Difference between revisions of "L'Institut Pasteur"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
Line 41: Line 41:
 
Plongée légère, des instruments sur une paillasse. « 1855, Pasteur déjà connu par de remarquables travaux sur les cristaux est interrogé par un industriel de Lille sur la fermentation alcoolique du jus de betterave. C'est le point de départ d'une prestigieuse carrière. » En plan rapproché, des mains manipulent un microscope. « Dans une cave, ans appareil prefectionné, avec un matériel de fortune, le mystère de la transfomation du sucre en alcool est percé. » Comme Louis Pasteur, réalisation du CNDP, le film insiste ici sur le dénuement dans lequel Pasteur a commencé ses recherches. « Ses succès, Pasteur le doit à l'observation patiente, persévérante, opiniâtre. » Du ballon à col de cygne, la caméra panote sur le microscope. « Le premier, il remarque dans le liquide la présence de végétaux microscopiques. Et comme il joint la liberté du génie à la conscience scrupuleuse du chercheur, il échafaude l'hypothèse que ces agents minuscules sont les agents de fermentatio». un gros plan de main qui écrit alterne avec des vues microscopiques (non renseignées). « Des expériences indiscutables vont lui donner raison. Et c'est la source d'une cascade découvertes.  
 
Plongée légère, des instruments sur une paillasse. « 1855, Pasteur déjà connu par de remarquables travaux sur les cristaux est interrogé par un industriel de Lille sur la fermentation alcoolique du jus de betterave. C'est le point de départ d'une prestigieuse carrière. » En plan rapproché, des mains manipulent un microscope. « Dans une cave, ans appareil prefectionné, avec un matériel de fortune, le mystère de la transfomation du sucre en alcool est percé. » Comme Louis Pasteur, réalisation du CNDP, le film insiste ici sur le dénuement dans lequel Pasteur a commencé ses recherches. « Ses succès, Pasteur le doit à l'observation patiente, persévérante, opiniâtre. » Du ballon à col de cygne, la caméra panote sur le microscope. « Le premier, il remarque dans le liquide la présence de végétaux microscopiques. Et comme il joint la liberté du génie à la conscience scrupuleuse du chercheur, il échafaude l'hypothèse que ces agents minuscules sont les agents de fermentatio». un gros plan de main qui écrit alterne avec des vues microscopiques (non renseignées). « Des expériences indiscutables vont lui donner raison. Et c'est la source d'une cascade découvertes.  
  
 +
Gros plan sur des grains de raisin. La fermentation du jus de raisin s'explique par la présence sur les grappes du ferment de vinification « qui se développe dans les cuves et les pressoirs et transforme le jus sucré en vin » Plans de vendange et de pression du raisin qui alternent avec des vues microscopiques (non renseignées). (02.20)
  
 
+
Du lait est versé dans un vase. « Si le lait fermente, ajoute Pasteur, c’est à cause d’un micro-organisme qui le coagule en lait caillé. » Débat sur la génération spontanée. « Mais ces expériences ont conduit à constater que parfois le lait fermente inexplicablement. Du liquide soigneusement bouilli en recèle soudain ». Une main agite avec une baguette de verre un vase rempli de lait dont le fond s’est coagulé. « Génération spontanée ! affirment les savants. Or Pasteur démontre que même au contact de l’air un liquide putrescible ne s’altère jamais pourvu qu’il soit placé dans un ballon convenablement stérilité. » Une main saisit un ballon à col de cygne rempli de liquide. La main fait pencher le ballon. « Mais qu’on bascule le ballon, les germes contenus dans l’air e qui n‘ont pu remonter les pliures du ballon l’ensemencent. Quelques jours après, le liquide est décomposé. La preuve est faite que tout germe provient d’un autre germe. La génération spontanée n’est que défaut d’observation.»
 
