Difference between revisions of "Exécution de quelques prescriptions du médecin"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
(4 intermediate revisions by the same user not shown)
Line 33: Line 33:
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 
|Texte=Présentation de quelques prescriptions du médecin dans leur exécution
 
|Texte=Présentation de quelques prescriptions du médecin dans leur exécution
 +
}}{{HT_Sujet
 +
|Langue=en
 +
|Texte=Demonstration of a few doctor-prescribed remedies
 
}}
 
}}
 
|Générique principal={{HT_Gén
 
|Générique principal={{HT_Gén
Line 41: Line 44:
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 
|Texte=Trois prescriptions du médecin, en l’occurrence la préparation d'un cataplasme sinapisé, la pose de ventouses et la pose d'une sangsue médicinale pour l'hirudothérapie, sont présentées ici dans leur exécution.
 
|Texte=Trois prescriptions du médecin, en l’occurrence la préparation d'un cataplasme sinapisé, la pose de ventouses et la pose d'une sangsue médicinale pour l'hirudothérapie, sont présentées ici dans leur exécution.
 +
}}{{HT_Rés
 +
|Langue=en
 +
|Texte=Three different doctor-prescribed remedies are demonstrated, namely the preparation of a mustard poultice, cupping and medicinal leech therapy.
 
}}
 
}}
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 
|Texte=La médecine des années 1920 fait encore grand usage de ces méthodes traditionnelles que sont les cataplasmes, les ventouses et les sangsues, déjà connues du temps de Molière. Les médecins hospitaliers et libéraux, ainsi que les sages-femmes dans les campagnes reculées, n'hésitent pas à en faire la prescription à des malades le cas échéant. Mais ceux qui en ont la charge n'ont pas toujours les connaissances à leur exécution. Ce film a donc pour but de leur inculquer les principes à appliquer.<br />Sources:<br />CHEVANDIER Christian, L'hôpital dans la France du XXe siècle, Perrin, 2009, p.145<br />FRIOUX Stéphane, FOURNIER Patrick, CHAUVEAU Sophie, ''Hygiène et santé en Europe; de la fin du XVIIIe siècle aux années 1920'', Sedes, Collection Histoire, 2011<br />
 
|Texte=La médecine des années 1920 fait encore grand usage de ces méthodes traditionnelles que sont les cataplasmes, les ventouses et les sangsues, déjà connues du temps de Molière. Les médecins hospitaliers et libéraux, ainsi que les sages-femmes dans les campagnes reculées, n'hésitent pas à en faire la prescription à des malades le cas échéant. Mais ceux qui en ont la charge n'ont pas toujours les connaissances à leur exécution. Ce film a donc pour but de leur inculquer les principes à appliquer.<br />Sources:<br />CHEVANDIER Christian, L'hôpital dans la France du XXe siècle, Perrin, 2009, p.145<br />FRIOUX Stéphane, FOURNIER Patrick, CHAUVEAU Sophie, ''Hygiène et santé en Europe; de la fin du XVIIIe siècle aux années 1920'', Sedes, Collection Histoire, 2011<br />
 +
}}{{HT_Cont
 +
|Langue=en
 +
|Texte=Medicine in the 1920s still made great use of poultices, cupping and medicinal leeches, which constitute traditional methods that were already well known back in the 17th century.  Doctors working in hospitals or running their own medical practice and midwives working in the remote countryside did not hesitate to prescribe these methods to the sick, if needed. However, those charged with the task of carrying them out did not always have the knowledge to do so. The purpose of this film is therefore to teach these individuals the principles to be applied.
 
}}
 
}}
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 
|Texte=Le film, d'une durée très courte, s'articule autour de trois exemples de prescriptions parmi les plus courantes. Ceux-ci sont clairement et succinctement décrits pour être compréhensibles pour tous.
 
|Texte=Le film, d'une durée très courte, s'articule autour de trois exemples de prescriptions parmi les plus courantes. Ceux-ci sont clairement et succinctement décrits pour être compréhensibles pour tous.
 +
}}{{HT_Dirige
 +
|Langue=en
 +
|Texte=The short film revolves around three examples of the most common doctor-prescribed remedies. These examples are clearly and succinctly described with the help of close-ups so that they can be understood by everyone.
 
