Thérèse Lempérière

From Medfilm
Revision as of 17:07, 17 February 2021 by Danet (Talk | contribs) (Danet a déplacé la page Thérèse Lemperière vers Thérèse Lempérière : oubli accent premier "e")

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search

Professeur de psychiatrie à l’Université Paris-Diderot, elle exerça d’abord ses activités dans le prestigieux service de Jean Delay à Sainte-Anne, où elle participa avec Jean Delay et Pierre Deniker, aux premiers travaux sur les neuroleptiques, médicaments qui allaient bouleverser le traitement des malades atteints de psychose. Elle a dirigé de nombreuses études sur divers médicaments psychotropes, les neuroleptiques, et les premiers antidépresseurs. Nommée chef de service à l’hôpital Louis-Mourier à Colombes en 1971, Thérèse Lemperière est alors chargée d’une mission innovante, la création d’un service de psychiatrie universitaire sectorisé en hôpital général. Elle a mis au service de cette mission ambitieuse, assumée jusqu’en 1990, ses grandes qualités de clinicienne et de pédagogue fondant dans ce service une grande école de psychiatrie dont de nombreux chefs de service universitaires sont issus. Elle a poursuivit une oeuvre clinique et psychopathologique d’une grande ampleur, menant des travaux reconnus notamment sur l’hystérie, les aspects psychiatriques de l’épilepsie et défrichant de nouveaux champs de la discipline tels l’épidémiologie, la psychiatrie périnatale, l’organisation des urgences psychiatriques.

Thérèse Lempérière a, depuis son passage à Sainte-Anne, poursuivi une œuvre clinique et psychopathologique de grande ampleur, avec plus de 500 publications référencées et participant à la rédaction d’une vingtaine d’ouvrage. Parmi ses travaux, on peut citer son rapport de 1965 au Congrès de neurologie et de psychiatrie de langue française sur « Symptômes hystériques et personnalité hystérique » dans lequel elle soulignait avec Jacques Perse, l’autonomie des symptômes vis-à-vis du trouble de la personnalité, mais également ses travaux sur les aspects psychiatriques de l’épilepsie qui font encore autorité, de multiples publications dans des domaines aussi divers que les comorbidités psychiatriques des dépressions, les pathomimies, le transsexualisme, la dépression du sujet âgé…

Son œuvre pédagogique écrite est majeure, à travers des manuels tels que ses travaux sur Pierre Janet, le Précis de psychiatrie clinique qu’elle coordonna avec Jean Guyotat, Pierre Deniker et Henri Cuche, l'ouvrage qu’elle écrivit sur Victor Marcé ou de l’Abrégé de psychiatrie de l’adulte qu’elle rédigea avec André Féline et d’autres de ses élèves et qui n’a cessé d’être la référence des étudiants et des jeunes psychiatres.


Sa curiosité scientifique, son sens de l’observation de la personne humaine et son esprit de synthèse l’ont conduit à explorer, avec certains de ses élèves, de nouveaux champs de la discipline tels l’épidémiologie, les soins d’urgence en psychiatrie, la psychiatrie périnatale et de liaison.

Thérèse Lempérière on MedFilm