Difference between revisions of "La femme 100 têtes"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Remplacement de texte — « État de la fiche=Oui » par « État de la fiche=Validée »)
(Nouveau mode de traduction)
Line 21: Line 21:
 
|Durée=20
 
|Durée=20
 
|Clé de tri=femme 100 têtes
 
|Clé de tri=femme 100 têtes
|Générique Principal=Assistant réalisateur Albert Luzuy /
+
|Générique Principal=Assistant réalisateur Albert Luzuy /Sénario Eric Duvivier, d'après une œuvre de Max Ernst (adaptation libre) /Commentaire Max Ernst dit par Jean Servais (avec la voix de) /Images Pierre Fournier /Décors Jean Caillon et Philippe Sevin /Régie Maurice Magalon
Sénario Eric Duvivier, d'après une œuvre de Max Ernst (adaptation libre) /
+
|Sujet={{HT_Sujet
Commentaire Max Ernst dit par Jean Servais (avec la voix de) /
+
|Langue=fr
Images Pierre Fournier /
+
|Texte=Adaptation libre et partielle de l'oeuvre de Max Ernst La femme 100 têtes (1929).}}
Décors Jean Caillon et Philippe Sevin /
+
Régie Maurice Magalon
+
|Sujet=<translate>Adaptation libre et partielle de l'oeuvre de Max Ernst La femme 100 têtes (1929).</translate>
+
 
|Sujets médico-sanitaires évoqués=
 
|Sujets médico-sanitaires évoqués=
|Résumé=<translate>Les images de ce film sont tirées des gravures réalisées à partir des collages de La femme 100 têtes de Max Ernst (1929), qui se veut être une « contribution aux passionnantes recherches du surréalisme dans l'exploration de l'inconscient », selon le synopsis publié dans le catalogue des films médico-scientifiques des laboratoires Sandoz. </translate>
+
|Résumé={{HT_Rés
|Contexte=<translate></translate>
+
|Langue=fr
 +
|Texte=Les images de ce film sont tirées des gravures réalisées à partir des collages de La femme 100 têtes de Max Ernst (1929), qui se veut être une « contribution aux passionnantes recherches du surréalisme dans l'exploration de l'inconscient », selon le synopsis publié dans le catalogue des films médico-scientifiques des laboratoires Sandoz. }}
 
|Images de reportage=non
 
|Images de reportage=non
 
|Images en plateau=non
 
|Images en plateau=non
Line 42: Line 40:
 
|Images communes avec d'autres films=Non
 
|Images communes avec d'autres films=Non
 
|Detail images communes avec d'autres films=
 
|Detail images communes avec d'autres films=
|Comment le film dirige-t-il le regard du spectateur ?=<translate>Le spectateur est comme forcé de chercher les liens entre les commentaires et les images. Les images sont souvent à moitié mobiles et à moitié immobiles. </translate>
+
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
|Comment la santé et la médecine sont-elles présentées ?=<translate></translate>
+
|Langue=fr
|Où le film est il projeté ?=<translate>Circuit médical</translate>
+
|Texte=Le spectateur est comme forcé de chercher les liens entre les commentaires et les images. Les images sont souvent à moitié mobiles et à moitié immobiles. }}
|Communications et événements associés au film=<translate></translate>
+
|Lieu projection={{HT_Proj
|Public=<translate>Corps médical</translate>
+
|Langue=fr
|Audience locale, nationale, internationale ?=Les archives CRI contiennent les commentaires traduits en espagnol, ainsi qu'une présentation en anglais et allemand. La mention « vente à l'étranger : SCIENCEFILM, 22 boulevard Victor-Hugo, 92 – Clichy. Tél. 737-12-31 » suggère que l'audience fut internationale.  
+
|Texte=Circuit médical}}
Le film fait partie d'un programme intitulé Hallucinations (1967) regroupant les quatre courts-métrages La perception et l'imaginaire (1964), Concerto mécanique pour la folie (1963), Images du monde visionnaire (1963) et La femme 100 tête (1967) diffusés dans des salles d'Art et Essai.  
+
|Public={{HT_Pub
|Descriptif libre=<translate> '''La démarche expliqée par André Pieyre de Mandiargues : une adaptation cinématographique de l'oeuvre graphique de Max Ernst'''
+
|Langue=fr
 
