Difference between revisions of "Histoire d’un crime"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
(Nouveau mode de traduction)
Line 7: Line 7:
 
|Réalisateurs=Fiodor Khitruk;;;;
 
|Réalisateurs=Fiodor Khitruk;;;;
 
|Référents scientifiques=;;;;
 
|Référents scientifiques=;;;;
 +
|Pays de production=Russie;
 
|Langues origine=ru; fr;
 
|Langues origine=ru; fr;
 
|Sous-titrage et transcription=Non
 
|Sous-titrage et transcription=Non
Line 15: Line 16:
 
|Durée=20
 
|Durée=20
 
|Clé de tri=Histoire d’un crime
 
|Clé de tri=Histoire d’un crime
|Sujet={{HT_Sujet
+
|Audience locale, nationale, internationale ?=Inconnue
|Langue=fr
+
|Texte=Le stress causé par les nuisances sonores dans l’environnement urbain.}}
+
|Avertissement images choquantes=Non
+
 
|État de la fiche=Validée
 
|État de la fiche=Validée
 +
|Avertissements=Standard
 
|Images de reportage=Non
 
|Images de reportage=Non
 
|Images en plateau=Non
 
|Images en plateau=Non
Line 30: Line 29:
 
|Musique et bruitages=Oui
 
|Musique et bruitages=Oui
 
|Images communes avec d'autres films=Non
 
|Images communes avec d'autres films=Non
|Audience locale, nationale, internationale ?=Inconnue
+
|Sujet={{HT_Sujet
|Générique Principal=(principales informations du générique relevées dans ses termes originaux)
+
|Langue=fr
 +
|Texte=Le stress causé par les nuisances sonores dans l’environnement urbain.
 +
}}
 +
|Générique principal={{HT_Gén
 +
|Langue=fr
 +
}}
 
|Résumé={{HT_Rés
 
|Résumé={{HT_Rés
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte=Un homme se rend coupable d’un crime. Il assomme deux commères dans la cour de son immeuble. Mais pourquoi cet homme aussi paisible est-il devenu féroce ? C’est le drame de la vie moderne, le bruit. Après une journée fatigante, c’est la nuit avec son cortège de bruits : les noceurs, les retardataires, les scènes de ménage, les chutes de gouttes d’eau.  (notice CNDP).}}
+
|Texte=Un homme se rend coupable d’un crime. Il assomme deux commères dans la cour de son immeuble. Mais pourquoi cet homme aussi paisible est-il devenu féroce ? C’est le drame de la vie moderne, le bruit. Après une journée fatigante, c’est la nuit avec son cortège de bruits : les noceurs, les retardataires, les scènes de ménage, les chutes de gouttes d’eau.  (notice CNDP).
 +
}}
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte=L’urbanisation des Trente Glorieuses, avec ses architectures de grand ensemble qui pâtissent d’un isolement acoustique inefficace. }}
+
|Texte=L’urbanisation des Trente Glorieuses, avec ses architectures de grand ensemble qui pâtissent d’un isolement acoustique inefficace.
 +
}}
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte=Le film vise à inciter à participer à l’apaisement de la vie en ville par une conduite plus responsable. Il utilise un ressort du film noir : présenter immédiatement le coupable, raconter ensuite son histoire, laquelle va relativiser le poids de sa faute dans l’esprit du spectateur.}}
+
|Texte=Le film vise à inciter à participer à l’apaisement de la vie en ville par une conduite plus responsable. Il utilise un ressort du film noir : présenter immédiatement le coupable, raconter ensuite son histoire, laquelle va relativiser le poids de sa faute dans l’esprit du spectateur.
 +
}}
 
|Présentation médecine={{HT_Prés
 
|Présentation médecine={{HT_Prés
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte=Elles ne le sont pas.}}
+
|Texte=Elles ne le sont pas.
 +
}}
 