}}
 
}}
 
|Présentation médecine={{HT_Prés
 
|Présentation médecine={{HT_Prés
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 
|Texte=La santé et la médecine constituent le sujet même du film, au travers de l'exécution des prescriptions présentées. Celles-ci sont une de leurs applications quotidiennes les plus communes et les plus aisées à mettre en œuvre.
 
|Texte=La santé et la médecine constituent le sujet même du film, au travers de l'exécution des prescriptions présentées. Celles-ci sont une de leurs applications quotidiennes les plus communes et les plus aisées à mettre en œuvre.
 +
}}{{HT_Prés
 +
|Langue=en
 +
|Texte=The remedies in question are some of the most common and simple everyday applications of health and medicine. Through their demonstration, health and medicine are thus placed at the very core of the film. Given the absence of doctors coupled with the apparent simplicity of preparing and carrying out the three remedies, the film portrays the aspects of health and medicine addressed in the film as being simple and accessible to an audience much wider than doctors alone.
 
}}
 
}}
 
|Lieu projection={{HT_Proj
 
|Lieu projection={{HT_Proj
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 
|Texte=Villes et villages
 
|Texte=Villes et villages
 +
}}{{HT_Proj
 +
|Langue=en
 +
|Texte=Cities and villages
 
}}
 
}}
 
|Communications et événements associés au film={{HT_Com
 
|Communications et événements associés au film={{HT_Com
Line 64: Line 82:
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 
|Texte=Grand public
 
|Texte=Grand public
 +
}}{{HT_Pub
 +
|Langue=en
 +
|Texte=General public
 
}}
 
}}
 
|Descriptif libre={{HT_Desc
 
|Descriptif libre={{HT_Desc
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 
|Texte='''Cataplasme sinapisé'''<br />[00'20"]<br /> La séquence s'ouvre sur une boîte de farine de lin posée sur une table. Un fondu de transition laisse apparaître, sur cette même table, cette boite et une spatule à notre gauche, une bassine au milieu et une casserole d'eau chaude à notre droite. On verse la moitié du contenu de la boite dans la bassine et on tourne tout en versant la moitié de l'eau contenue dans la casserole. Un plan rapproché de la bassine montre la pâte ainsi réalisée. Celle-ci est déversée et étalée sur une tarlatane, laquelle est ensuite pliée en trois dans le sens de la longueur, puis en quatre dans le sens de la largeur. Après s'être assuré, avec le revers de la main, que le cataplasme ainsi réalisé n'est pas trop chaud, on le déplie en partie et on ouvre une boite de farine de moutarde afin de saupoudrer celle-ci sur l'extérieur du cataplasme.<br />[01'35"]<br />'''Pose de ventouses'''<br />[01'35"]<br /> Dans un appartement une femme est assise aux côtés de son mari alité. Une autre femme entre et lui remet une feuille de prescription du médecin, qui stipule entre autres que des ventouses sèches doivent être posées sur le dos du malade une fois par jour. Cette femme s'occupe de suite de la préparation et de la pose de ces ventouses. Elle enroule un chiffon autour d'une petite tige en bois, puis elle verse de l'alcool dans un vase. Elle y trempe la torche, enflamme celle-ci avec une allumette et fait le vide dans les six pots en verre, lesquels sont posés immédiatement sur le dos du malade, réalisant un effet « ventouse » visible par la contraction de la peau. Une couverture recouvre le tout. Celle-ci est retirée au bout d'un quart d'heure et les six ventouses sont successivement enlevées, une pression sur la peau au bord de chacune d'elles permettant de faire rentrer l'air.<br />[03'10"]<br />'''Pose de sangsues'''<br />[03'10"]<br /> Une petite boite est ouverte et la sangsue médicinale qu'elle contient est déposée dans un petit verre à pied, lequel est ensuite appliqué derrière l'oreille gauche d'un homme alité. Après quelques instants, le verre est retiré, laissant la sangsue médicinale évoluer librement : c'est l'hirudothérapie.Le film se termine sur un carton avec l'enseigne de l'Edition Française Cinématographique avec la signature de Jean Benoît-Lévy.<br />[03'41"]
 
