir même incontournable) de ce nouveau domaine de la biologie, à savoir les biotechnologies. Par exemple, on a un très gros plan sur une boite de Pétri en contre-plongée, suivit d'un très gros plan dans un mouvement vertical fixe allant de bas en haut (aussi appelé panoramique verticale bas-haut) sur une bouteille contenant peut-être du milieu de culture, suivi encore d'un plan horizontal sur un type de machinerie puis revenant sur la bouteille toujours en contre-plongé. Le tout est accompagné d'une musique au synthétiseur donnant un aspect énigmatique à ce que l'on est entrain de voir. En 32 secondes (de [2'28] à [3'00]) toutes les étapes clés de productions du médicament au moyen de procédés biotechnologies ont donc été passées en revue de façon très naturelle, comme si ce mécanisme se faisait avec une grande simplicité. On attire aussi notre attention sur le coté commerciale de cette activité dont l’objectif économique est de 'conquérir le marché' ou encore 'déposé un brevet'.

[3'01 - 12'00] : On rentre ici dans une série de séquences explicatives qui se déroulent toutes de la même manière : extrait d'interview (surtout celle d'Axel Kahn, à cette époque président de la Commission du génie Biomoléculaire et chercheur à l'Inserm, mais aussi plus connu du grand public pour son activité d'essayiste et de vulgarisateur) suivit d'une série de plans accompagnés de la voix off qui développe et complète ce qui a été mentionné en interview. Dans ces séquences d'explication qui suivent les extrais d'interviews, on remarque une utilisation récurrente du montage alterné entre des séquences d'animations et des séquences d'images de reportages où l'on voit la manipulation expliquée effectuée en laboratoire. Là encore, ce montage donne un coté très naturel et très mécanique à la pratique des biotechnologies en laboratoire.

[12'01] : Dans cette dernière séquence, le documentaire se concentre sur le volet éthique et controversé du génie génétique. Le premier plan de cette séquence est d'ailleurs un plan rapproché sur un lapin que l'on utilise pour une expérimentation. Ce n'est pas par hasard que ce plan apparait en premier. On pourrait alors penser que des évènements récents ont suscités une plus grande médiatisation ou une plus grande prise en compte des mouvements de lutte pour le droit des animaux (par exemple la déclaration universelle - mais n’ayant pas de valeur juridique - du droit des animaux en 1978 ou encore la convention européenne sur la protection des animaux vertébrés utilisés à des fins expérimentales ou à d'autres fins scientifiques signée à Strasbourg en 1986). De plus [12'15 - 14'13], dans un extrait d'une Interview de Noëlle Lenoir (présidente du comité internationale Bioéthique de l'Unesco) le documentaire illustre ses propos qui sont surtout orientés sur les problèmes sanitaires que pourraient occasionner ces nouvelles plantes 'qui seront plus belles et plus résistantes' (les plantes génétiquement modifiées, soit les OGM qui ont fait tellement débat dans les années 2000). Il y a aussi la question du 'marché humain' qui fait référence à des utilisation de cellules humaines pour de la culture cellulaire (un exemple connu est la lignée de cellule cancéreuse HeLa prélevée sur une patiente sans son autorisation - Henrietta Lacks atteinte du cancer du col de l'utérus et morte en 1951).

[14'07 - 14'29] Le film se termine sur des images d'un pays en voie de développement pour appuyer le dernier point problématique abordé par Noëlle Lenoir qui est l'inégale répartition, et donc l’injustice, qu'il faut craindre de la part ces biotechnologies.

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)
CNDP, 2014, Les coproductions avec La Cinquième (1994-2001), consulté le 04/01/2019, https://www.reseau-canope.fr/notice/les-coproductions-avec-la-cinquieme-1994-2001.html.

Gannett L.,2016, 'The Human Genome Project', The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta (ed.), consulté le 05/01/2019, https://plato.stanford.edu/archives/sum2016/entries/human-genome/.

Initiation au vocabulaire de l’analyse filmique d’après un cours de Laurence Moinereau (http://upopi.ciclic.fr/vocabulaire/#s1-1)

Trémel L. (dir), 2014, 'UNE HISTOIRE DE LA TÉLÉVISION À L’ÉCOLE', 50 ans de pédagogie par les petits écrans, 63 -66, consulté le 04/01/2019, https://www.reseau-canope.fr/fileadmin/user_upload/Actualites/pdf/50ANS-PEDAGOGIE.pdf.

Rifkin J., 1998, « Breveter la vie », Le Siècle biotech : Le commerce des gènes dans le meilleur des mondes, Paris, La Découverte, p.63-99, (The Biotech Century: Harnessing the Gene and Remaking the World , New-York, TarcherPerigee, traduit de l’anglais (USA) par Bories A., Saint-Upéry M.).

Zilberstein G.,1995, En savoir plus sur La Cinquième, les enjeux d'une chaîne éducative", Nevers, La Cinquième.


Contributors

  • Record written by : Maxime Madouas