|Lieu projection={{HT_Proj
 
|Lieu projection={{HT_Proj
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte=Etablissements scolaires (en 1969, le taux d'écoute de la télévision scolaire est de 2 à 6%. En 1973, 1/3 des écoles bénéficient d'un téléviseur solaire. - revue "Education - Formation" n° e- 289 - déc. 2008)}}
+
|Texte=Etablissements scolaires (en 1969, le taux d'écoute de la télévision scolaire est de 2 à 6%. En 1973, 1/3 des écoles bénéficient d'un téléviseur solaire. - revue "Education - Formation" n° e- 289 - déc. 2008)
 +
}}
 
|Communications et événements associés au film={{HT_Com
 
|Communications et événements associés au film={{HT_Com
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte=bulletin de la radio télévision scolaire}}
+
|Texte=bulletin de la radio télévision scolaire
 +
}}
 
|Public={{HT_Pub
 
|Public={{HT_Pub
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte=élèves des établissements}}
+
|Texte=élèves des établissements
 +
}}
 
|Descriptif libre={{HT_Desc
 
|Descriptif libre={{HT_Desc
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte='''Introduction : un coup de sang inexpliqué'''<br />Plongée immeuble, pano sur les rues, le square, avec la musique sereine : une ville au petit matin. Devant l’entrée de l’immeuble, deux femmes bavardent. Un homme ouvre brusquement la porte et assomme une des deux femmes avec une casserole. PG foule, des visages envahissent l’écran. Un policier : « Ne bougez pas. » Première phrase du commentaire (elles seront peu nombreuses tout le long du film, trois phrases tout au plus) : « Faisons le point les amis… A-t-il la tête d’un animal ? » En flash back, récit de l’employé Mamine.  <br />'''Bruits et agitation à la ville, au travail...'''<br />8 h 30, il part au travail. Il doit subir les agressions des enfants qui jouent, du trafic, des usagers du métro. De la fenêtre de son bureau, il voit une grue assembler les étages d’un immeuble. L’activité autour de lui est incessante, avec son cortège de nuisances. Le soir, Mamine chez lui doit en affronter de nouvelles. Rasemblés dans la cour, les voisins fument en jouant aux dominos, frappent la table à chaque nouveau coup. La bande son accentue l’intensité de chaque coup. De même, la fumée des pipes se transforme en nuages. Ces effets grossissants visent à exprimer la manière dont Mamine les subit. A remarquer que jusqu’à présent, aucune de ces nuisances n’est volontaire, ou directement porté sur Mamine. Il en sera ainsi tout le long du film. C’est la ville le coupable, avec le mode de vie que son environnement, sa structure, ses activités impliquent, mais aussi avec l’anonymat qu’elle engendre, qui déresponsabilise ses habitants. L’agression est structurelle en quelque sorte.  <br />'''... et chez soi'''<br />Mamine regarde la télévision. (Dans le champ de l’écran, les images sont des vues réelles, comme les films de la DEFA.) Aussitôt, le bruit des autres postes couvrent le sien. La nuit, Mamine cherche le repos du juste dans son lit alors que la fête bat son plein dans l’appartement au-dessus du sien. Sous les vibrations, même les personnes photographiées sortent de leurs cadres. Quand la fête s’apaise, une scène de ménage prend le relais, où les dialogues sont remplacés par des coups de tambours et autres percussions. Puis ce sont deux amoureux, voisins d’immeubles, qui communiquent en donnant des coups dans la tuyauterie du chauffage qui relie tous les appartements. Enfin, un robinet se met à fuit, des pas se font entendre dehors, un homme vocifère dans la cour. <br />'''Le vrai coupable : l'environnement moderne'''<br />« Le crime est accompli et on emmène ce pauvre Mamine » reprend le commentaire. « Mais qui donc est coupable ? Nous espérons que ceux qui verront ce film comprendront ». Qui est coupable ? Personne et tout le monde, par un mode de vivre ensemble qui se passe de règles.}}