+
Irruption de musique classique qui enrobe les images d’harmonies romantiques. A un gros plan sur le ballon se substitue un portrait de Pasteur par un fondu. « Dès lors, Pasteur va rompre toujours davantage avec la science de son temps. » Le commentaire insiste sur le génie de Pasteur qui, du connu s’avance vers l’inconnu. Il pressent que les maladies infectieuses sont causées par des infiniment petits. » Gros plans sur des détails de préparations et de microscope pour symboliser l’observation à l’échelle micro. La théorie microbienne est née. Les faits vont la confirmer. » Evocation de l’étude des maladies du vers à soie et du choléra des poules.  Images microscopiques que le commentaire indique être une « culture pure » du microbe qui cause le choléra des poules. Une main enfonce l’aiguille d’une seringue dans la chair d’une poule. « Les poules auxquelles il inocule ces cultures meurent avec les symptômes habituels du choléra des poules. » La musique romantique continue, imperturbable. « Un jour, il inocule à une poule une culture de microbes qu’on a oublié d’ensemencer. » Gros plan sur la poule encagée « qui présente bien es symptômes de la maladie mais sans gravité. » Gros plan sur l’étiquette manuscrite collée à la panse d’un ballon : « Choléra des poules, culture virulente ». « Le microbe vieilli n’a plus la force de tuer. Et voici la découverte capitale : Pasteur inocule à la poule qui a survécu une culture non affaiblie et qui, à coup sûr, devait être mortelle. » De nouveau un gros plan sur la poule dont le spectateur sonde l’état : elle parait bien portante. « La poule survit pourtant. La première culture insuffisante pour la tuer l’avait par contre immunisée. Une inoculation des microbes atténués préserve des microbes virulents. » (05.21)
Gros plan sur des grains de raisin. La fermentation du jus de raisin s'explique par la présence sur les grappes du ferment de vinification « qui se développe dans les cuves et les pressoirs et transforme le jus sucré en vin » Plans de vendange et de pression du raisin qui alternent avec des vues microscopiques (non renseignées). (02.20)
+
Application de la méthode à la maladie du charbon qui décime les troupeaux de moutons puis au « rouget du porc ». A chaque fois, une bête gisant est inoculée. Toujours la musique romantique. Gros plan sur le tableau « Enfin, sans voir l’ennemi dont la petitesse défie les instruments les plus puissants
 
|Notes complémentaires=<translate></translate>
 
|Notes complémentaires=<translate></translate>
 
|Documents_Film=
 
|Documents_Film=

Revision as of 16:47, 11 July 2016

 

L'Institut Pasteur


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title L'Institut Pasteur
Year of production 1942
Country of production France
Director(s) Paul de Roubaix
Scientific advisor(s)
Duration minutes
Format Parlant - Couleur - 16 mm
Original language(s) French
Production companies Je vois tout
Commissioning body Institut Pasteur
Archive holder(s) Institut Pasteur
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

Content

Theme

<translate></translate>

Main genre

Synopsis

<translate></translate>

Context

<translate></translate>

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

<translate></translate>

How are health and medicine portrayed?

<translate></translate>

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

<translate></translate>

Presentations and events associated with the film

<translate></translate>

Audience

<translate></translate>

Local, national, or international audience

Description

<translate></translate> Noir. Le champ s'éclaire sur le buste d'un homme âgé. « Voici un français connu par tous les peuples de la Terre et dont le nom résonnera aussi longtemps que les hommes attendront de la science la guérison des maladies. Génie le plus pur de notre race, il n'a d'autre histoire que celle de ses découvertes. » La caméra resserre sur son front : pour désigner le siège de l'intelligence qu'il recouvre ? « Mais aucune légende n'est plus belle, aucune n'exalte autant l'intelligence et la recherche de la vérité. »