|Texte='''Cataplasme sinapisé'''<br />[00'20"]<br /> La séquence s'ouvre sur une boîte de farine de lin posée sur une table. Un fondu de transition laisse apparaître, sur cette même table, cette boite et une spatule à notre gauche, une bassine au milieu et une casserole d'eau chaude à notre droite. On verse la moitié du contenu de la boite dans la bassine et on tourne tout en versant la moitié de l'eau contenue dans la casserole. Un plan rapproché de la bassine montre la pâte ainsi réalisée. Celle-ci est déversée et étalée sur une tarlatane, laquelle est ensuite pliée en trois dans le sens de la longueur, puis en quatre dans le sens de la largeur. Après s'être assuré, avec le revers de la main, que le cataplasme ainsi réalisé n'est pas trop chaud, on le déplie en partie et on ouvre une boite de farine de moutarde afin de saupoudrer celle-ci sur l'extérieur du cataplasme.<br />[01'35"]<br />'''Pose de ventouses'''<br />[01'35"]<br /> Dans un appartement une femme est assise aux côtés de son mari alité. Une autre femme entre et lui remet une feuille de prescription du médecin, qui stipule entre autres que des ventouses sèches doivent être posées sur le dos du malade une fois par jour. Cette femme s'occupe de suite de la préparation et de la pose de ces ventouses. Elle enroule un chiffon autour d'une petite tige en bois, puis elle verse de l'alcool dans un vase. Elle y trempe la torche, enflamme celle-ci avec une allumette et fait le vide dans les six pots en verre, lesquels sont posés immédiatement sur le dos du malade, réalisant un effet « ventouse » visible par la contraction de la peau. Une couverture recouvre le tout. Celle-ci est retirée au bout d'un quart d'heure et les six ventouses sont successivement enlevées, une pression sur la peau au bord de chacune d'elles permettant de faire rentrer l'air.<br />[03'10"]<br />'''Pose de sangsues'''<br />[03'10"]<br /> Une petite boite est ouverte et la sangsue médicinale qu'elle contient est déposée dans un petit verre à pied, lequel est ensuite appliqué derrière l'oreille gauche d'un homme alité. Après quelques instants, le verre est retiré, laissant la sangsue médicinale évoluer librement : c'est l'hirudothérapie.Le film se termine sur un carton avec l'enseigne de l'Edition Française Cinématographique avec la signature de Jean Benoît-Lévy.<br />[03'41"]
 +
}}{{HT_Desc
 +
|Langue=en
 +
|Texte='''Mustard Poultice'''<br />[00’20’’]<br />The sequence opens with a tin of flax meal placed on a table. After a fade to black, the table reappears with the tin and a spatula on the left, a bowl in the middle and a saucepan filled with hot water on the right. The demonstrator pours half of the tin’s contents in the bowl and then stirs in half of the water in the saucepan. A close-up of the bowl shows the resulting mixture that is poured and spread out onto muslin which is then folded in three lengthwise before being folded in four widthwise. After verifying that the poultice is not too hot with the back of the hand, the demonstrator partially unfolds the poultice and opens a tin of mustard flour to dust over the exterior of the poultice.<br />[01’35’’]<br />'''Cupping'''<br />[01’35’’]<br />In a flat, a woman is seated next to her bedridden husband. Another woman enters and hands her a doctor’s prescription that states among other things that dry glass cups must be placed on the man’s back once a day. The second woman then sees to preparing and performing the cupping procedure.  She wraps a cloth around a small wooden stick and then pours some alcohol into a vase. She dips the little torch she has just made into the alcohol and lights it with a match. One by one, she inserts the lit torch into six glass cups to remove the air inside of them before placing them on the man’s back, creating suction. The woman then places a blanket over the cups. After fifteen minutes, she removes the blanket along with the six cups, one by one, by pushing down on the skin next to each cup, thereby allowing air to enter.<br />[03’10’’]<br />'''Leech Therapy'''<br />[03’10’’]<br />A small tin is opened and the medicinal leech that it contains is placed in a small wine glass that is then set behind the left ear of a bedridden man. After a short time, the glass is removed and the medicinal leech moves freely, hirudotherapy thus takes place. The film ends with an intertitle displaying the Edition Française Cinématographique logo with Jean Benoît-Lévy’s signature.<br />[03’41’’]
 
}}
 
}}
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes
Line 73: Line 97:
 
