Vieillesse et nutrition

From Medfilm
Revision as of 16:30, 24 June 2019 by L.strappazon (Talk | contribs) (Remplacement de texte — « Images' Est » par « Image'Est »)

Jump to: navigation, search

 

Vieillesse et nutrition


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Vieillesse et nutrition
Year of production
Country of production
Director(s) Éric Duvivier
Scientific advisor(s)
Duration 25 minutes
Format Parlant - Couleur -
Original language(s) French
Commissioning body Sandoz nutrition
Archive holder(s) CERIMESImage'Est
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
Générique : par ordre d’apparition :
Dr Ch.H. Rapin P.D (Genève)

Prof. H.B. Stähelin ( Bâle) Dr José bengoa (Genève) Dr Pierre Pfitzenmeyer Dr Dominique Richard (Dijon) Prof. E. Budtz-jorgensen (Genève) Dr F. Bouthier- quintard (Limoges)

Prof. W.Taillard (Genève)

Content

Theme

(français)
La vieillesse et la nutrition.

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
La finalité de ce film est de pointer les nombreuses causes des carences alimentaires chez les personnes âgées, chaque médecin apporte des éléments de réponse dans son intervention. Les carences alimentaires chez les personnes âgées semblent ainsi être poly-factorielles. Elle proviennent d’un ensemble de causes : faiblesse de l’apport alimentaire et mauvaise transformation de cet apport. Ces carences créent en retour un ensemble de problèmes comme l’affaiblissement continuel des capacités d’absorption des nutriments du système digestif, et une baisse de la calcification osseuse. Tous ces processus peuvent engendrer des blessures et accélèrent le vieillissement de l’individu.

Context

(français)
On apprend que ce film est un extrait du congrès sur le thème : les besoins adaptés de la personne âgée.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : Yes.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le film attire l'attention du spectateur sur l'importance de l'alimentation dans le processus de vieillissement. Celui ci n'est en rien inéluctable et de nombreuses conséquences négatives peuvent être évitées en adoptant une alimentation saine. Les procédés qui permettent d'attirer l'attention du spectateur sont notamment l'ostension des dégradations du corps liés à la vieillesse. Gros plan sur des dentitions dévastées suite à une ingestion trop importante de sucre par exemple. De plus, le film agit par une action en 2 temps. Premièrement, un spécialiste vient exposer le problème, il est filmé en plan taille, son statut de médecin lui permet de jouir d'une certaine légitimité. Puis, le réalisateur se plonge dans le contenu visuel que l'intervenant apporte. En joignant l'avertissement du spécialiste à l'évocation visuelle des dégâts, le réalisateur permet une attention plus élevée chez le spectateur. La réception du message filmique est ainsi facilitée.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La santé est présentée ici comme intimement dépendante de l'alimentation. La médecine ne serait que secondaire, curative alors que l'alimentation a un rôle primordiale à jouer dans le processus de vieillissement. L'alimentation est présentée dans ce film comme dotée d'un rôle prophylactique.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)

Presentations and events associated with the film

(français)
On apprend que ce film est un extrait du congrès d'octobre 1991 sur le thème : les besoins adaptés de la personne âgée. On ne sait pas où à lieu excatement ce congrès mais vu la nationalité des participants et la langue dans laquelle ils s'expriment on peut supputer que ce congrès se tenait dans la partie francophone de la Suisse soit la Romandie, possiblement à Genève.

Audience

(français)
Les professionnels de santé et plus particulièrement ceux qui travaillent dans les services gériatrie.

Local, national, or international audience

Description

(français)
Générique : Sandoz nutrition

Ouverture du film sur la musique « avec le temps va tout s’en va » de Leo ferré :

Le film nous présente ensuite une image de paysages en hiver puis des peintures figuratives représentant des personnes âgées dans des décors différents effectuant des activités différentes. Cela semble figurer la diversité des situations que peuvent rencontrer les personnes âgées et les différents contextes dans lesquelles celles-ci peuvent vieillir. Le sous-titre permet de nous éclairer sur les thématiques qui vont être explorées dans le film : des années à savourer avec marqué en dessous : pour ajouter des années à la vie et de la vie aux années, de la prévention à la fin de vie.

