To Your Health (1956)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

To Your Health

If you have trouble viewing subtitles, try using a different web browser.
Title To Your Health
Year of production 1956
Country of production États-Unis
Director(s) Philip Stapp
Scientific advisor(s) E.M. Jellinek
Duration 10 minutes
Format Parlant - Couleur - 16 mm
Original language(s) English
Subtitles and transcription EnglishFrench
Production companies Halas and Batchelor
Commissioning body Organisation Mondiale de la Santé
Archive holder(s) United States National Library of Medicine
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
The WORLD HEALTH ORGANIZATION Presents
TO YOUR HEALTH

Colour by TECHNICOLOR
A film by PHILIP STAPP
Supervised by Professor E.M. JELLINEK
Music by MATYAS SEIBER

Animation by Brian Borthwick and John Smith
A HALAS AND BATCHELOR CARTOON

Content

Medical themes

Theme

(français)
Information sur l'action de l'alcool et l'alcoolisme

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Film d'animation qui explique la nature de l'alcool et ses effets sur le corps humain, et suggère un certain nombre de raisons pour lesquelles les gens boivent. Il montre également comment la prise d'alcool est liée à des à des facteurs historiques, culturels et sociétaux. Il inclut une description de l'apparition de la maladie alcoolique chez certains individus et le moyen de s'en sortir (Alcooliques Anonymes).

Context

(français)
Dans les premières années du film médical, les séquences d'animation insérées dans un documentaire permettent de visualiser des organismes ou des procédés invisibles à l’œil nu et/ou que la caméra ne peut pas filmer (divers aspects du fonctionnement interne du corps humain par exemple). C'est pendant la Seconde Guerre mondiale que le film animé fait sa véritable entrée dans le secteur du film industriel de commande, souvent par l'intermédiaire d'organismes gouvernementaux. En conséquence, la seconde moitié du XXe siècle voit proliférer des films entièrement animés qui ne se contentent plus d'élargir le champ de vision de la caméra (même si la séquence d'animation garde cette fonction dans un grand nombre de documentaires) mais qui exploitent les capacités d'abstraction et de réduction des détails visuels de ce media. Ces films de l'après-guerre parfois décrits comme "modernistes", affichent une esthétique nouvelle et sont généralement produits pour un public "mixte", c'est-à-dire comprenant à la fois des spécialistes et des non-spécialistes. (Les documentaires plus anciens qui utilisaient l'animation pour produire des images scientifiques s'adressaient généralement exclusivement à des spécialistes.)


Lors de la réunion inaugurale rassemblant tous les membres de l'Organisation Mondiale de la Santé en juillet 1948, la délégation des États-Unis soumit une résolution soutenue par l'Association of American Medical Colleges (AAMC) sur "l'importance de stimuler la production, l'utilisation, et l'échange de films et autres supports audiovisuels en médecine, santé et sciences associées". Appuyant l'objectif énoncé dans la constitution de l'OMS de "promouvoir l'amélioration des normes d'enseignement et de formation dans les professions médicales, sanitaires, etc", l'AAMC soutint que les films étaient "de puissants outils" d'enseignement et qu'il convenait donc que le directeur général de l'OMS et son conseil d'administration fassent une promotion active de l'utilisation des films dans toutes les actions d'éducation sanitaire. Dans les années qui suivirent, l'OMS releva le défi et produisit un large éventail de films en lien avec les principales campagnes d'éradication de maladies ainsi qu'avec des réunions et événements historiques importants. Ces films avaient pour objectif de diffuser les principes fondamentaux d'une bonne santé. Au cours de ses 20 premières années, l'OMS commanda ainsi entre 20 et 30 films et fit appel pour cela à des documentaristes et studios d'animation américains et européens (Europe de l'Ouest et de l'Est). World Healthː The Magazine of the World Health Organization de janvier-février 1968 liste 15 films (certains des films produits dans les premières années ayant été retirés de la circulation pour diverses raisons, notamment un contenu devenu obsolète) dont six films animés, parmi lesquels To Your Health

Au sein du corpus de films médicaux produits par l'OMS, To Your Health a été considéré comme un blockbuster en raison du très grand nombre de personnes qui l'ont vu dans le monde entier.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le choix de l'animation permet de garder un ton léger pour évoquer un problème compliqué et grave. Même lorsque le film évoque les situations les plus dures (agressivité de l'alcoolique, ruptures familiales et sociales), cela lui permet d'éviter le misérabilisme et une stigmatisation qui feraient fuir le spectateur en brossant un tableau trop réaliste.