+
|Texte=Corps médical}}
Ecritures en noir gras sur fond blanc :  
+
|Audience locale, nationale, internationale ?=Les archives CRI contiennent les commentaires traduits en espagnol, ainsi qu'une présentation en anglais et allemand. La mention « vente à l'étranger : SCIENCEFILM, 22 boulevard Victor-Hugo, 92 – Clichy. Tél. 737-12-31 » suggère que l'audience fut internationale. Le film fait partie d'un programme intitulé Hallucinations (1967) regroupant les quatre courts-métrages La perception et l'imaginaire (1964), Concerto mécanique pour la folie (1963), Images du monde visionnaire (1963) et La femme 100 tête (1967) diffusés dans des salles d'Art et Essai.  
« C'est en 1929 que parut « La femme 100 têtes », premier grand recueil de collages (découpages) de Max Ernst, et de ce temps-là nous sommes fondés à dire qu'il est l'âge d'or du surréalisme, puisqu'il vit la publication à peu près simultanée d'œuvres capitales de Breton, d'Aragon, de Péret et particulièrement d'Eluard, dont l'esprit, à ce qu'il me semble, est inséparable de celui qui anime les images de Max Ernst. La poésie surréaliste usant, à la manière des rêves, du contraste entre des éléments disparates mais reliés par une certaine continuité d'allure obsessive, je pense que Max Ernst a voulu la renouveler en inventant un livre bâti non pas d'images verbales mais de gravures détournées d'illustrés anciens, modifiées, appropriées à sa fantaisie personnelle, et faire de la contemplation de ce livre (pages tournées rapidement) quelque chose comme une séance de lanterne magique. Le poème visuel de Max Ernst est un peu de la famille des ancêtres du cinéma. Il est donc naturel qu'on ait voulu le porter à l'écran. Malgré les difficultés inhérentes à une transposition dynamique de planches au caractère d'antagonisme statique, Eric Duvivier a fort bien réussi dans sa tentative, et je me plais à saluer en elle le meilleur film surréaliste qui nous ait été offert depuis trente ans ou davantage.
+
|Descriptif libre={{HT_Desc
André Pieyre de Mandiargues »
+
|Langue=fr
 
+
|Texte= '''La démarche expliqée par André Pieyre de Mandiargues : une adaptation cinématographique de l'oeuvre graphique de Max Ernst'''<br />Ecritures en noir gras sur fond blanc : « C'est en 1929 que parut « La femme 100 têtes », premier grand recueil de collages (découpages) de Max Ernst, et de ce temps-là nous sommes fondés à dire qu'il est l'âge d'or du surréalisme, puisqu'il vit la publication à peu près simultanée d'œuvres capitales de Breton, d'Aragon, de Péret et particulièrement d'Eluard, dont l'esprit, à ce qu'il me semble, est inséparable de celui qui anime les images de Max Ernst. La poésie surréaliste usant, à la manière des rêves, du contraste entre des éléments disparates mais reliés par une certaine continuité d'allure obsessive, je pense que Max Ernst a voulu la renouveler en inventant un livre bâti non pas d'images verbales mais de gravures détournées d'illustrés anciens, modifiées, appropriées à sa fantaisie personnelle, et faire de la contemplation de ce livre (pages tournées rapidement) quelque chose comme une séance de lanterne magique. Le poème visuel de Max Ernst est un peu de la famille des ancêtres du cinéma. Il est donc naturel qu'on ait voulu le porter à l'écran. Malgré les difficultés inhérentes à une transposition dynamique de planches au caractère d'antagonisme statique, Eric Duvivier a fort bien réussi dans sa tentative, et je me plais à saluer en elle le meilleur film surréaliste qui nous ait été offert depuis trente ans ou davantage.André Pieyre de Mandiargues »<br />'''Montage musical et animation de gravures'''Musique classique : Stravinsky, Le Baiser de la Fée – Coda, ballet de 1928.Le logo Sandoz incrusté dans une gravure ; comme tout le reste du générique. Musique : début de : Carl Orff, Carmina Burana – Fortuna Imperatrix Mundi, cantate de 1935-1936. Le film se déroule comme des succession de gravures animées, toujours accompagnées d'un commentaire en hors-champ. Les commentaires sont plus ou moins liés aux images ; le tout dans une atmosphère profondement surréaliste. L'histoire (si il y en a une) semble suivre celle de cette femme "100 tête". Plusieurs personnages reviennent comme Loplop.<br />Fonds Eric Duvivier code 273.}}
 
+
|Notes complémentaires={{HT_Notes
'''Montage musical et animation de gravures'''
+
|Langue=fr
Musique classique : Stravinsky, Le Baiser de la Fée – Coda, ballet de 1928.
+
|Texte=réf. du doc au CIL : Cote 273 + dossier sur le film (brochure, commentaires en français et en espagnol). Réf du doc au CERIMES : DVD n° 08671 (+ BétaSP)}}
Le logo Sandoz incrusté dans une gravure ; comme tout le reste du générique.  
+
|Ressources externes=}}
Musique : début de : Carl Orff, Carmina Burana – Fortuna Imperatrix Mundi, cantate de 1935-1936.  
+
Le film se déroule comme des succession de gravures animées, toujours accompagnées d'un commentaire en hors-champ. Les commentaires sont plus ou moins liés aux images ; le tout dans une atmosphère profondement surréaliste. L'histoire (si il y en a une) semble suivre celle de cette femme "100 tête". Plusieurs personnages reviennent comme Loplop.
+
 
+
Fonds Eric Duvivier code 273.</translate>
+
|Notes complémentaires=<translate>réf. du doc au CIL : Cote 273 + dossier sur le film (brochure, commentaires en français et en espagnol). Réf du doc au CERIMES : DVD n° 08671 (+ BétaSP)</translate>
+
|Références=
+
|Ressources externes=
+
}}
+

Revision as of 12:52, 27 March 2018

 

La femme 100 têtes

Title La femme 100 têtes
Series Hallucinations
Year of production 1967
Country of production
Director(s) Éric Duvivier
Scientific advisor(s)
Duration 20 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16mm
Original language(s) French
Production companies Sciencefilm
Commissioning body laboratoire Sandoz
Archive holder(s) CILCERIMES

Main credits

Content

Theme

(français)
Adaptation libre et partielle de l'oeuvre de Max Ernst La femme 100 têtes (1929).

Main genre

Synopsis

(français)
Les images de ce film sont tirées des gravures réalisées à partir des collages de La femme 100 têtes de Max Ernst (1929), qui se veut être une « contribution aux passionnantes recherches du surréalisme dans l'exploration de l'inconscient », selon le synopsis publié dans le catalogue des films médico-scientifiques des laboratoires Sandoz.

Context

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : no.
  • Set footage  : no.
  • Archival footage  : yes.
  • Animated sequences  : yes.
  • Intertitles  : yes.
  • Host  : no.
  • Voice-over  : yes.
  • Interview  : no.
  • Music and sound effects : yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le spectateur est comme forcé de chercher les liens entre les commentaires et les images. Les images sont souvent à moitié mobiles et à moitié immobiles.

How are health and medicine portrayed?

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Circuit médical

Presentations and events associated with the film

Audience

(français)
Corps médical

Local, national, or international audience

Description

(français)
La démarche expliqée par André Pieyre de Mandiargues : une adaptation cinématographique de l'oeuvre graphique de Max Ernst
Ecritures en noir gras sur fond blanc : « C'est en 1929 que parut « La femme 100 têtes », premier grand recueil de collages (découpages) de Max Ernst, et de ce temps-là nous sommes fondés à dire qu'il est l'âge d'or du surréalisme, puisqu'il vit la publication à peu près simultanée d'œuvres capitales de Breton, d'Aragon, de Péret et particulièrement d'Eluard, dont l'esprit, à ce qu'il me semble, est inséparable de celui qui anime les images de Max Ernst. La poésie surréaliste usant, à la manière des rêves, du contraste entre des éléments disparates mais reliés par une certaine continuité d'allure obsessive, je pense que Max Ernst a voulu la renouveler en inventant un livre bâti non pas d'images verbales mais de gravures détournées d'illustrés anciens, modifiées, appropriées à sa fantaisie personnelle, et faire de la contemplation de ce livre (pages tournées rapidement) quelque chose comme une séance de lanterne magique. Le poème visuel de Max Ernst est un peu de la famille des ancêtres du cinéma. Il est donc naturel qu'on ait voulu le porter à l'écran. Malgré les difficultés inhérentes à une transposition dynamique de planches au caractère d'antagonisme statique, Eric Duvivier a fort bien réussi dans sa tentative, et je me plais à saluer en elle le meilleur film surréaliste qui nous ait été offert depuis trente ans ou davantage.André Pieyre de Mandiargues »
Montage musical et animation de gravuresMusique classique : Stravinsky, Le Baiser de la Fée – Coda, ballet de 1928.Le logo Sandoz incrusté dans une gravure ; comme tout le reste du générique. Musique : début de : Carl Orff, Carmina Burana – Fortuna Imperatrix Mundi, cantate de 1935-1936. Le film se déroule comme des succession de gravures animées, toujours accompagnées d'un commentaire en hors-champ. Les commentaires sont plus ou moins liés aux images ; le tout dans une atmosphère profondement surréaliste. L'histoire (si il y en a une) semble suivre celle de cette femme "100 tête". Plusieurs personnages reviennent comme Loplop.
Fonds Eric Duvivier code 273.

Supplementary notes

(français)
réf. du doc au CIL : Cote 273 + dossier sur le film (brochure, commentaires en français et en espagnol). Réf du doc au CERIMES : DVD n° 08671 (+ BétaSP)



Contributors

  • Record written by : Caroline Ruebrecht