Difference between revisions of "Drogues: plaisir et dépendance"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
Line 48: Line 48:
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=Destiné à initier un débat, ce film présente, au travers d'interviews, les opinions, les points de vue et les expériences de jeunes d'âges et d'horizons différents sur la consommation de drogues.  Il évoque les motifs et les différents contextes d'utilisation des drogues, leurs effets et les conséquences qu'elles peuvent engendrer.  Ce film a été possible grâce au travail d’Antonio Ugidos, l’initiateur de ce projet. Il est ancien délégué général d’ASP fondatrice. Avant de s’engager pour les soins palliatifs, ce militant a été l’un des premiers en France à combattre le sida.
 
}}
 
}}
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=Le film utilise de nombreuses techniques pour introduire le spectateur au sujet évoqué que sont les drogues. Il met en place une certaine forme de proximité avec le spectateur en donnant la parole à différentes personnes. Celles-ci, montrées en gros plan, sous la forme champ / contre-champ, expliquent les rapports qu’elles entretiennent avec la drogue. La multiplicité des interventions permet d’avoir une pluralité de points de vue. La définition même de drogue est ici remise en question. Le spectateur peut lui aussi répondre aux questions car celles-ci ne sont pas énoncées à l’oral mais inscrites sur un fond noir.  En effectuant des allers-retours entre les témoignages, le spectateur peut comprendre la complexité du sujet. Sont ainsi évoqués divers thèmes en lien avec la drogue comme la loi, les risques, la substitution. De plus, la plupart des participants de ce film sont des jeunes de moins de 20 ans, le but étant de confronter le public à la réalité de la drogue et ses dangers. Ce film n’est en rien porteur de moralité ou de normativité. Chaque sujet expose son point de vue sur les drogues, décrit celles-ci, donne ses solutions mais à aucun moment un quelconque jugement n’est émit par celui ou celle qui écoute. Ce genre de format, loin des explications scientifiques, permet de se rapprocher de la vraie vie des usagers de drogues.
 
}}
 
}}
 
|Présentation médecine={{HT_Prés
 
|Présentation médecine={{HT_Prés
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=La santé et la médecine sont incarnées par le personnel qui écoute les personnes interrogées. C’est notamment Mustapha Benslimane, président de l’association NOVA DONA, un centre d’addictologie à Paris. Antonio Ugidos, déjà évoqué plus haut, fait aussi parti de l’équipe devant et derrière la caméra. Le projet a aussi eu le soutien de professionnels reconnus comme Michel Kazatchkine, alors à la tête de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virale).
 
}}
 
}}
 
|Lieu projection={{HT_Proj
 
|Lieu projection={{HT_Proj

Revision as of 15:53, 8 July 2021

 

Drogues: plaisir et dépendance


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Drogues: plaisir et dépendance
Year of production 1998
Country of production France
Director(s) Miroslav Sebestik
Duration 13 minutes
Format Parlant - Couleur - VHS
Original language(s) French
Production companies Mandala productions
Commissioning body Paris et Région Île-de-FranceMission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la ToxicomanieCRIPS
Archive holder(s) CIRDD Alsace

Main credits

(français)
Le générique composé des crédits se trouve à la fin de la vidéo (13’01 – 13’26) Sur une idée originale de Didier Jayle et Antonio Ugidos/ A l’écoute, Mustapha Benslimane / Denis Galin / Agnes Sztal / Nathalie Truchet / Antonio Ugidos / Directeur de la photographie > Gilberto De Azevedo / Montage image > Ermanno Corrado / Preneur de son, sound-design et mixage > Gérard Chiron / Graphisme > Les graphistes associés / Trucages > Frédéric Scherer / Réalisation > Miroslav Sebestik / Direction de production > Francine Jean-Baptiste / Régisseur > Gilles Romera / Stagiaires > Émilie Altwegg > François Brochet > Marcus Herrmann / Postproduction > Mikros Image / Avec le soutien de > Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie / Conseil Régional d’Île-de-France / Comité Français d’éducation pour la santé / Communauté Européenne / Remerciements, Marie-Hélene Gibert – Académie de Paris / Josette Mulet, Annie Ferraton – lycée professionnel Eric Satie / René Fuchs, Claude Colombani – École Alsacienne / Olivier Jospin, Francine Dernoncourt – C.F.T. de la C.C.I.P. - Andresy Michel Kazatchkine – Hôpital Broussais – service immunologie / Mustapha Benslimane – Nova Dona / Marie-Ange Rousseau – Mikros Image/ Et tout particulièrement, Andeve / Antonin / Arnaud / Aurélie / Benjamin / Bruno / Christian Huchet / Christine / Didier / Edwige / Eric / Elisabeth / Franck / Fabrice / Jimmy / Julien / Laurent / Marie-Jocelyne / Marina Karmochkine / Marion / Maurice / Mélanie / Mickaël / Monjia / Mustapha Benslimane / Myriam / Pierre / Pierre Raissa / Ludovic / Sarah / Saul / Shaktia / Souhila / Sylvie Michaud / Thomas / Vanessa, sans qui ce film n’existerait pas. / Paris et Région Île-de-France / Septembre – Octobre 1998 / Crips 1998