Le personnage central est un M. Tout-le-monde (John, Johann, Juan or Jean). Ainsi, le film propose à tous les hommes de s'identifier à lui, quelle que soit leur origine géographique, au moins dans le monde occidental. (On notera que l'alcoolisme des femmes n'est à peine envisagé, conformément aux conceptions courantes de l'époque.) On suit ce personnage qui discute avec un scientifique tout au long du film mais le contenu de To Your Health n'est pas structuré comme un récit. Il s'agit plutôt d'une succession d'informations.
Ces données scientifiques sont fournies essentiellement par la voix off. Elles s'adressent à l'esprit logique et rationnel du spectateur. En même temps, To Your Health est composé d'images fantaisistes, artistiques et/ou très stylisées qui relèvent d'une esthétique moderne et en appellent aux expériences passées, aux émotions et au ressenti du spectateur. On observe dans ce film non pas un renforcement mais plutôt un contraste entre ce que le canal auditif et le canal visuel transmettent. Cette complémentarité qui ne pourrait pas être mise en œuvre dans un documentaire filmé "classique" sans effets spéciaux fait de ce film animé une production audiovisuelle hybride, à la fois outil d'information scientifique, œuvre d'art et objet de divertissement, conçu pour ancrer son message d'information durablement dans l'esprit du spectateur.

Enfin, on notera que le film évite des prises de position trop tranchées. L'explication principale qui est donnée pour l'alcoolisme reste assez vague ("l'alcoolique boit pour échapper à un conflit intérieur"), ce qui a l'avantage de pouvoir correspondre à un grand nombre de situations individuelles. Enfin, le film termine sur une question ouverte qui est peut-être plus efficace qu'une injonction à arrêter de boire ou à se faire soigner dans la mesure où elle peut ouvrir une discussion et amener le spectateur à une prise de conscience de ses propres difficultés.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Les médecins et autres professionnels de santé n'apparaissent que de façon très fugitive. Il s'agit plutôt de chercheurs, tous en blouse blanche et le visage à la fois serein et sérieux, qui sont opposés à des personnages moralisateurs un peu fanatiques et ridicules qui avancent des opinions contradictoires, ainsi qu'à des commerçants qui ne s'intéressent qu'aux bénéfices qu'ils peuvent tirer de la vente d'alcool. Seuls les scientifiques sont à même de fournir des "opinions impartiales et des faits" (unprejudiced opinions and some facts), c'est-à-dire des informations précises sur la fabrication de l'alcool, les mécanismes de l'ivresse, la diminution des facultés physiques et mentales provoquée par l'abus d'alcool, les moyens de s'en sortir, etc.
La santé (ici l'absence de dépendance à l'alcool) repose sur une composante psychologique importante (l'absence de conflit intérieur).

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
To Your Health a été distribué au Danemark, en Finlande, en France, au Japon, en Nouvelle-Zélande, au Portugal, en Afrique du Sud, en Suède, en Suisse, au Royaume-Uni, en Irlande, aux Amériques et en URSS. Des versions de ce film étaient disponibles dans les langues principales de ces pays ainsi qu'en groenlandais et en féroïen. Toutes les demandes de production du film dans une nouvelle langue étaient approuvées à condition que l'organisation demanderesse paie les coûts de traduction.

