Etrange histoire d'eaux (1990)

From Medfilm
Revision as of 16:32, 24 June 2019 by L.strappazon (Talk | contribs) (Remplacement de texte — « Images' Est » par « Image'Est »)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search

 

Etrange histoire d'eaux


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Etrange histoire d'eaux
Year of production 1990
Country of production France
Director(s) Éric Duvivier
Scientific advisor(s) André Dodin
Duration 16 minutes
Format Parlant - Couleur - 16 mm
Original language(s) French
Production companies Art et Science
Commissioning body Laboratoire Beaufour
Archive holder(s) CERIMESImage'Est

Main credits

(français)
Professeur André Dodin Institut Pasteur Paris

Avec la participation des docteurs Jean-Stéphane Delmotte et Philippe Houche Section d'endoscopie C.H.U de l'Ille

Images : Jean-Claudes Berrier, Jacques Chegaray, Daniel Dreux, René Gosset, Antoine Roch

Animation : Nicole Armagnac, Pol Briand

Montage : Laurent Louchet

Réalisation Eric Duvivier

Production : Art et Science

Content

Theme

(français)
Exposé sur les pathologies causées par la consommation de l'eau, en particulier la diarrhée.

Main genre

Synopsis

(français)
Rapide histoire de l'eau par citation biblique puis énonciation du paradoxe qu'elle représente. L'eau est à la fois source de vie puisque l'homme ne peut vivre sans elle, mais également source de mort puisqu'elle transporte de nombreux microbes.

Context

(français)

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Ce documentaire est à visée informative et éducative, expliquant les causes et les dysfonctionnements du corps humains face aux attaques virales donnant ensuite lieux à des pandémies de diarrhée comme le choléra. Recours aux images pour expliquer les dysfonctionnements dus à l'inhalation d'une bactérie et à son effet sur le corps expliquant ensuite les dérèglements qui provoquent la diarrhée.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La santé et la médecine apparaissent à la fin du documentaire, comme moyen d’explication et de prévention par le truchement de la coloscopie. Le film revient aussi sur leur inaptitude, hier comme aujourd'hui, à prendre en charge les populations dans la détresse sociale. La pauvreté est un vecteur que la santé et la médecine ne peuvent soigner.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Facultés de médecine, hôpitaux.

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Etudiants, praticiens

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
L'eau, un bienfait, un danger

Le film nous présente l'élément aquatique par le biais de nombreux plans de vagues et de cascades. La voix off énonce des références bibliques liées à la relation de l'homme avec l'élément eau. Elle rappelle que la constitution du corps humain est composée entre autre de quarante-cinq litres d'eaux. La dangerosité de l'eau dans la diffusion de maladies est ensuite mise en avant par des images du Gange, région d'origine du Choléra. Sa dissémination à travers le monde est expliquée par les voyages des marchands et des conquérants qui ont transmis, par leurs déplacements, des maladies d'abord locales à d'autres territoires. Sept pandémies de Choléra depuis 1817 sont à déplorer, dû à l'irrespect des populations pour l'eau et les pratiques hygiéniques. Les révolutions modernes et techniques des hommes ont aussi servi à la propagation des maladies. Le bateau à vapeur est bien plus rapide que le voilier de l'époque pour transmettre des bactéries et les révolutions techniques, comme le train ou l'automobile, vont faciliter davantage cette diffusion.

Les bactéries en jeu

Le vibrion est la bactérie responsable de la contamination. Installée dans les intestins, elle cause la diarrhée. Le bacille est transporté au sein même des intestins, dans les cryptes intervillositaires, lieu privilégié pour la multiplications de bactéries pathogènes. Un litre et demi de liquide additionné aux sucres gastriques et à la bile forment le « chim ». Le « chim » se transforme en selle dans le colon, ce dernier absorbant le liquide de digestion. La sécrétion de liquide par les entérocytes et les cellules à mucus est régie en parti par l'activité adényl-cyclase AMP considérée à l'état physiologique comme égale à 1. Dans cette situation, la membrane apicale des cellules intestinales a un aspect moléculaire harmonieux avec les phospholipides, les protéines, le gangriosyde GM1 régulièrement réparti à sa surface. Tout est perturbé par le passage de ce germe responsable de diarrhée qui franchit la barrière de l'acidité gastrique. Cette capacité du germe à défaire la défense gastrique reste inexpliquée. Les quelques vibrions qui ont trouvé refuge au pieds des villosités intestinales, se fixent sur des structures chimiques non encore caractérisées. Sur ces points d'ancrages, les vibrions se multiplient durant sept à huit heures jusqu'à totalement recouvrir les villosités. L'accrochage sur les entérocytes se fait par le glycocalyx ou facteur d'attachement sécrété par le vibrion. Les vibrions sécrètent une toxine composée de sous unités A et B. Seule la sous unité A est la partie active de la toxine, la B ne sert que d’intermédiaire à la A pour pénétrer dans le cellule. La sous unité A va entraîner un arrêt de la destruction de l'adényl-cyclase et ainsi s'accumuler. Cela mène alors à une multiplication par quinze des enzymes AMP. L'action de la sous unité A est rapide et ne dure pas plus de deux heures. Mais durant cette période, elle a excité les sécrétions intestinales qui passent de un à quinze litres dans le cas du choléra. La déshydratation touche d'abord le sang, puis les tissus. Les quinze litres de sécrétion qui dilatent le colon ne peuvent être réabsorbées et entraînent le phénomène de déshydratation pouvant mener de la simple soif, à un ralentissement du pouls, ou des crampes par exemple. Pour les autres germes, la perte hydrique est moins importante. Les différents types de diarrhée ont le même mode d'agression, mais peuvent produire des résultats spécifiques.

Les diarrhées : effet volcanique

De nombreux germes sont susceptibles de provoquer des diarrhées s'ils sont porteur d'un facteur d'attachement et des déterminants antigéniques de la toxine. Certaines diarrhées peuvent attaquer le colons, le faire saigner et laisser des cicatrices. C'est par exemple le cas pour la bactérie de type shigella, qui attaque directement la membrane du colons en empêchant les cellules de se régénérer. Les micros hémorragies créées par les ulcères laissent des cicatrices et parfois des colopathies résiduelles. La coloscopie permet alors d'explorer le colons et de vérifier sa bonne santé. Les images du film nous montrent deux cas différents. Une coloscopie nette d'un colons en bonne santé, et la coloscopie d'un colons infecté. Un montage parallèle mettant en rapport des explosions volcaniques et le colons infecté permet une meilleure illustration du cas. Cette séquence met en image, par l'intermédiaire des images volcaniques, les irruptions et les saignements à l’intérieur du colons menant à la diarrhée. Le film se termine sur l'importance de s'hydrater lorsque l'on est atteint de diarrhée. Le sels de réhydratation préviennent les risques de mortalité par la déshydratation mais ne préviennent pas l'évolution naturelle de la diarrhée. Ils peuvent suffire si l’infection est dû à une sérotonine, par contre s'il s'agit d'une toxine il vaut mieux utiliser des désinfectants intestinaux tels que les oxydes.

Fonds Eric Duvivier code 589.

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Aurélien Schaal