Content

Theme

(français)
Les drogues : leur nature, leurs effets, les dépendances qu’elles engendrent.

Main genre

Émission de plateau

Synopsis

(français)
Le film se déroule sous la forme d’une émission de plateau où les interrogés répondent à des questions relativement simples et très courtes (deux mots comme « Dépendance ? » ou encore « Libre ? ») autour de sujets liés à la drogue. Ces entretiens sont filmés en plan champ/contre champs, le sujet étant face caméra alors que celui qui l’écoute (un professionnel de santé) est dos à la caméra. Il découle de ce dispositif une suite de récits personnels de chaque intervenant en rapport avec la ou les drogues qu’il a rencontré dans sa vie.

Context

(français)
Destiné à initier un débat, ce film présente, au travers d'interviews, les opinions, les points de vue et les expériences de jeunes d'âges et d'horizons différents sur la consommation de drogues. Il évoque les motifs et les différents contextes d'utilisation des drogues, leurs effets et les conséquences qu'elles peuvent engendrer. Ce film a été possible grâce au travail d’Antonio Ugidos, l’initiateur de ce projet. Il est ancien délégué général d’ASP fondatrice. Avant de s’engager pour les soins palliatifs, ce militant a été l’un des premiers en France à combattre le sida.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : Yes.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : Yes.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Le film utilise de nombreuses techniques pour introduire le spectateur au sujet évoqué que sont les drogues. Il met en place une certaine forme de proximité avec le spectateur en donnant la parole à différentes personnes. Celles-ci, montrées en gros plan, sous la forme champ / contre-champ, expliquent les rapports qu’elles entretiennent avec la drogue. La multiplicité des interventions permet d’avoir une pluralité de points de vue. La définition même de drogue est ici remise en question. Le spectateur peut lui aussi répondre aux questions car celles-ci ne sont pas énoncées à l’oral mais inscrites sur un fond noir. En effectuant des allers-retours entre les témoignages, le spectateur peut comprendre la complexité du sujet. Sont ainsi évoqués divers thèmes en lien avec la drogue comme la loi, les risques, la substitution. De plus, la plupart des participants de ce film sont des jeunes de moins de 20 ans, le but étant de confronter le public à la réalité de la drogue et ses dangers. Ce film n’est en rien porteur de moralité ou de normativité. Chaque sujet expose son point de vue sur les drogues, décrit celles-ci, donne ses solutions mais à aucun moment un quelconque jugement n’est émit par celui ou celle qui écoute. Ce genre de format, loin des explications scientifiques, permet de se rapprocher de la vraie vie des usagers de drogues.

How are health and medicine portrayed?

(français)
La santé et la médecine sont incarnées par le personnel qui écoute les personnes interrogées. C’est notamment Mustapha Benslimane, président de l’association NOVA DONA, un centre d’addictologie à Paris. Antonio Ugidos, déjà évoqué plus haut, fait aussi parti de l’équipe devant et derrière la caméra. Le projet a aussi eu le soutien de professionnels reconnus comme Michel Kazatchkine, alors à la tête de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virale).

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)

Local, national, or international audience

Local

Description

(français)

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Clémentine Böhm