Les causes du handicap

La séquence s’ouvre sur un plan épaule du professeur Ch. H Rapin, en transparence, le réalisateur nous montre son diapositif qui semble être rétro-projeté. Le Professeur Ch. H Rapin évoque les différentes causes du Handicap qui sont pour lui des problèmes sensitifs, de dentition, diminution de la sensation de soif, ou même une image dépréciée que la personne se fait d’elle même. Son discours se centre ensuite sur l’importance de la nutrition chez la personne âgée et la prévalence des cas de carences, en particulier sur la personne âgée institutionnalisée. La personne âgée institutionnalisé revient à désigner la personne âgée placée en maison de retraite ou foyer ou quelconque institution dans laquelle elle est prise en charge. Ces nutritionnistes, alarmés par les problèmes de nutrition chez les personnes âgées ont décidé de s’organiser au sein d’un groupe nommé « gériatrie et nutrition ». Une étude a été réalisée par ce groupe sur plus de 4000 patients institutionnalisés dans des courts et moyens séjours. 30% des sondés sont qualifiés de maigres, 40% des sondés ont des valeurs physiologiques anormalement basse, ils présentent des symptômes de dénutrition. (01’10 - 04’37)

L’alimentation comme élément essentiel à l’activité cérébrale

Une nouvelle séquence s’ouvre un plan large d’un amphithéâtre, où des étudiants sont en train de prendre en note les propos du Prof. H.B Stähelin. L’intervenant rappelle qu’ "une alimentation équilibrée est essentielle pour maintenir la santé". Il y aurait une corrélation entre les taux des micro nutriments et la fonction cérébrale. Une carence alimentaire notamment en acide B12, en Carotène et en Albumine pourrait, selon les travaux du professeur H.B Stähelin « contribuer à la détérioration des fonctions cérébrales chez les personnes agées ». Le réalisateur nous présente ensuite un défilement de photographies qui montrent alternativement des personnes âgées bien portantes et accompagnées de nourriture ou au contraire très maigres et qui semblent en mauvaise santé. Les séquences photographiques, plus que d’appuyer les propos de l’intervenant, illustrent l’importance de l’alimentation pour vivre de manière saine heureuse sa vieillesse en appuyant le contraste entre les séries photographiques. (04’37 – 06’46)

Mieux manger pour mieux vivre

Le docteur Jose Bengoa explore les nombreux enjeux liés à l’alimentation en gériatrie. Il constate que de nombreuses fonctions psychologiques se modifient avec l’âge. Il interroge le public sur le rôle de la nutrition dans cette évolution. Constatant que les maladies chroniques sont beaucoup plus fréquentes chez les personnes âgées, il nous interroge sur le rôle joué par la nourriture. A-t-elle un rôle étiologique ou peut-elle être prophylactique? C’est à dire, est elle la cause de certaines maladies ou serait elle, au contraire, une partie de la solution? « Mieux manger pour mieux vivre » est le mot d’ordre du docteur Jose Bengoa. Plus qu'un slogan, cela signifie pour lui un dépassement de la vision de l’alimentation comme plaisir ou comme simple moyen de survie mais une transformation de l’alimentation comme auxiliaire de la santé, vecteur d’une meilleure santé. Le réalisateur nous projette une photographie d’une tablée familiale avec les 3 générations, ils sont tous autour de la table, ils semblent heureux d'être ainsi réunis en famille. Dans un second temps, l’intervention du docteur Jose Bengoa se fait plus précise et détaillée, elle indique notamment « les apports de sécurité » selon l’activité des personnes. Ces « apports de sécurité » sont la valeur minimale de protéine pour avoir une balance protéique acceptable. Il observe alors que ces apports de sécurité sont rarement atteints chez les personnes institutionnalisés. Ensuite le docteur Jose Bengoa explique l’intérêt de l’apport en hydrates de carbone pour des efforts en aérobie lactique : des efforts intenses mais peu recommandés pour les personnes âgées et des efforts en aérobies qui sont des « efforts prolongés dans lequel intervient également l’oxydation des graisses ». Enfin, le docteur explique les apports idéals en lipides, protéines et glucides et pointe les complexités pour certains patients de se procurer ces apports de référence : il « observe dans la population âgée, des femmes âgées qui consomment 2000kcal ne sont pas nombreuses ». L’intervenant interroge maintenant les données scientifiques disponibles pour établir des recommandations nutritionnelles en Gériatrie. Il a constaté que les déficiences se manifestaient principalement au niveau des micro nutriments, sels minéraux , vitamines et oligo éléments. Il dresse ensuite une liste de mécanismes qui sont associés aux déficiences en vitamines. Les principaux sont au nombre de 5 : apports insuffisants, défauts d’absorption , d’utilisation , excrétion accrue , besoins augmentés. L’efficacité d’absorption des nutriments pourrait être altérée par des processus liés au vieillissement ou encore par des traitements médicamenteux qui pourraient avoir comme effets secondaires, une diminution de l’absorption des nutriments. Parmi les carences élevées les plus fréquemment rencontrées, l’intervenant note que la carence en vitamine D est très fréquente. Cela est dû à de multiples raisons, notamment des apports alimentaires insuffisants et une exposition au soleil assez faible. La vitamine D aide justement à la captation des nutriments, son insuffisance peut alors être la source de nombreuses carences. Le réalisateur, par ses choix de mise en scène met en exergue le caractère systémique des carences alimentaires et contribue ainsi à renforcer le message du film : l’alimentation est essentielle chez les personnes âgées. (06’46 – 16’00)

