Une femme médecin de campagne

From Medfilm
Revision as of 11:41, 23 July 2020 by Csala (Talk | contribs) (Page créée avec « {{Fiche_film |Titre=Une femme médecin de campagne |Année de diffusion=1977 |Format couleur=Couleur |Format son=Parlant |Pays de production=France; |Langues origine=fr; |... »)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search

 

Une femme médecin de campagne

Title Une femme médecin de campagne
Year of production
Country of production France
Director(s)
Duration 6 minutes
Format Parlant - Couleur -
Original language(s) French
Production companies France 3 Clermont-Ferrand
Archive holder(s) INA
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
Journaliste : Françoise Attaix

Content

Theme

(français)

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Témoignage de Jeanne POUSSIER HAUVILLE, sur son expérience de médecin de campagne en Auvergne

Context

(français)

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)

How are health and medicine portrayed?

(français)

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Télévision

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Télévisuel

Local, national, or international audience

Local

Description

(français)
Témoignage de Jeanne POUSSIER HAUVILLE, sur son expérience de médecin de campagne en Auvergne : "Au début, ça a été un petit peu difficile pour certains. J'arrivais à Saint Bonnet le Bourg où ils n'avaient jamais vu de médecin et certains hommes avaient dit "oh une femme..." On cru d'abord comme j'étais une femme que je ne pouvais être qu'une guérisseuse, parce que les femmes ça ne pouvait pas être médecin, c'était guérisseuse."

C'est ainsi suspectée qu'elle a commencé son métier de médecin de campagne. Mais avant de s'installer, dans ce village perdu dans le Livradois, Jeanne POUSSIER HAUVILLE travaillait au laboratoire de recherche de l'Hôtel Dieu de Paris et à l'Institut d'hygiène, aujourd'hui INSERM. Un jour, saturée de la grande ville, avec son mari, elle a tout quitté et l'aventure l'a conduite en Auvergne. Jeanne POUSSIER HAUVILLE : "j'ai eu aussi de la peine parce que quand je suis arrivée, il y avait un faux médecin non loin d'ici à Saint Germain l'Herm et certains se disaient il faudrait peut-être lui demander son diplôme et on se demandait peut-être pourquoi nous avions quitté Paris alors que nous étions jeunes et que nous avions une situation. Un doute. Et il avait eu ce faux médecin qui était là lorsque je me suis installée. Ils se sont dit est-ce que ce ne serait pas encore la même chose. Et puis tout cela s'est arrangé, mais il a fallu tout de même pas mal d'années." Un patient du docteur qui a eu recours à ses soins dès qu'elle s'est installée déclare qu'il n'a pas été gêné par le fait qu'elle soit une femme : "on a vu qu'on avait des bons soins, on a dit ça va bien." Il trouve madame POUSSIER "très courageuse." Le docteur POUSSIER : "je crois que c'est très difficile pour une femme seule d'être médecin de campagne. Mon mari me sert un peu de chien de garde, au téléphone, pour les gens qui viennent, c'est extrêmement précieux. Il sait rassurer, faire attendre. Il sort avec moi la nuit aussi et par mauvais temps. Si une jeune médecin a du courage, elle peut faire ce choix. Je crois qu'il faut avoir été habitué étant jeune à lutter contre les difficultés." Effectuant environ 100 kms tous les jours sur les routes, elle consacre ses après-midis aux consultations dans son cabinet et bien qu'elle ne mette plus d'enfant au monde, elle les soigne dès leur naissance. La doyenne de ses patientes a 94 ans. Dans ce village, elle a été surprise à son arrivée par le pessimisme qui y régnait. Pour lui donner un second souffle, elle a créé une maison de l'artisanat. Jeanne POUSSIER : "je m'étais rendu compte qu'ils étaient très adroits. ils faisaient tous leurs paniers, ils paillaient leurs chaises, pourquoi ne pas remettre cet artisanat en vigueur ? C'est ce que nous avons fait. J'arrive à tout concilier car je ne perds pas énormément de temps à faire des choses inutiles." Elle a pour devise "ma force est de ne jamais penser que je fais des choses parfaites."

[Source : IMP]

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors