Difference between revisions of "L'alimentation en eau d'une ville"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Remplacement de texte — « État de la fiche=Oui » par « État de la fiche=Validée »)
 
(13 intermediate revisions by 4 users not shown)
Line 3: Line 3:
 
|Série=Etude du milieu
 
|Série=Etude du milieu
 
|Année de production=1966
 
|Année de production=1966
 +
|Fiche_ERC=Non
 
|Format film=16mm
 
|Format film=16mm
 
|Format couleur=Noir et blanc
 
|Format couleur=Noir et blanc
Line 8: Line 9:
 
|Réalisateurs=Pierre Malfille;;;;
 
|Réalisateurs=Pierre Malfille;;;;
 
|Référents scientifiques=;;;;
 
|Référents scientifiques=;;;;
 +
|Pays de production=France;
 
|Langues origine=fr
 
|Langues origine=fr
 +
|Sous-titrage et transcription=Non
 +
|Société de production=IPN;
 
|Commanditaire=CNDP
 
|Commanditaire=CNDP
|Archives détentrices=CNDP ;;;;
+
|Archives détentrices=Canopé (CNDP);
 
|Administration de la notice=France Garat
 
|Administration de la notice=France Garat
|Durée=27
+
|Durée=28
 
|Clé de tri=alimentation en eau d'une ville
 
|Clé de tri=alimentation en eau d'une ville
 
|Vidéo sur FTP=alimentation_en_eau_d_une_ville_cndp_1977
 
|Vidéo sur FTP=alimentation_en_eau_d_une_ville_cndp_1977
|Sujet=<translate>Dans la série « Etude du milieu », explication des techniques d'alimentation et d'évacuation des eaux. Reportage sur une station d'épuration parisienne.</translate>
+
|Audience=Inconnue
|Sujets médico-sanitaires évoqués=le traitement des eaux
+
|Avertissement images choquantes=Non
+
 
|État de la fiche=Validée
 
|État de la fiche=Validée
 +
|Orthographe=Oui
 +
|Avertissements=Standard
 
|Images de reportage=Oui
 
|Images de reportage=Oui
 
|Images en plateau=Oui
 
|Images en plateau=Oui
Line 29: Line 33:
 
|Musique et bruitages=Oui
 
|Musique et bruitages=Oui
 
|Images communes avec d'autres films=Non
 
|Images communes avec d'autres films=Non
|Audience locale, nationale, internationale ?=Inconnue
+
|Sujet={{HT_Sujet
|Générique Principal=« Dans la série animée par Michel Denel
+
|Langue=fr
Avec le concours de la Compagnie générale des eux et la participation de Monsieur Dubin
+
|Texte=Dans la série « Étude du milieu », explication des techniques d'alimentation et d'évacuation des eaux. Reportage sur une station d'épuration parisienne.
de l'Ecole de travaux publics et de la S.E.T.U.D.E.
+
}}
C'était une émission de Pierre Legout / Images J.C. Rahaga, François Pailleux / Son Christian Hackspill / Maquette Roger Herot /  
+
|Générique principal={{HT_Gén
Animations Alain Gilbert, Michel Voillot / Montage Michèle Vosgin / Assistant de réalisation Claude Weisz »
+
|Langue=fr
|Résumé=<translate>Le réalisateur a conçu son film avec une visée d'information et d'explication. La découverte des circuits existants qui permettent l'alimentation d'une ville en eau est guidée par un animateur endossant ici le rôle de professeur, amenant les élèves à comprendre, grâce à des moyens pédagogiques, le fonctionnement d'un circuit complexe.(notice CNDP)</translate>
+
|Texte=« Dans la série animée par Michel Denel Avec le concours de la Compagnie générale des eaux et la participation de Monsieur Dubinde l'École de travaux publics et de la S.E.T.U.D.E. C'était une émission de Pierre Legout / Images J.C. Rahaga, François Pailleux / Son Christian Hackspill / Maquette Roger Herot / Animations Alain Gilbert, Michel Voillot / Montage Michèle Vosgin / Assistant de réalisation Claude Weisz »
|Contexte=<translate>Les travaux haussmanniens ont permis de repenser l'ensemble de la chaîne hydraulique, depuis la captation des eaux claires jusqu'à la perte des eaux usées. "Les canalisations sont enfouies, communicantes, censées atteindre chaque maison dans un mouvement de flux et de reflux." (Georges Vigarello, ''Histoire des pratiques de santé'', 1992, Paris, P. 241) Les sources lointaines sont préférées aux rivières voisines. Innovation de l'égout collecteur au dernier tiers du XIXe siècle, le tout-à-l'égout parisien est mis en place en 1860. Mais en 1892, seules 290 villes sur 691 distribuent l'eau sous pression. (Jean-Pierre Goubert, ''La conquête de l'eau'', 1986, p. 198). Pendant les Trente Glorieuses, l'émergence des grands ensembles permet l'équipement des logements individuels populaires en eau courante. </translate>
+
}}
|Comment le film dirige-t-il le regard du spectateur ?=<translate>L'émission utilise une multiplicité de supports didactiques et de dispositifs télévisuels : des schémas dynamiques, une maquette évolutive, des reportages commentés en voix off, des photos, des images d'archives, un micro trottoir. Ils alternent pour rendre aux élèves le sujet dynamique et ludique, avec pour volonté de leur proposer une méthode d'enquête à poursuivre. De plus, l'adresse de l'animateur est directe afin de soutenir leur attention. Le fond sonore est constitué de mélodies évocatrices puisqu'il s'agit entre autres d' « A la claire fontaine » et de « L'Eau vive ».</translate>
+
|Résumé={{HT_Rés
|Comment la santé et la médecine sont-elles présentées ?=<translate>Une mise en garde est faite sur la vigilance dont il faut faire preuve en ce qui concerne la provenance des eaux consommées.</translate>
+
|Langue=fr
|Où le film est il projeté ?=<translate>Télévision (les 13 et 20 mai 1966)</translate>
+
|Texte=Le réalisateur a conçu son film avec une visée d'information et d'explication. La découverte des circuits existants qui permettent l'alimentation d'une ville en eau est guidée par un animateur endossant ici le rôle de professeur, amenant les élèves à comprendre, grâce à des moyens pédagogiques, le fonctionnement d'un circuit complexe.(notice CNDP)
|Communications et événements associés au film=<translate>scolaire</translate>
+
}}
|Public=<translate>scolaire</translate>
+
|Contexte={{HT_Cont
|Descriptif libre=<translate>Une fontaine, puis des plaques de rues parisienne avec le mot fontaine : 'rue de la fontaine du but' etc. Ensuite, une carte de France sur laquelle apparaissent successivement des noms de villes et villages comprenant le mot fontaine : 'Fontainebleau' etc. Voici donc la mise en place du sujet, imagée certes, mais induisant que l'eau est partout.
+
|Langue=fr
 
+
|Texte=Les travaux haussmanniens ont permis de repenser l'ensemble de la chaîne hydraulique, depuis la captation des eaux claires jusqu'à la perte des eaux usées. "Les canalisations sont enfouies, communicantes, censées atteindre chaque maison dans un mouvement de flux et de reflux." (Georges Vigarello, ''Histoire des pratiques de santé'', 1992, Paris, P. 241) Les sources lointaines sont préférées aux rivières voisines. Innovation de l'égout collecteur au dernier tiers du XIXe siècle, le tout-à-l'égout parisien est mis en place en 1860. Mais en 1892, seules 290 villes sur 691 distribuent l'eau sous pression. (Jean-Pierre Goubert, ''La conquête de l'eau'', 1986, p. 198). Pendant les Trente Glorieuses, l'émergence des grands ensembles permet l'équipement des logements individuels populaires en eau courante.
L'émission évolue sur un plateau, où un animateur présente une maquette de village au dessus d'une rivière, (SEQ répétée) : il explique avec une cassotte (sorte d'arrosoir) comment l'eau est pompée à la rivière, avec une usine de traitement, puis stockée en hauteur, distribuée, évacuée (il ajoute des éléments correspondant sur la maquette au fur et à mesure). Une carte évolutive de l'Ile de France illustre les problèmes des eaux de Seine polluées en aval sur l'amont, puis un schéma du cycle de l'eau est présenté : de la mer aux eaux de ruissellement et souterraines.  
+
}}
 
+
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
Pour montrer le fait que l'eau n'est pas une évidence pour tout le monde (recherche d'une prise de conscience de la part du public), des images extérieures nous projettent dans le  désert, aux abords d'une station de dé - salinisation de l'eau de mer gardée par des arabes armés (Koweit).
+
|Langue=fr
 
+
|Texte=L'émission utilise une multiplicité de supports didactiques et de dispositifs télévisuels : des schémas dynamiques, une maquette évolutive, des reportages commentés en voix off, des photos, des images d'archives, un micro-trottoir. Ils alternent pour rendre aux élèves le sujet dynamique et ludique, avec pour volonté de leur proposer une méthode d'enquête à poursuivre. De plus, l'adresse de l'animateur est directe afin de soutenir leur attention. Le fond sonore est constitué de mélodies évocatrices puisqu'il s'agit entre autres d' « À la claire fontaine » et de « L'Eau vive ».
De retour en plateau, la question du transport de l'eau, puis de l'évacuation des eaux usées est traitée, toujours à l'aide de la maquette. Illustration par des images extérieures de rues, caniveaux, égouts.  
+
}}
 
+
|Présentation médecine={{HT_Prés
Enfin, en ce qui concerne le traitement de l'eau, une expérience est d'abord faite sur le plateau avec des éprouvettes de décantation, puis le focus est porté sur des  appareils de laboratoire pour le filtrage, des laborantins au travail sur microscopes, et l'eau des éprouvettes rendue effervescente par l'ozonification.  
+
|Langue=fr
 
+
|Texte=Une mise en garde est faite sur la vigilance dont il faut faire preuve en ce qui concerne la provenance des eaux consommées.
A Passy, Paris 16 : une fontaine de rue captant une eau de source à 600 mètres. GP sur la plaque de la fontaine artésienne. Plusieurs personnes venues chercher cette eau sont interviewés en micro-trottoir : d'après eux, elle est meilleure que celle du robinet, moins chère que les eaux minérales, elle ne sent pas la javel.  
+
}}
 
+
|Lieu projection={{HT_Proj
A la fin de cette séquence d'interviews, une scénette est jouée pour permettre la transition avec le reportage qui va suivre : un ingénieur de la station d'épuration se trouve à côté de la fontaine de Passy, et propose à l'animateur de l'emmener visiter la structure dans laquelle il travaille.
+
|Langue=fr
 
+
|Texte=Télévision (les 13 et 20 mai 1966)
Usine de traitement des eaux sur l'Oise : visite et explications avec l'ingénieur en chef. Comparaison de deux eaux, minérale et robinet : celle qui est traitée est à présent très bonne grâce à l'ozonification, plus de goût de chlore. Les plans sont faits des bassins de filtration, de la machine qui bloque les corps dans l'eau, des écrevisses arrêtées par la machine, des  machines 'électropont'. Un schéma hydraulique explique le traitement des eaux. Plan rapproché du floculateur, où est rajouté un produit pour coaguler les particules microbiennes. Puis plan moyen des bassins de décantation : nettoyage du filtre sable. Un schéma dynamique de l'ozonification (pour tuer les microbes) est présenté, ainsi qu'un schéma fonctionnement électrique des ozoneurs.  
+
}}
 
+
|Communications et événements associés au film={{HT_Com
En conclusion, retour sur le plateau. L'animateur-professeur incite les élèves à poursuivre eux-mêmes l'enquête autour de chez eux.</translate>
+
|Langue=fr
|Notes complémentaires=<translate></translate>
+
|Texte=scolaire
 +
}}
 +
|Public={{HT_Pub
 +
|Langue=fr
 +
|Texte=scolaire
 +
}}
 +
|Descriptif libre={{HT_Desc
 +
|Langue=fr
 +
|Texte=Une fontaine, puis des plaques de rues parisiennes avec le mot fontaine : 'rue de la fontaine du but' etc. Ensuite, une carte de France sur laquelle apparaissent successivement des noms de villes et villages comprenant le mot fontaine : 'Fontainebleau' etc. Voici donc la mise en place du sujet, imagée certes, mais induisant que l'eau est partout.<br />L'émission évolue sur un plateau, où un animateur présente une maquette de village au-dessus d'une rivière, (SEQ répétée) : il explique avec une cassotte (sorte d'arrosoir) comment l'eau est pompée à la rivière, avec une usine de traitement, puis stockée en hauteur, distribuée, évacuée (il ajoute des éléments correspondant sur la maquette au fur et à mesure). Une carte évolutive de l'Île-de-France illustre les problèmes des eaux de Seine polluées en aval sur l'amont, puis un schéma du cycle de l'eau est présenté : de la mer aux eaux de ruissellement et souterraines. <br />Pour montrer le fait que l'eau n'est pas une évidence pour tout le monde (recherche d'une prise de conscience de la part du public), des images extérieures nous projettent dans le  désert, aux abords d'une station de dé - salinisation de l'eau de mer gardée par des Arabes armés (Koweït).<br />De retour en plateau, la question du transport de l'eau, puis de l'évacuation des eaux usées est traitée, toujours à l'aide de la maquette. Illustration par des images extérieures de rues, caniveaux, égouts. <br />Enfin, en ce qui concerne le traitement de l'eau, une expérience est d'abord faite sur le plateau avec des éprouvettes de décantation, puis le focus est porté sur des  appareils de laboratoire pour le filtrage, des laborantins au travail sur microscopes, et l'eau des éprouvettes rendue effervescente par l'ozonification. <br />À Passy, Paris 16 : une fontaine de rue captant une eau de source à 600 mètres. GP sur la plaque de la fontaine artésienne. Plusieurs personnes venues chercher cette eau sont interviewées en micro-trottoir : d'après eux, elle est meilleure que celle du robinet, moins chère que les eaux minérales, elle ne sent pas la javel. <br />À la fin de cette séquence d'interviews, une saynète est jouée pour permettre la transition avec le reportage qui va suivre : un ingénieur de la station d'épuration se trouve à côté de la fontaine de Passy, et propose à l'animateur de l'emmener visiter la structure dans laquelle il travaille.<br />Usine de traitement des eaux sur l'Oise : visite et explications avec l'ingénieur en chef. Comparaison de deux eaux, minérale et robinet : celle qui est traitée est à présent très bonne grâce à l'ozonification, plus de goût de chlore. Les plans sont faits des bassins de filtration, de la machine qui bloque les corps dans l'eau, des écrevisses arrêtées par la machine, des  machines 'électropont'. Un schéma hydraulique explique le traitement des eaux. Plan rapproché du floculateur, où est rajouté un produit pour coaguler les particules microbiennes. Puis plan moyen des bassins de décantation : nettoyage du filtre sable. Un schéma dynamique de l'ozonification (pour tuer les microbes) est présenté, ainsi qu'un schéma fonctionnement électrique des ozoneurs. <br />En conclusion, retour sur le plateau. L'animateur-professeur incite les élèves à poursuivre eux-mêmes l'enquête autour de chez eux.
 +
}}
 +
|Notes complémentaires={{HT_Notes
 +
|Langue=fr
 +
}}
 +
|Références={{HT_Réf
 +
|Langue=fr
 +
}}
 
|Documents_Film=
 
|Documents_Film=
 
|Documents_Externes={{Documents externes
 
|Documents_Externes={{Documents externes
Line 65: Line 84:
 
|Document=RadioTelevisionScolaire 1966 n44 p29-31 A.pdf
 
|Document=RadioTelevisionScolaire 1966 n44 p29-31 A.pdf
 
}}
 
}}
|Sous-titres=
+
|Thèmes médicaux=614.7
|Cote ECPAD=
+
|Ressources externes=
+
 
}}
 
}}

Latest revision as of 09:57, 23 June 2021

 

L'alimentation en eau d'une ville


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title L'alimentation en eau d'une ville
Series Etude du milieu
Year of production 1966
Country of production France
Director(s) Pierre Malfille
Scientific advisor(s)
Duration 28 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16mm
Original language(s) French
Production companies IPN
Commissioning body CNDP
Archive holder(s) Canopé (CNDP)

Main credits

(français)
« Dans la série animée par Michel Denel Avec le concours de la Compagnie générale des eaux et la participation de Monsieur Dubinde l'École de travaux publics et de la S.E.T.U.D.E. C'était une émission de Pierre Legout / Images J.C. Rahaga, François Pailleux / Son Christian Hackspill / Maquette Roger Herot / Animations Alain Gilbert, Michel Voillot / Montage Michèle Vosgin / Assistant de réalisation Claude Weisz »

Content

Medical themes

Theme

(français)
Dans la série « Étude du milieu », explication des techniques d'alimentation et d'évacuation des eaux. Reportage sur une station d'épuration parisienne.

Main genre

Synopsis

(français)
Le réalisateur a conçu son film avec une visée d'information et d'explication. La découverte des circuits existants qui permettent l'alimentation d'une ville en eau est guidée par un animateur endossant ici le rôle de professeur, amenant les élèves à comprendre, grâce à des moyens pédagogiques, le fonctionnement d'un circuit complexe.(notice CNDP)

Context

(français)
Les travaux haussmanniens ont permis de repenser l'ensemble de la chaîne hydraulique, depuis la captation des eaux claires jusqu'à la perte des eaux usées. "Les canalisations sont enfouies, communicantes, censées atteindre chaque maison dans un mouvement de flux et de reflux." (Georges Vigarello, Histoire des pratiques de santé, 1992, Paris, P. 241) Les sources lointaines sont préférées aux rivières voisines. Innovation de l'égout collecteur au dernier tiers du XIXe siècle, le tout-à-l'égout parisien est mis en place en 1860. Mais en 1892, seules 290 villes sur 691 distribuent l'eau sous pression. (Jean-Pierre Goubert, La conquête de l'eau, 1986, p. 198). Pendant les Trente Glorieuses, l'émergence des grands ensembles permet l'équipement des logements individuels populaires en eau courante.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : Yes.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : Yes.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : Yes.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
L'émission utilise une multiplicité de supports didactiques et de dispositifs télévisuels : des schémas dynamiques, une maquette évolutive, des reportages commentés en voix off, des photos, des images d'archives, un micro-trottoir. Ils alternent pour rendre aux élèves le sujet dynamique et ludique, avec pour volonté de leur proposer une méthode d'enquête à poursuivre. De plus, l'adresse de l'animateur est directe afin de soutenir leur attention. Le fond sonore est constitué de mélodies évocatrices puisqu'il s'agit entre autres d' « À la claire fontaine » et de « L'Eau vive ».

How are health and medicine portrayed?

(français)
Une mise en garde est faite sur la vigilance dont il faut faire preuve en ce qui concerne la provenance des eaux consommées.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Télévision (les 13 et 20 mai 1966)

Presentations and events associated with the film

(français)
scolaire

Audience

(français)
scolaire

Local, national, or international audience

Unknown

Description

(français)
Une fontaine, puis des plaques de rues parisiennes avec le mot fontaine : 'rue de la fontaine du but' etc. Ensuite, une carte de France sur laquelle apparaissent successivement des noms de villes et villages comprenant le mot fontaine : 'Fontainebleau' etc. Voici donc la mise en place du sujet, imagée certes, mais induisant que l'eau est partout.
L'émission évolue sur un plateau, où un animateur présente une maquette de village au-dessus d'une rivière, (SEQ répétée) : il explique avec une cassotte (sorte d'arrosoir) comment l'eau est pompée à la rivière, avec une usine de traitement, puis stockée en hauteur, distribuée, évacuée (il ajoute des éléments correspondant sur la maquette au fur et à mesure). Une carte évolutive de l'Île-de-France illustre les problèmes des eaux de Seine polluées en aval sur l'amont, puis un schéma du cycle de l'eau est présenté : de la mer aux eaux de ruissellement et souterraines.
Pour montrer le fait que l'eau n'est pas une évidence pour tout le monde (recherche d'une prise de conscience de la part du public), des images extérieures nous projettent dans le désert, aux abords d'une station de dé - salinisation de l'eau de mer gardée par des Arabes armés (Koweït).
De retour en plateau, la question du transport de l'eau, puis de l'évacuation des eaux usées est traitée, toujours à l'aide de la maquette. Illustration par des images extérieures de rues, caniveaux, égouts.
Enfin, en ce qui concerne le traitement de l'eau, une expérience est d'abord faite sur le plateau avec des éprouvettes de décantation, puis le focus est porté sur des appareils de laboratoire pour le filtrage, des laborantins au travail sur microscopes, et l'eau des éprouvettes rendue effervescente par l'ozonification.
À Passy, Paris 16 : une fontaine de rue captant une eau de source à 600 mètres. GP sur la plaque de la fontaine artésienne. Plusieurs personnes venues chercher cette eau sont interviewées en micro-trottoir : d'après eux, elle est meilleure que celle du robinet, moins chère que les eaux minérales, elle ne sent pas la javel.
À la fin de cette séquence d'interviews, une saynète est jouée pour permettre la transition avec le reportage qui va suivre : un ingénieur de la station d'épuration se trouve à côté de la fontaine de Passy, et propose à l'animateur de l'emmener visiter la structure dans laquelle il travaille.
Usine de traitement des eaux sur l'Oise : visite et explications avec l'ingénieur en chef. Comparaison de deux eaux, minérale et robinet : celle qui est traitée est à présent très bonne grâce à l'ozonification, plus de goût de chlore. Les plans sont faits des bassins de filtration, de la machine qui bloque les corps dans l'eau, des écrevisses arrêtées par la machine, des machines 'électropont'. Un schéma hydraulique explique le traitement des eaux. Plan rapproché du floculateur, où est rajouté un produit pour coaguler les particules microbiennes. Puis plan moyen des bassins de décantation : nettoyage du filtre sable. Un schéma dynamique de l'ozonification (pour tuer les microbes) est présenté, ainsi qu'un schéma fonctionnement électrique des ozoneurs.
En conclusion, retour sur le plateau. L'animateur-professeur incite les élèves à poursuivre eux-mêmes l'enquête autour de chez eux.

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : France Garat