Henri Péquignot

From Medfilm
Revision as of 23:32, 14 January 2021 by Danet (Talk | contribs)

Jump to: navigation, search

Né le 14 août 1914 dans une famille en partie d'origine alsacienne, Henri Péquignot fait sa médecine à Paris où il est nommé interne à l'âge de 21 ans. Mobilisé en 1938, au moment de la question des Sudètes, puis à nouveau en août 1939, il fait la 1re campagne de France et reçoit la Croix de guerre avec citation. Outre la Croix de guerre, il recevra la médaille des épidémies et la médaille de la résistance. II quitte alors la France pour Alger en juillet 1942, espérant rejoindre les Forces françaises libres. Par la suite, il devient conseiller technique et directeur de cabinet de plusieurs ministres de la santé, jusqu'en 1953. A partir de cette date, il décide de se consacrer à une activité médicale hospitalière, à l'enseignement et à l'écriture.

Nommé professeur des universités en 1960, Henri Péquignot devient, à compter de 1966, titulaire de la chaire de clinique médicale de l'Hôpital Cochin. En 1974, il est nommé membre du Conseil économique et social.

Expert auprès de l'OMS, auteur de nombreux ouvrages, il prend un vif plaisir à aborder la médecine sous de très nombreux aspects. Il traite aussi avec aisance et une grande culture des sujets liés à la médecine.Il a écrit de nombreux ouvrages destinés à ses confrères comme au grand public : Initiation à la médecine (1961) ; Précis de pathologie médicale (1964), Hôpital et humanisation (1976), Vieillir et être vieux (1981). il a écrit l'article "L'éclipse des maladies vénériennes en France (1944-1970)" dans : Jean-Pierre Bardet et ätrice Bourdelais (dir.), Peurs et terreurs face à la contagion (Paris, 1986). Il a préfacé La formation psychologique du médecin du Dr. Michel Sapir, ouvrage basé sur l'expérience des groupes Balint. Dès 1970, Henri Péquignot développait des arguments qui ne sont guère éloignés de ceux qui ont récemment servis à la rédaction du texte de loi sur le droit des malades.Il est mort le 24 septembre 2003.