La vitaminothérapie

Le Dr Pfitzenmeyer résume encore les causes des carences alimentaires et insiste sur le fait que « de nombreux facteurs peuvent diminuer l’efficacité de l’absorption des nutriments du tube digestif » . il pointe ainsi l’influence de la polymédication sur les carences alimentaires. Il explique que cela peut être expliqué par une baisse de la « disponibilité vivrière » notamment à cause des soucis de mobilité des personnes âgées ce qui leur pose des problèmes pour aller s’approvisionner au marché par exemple. Afin de remédier à ses carences, l’intervenant recommande des cures de poly vitaminées. Le Dr Dominique Richard insiste sur les bienfaits des vitaminothérapies substitutives notamment chez les patients à risques. (16’00 – 19’41)

La santé buccale

Le Professeur E. Budtz-Jorgensen interpelle sur une des causes des carences alimentaires chez les personnes âgées : une mauvaise santé buccale. Une mastication compliquée ou encore une sécrétion salivaire diminuée d’origine pathologique due à un trop plein de médicaments. Ensuite, le Docteur F Bouthier-quintard : pointe des « résultats catastrophiques » au niveau de la santé bucco-dentaire, dans un échantillon de population de moyenne d’âge 85 ans, seules 18% des dents sont encore présentes. Sur ces dents, encore une sur 4 doit être extraite pour éradiquer les foyers infectieux. On a alors un gros plan du réalisateur sur des dentitions dévastées, dents noircis et abcès. Ces visions d’horreurs choquent le spectateur et permettent ainsi de relayer plus efficacement le message du film sur l’importance et la complexité d’apporter une alimentation saine aux personnes âgées. Le Docteur F Bouthier-quintard met ensuite en exergue l’importance quantitative des défections dentaires dans les milieux gériatriques. Cela a pour conséquence un coefficient masticatoire de mauvaise qualité et une mastication insuffisante. Il rappelle alors que la mastication est la première étape de la digestion, donc un coefficient masticatoire de mauvaise qualité serait une des causes des carences vitaminiques. (19’41 – 23’20)

Déficiences alimentaires et fragilités osseuses

Le Professeur W.Taillard nous alerte sur le lien entre déficiences alimentaires et fragilités osseuses. Il cite enquête des équipes de Charles Henry Rapin : dans un immeuble dit « médical » : 30% des habitants avaient un apport calorique insuffisant, 50% manquaient de protéines et 75% manquaient de calcium. 60 à 80% présentent une déficience en calcium lors ce qu'ils sont hospitalisés pour une fracture du col du fémur. Les Patients d’un même groupe d’âge mais souffrant d’arthrose et venant se faire poser une prothèse ne montre de telles déficiences que dans 10% des cas. Le film nous prouve ainsi qu’une déficience notamment de calcium aurait pour conséquences une fragilité osseuse qui entrainerait un nombre plus élevé de fractures. 

  (23’20 – 24’23)

La séquence finale du film est une vue des compléments alimentaires « Nutri sources » des laboratoire Sandoz dont le slogan est « la source d’une alimentation de grande valeur » et un dessin d’un couple âgé dinant aux chandelles telle la métaphore d’une vieillesse heureuse.


La finalité de ce film est de pointer les nombreuses causes des carences alimentaires chez les personnes âgées, chaque médecin apporte des éléments de réponse dans son intervention. Les carences alimentaires chez les personnes âgées semblent ainsi être poly factorielles , elles proviennent d’un ensemble de causes : faiblesse de l’apport alimentaire, mauvaise transformation de celui ci et créent en retour un ensemble de problèmes comme l’affaiblissement continuel des capacités d’absorption des nutriments du système digestif et une baisse de la calcification osseuse. Tous ces processus accélèrent le vieillissement de l’individu tout en accroissant sa fragilité.

Fonds Eric Duvivier code 666.

Supplementary notes

(français)

References and external documents



Contributors

  • Record written by : Lucas Durupt