Le film a été projeté devant des organisations sanitaires nationales et régionales, des professionnels de santé, un public tout-venant, des associations pour la santé mentale, des services d'alcoologie, des groupes d'Alcooliques Anonymes, des lycéens, des sociétés militant pour la tempérance, des policiers, des groupes religieux, etc. Rien qu'en Nouvelle-Zélande, des copies du film ont été demandées dès sa sortie pour être montrées à l'Otago Medical School, à l'équivalent néo-zélandais des Alcooliques Anonymes et à la rencontre des Associations for the Advancement of Science australienne et néo-zélandaise. Le film a eu un succès commercial considérable dans ce pays. En 1961, la 20th Century Fox Film Corporation a obtenu les droits de distribution exclusifs pour la Nouvelle Zélande. On notera que ce film d'animation a attiré à la fois des personnes qui s'intéressaient à la question de l'alcoolisme et des amateurs de cinéma qui appréciaient le travail de ses créateurs.
To Your Health a eu un succès similaire dans de nombreux aurtes pays, du Japon à l'Afrique du Sud. Il a été visionné par des milliers d'étudiants en Inde lors d'une série de projections en 1962. La Bahrain Petroleum Company en a commandé une copie en 1970. Il en a été de même pour la Escuela de Enfermeria y Obstetricia au Mexique en 1976. La même année, la directrice de l'East Sussex County Grammar School for Girls au Royaume-Uni en a également commandé une copie. En 1977, plus de 2 000 spectateurs ont vu le film en Irlande. La Croix-Rouge italienne a acheté 15 copies du film en 1980.
Il a été projeté aussi bien à un public urbain qu'à des populations vivant dans des endroits reculés. Ainsi, la version danoise du film (réalisée en 1959) a été projetée pour la première fois en septembre 1960 dans l'un des cinémas les plus en vogue de Copenhague avant un film danois (Panik I Paradis), ce qui lui a permis d'être visionnée par un maximum de spectateurs. En 1961, le Swedish Board of Temperance Education avait déjà acheté et distribué 121 copies du film en Suède. En 1963, 40 copies supplémentaires ont été commandées. Par ailleurs, diverses ligues antialcooliques suédoises ont commandé des copies pour le Kenya et la République du Congo. Elles ont également demandé que le film soit doublé en swahili.
Un missionnaire portugais en Angola a demandé une copie en 1958.
To Your Health est passé à la télévision au Pays-Bas en 1960, en Norvège en 1962 et en Espagne en 1973.
Au milieu des années 80, il y avait encore plus de 3 000 copies du film en circulation. Dans cette période, l'OMS a reçu de nombreuses demandes d'autorisation d'enregistrement du film sur cassette VHS car les pellicules 16 mm se détérioraient. À chaque fois, l'OMS a donné son accord pour un usage non-commercial. Le film était encore distribué sous forme de cassettes vidéo en 1999. Il ne figure plus au catalogue de l'OMS depuis 2003.

Ce film a reçu un prix au Festival International du Film d’Édimbourg (année ?).
Il a été projeté au Wellcome Trust à Londres à l'automne 2017 avec d'autres films réalisés par le studio Halas & Batchelor.

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Tout public et professionnels de santé (cf. Paragraphe Où le film est-il projeté ?)

