Alcools

From Medfilm
Jump to: navigation, search

Titre

L'alcool, imaginaire et discours de prévention

Descriptif

Le cours propose une approche sociale de l'alcoolisme en croisant deux types de discours. D'une part, les oeuvres de l'esprit que génère la pratique de l'alcool en tant que vecteur de sociabilité et stimulant de l'imagination. D'autre part, le discours sanitaire motivé par le danger addictif et les dommages physiologiques de l'alcoolisation répétée. Il s'agit de mettre en évidence la dimension mythique que prend l'alcool dans l'imaginaire collectif, à laquelle se sont affrontées les campagnes successives de prévention.

Mots clés

alcool - dépendance - famille - prévention routière

Conducteur

Mythes et imaginaire de l'alcool

Par la littérature, retour sur l'alcool enchanteur, prodigue en voluptés, la seconde jeunesse par l'alcool – son envers : effet illusoire, répit trompeur, acheminement vers la dépendance.

Charles Baudelaire, Les paradis artificiels, p. 72 (« Du vin et du haschich comme moyens de multiplication de l'individualité », 1851) : une éloge du vin qui fait voyager, rend l'espérance, transforme le quotidien. Une boisson pour l'ouvrier qui souffre et le dandy qui s'ennuie. En même temps, une mise en garde sur le danger de la dépendance : « prison de verre, verrous de liège ». Cf. Paul Verlaine qui associe l'accoutumance à l'alcool aux zones sombres de la ville, les cafés et cabarets où les buveurs vont se perdre dans un environnement avilissant.

Apollinaire, Alcools, p.94 (« Nuit rhénane », 1920) : l'alcool prodigue en visions fantaisistes, fantastiques, le cauchemar voisine l'onirisme avant un retour à la lucidité qui sonne comme un aveu de désespoir « Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire »).

Malcolm Lowry, Au-dessous du volcan, 1946, pp 46-47 : la relation amoureuse traversée, brisée par l'alcool. Le consul Firmin Geoffrey, séjournant au Mexique, est en proie au désespoir depuis le départ de sa femme. Il est devenu profondément alcoolique. Or Yvonne revient... et le cauchemar redouble : l'homme est dans sa prison, elle ne peut plus l'y rejoindre. Là aussi, l'homme alcoolique est en proie à des visions qui le hantent. Mais on peut aussi voir en lui un visionnaire, un homme qui se voue à l'alcool pour discerner « aurte chose » au coeur de l'existence, une manifestation de l'enfer sur terre dans les paysages les plus sauvages du Mexique.

Budd Schulberg, Le désenchanté, 1950, p. 461 : Là aussi, l'alcoolisme comme un tunnel, la maladie qui se confond avec le destin de celui qui en souffre : il s'en est séparé, il y revient comme un amour passionnel. Le héros Manley Halliday est le double fictionnel de l'écrivain Francis Scott Fitzgerald. Le roman s'inspire de la période de sa vie qui correspond à sa sortie de cure de désintoxication et son entrée Hollywood pour parvenir à réunir les fonds nécessaire au séjour de son épouse internée en hôpital psychiatrique.


Le film de prévention : retour sur les stratégies audiovisuelles de communication sanitaire

1. problématique du film de prévention

Il s'agit d'un film qui vise à influencer le spectateur dans le choix de ses comportements : ne pas céder au désir de connaître une nouvelle sensation qui conduit à l’addiction, ne pas céder au désir d'imiter un entourage qui s’adonne déjà aux conduites addictives (jouissance inconséquente, faiblesse devant la pression sociale) ; accompagner les personnes aux conduites addictives pour les encourager à les limiter ou les abandonner.

La tension vigilance / enchantement : le langage audiovisuel, par l’impact spectaculaire des images, est propice au spectacle qui distrait et enchante ; or il s’agit aussi de solliciter la vigilance du spectateur, sa lucidité, sa réflexion consciente. Tension entre le souci du référent scientifique de garantir un message crédible et celui du réalisateur de donner une forme cinématographique à ce message (ne pas surcharger le film d'information, lui apporter un rythme, ne pas se refuser de divertir ou de plaire).

Quelle stratégie adopter : faut-il faire peur ? Message dur ou doux ? Faut-il montrer les effets des conduites ciblées ? S'agit d'adapter le discours préventif aux nouvelles sensibilités du temps ou marteler un message qui atteint les zones archaïques de nos consciences? Le publicitaire Jacques Séguéla qui recommande de tenir compte de l'évolution du consommateur dans la stratégie de communication : "Les publicitaires ne manipulent plus personne et le consommateur attend un discours adulte. Il attend intelligence et simplicité réunies : il faut que tout le monde comprenne le message et lui apporte quelque chose de sensé, de vrai, et qui le fasse réfléchir." (dans Drogues et images, actes, Paris,1994, p. 50). Le sociologue Christian Bachmann considère cependant "les thématiques utilisées dans les clips européens sur la drogue rappellent celles du XIXe siècle, lorsqu'il s'agissait de parler des périls vénériens ou des dangers de l'alcoolisme." Le sociologue déplore que les nouveaux messages sur la drogue (en 1994) représentent "l'application nouvelle d'une thématique de l'horreur aussi vieille que le monde."(dans Drogues et images, actes, Paris,1994)


2. L’alcoolisme en France : bref rappel historique

Mythes autour de l’alcool : le vin qui réconforte (aliment énergétique dans les sociétés rurales), le vin qui noue les solidarités (place de l’alcool dans le milieu du travail), le vin qui libère et exalte (représentations de l'Antiquité : Dionysos, Bacchus), l'enjeu de la culture et de l'économie du vin en France.

Les premières campagnes anti-alcooliques à la fin XIXe siècle : répression de l’ivresse publique et interdiction de l’absinthe en contradiction avec la valorisation économique du vin.

Mi-XXe, nouvelle impulsion de la prévention sous Mendès –France, nouvelles campagnes et développement de la prévention scolaire et routière changement des modes de consommation : l’eau à table, l’ivresse hebdomadaire.


3. Etude de cas dans l’histoire du film de prévention Il s’agit de montrer des films représentatifs de l’histoire de la prévention en mettant en évidence les intentions de communication et les stratégies de mise en scène qui déterminent leurs contenus :

L’oubli par l’alcool de Comandon et O’Galop (1918) : par le dessin animé, l'alcoolisme comme déchéance sociale,

A votre santé de Pierre Thévenard (1951), exposé mis en scène par un réalisateur qui a lui-même été médecin. Le film vise à répondre par les faits et les statistiques aux préjugés favorables à l'alcool ; saynète scénarisé sur la figure du tyran domestique

Alcoolisme de Henri Nozet (1960), le premier danger, l'alcool au travail, le coût social et économique de l'alcool, les dommages de l'alcoolisme sur la vie familiale

L’alcoolisme une maladie contemporaine, film CNDP de Bernard Planque (1966), enquête dans un centre de postcure, l'alcoolique et son entourage, la tentation de rechute inscrite dans le décor urbain, une écoute nouvelle des médecins (ou une manière nouvelle de mettre en scène cette écoute)

Dérapages(1993) la jeunesse mise en cause, la séduction liée à l'alcool, le danger proliférant sur les routes

Tu t’es vu quand t’as bu ? de Daniel Robert (1995), l'alcool et la dégradation de l'image de soi ; la boucle est bouclée avec le dessin animé de O' Galop

Propositions filmiques

Sur Medfilm

L'apéritif (1928)

Alcoolisme (1960)

Le syndrome alcoolique (~1961)

L’alcoolisme une maladie contemporaine (1966)

L'alcoolisme, au-delà de la nuit (1966)

Propositions iconographiques

Propositions bibiliographiques