Difference between revisions of "Le gâteau olympique"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
Line 6: Line 6:
 
|Format couleur=Noir et blanc
 
|Format couleur=Noir et blanc
 
|Format son=Parlant
 
|Format son=Parlant
 +
|Réalisateurs=Serge Friedman;
 
|Pays de production=France;
 
|Pays de production=France;
 
|Langues origine=fr;
 
|Langues origine=fr;

Revision as of 10:48, 27 March 2020

 

Le gâteau olympique


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Le gâteau olympique
Series La mini-cuisine
Year of production 1968
Country of production France
Director(s) Serge Friedman
Duration 11 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 8 mm
Original language(s) French
Production companies ORTF
Archive holder(s) INA
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
« La Mini-Cuisine avec Michel Oliver »

Content

Theme

(français)
Dans cet épisode de l’émission culinaire pour enfants La mini-cuisine, Michel Oliver propose à Stéphane et à Bruno de réaliser un gâteau olympique.

Main genre

Émission de plateau

Synopsis

(français)

Context

(français)
La mini-cuisine est une émission culinaire pour enfants diffusée par l’Office de Radio-Télévision Française (ORTF) entre 1967 et 1968. Elle met en scène le chef Michel Oliver, fils de Raymond Oliver, qui apprend à deux enfants à réaliser une recette de cuisine. L’émission est diffusée le jeudi, jour de la pause scolaire jusqu’en 1972, dans le cadre de la programmation enfantine Jeudimage, à une heure variable entre 16h et 17h. D’une durée de 10 à 15 minutes, chaque épisode est consacré à l’élaboration d’une recette de cuisine adaptée aux enfants, salée ou sucrée.


La mini-cuisine constitue, à notre connaissance, la deuxième émission culinaire spécifiquement destinée aux enfants de l'histoire de la télévision française. La première émission intitulée Le goûter était animée par le père de Michel Oliver, Raymond Oliver, et la speakerine Catherine Langeais. Prenant l’apparence d’un concours culinaire, elle faisait intervenir un duo d’enfants âgés de moins de 12 ans qui réalisaient en plateau une recette de goûter apprise à la maison. Diffusée entre 1957 et 1958 sur la Radio-Télévision-Française (RTF), elle constituait en fait une variante de l’émission pour adultes à succès Art et Magie de la Cuisine.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : Yes.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)

How are health and medicine portrayed?

(français)
Dans cette émission culinaire pour enfants, dont le but est de faire la démonstration d’une recette de cuisine adapté au public enfantin, les considérations nutritionnelles sont quasiment absentes, malgré la montée en puissance depuis les années 1950 d’un discours diététique qui associe alimentation et santé. Les recettes proposées sont variées, ne se cantonnant pas uniquement aux gâteaux et autres gourmandises traditionnellement associés à l’enfance. Michel Oliver ouvre en effet la palette des possibilités, alternant des recettes sucrées ("le gâteau marbré aux chocolat", "le cake aux fruits confits", "les cigares en chocolat",…) et des plats salés ("sandwich géant", "tomates en accordéon", "salade niçoise",…). Contrairement aux recettes proposées dans Le goûter, l’alcool est ici quasiment absent des recettes. Et s’il est utilisé, le chef essaye de le cacher et s’en excuse immédiatement (comme dans la recette du « Cake aux fruits confits »). Les campagnes anti-alcooliques des années 1950 semblent avoir porté leurs fruits car, avec une décennie de tard, les mentalités ont changé. La consommation d’alcool par les enfants est désormais fortement condamnée par la société.


La mini-cuisine se caractérise également par l’utilisation de produits industriels dans les recettes : mayonnaise en tube, crabe en boite, pâte feuilletée sous vide. L’émission s’inscrit dans la modernité de la société de consommation qui bat son plein dans les années 1960. La consommation de produits transformés – conserves, bocaux, …, explose en effet à ce moment, notamment grâce à la multiplication des supermarchés sur tout le territoire. Ces aliments tout prêts sont présentés dans l’émission comme un moyen de rendre la cuisine plus accessible, et surtout plus simple, afin de toucher le public des enfants.


Par ailleurs, la cuisine est représentée comme un espace à risques pour l’intégrité physique des enfants. Comme dans la première émission pour enfants Le goûter, les dangers potentiels liés à l’activité culinaire sont exposés : principalement les coupures et les brûlures. Michel Oliver délivre régulièrement des messages de prévention des dangers domestiques, en répétant les consignes de sécurité (utiliser un torchon pour sortir un gâteau four) mais surtout en faisant certains gestes à la place des enfants. Il se fait ainsi garant de la sécurité des enfants.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
La mini-cuisine est diffusée entre 1967 et 1968 sur la première chaîne de l’Office de Radio-Télévision Française (ORTF) qui compte depuis 1964 une deuxième chaîne. La télévision devient dans les années 1960 un loisir privilégié des Français, comme le révèle l’augmentation massive du nombre de téléviseurs en une décennie. On passe d’un million de téléviseurs à près de 10 millions en 1968[1], pour un taux d’équipement des ménages de l’ordre de 50% selon l’Annuaire rétrospectif de la France (1948-1998), Paris, 1990[2].

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
La mini-cuisine s’adresse spécifiquement aux enfants. L’émission est en effet diffusée le jeudi, jour de la pause scolaire jusqu’en 1972, dans le cadre de la programmation enfantine Jeudimage. Son heure de diffusion varie entre 16h et 17h. En émettant à une heure de grande écoute des enfants, et surtout à l’heure du goûter, le programme propose ainsi aux jeunes téléspectateurs de cuisiner eux-mêmes à la maison. Ce programme jeunesse se caractérise par une proximité avec le public beaucoup moins forte que dans Le goûter. Si Michel Oliver invite les jeunes téléspectateurs à lui envoyer des lettres pour proposer des recettes à réaliser avec lui en plateau, jamais il n’indique l’origine de recettes proposées dans les émissions.

Local, national, or international audience

National

Description

(français)

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)
Cohen, Évelyne, et Lévy, Marie-Françoise (éd.), La télévision des Trente Glorieuses : Culture et politique. Paris, 2007.

Gaillard, Isabelle, La télévision : histoire d’un objet de consommation, 1945-1985, Paris, 2012.

Roger, Olivier, Les mises en scène de la cuisine dans les émissions de recettes à la télévision française, Mémoire de Master 2 Histoire sous la direction de Pascal Ory, 2014.


Contributors

  • Record written by : Amélie Kratz
  1. Gaillard, Isabelle, La télévision : histoire d’un objet de consommation, 1945-1985, Paris, 2012, p.117-119.
  2. Cité dans Cohen, Évelyne, et Lévy, Marie-Françoise (éd.), La télévision des Trente Glorieuses : Culture et politique. Paris, 2007.