Local, national, or international audience

International

Description

(français)
Une situation de consommation d'alcool ordinaire

Sur un ciel étoilé, une silhouette masculine se dessine et se modifie rapidement. D'emblée, une certaine universalité du problème de l'alcoolisme est posée. Il pourrait s'agir de n'importe quel homme ː John, Johann, Juan ou Jean. Cependant, s'il s'agit de proposer au spectateur de s'identifier au personnage central, on notera que cette identification peut être plus difficile pour les femmes (chez qui le problème de l'alcoolisme n'est pas du tout reconnu à l'époque de la réalisation du film) et pour les hommes non-occidentaux (ce qui n'a manifestement pas entravé la diffusion du film en Afrique, au Japon et en Amérique du Sud, cf. paragraphe Où le film est-il projeté ?) Pour renforcer cette universalité, la voix off prononce les mots "À ta santé" en français, espagnol, allemand et anglais.John/Juan/jean a maintenant un verre en main qu'il boit dans un nouveau décor, entouré d'autres personnes. Des constellations scintillent sur des verres et des bouteilles qui tournent doucement. John/Juan/Jean les yeux tombants, sa cravate est défaite. Il parle à une femme en faisant de grands gestes puis se tourne d'un air menaçant vers un groupe de personnes qui semblent se moquer de lui et se détournent dans un mouvement en diagonale. Il joue avec un verre en équilibre sur une bouteille qu'il finit par casser. Plusieurs personnes se dressent autour de lui d'un air désapprobateur mais il les ignore, hilare. De nouveau seul, il se balance d'avant en arrière tandis que le mur qui se trouve en face de lui effectue le mouvement opposé. Il finit par quitter les lieux en volant. Après quelques instants de bien-être, il retombe doucement sur terre, l'air malade. Il a manifestement la "gueule de bois" et pose une première question ː "Qu'est-ce que l'alcool ?" (01ː34)
Opinions, croyances et marketing
Succession rapide de personnages caricaturaux qui s'expriment d'un air péremptoire ː dans le coin gauche de l'écran, une représentante de ligue antialcoolique clame que l'alcool est la source de tous les maux ; à droite, sur un écran de télévision, un homme en smoking vante les mérites d'un vin pétillant ; à gauche, un conférencier maigre et âgé explique d'un ton sentencieux que c'est à cause de la boisson que tant de choses vont mal ; à droite, un homme se penche vers l'avant et annonce d'un air mauvais que les gens boivent parce que le monde va mal. Dérouté par ces déclarations contradictoires, John/Juan/Jean réclame un avis impartial et des faits en regardant le spectateur (ou la "caméra") droit dans les yeux.
Apparition d'un petit homme rondouillard en blouse blanche qui est prêt à fournir des faits. (02ː03)
Les faits
Trois scientifiques (dont le petit homme rondouillard) travaillent dans un laboratoire. Ils se penchent d'un côté, de l'autre, puis chacun dans une direction différente pour former une sorte d'être unique qui aurait trois têtes et six bras. La voix off insiste sur leur façon de travailler ("Depuis des années, les chercheurs expérimentent, analysent et évaluent les faits"), ce qui contraste avec les déclarations péremptoires infondées des personnages précédents. Explication du trajet de l'alcool dans l'organisme ː de l'estomac et de l'intestin dans le système sanguin puis vers tous les organes et chaque cellule du corps. En traversant le foie, l'alcool est transformé en acétaldéhyde puis en acide acétique. L'alcool est ensuite éliminé. Ici, mis à part quelques "étincelles" au moment du passage de l'alcool dans le foie, les divers schémas animés sont assez épurés et dépourvus de tout élément fantaisiste. (03ː20)
Qu'est-ce qui provoque l'ivresse ?
John/Juan/Jean se retrouve avec le petit scientifique rondouillard devant un écran de cinéma sur lequel est projeté une image de cerveau. Il demande ce qui provoque l'ivresse. Explication de l'effet anesthésiant de l'alcool. "Zoom" sur le cerveau dans lequel on voir apparaître des silhouettes noires qui bougent de façon synchronisée et tonique. C'est le centre de contrôle "qui régule nos actions et notre comportement". L'arrivée de l'alcool par le flux sanguin perturbe les fonctions supérieures (raisonnement, inhibition et mémoire). Les mouvements des silhouettes deviennent imprécis ou s'arrêtent, la musique ralentit et devient sinistre. La vision, la parole et l'audition sont affectées à mesure que l'alcool est amené par les artères symbolisées par une arborescence jaune. Les silhouettes noires s'effondrent, toute activité cesse. La coordination musculaire est touchée également, une silhouette noire musclée diminue progressivement son activité. La perte de conscience est associée à l'image d'une demie-douzaine de silhouettes noires affalées par terre. Le contrôle de la respiration est symbolisé par une silhouette vaguement léonine qui actionne un soufflet de plus en plus lentement. La musique ralentit puis s'arrête, comme le cœur.
Contrairement à la séquence précédente qui était très proche d'une imagerie scientifique, la séquence qui vient de se dérouler est travaillée avec beaucoup de symbolisme (les silhouettes noires en charge des différentes fonctions cérébrales) et la musique y joue un rôle très important. (04ː35)
Les dangers de l'alcool
Très peu de gens meurent des suites directes d'une consommation excessive d'alcool mais il y a des conséquences indirectes. Exemples ː accidents de la circulation et emprisonnement. (04ː56)
Pourquoi les gens boivent-ils ?
Sur une musique guillerette, apparition de situations sociales de consommation d'alcool ː cafés, restaurants. Le mouvement à l'image est d'abord horizontal puis vertical avec l'empilement d'une multitude de personnages hilares en train de lever leur verre. Pour d'autres personnes, l'alcool permet d'échapper à des difficultés conjugales et professionnelles ou au stress de la vie moderne. (La musique ralentit et se fait plus pesante.)
Apparition d'un nouveau personnage masculin, massif, tout en angles et au visage douloureux et sombre (son graphisme rappelle un peu certaines statues de l'époque soviétique). Pour lui, l'alcool est devenu une obsession en raison du conflit intérieur profond qui l'habite. Ce conflit est symbolisé par deux silhouettes blanches qui se détachent de son corps à plusieurs reprises et essaient de le tirer dans des directions opposées.
L'alcoolisme est provoqué par un conflit intérieur
Contrairement à ses amis, cet homme ne boit pas pour se détendre. C'est pourquoi il cherche des occasions de boire aussi souvent que possible ː au café, en jouant aux cartes ou même seul, en cachette. Les décors ont des teintes crépusculaires de plus en plus foncées et la musique martèle un rythme inquiétant.
Un beau jour, c'est le trou noir. En deux coups d'éponge passés horizontalement sur l'écran, l'image devient pratiquement impossible à distinguer. L'homme ne se souvient plus de rien. Peu de souvenirs lui reviennent une fois qu'il a dessoûlé. Gros plan sur son visage en partie masqué par sa main qui tient un verre. Quelques verres ne lui suffisent plus. Il ne peut plus s'arrêter. Des sortes de fines tentacules sortent de son verre et passent par dessus sa main. Son visage disparait. Ne subsistent plus que ses yeux fluorescents et les tentacules qui font maintenant penser à un réseau de vaisseaux sanguins. L'alcool est devenu une drogue pour lui.
Il en résulte des difficultés conjugales, de l'agressivité et des remords (personnage recroquevillé sur lui-même esquissé en rouge sur fond noir pour exprimer une grande souffrance et du désespoir). Après la perte de son emploi, l'homme n'arrive pas à refaire sa vie ailleurs. Il marche dans une rue dont les maisons sont de plus en plus stylisées, ce qui les rend menaçantes. L'apparence physique du colosse musclé du départ s'est complètement modifiée. Il est maintenant échevelé et ridé. Il a des poches sous les yeux. Il est devenu totalement dépendant à l'alcool. Une forme translucide s'élève au-dessus de lui et virevolte autour de sa tête jusqu'à ce qu'on ne voit plus que ses yeux ronds et jaunes et qu'on l'entende pousser un hurlement d'horreur et de douleur. Pendant quelques instants, le spectateur ignore ce qui lui est arrivé puis la voix off l'en informe ː notre homme se retrouve à l'hôpital ou en prison suivant qu'il est considéré comme un criminel ou un malade. (07ː40)
S'en sortir
Pour l'alcoolique, la seule solution est l'abstinence totale mais il ne peut pas y arriver seul. Parmi les personnes qui peuvent l'aider on trouve les professionnels de santé (médecins, infirmières et assistantes sociales) et d'anciens alcooliques, les Alcooliques Anonymes (il est progressivement entouré de nombreuses personnes prêtes à l'aider). (08ː04)
Une fin ouverte
Retour sur John/Juan/Jean qui demande au petit scientifique rondouillard pourquoi les gens continuent à boire malgré tous les dangers. Courte présentation du rôle de l'alcool au fil du temps. Depuis toujours, c'est la substance qui permet de sceller des amitiés solides, des contrats et des traités, de fêter les événements heureux. Dans l'opinion populaire, le fait de boire est également un gage d'appartenance à un groupe et un signe de virilité.

