La poliomyélite (1958)

From Medfilm
Jump to: navigation, search

 

La poliomyélite


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title La poliomyélite
Series Hygiène
Year of production 1958
Country of production France
Director(s) Antonia Calvin
Scientific advisor(s)
Duration 12 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16 mm
Original language(s)
Commissioning body Ministère de l'éducation nationaleCNDP
Archive holder(s) CNDP ‎

Main credits

(français)
"écrit par Bernard Lescot et Jean Cohen"

Content

Theme

(français)
exposé sur la poliomyélite : nature de la maladie, ses effets sur le corps, sa prise en charge curative et préventive

Main genre

Synopsis

(français)
L'exposé commence par une description de la maladie en rappelant qu'elle n'atteint pas exclusivement les enfants ; il explique les modes de transmission possibles du virus et les moyens de prise en charge (rééducation musculaire notamment). Le film se termine par une description de la mise au point récente d'un vaccin et par une invitation à se faire vacciner directement adressée au jeune public.

Context

(français)

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : Yes.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : Yes.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Les premiers plans montrant des malades claudiquant, certains plans dans les séquence suivantes insistant sur la maigreur des membres visent à mettre en garde. L'apostrophe finale pour inviter à se faire vacciner consiste à provoquer l'orgueil des enfants qui constituent le public du film : après avoir montré un petit enfant pleurer après l'administration du vaccin, le commentaire dit : « Les grands enfants que vous êtes seraient-ils moins courageux pour assurer leur protection contre ce fléau ? »

How are health and medicine portrayed?

(français)
description du microscope électronique pour valoriser la modernisation des équipements de recherche, nombreux plans sur l'administration systématique du vaccin dans les écoles pour attester de l'efficacité de la gestion des masses par l'administration sanitaire.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
écoles

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
enfants et adolescents

Local, national, or international audience

Unknown

Description

(français)
Une maladie qui touche tous les âges
Images de malades dans des situations de soins ou de rééducation. Le commentaire : « Ces inconnus que vous pouvez croiser dans la rue sont les victimes d’une véritable maladie : la poliomyélite. »GP sur des extraits de presse pour montrer comment la maladie est devenue intensément médiatisée. Le commentaire précise qu’elle n’est plsu appelée « maladie infantile » parce qu’il est désormais établi qu’elle « frappe sans distinction d’âge. » Séquence scientifique. Une femme approche d’un appareil blanc qui se présente comme un canon dressé. Le commentaire nous apprend qu’il s’agit d’un microscope électronique. Gros plan sur les mains qui manient l’appareil. Images microscopiques du virus de la poliomyélite qui mesure « 27 millionième de mm. Il est beaucoup plus petit qu’un microbe. »Plongée sur une cour de récréation pour illustrer l’idée que la poliomyélite ait pu se transmettre par voie respiratoire : ce mode expliquerait qu’il ait touché les collectivités enfantines. « Mais actuellement on pense que le virus passe dans l’organisme par les voies digestives ». Travelling dans la rue. « Toutes ces personnes sont peut-être de redoutables porteurs de germes qui permettraient à la maladie de s’étendre. » Une mouche sur une assiette pour indiquer que les mouches sont souvent porteuses de germe. Autre facteur : l’infection des eaux d’égout.
Description des effets de la maladie sur l'organisme et de ses modes curatifs de traitement
Schéma animé pour expliquer l’évolution de l’infection dans le corps humain. « les muscles paralysés ne peuvent plus se contracter. Ils fondent à vue d’œil. Il faut donc rééduquer la personne atteinte. »Scène d’examen d’un enfant malade. « Chaque muscle est exploré, palpé. » En plan général, scène de rééducation montrant les enfants descendant et montant un escalier ». Séance de rayonnement et cure de gymnastique en plein air. Plan sur une salle avec un bassin d’eau. Par le bord cadre gauche apparait un enfant allongé sur une civière pendue à des filins. La civière est progressivement descendue vers un bassin d’eau. Des infirmiers viennent le libérer de ses sangles. Les séances de piscine sont adaptées aux « cas difficiles » : « L’eau supportant les membres rend les mouvements plus faciles. » Vue rasante sur le garçon immergé qui sourit pendant que l’eau se met à s’agiter au niveau de son torse. Gros plan sur une main qui tourne un robinet modulant la pression. « Il faut une grande patience au personnel pour assurer cette rééducation. Ici un jet d’air comprimé met la masse liquide en mouvement. » Gros plan sur les jambes grêles du garçon, tiges de chair blême qui ondulent sous la surface ondoyante de l’eau.
Promotion du vaccin
L’animateur en gros plan. C’est la première fois qu’il apparait à l’image. « Heureusement, aujourd’hui, on peut se protéger contre cette maladie. Le docteur Salk aux Etats-Unis, et le professeur Lépine en France ont trouvé un vaccin très efficace. » Gros plan sur une main maniant trois ampoules qu’elle range dans une boîte. « Voici ce vaccin. » Gros plan sur une seringue pénétrant un bras. « Les injections sont toujours espacées. Trois semaines au minimum. » Graphique animé montrant une bande s’élargissant pour représenter le développement de la protection après injection (trois injections sont indispensables parce que la protection n’apparait qu’au bout de la troisième chez les personnes n’ayant aucune défense naturelle contre le virus, explique le commentaire). Le dessin d’un réfrégirateur apparait par flashes pour expliquer qu’il faut protéger les ampoules de la chaleur. La séquence animée se termine par l’indication d’une piqûre de rappel au bout d’un an. « Pourquoi se faire vacciner ? » demande l’animateur. La suite de son commentaire consiste à défendre l’option préventive. « La fermeture des écoles ou des piscines, la protection contre les mouches ne suffit pas. » Les images suivent : portes d’une façade d’école fermée, piscine déserte, fly-tox en action. Le commentaire évoque la mise au point aux Etats-Unis d’un vaccin sous forme d’une solution buvable. Il ajoute qu’il ne faut pas attendre pour autant : la solution reste le vaccin. Sans doute cet aparté est incité par des nouvelles qui ont circulé par la presse. En plan moyen, un enfant qui vient de se faire piquer s’agite, le visage grimaçant de douleur. La femme qui le tient dans ses bras le cajole, un sourire serein sur son visage : elle sait qu’il souffre pour son bien. « La piqûre est douloureuse, mais les larmes sont vite taries ». le commentaire enchaîne en s’adressant directement au public d’enfants supposés regarder le film. « Les grands enfants que vous êtes seraient-ils moins courageux pour assurer leur protection contre ce fléau ? »

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Joël Danet