}}
 
}}
 
|Références={{HT_Réf
 
|Références={{HT_Réf
|Langue=fr
+
|Langue=en
 +
|Texte=Chevandier, Christian, ''L'hôpital dans la France du XXe siècle'', Perrin, 2009, p.145<br/ >Frioux, Stéphane; Fournier, Patrick; Chauveau, Sophie, ''Hygiène et santé en Europe : de la fin du XVIIIe siècle aux années 1920'', Sedes, Collection Histoire, 2011
 
}}
 
}}
 
|Documents_Film=
 
|Documents_Film=

Revision as of 15:28, 13 July 2019

 

Exécution de quelques prescriptions du médecin


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Exécution de quelques prescriptions du médecin
Year of production 1929
Country of production France
Director(s) Jean Benoit-Lévy
Scientific advisor(s) Richard Kohn
Duration 3 minutes
Format Muet - Noir et blanc - 35 mm
Original language(s) French
Production companies Edition Française Cinématographique
Commissioning body Ministère de l'Agriculture
Archive holder(s) Cinémathèque du Ministère de l'AgricultureINA

Main credits

(français)
« Réalisation de Jean Benoit-Lévy ; Collaboration de M. le Dr. Richard Kohn, Assistant de Consultation de l'Hôpital Lariboisière ; Prise de vues de Edmond Floury ; Collection du Ministère de l'Agriculture »

Content

Medical themes

Theme

(français)
Présentation de quelques prescriptions du médecin dans leur exécution

Demonstration of a few doctor-prescribed remedies

Main genre

Synopsis

(français)
Trois prescriptions du médecin, en l’occurrence la préparation d'un cataplasme sinapisé, la pose de ventouses et la pose d'une sangsue médicinale pour l'hirudothérapie, sont présentées ici dans leur exécution.

Three different doctor-prescribed remedies are demonstrated, namely the preparation of a mustard poultice, cupping and medicinal leech therapy.

Context

(français)
La médecine des années 1920 fait encore grand usage de ces méthodes traditionnelles que sont les cataplasmes, les ventouses et les sangsues, déjà connues du temps de Molière. Les médecins hospitaliers et libéraux, ainsi que les sages-femmes dans les campagnes reculées, n'hésitent pas à en faire la prescription à des malades le cas échéant. Mais ceux qui en ont la charge n'ont pas toujours les connaissances à leur exécution. Ce film a donc pour but de leur inculquer les principes à appliquer.
Sources:
CHEVANDIER Christian, L'hôpital dans la France du XXe siècle, Perrin, 2009, p.145
FRIOUX Stéphane, FOURNIER Patrick, CHAUVEAU Sophie, Hygiène et santé en Europe; de la fin du XVIIIe siècle aux années 1920, Sedes, Collection Histoire, 2011

Medicine in the 1920s still made great use of poultices, cupping and medicinal leeches, which constitute traditional methods that were already well known back in the 17th century. Doctors working in hospitals or running their own medical practice and midwives working in the remote countryside did not hesitate to prescribe these methods to the sick, if needed. However, those charged with the task of carrying them out did not always have the knowledge to do so. The purpose of this film is therefore to teach these individuals the principles to be applied.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le film, d'une durée très courte, s'articule autour de trois exemples de prescriptions parmi les plus courantes. Ceux-ci sont clairement et succinctement décrits pour être compréhensibles pour tous.

The short film revolves around three examples of the most common doctor-prescribed remedies. These examples are clearly and succinctly described with the help of close-ups so that they can be understood by everyone.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La santé et la médecine constituent le sujet même du film, au travers de l'exécution des prescriptions présentées. Celles-ci sont une de leurs applications quotidiennes les plus communes et les plus aisées à mettre en œuvre.

The remedies in question are some of the most common and simple everyday applications of health and medicine. Through their demonstration, health and medicine are thus placed at the very core of the film. Given the absence of doctors coupled with the apparent simplicity of preparing and carrying out the three remedies, the film portrays the aspects of health and medicine addressed in the film as being simple and accessible to an audience much wider than doctors alone.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Villes et villages