Plongée légère, des instruments sur une paillasse. « 1855, Pasteur déjà connu par de remarquables travaux sur les cristaux est interrogé par un industriel de Lille sur la fermentation alcoolique du jus de betterave. C'est le point de départ d'une prestigieuse carrière. » En plan rapproché, des mains manipulent un microscope. « Dans une cave, ans appareil prefectionné, avec un matériel de fortune, le mystère de la transfomation du sucre en alcool est percé. » Comme Louis Pasteur, réalisation du CNDP, le film insiste ici sur le dénuement dans lequel Pasteur a commencé ses recherches. « Ses succès, Pasteur le doit à l'observation patiente, persévérante, opiniâtre. » Du ballon à col de cygne, la caméra panote sur le microscope. « Le premier, il remarque dans le liquide la présence de végétaux microscopiques. Et comme il joint la liberté du génie à la conscience scrupuleuse du chercheur, il échafaude l'hypothèse que ces agents minuscules sont les agents de fermentatio». un gros plan de main qui écrit alterne avec des vues microscopiques (non renseignées). « Des expériences indiscutables vont lui donner raison. Et c'est la source d'une cascade découvertes.

Gros plan sur des grains de raisin. La fermentation du jus de raisin s'explique par la présence sur les grappes du ferment de vinification « qui se développe dans les cuves et les pressoirs et transforme le jus sucré en vin » Plans de vendange et de pression du raisin qui alternent avec des vues microscopiques (non renseignées). (02.20)

Du lait est versé dans un vase. « Si le lait fermente, ajoute Pasteur, c’est à cause d’un micro-organisme qui le coagule en lait caillé. » Débat sur la génération spontanée. « Mais ces expériences ont conduit à constater que parfois le lait fermente inexplicablement. Du liquide soigneusement bouilli en recèle soudain ». Une main agite avec une baguette de verre un vase rempli de lait dont le fond s’est coagulé. « Génération spontanée ! affirment les savants. Or Pasteur démontre que même au contact de l’air un liquide putrescible ne s’altère jamais pourvu qu’il soit placé dans un ballon convenablement stérilité. » Une main saisit un ballon à col de cygne rempli de liquide. La main fait pencher le ballon. « Mais qu’on bascule le ballon, les germes contenus dans l’air e qui n‘ont pu remonter les pliures du ballon l’ensemencent. Quelques jours après, le liquide est décomposé. La preuve est faite que tout germe provient d’un autre germe. La génération spontanée n’est que défaut d’observation.» Irruption de musique classique qui enrobe les images d’harmonies romantiques. A un gros plan sur le ballon se substitue un portrait de Pasteur par un fondu. « Dès lors, Pasteur va rompre toujours davantage avec la science de son temps. » Le commentaire insiste sur le génie de Pasteur qui, du connu s’avance vers l’inconnu. Il pressent que les maladies infectieuses sont causées par des infiniment petits. » Gros plans sur des détails de préparations et de microscope pour symboliser l’observation à l’échelle micro. La théorie microbienne est née. Les faits vont la confirmer. » Evocation de l’étude des maladies du vers à soie et du choléra des poules. Images microscopiques que le commentaire indique être une « culture pure » du microbe qui cause le choléra des poules. Une main enfonce l’aiguille d’une seringue dans la chair d’une poule. « Les poules auxquelles il inocule ces cultures meurent avec les symptômes habituels du choléra des poules. » La musique romantique continue, imperturbable. « Un jour, il inocule à une poule une culture de microbes qu’on a oublié d’ensemencer. » Gros plan sur la poule encagée « qui présente bien es symptômes de la maladie mais sans gravité. » Gros plan sur l’étiquette manuscrite collée à la panse d’un ballon : « Choléra des poules, culture virulente ». « Le microbe vieilli n’a plus la force de tuer. Et voici la découverte capitale : Pasteur inocule à la poule qui a survécu une culture non affaiblie et qui, à coup sûr, devait être mortelle. » De nouveau un gros plan sur la poule dont le spectateur sonde l’état : elle parait bien portante. « La poule survit pourtant. La première culture insuffisante pour la tuer l’avait par contre immunisée. Une inoculation des microbes atténués préserve des microbes virulents. » (05.21) Application de la méthode à la maladie du charbon qui décime les troupeaux de moutons puis au « rouget du porc ». A chaque fois, une bête gisant est inoculée. Toujours la musique romantique. Gros plan sur le tableau « Enfin, sans voir l’ennemi dont la petitesse défie les instruments les plus puissants

Supplementary notes

<translate></translate>



Contributors

  • Record written by : Joël Danet