+
|Texte='''Introduction : un coup de sang inexpliqué'''<br />Plongée immeuble, pano sur les rues, le square, avec la musique sereine : une ville au petit matin. Devant l’entrée de l’immeuble, deux femmes bavardent. Un homme ouvre brusquement la porte et assomme une des deux femmes avec une casserole. PG foule, des visages envahissent l’écran. Un policier : « Ne bougez pas. » Première phrase du commentaire (elles seront peu nombreuses tout le long du film, trois phrases tout au plus) : « Faisons le point les amis… A-t-il la tête d’un animal ? » En flash back, récit de l’employé Mamine.  <br />'''Bruits et agitation à la ville, au travail...'''<br />8 h 30, il part au travail. Il doit subir les agressions des enfants qui jouent, du trafic, des usagers du métro. De la fenêtre de son bureau, il voit une grue assembler les étages d’un immeuble. L’activité autour de lui est incessante, avec son cortège de nuisances. Le soir, Mamine chez lui doit en affronter de nouvelles. Rasemblés dans la cour, les voisins fument en jouant aux dominos, frappent la table à chaque nouveau coup. La bande son accentue l’intensité de chaque coup. De même, la fumée des pipes se transforme en nuages. Ces effets grossissants visent à exprimer la manière dont Mamine les subit. A remarquer que jusqu’à présent, aucune de ces nuisances n’est volontaire, ou directement porté sur Mamine. Il en sera ainsi tout le long du film. C’est la ville le coupable, avec le mode de vie que son environnement, sa structure, ses activités impliquent, mais aussi avec l’anonymat qu’elle engendre, qui déresponsabilise ses habitants. L’agression est structurelle en quelque sorte.  <br />'''... et chez soi'''<br />Mamine regarde la télévision. (Dans le champ de l’écran, les images sont des vues réelles, comme les films de la DEFA.) Aussitôt, le bruit des autres postes couvrent le sien. La nuit, Mamine cherche le repos du juste dans son lit alors que la fête bat son plein dans l’appartement au-dessus du sien. Sous les vibrations, même les personnes photographiées sortent de leurs cadres. Quand la fête s’apaise, une scène de ménage prend le relais, où les dialogues sont remplacés par des coups de tambours et autres percussions. Puis ce sont deux amoureux, voisins d’immeubles, qui communiquent en donnant des coups dans la tuyauterie du chauffage qui relie tous les appartements. Enfin, un robinet se met à fuit, des pas se font entendre dehors, un homme vocifère dans la cour. <br />'''Le vrai coupable : l'environnement moderne'''<br />« Le crime est accompli et on emmène ce pauvre Mamine » reprend le commentaire. « Mais qui donc est coupable ? Nous espérons que ceux qui verront ce film comprendront ». Qui est coupable ? Personne et tout le monde, par un mode de vivre ensemble qui se passe de règles.
 +
}}
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
|Texte=}}
+
}}
 +
|Références={{HT_Réf
 +
|Langue=fr
 +
}}
 