Cities and villages

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Grand public

General public

Local, national, or international audience

Description

(français)
Cataplasme sinapisé
[00'20"]
La séquence s'ouvre sur une boîte de farine de lin posée sur une table. Un fondu de transition laisse apparaître, sur cette même table, cette boite et une spatule à notre gauche, une bassine au milieu et une casserole d'eau chaude à notre droite. On verse la moitié du contenu de la boite dans la bassine et on tourne tout en versant la moitié de l'eau contenue dans la casserole. Un plan rapproché de la bassine montre la pâte ainsi réalisée. Celle-ci est déversée et étalée sur une tarlatane, laquelle est ensuite pliée en trois dans le sens de la longueur, puis en quatre dans le sens de la largeur. Après s'être assuré, avec le revers de la main, que le cataplasme ainsi réalisé n'est pas trop chaud, on le déplie en partie et on ouvre une boite de farine de moutarde afin de saupoudrer celle-ci sur l'extérieur du cataplasme.
[01'35"]
Pose de ventouses
[01'35"]
Dans un appartement une femme est assise aux côtés de son mari alité. Une autre femme entre et lui remet une feuille de prescription du médecin, qui stipule entre autres que des ventouses sèches doivent être posées sur le dos du malade une fois par jour. Cette femme s'occupe de suite de la préparation et de la pose de ces ventouses. Elle enroule un chiffon autour d'une petite tige en bois, puis elle verse de l'alcool dans un vase. Elle y trempe la torche, enflamme celle-ci avec une allumette et fait le vide dans les six pots en verre, lesquels sont posés immédiatement sur le dos du malade, réalisant un effet « ventouse » visible par la contraction de la peau. Une couverture recouvre le tout. Celle-ci est retirée au bout d'un quart d'heure et les six ventouses sont successivement enlevées, une pression sur la peau au bord de chacune d'elles permettant de faire rentrer l'air.
[03'10"]
Pose de sangsues
[03'10"]
Une petite boite est ouverte et la sangsue médicinale qu'elle contient est déposée dans un petit verre à pied, lequel est ensuite appliqué derrière l'oreille gauche d'un homme alité. Après quelques instants, le verre est retiré, laissant la sangsue médicinale évoluer librement : c'est l'hirudothérapie.Le film se termine sur un carton avec l'enseigne de l'Edition Française Cinématographique avec la signature de Jean Benoît-Lévy.
[03'41"]

Mustard Poultice
[00’20’’]
The sequence opens with a tin of flax meal placed on a table. After a fade to black, the table reappears with the tin and a spatula on the left, a bowl in the middle and a saucepan filled with hot water on the right. The demonstrator pours half of the tin’s contents in the bowl and then stirs in half of the water in the saucepan. A close-up of the bowl shows the resulting mixture that is poured and spread out onto muslin which is then folded in three lengthwise before being folded in four widthwise. After verifying that the poultice is not too hot with the back of the hand, the demonstrator partially unfolds the poultice and opens a tin of mustard flour to dust over the exterior of the poultice.
[01’35’’]
Cupping
[01’35’’]
In a flat, a woman is seated next to her bedridden husband. Another woman enters and hands her a doctor’s prescription that states among other things that dry glass cups must be placed on the man’s back once a day. The second woman then sees to preparing and performing the cupping procedure. She wraps a cloth around a small wooden stick and then pours some alcohol into a vase. She dips the little torch she has just made into the alcohol and lights it with a match. One by one, she inserts the lit torch into six glass cups to remove the air inside of them before placing them on the man’s back, creating suction. The woman then places a blanket over the cups. After fifteen minutes, she removes the blanket along with the six cups, one by one, by pushing down on the skin next to each cup, thereby allowing air to enter.
[03’10’’]
Leech Therapy
[03’10’’]
A small tin is opened and the medicinal leech that it contains is placed in a small wine glass that is then set behind the left ear of a bedridden man. After a short time, the glass is removed and the medicinal leech moves freely, hirudotherapy thus takes place. The film ends with an intertitle displaying the Edition Française Cinématographique logo with Jean Benoît-Lévy’s signature.
[03’41’’]

Supplementary notes

(français)

References and external documents

Chevandier, Christian, L'hôpital dans la France du XXe siècle, Perrin, 2009, p.145
Frioux, Stéphane; Fournier, Patrick; Chauveau, Sophie, Hygiène et santé en Europe : de la fin du XVIIIe siècle aux années 1920, Sedes, Collection Histoire, 2011


Contributors

  • Record written by : Emmanuel Nuss
  • Record translated into English by : Sherry Stanbury