Le film termine par une question ouverte ː l'alcool nous contrôlera-t-il ? Le verre que John/Juan/Jean tient à la main se met tout à coup à grandir. Il lui échappe, se retourne et l'emprisonne. Après bien des efforts, John/Juan/Jean parvient à le briser et se retrouve entouré des personnes disposées à aider les alcooliques (professionnels de santé et anciens alcooliques). En même temps, la voix off pose une dernière question ː pouvons-nous contrôler l'alcool ?

Supplementary notes

(français)
Le scénario a été coécrit par Philip Stark et Joy Batchelor (communication personnelle de Vivien Halas).

On notera une similitude entre To Your Health et À votre santé (Thévenard) (film également consacré à la consommation abusive d'alcool) ː dans les deux films, il y a un moment où les personnages mis en scène brisent le quatrième mur et s'adressent directement à la voix off (à (01ː58) pour To Your Health et à (05ː42) pour À votre santé.)

References and external documents

(français)
Ostherr Kirsten, International Animation Aesthetics at the WHO, To Your Health (1956) and the Global Film Corpus in Bonah Christian et al., 'Health Education Films in the Twentieth Century, Rochester, University of Rochester Press, 2018, pp.279-302.


Contributors

  • Record written by : Élisabeth Fuchs
  • French subtitles : William Sabot
  • Transcription : William Sabot


Erc-logo.png Cette fiche a été rédigée et/ou traduite dans le cadre du projet BodyCapital, financé par l'European Research Council (ERC) et le programme de l'Union européenne pour la recherche et l'innovation Horizon 2020 (grant agreement No 694817).