|Documents_Film=
 
|Documents_Film=
 
|Documents_Externes={{Documents externes
 
|Documents_Externes={{Documents externes
 
|Nom_document=Thèse Florence Hartheiser (2017)
 
|Nom_document=Thèse Florence Hartheiser (2017)
|Document=Thèse_HARTHEISER_F_Le dessin animé au service de l'éducation sanitaire.pdf}}}}
+
|Document=Thèse_HARTHEISER_F_Le dessin animé au service de l'éducation sanitaire.pdf
 +
}}
 +
}}

Revision as of 12:31, 15 April 2018

 

Histoire d’un crime


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Histoire d’un crime
Year of production 1965
Country of production Russie
Director(s) Fiodor Khitruk
Scientific advisor(s)
Duration 20 minutes
Format Parlant - Noir et blanc - 16 mm
Original language(s) Russian, French
Production companies Sorexport film
Commissioning body CNDP Cinémathèque de l'enseignement
Archive holder(s) CNDPUniversité Paris 3

Main credits

(français)

Content

Theme

(français)
Le stress causé par les nuisances sonores dans l’environnement urbain.

Main genre

Synopsis

(français)
Un homme se rend coupable d’un crime. Il assomme deux commères dans la cour de son immeuble. Mais pourquoi cet homme aussi paisible est-il devenu féroce ? C’est le drame de la vie moderne, le bruit. Après une journée fatigante, c’est la nuit avec son cortège de bruits : les noceurs, les retardataires, les scènes de ménage, les chutes de gouttes d’eau. (notice CNDP).

Context

(français)
L’urbanisation des Trente Glorieuses, avec ses architectures de grand ensemble qui pâtissent d’un isolement acoustique inefficace.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le film vise à inciter à participer à l’apaisement de la vie en ville par une conduite plus responsable. Il utilise un ressort du film noir : présenter immédiatement le coupable, raconter ensuite son histoire, laquelle va relativiser le poids de sa faute dans l’esprit du spectateur.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Elles ne le sont pas.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Etablissements scolaires (en 1969, le taux d'écoute de la télévision scolaire est de 2 à 6%. En 1973, 1/3 des écoles bénéficient d'un téléviseur solaire. - revue "Education - Formation" n° e- 289 - déc. 2008)

Presentations and events associated with the film

(français)
bulletin de la radio télévision scolaire

Audience

(français)
élèves des établissements

Local, national, or international audience

Description

(français)
Introduction : un coup de sang inexpliqué
Plongée immeuble, pano sur les rues, le square, avec la musique sereine : une ville au petit matin. Devant l’entrée de l’immeuble, deux femmes bavardent. Un homme ouvre brusquement la porte et assomme une des deux femmes avec une casserole. PG foule, des visages envahissent l’écran. Un policier : « Ne bougez pas. » Première phrase du commentaire (elles seront peu nombreuses tout le long du film, trois phrases tout au plus) : « Faisons le point les amis… A-t-il la tête d’un animal ? » En flash back, récit de l’employé Mamine.
Bruits et agitation à la ville, au travail...
8 h 30, il part au travail. Il doit subir les agressions des enfants qui jouent, du trafic, des usagers du métro. De la fenêtre de son bureau, il voit une grue assembler les étages d’un immeuble. L’activité autour de lui est incessante, avec son cortège de nuisances. Le soir, Mamine chez lui doit en affronter de nouvelles. Rasemblés dans la cour, les voisins fument en jouant aux dominos, frappent la table à chaque nouveau coup. La bande son accentue l’intensité de chaque coup. De même, la fumée des pipes se transforme en nuages. Ces effets grossissants visent à exprimer la manière dont Mamine les subit. A remarquer que jusqu’à présent, aucune de ces nuisances n’est volontaire, ou directement porté sur Mamine. Il en sera ainsi tout le long du film. C’est la ville le coupable, avec le mode de vie que son environnement, sa structure, ses activités impliquent, mais aussi avec l’anonymat qu’elle engendre, qui déresponsabilise ses habitants. L’agression est structurelle en quelque sorte.
... et chez soi
Mamine regarde la télévision. (Dans le champ de l’écran, les images sont des vues réelles, comme les films de la DEFA.) Aussitôt, le bruit des autres postes couvrent le sien. La nuit, Mamine cherche le repos du juste dans son lit alors que la fête bat son plein dans l’appartement au-dessus du sien. Sous les vibrations, même les personnes photographiées sortent de leurs cadres. Quand la fête s’apaise, une scène de ménage prend le relais, où les dialogues sont remplacés par des coups de tambours et autres percussions. Puis ce sont deux amoureux, voisins d’immeubles, qui communiquent en donnant des coups dans la tuyauterie du chauffage qui relie tous les appartements. Enfin, un robinet se met à fuit, des pas se font entendre dehors, un homme vocifère dans la cour.
Le vrai coupable : l'environnement moderne
« Le crime est accompli et on emmène ce pauvre Mamine » reprend le commentaire. « Mais qui donc est coupable ? Nous espérons que ceux qui verront ce film comprendront ». Qui est coupable ? Personne et tout le monde, par un mode de vivre ensemble qui se passe de règles.

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Joël Danet