Difference between revisions of "Des ouvriers"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
Line 99: Line 99:
 
Séquence : "1974 - Claude Massot - Au-delà du pont"
 
Séquence : "1974 - Claude Massot - Au-delà du pont"
  
De nouveau le vacarme de l'atelier. Une femme dans une chaîne qui doit répéter le geste d'insérer des cartons dans une machine. Gros plan sur son visage qui a une expression de concentration douloureuse. Interrogé dans son bureau, un cadre explique que les tâches dévolues aux femmes sont en nombre réduit à cause de leur condition physique.
+
De nouveau le vacarme de l'atelier. Une femme dans une chaîne qui doit répéter le geste d'insérer des cartons dans une machine. Gros plan sur son visage qui a une expression de concentration douloureuse. Interrogé dans son bureau, un cadre explique que les tâches dévolues aux femmes sont en nombre réduit à cause de leur condition physique. "On s'est rendu compte que les travaux répétitifs, contrairement aux hommes, elles s'en accommodent beaucoup plus facilement, peut-être parce que ça leur donne plus de liberté d'esprit pour penser à leurs soucis familiaux, ménagers. Elles peuvent très bien discuter entre elles". Cut, retour au premier plan de la séquence, sur l'ouvrière insérant d'un geste vif et répété les cartons dans une machine, dans un bruit mécanique que ne peut surmonter aucune voix. (11:26)
 +
 
 +
Séquence : " 1961 - Jean-Pierre Charlier - L'avenir est à vous".
 +
 
 +
Une femme au clavier de commande d'une machine. "Les grosses machines me font peur et me fascinent. C'est merveilleux que des cerveaux aient pu sortir des machines aussi belles, c'est minutieux, c'est formidable." Gros plan sur son visage à l'expression songeuse, son regard est comme tourné vers ses pensées. "Mais d'un autre côté, il y a tout le sens humain qui s'en va. On a l'impression d'être une machine devant une autre machine. Il y a toute une conscience, une personnalité qui arrivera, petit à peti, à ne plus exister". Elle ajoute qu'elle a eu tout de suite conscience de cette évolution intérieure. Elle ne regarde toujours pas son interlocutrice qui lui pose des questions en off, mais le rien, alors qu'elle livre la réflexion qui l'habite.
 +
 
 +
Séquence "1974 - Actualités télévisées - Dans un puits à Merlebach"
 +
 
 +
Travelling sur des "gueules noires" montrées en gros plan, alors que c'est la pause repas. "C'est un métier qui est très très dur. Je n'insisterais jamais assez là-dessus." Les casques blancs qui coiffent la tête des ouvriers luisent dans l'obscurité d'un couloir où l'on distingue une horloge et le panneau "infirmerie". Plan de douches collectives, les voix parlent fort, les hommes se lavent mutuellement, l'eau ruisselle sur les muscles luisants." Un des ouvriers raconte, à l'invitation du journaliste, sa première descente. Son récit est illustré par les images noir et blanc d'une fiction. "C'était formidable, ahurissant. Tout ça dit entre guillemets, quoi." Gros plan d'un enfant casqué qui regarde devant lui, plein d'appréhension. Il ajoute que la situation est encore plus impressionnante aujourd'hui, avec l'évolution vers la mécanisation. Plans tournés aujourd'hui du charbon extrait qui est acheminé dans des conduits ou par des pelleteuses. "Ca s'est modernisé". " - A votre profit?" " - Je ne crois pas. Enfin... L'ouvrier est toujours poussé à la production." (14:22)
 
}}
 
}}
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes

Revision as of 16:04, 24 June 2022

 

Des ouvriers


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Des ouvriers
Series Rue des Archives
Year of production 1981
Country of production France
Director(s) Claude Massot
Scientific advisor(s) Benigno Cacérès
Duration 67 minutes
Format Parlant - Couleur - U-Matic
Original language(s) French
Production companies INA
Archive holder(s) INA
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
F.R.3 et l'Institut National de l'Audiovisuel présentent / Rue des archives / Une émission proposée par Benigno Cacérés / réalisée par Claude Massot. Gén. fin : "avec la collaboration de la vidéothèque I.N.A. productions et actualités et de l'équipe vidéo I.N.A. / Nos remercions les réalisateurs, auteurs et interprètes des séquences utilisées. Prochaine émission : "les policiers".

Content

Theme

(français)
La condition des ouvriers en usine. Témoignages, documents d'archives puisés dans la production télévisuelle et la filmographie militante d'extrême gauche (même si la présentation ne parle que d'archives de la télévision).

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Selon la notice INA : "Le troisième documentaire de la dernière série de "Rue des archives" dont le principe est d'illustrer l'évolution à la télévision de six grandes catégories sociales à partir de documents d'archives de l'INA sur plus de vingt ans, s'intéresse à la classe ouvrière. Entrecoupées de multiples images d'ouvriers attelés à leurs machines dans une mine, une filature, une usine de câblage, d'automobile, de soufflage de verre ...le documentaire leur laisse la parole" (N° de notice : CPC81053025).

Context

(français)
L'émission est diffusée moins d'un mois après l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République. Son programme qui a pris la forme de "110 propositions" est inspiré par le programme commun élaborée au sein de l'alliance PCF et PS. La télévision est alors entièrement publique et comporte trois chaînes.

Cette édition de l'émission "Rue des archives" respecte son principe : rassembler des archives télévisuelles sur un sujet. Mais elle y ajoute des films militants tournés dans les usines dans le contexte des lutte sociales :

- A bientôt j'espère de Mario Marret et Chris Marker : ce film tourné dans les usines de la Rhodiaceta, à Besançon, dans le contexte des grèves menées par la CGT, fait le portrait de Io-Io, un chef syndicaliste. C'est aussi le lancement de l'aventure des Groupes Medvedkine qui produisent des films participatifs de lutte impliquant les ouvrières et ouvriers qui la mènent.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : Yes. A bientôt j'espère de Chris Marker et Mario Marret, SLON, 1968 ; Mémoires ouvrières de Dominique Dubosc, 1978.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
En citant les extraits de films militants d'extrême gauche, l'émission adopte résolument le point de vue de la lutte ouvrière soutenue par le Parti Communiste et encadrée par le syndicat de la C.G.T. Il n'est pas anodin que cette émission soit diffusée en juin 1981, dans le cadre d'un remaniement des personnels de télévision publique.

How are health and medicine portrayed?

(français)

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Télévision française, 3e chaîne

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Tout public

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
Introduction : la difficulté de faire parler les archives télévisuelles

Sur des vues d'archives de travail en usine (haut fourneaux, ateliers, trains d'usines), commentaire : "Le montage que vous allez voir essaie de rendre compte de la manière dont la télévision a présenté les ouvriers pendant ces vingt dernières années. Pour le réaliser, nous avons visionné pendant des jours et de jours le plus grand nombre d'émissions réalisées depuis 1959. Cette longue et patiente recherche a parfois été décevante. Comme le sable glisse entre les doigts des mains, il ne nous a pas été possible de retenir beaucoup d'images significatives dans l'actualité télévisée. Par contre, quand la télévision a laissé la parole au peuple, alors un visage, ou une expression, ou une simple phrase, expriment la vérité de la condition ouvrière. Un ouvrier n'est pas seulement celui qui travaille de ses mains, il est un homme dans sa totalité. Le temps qu'il passe à l'atelier, au chantier, au bureau, à l'usine n'est qu'une partie de sa vie. Un ouvrier a une famille, sa vie sociale, ses loisirs, et comme les autres hommes il essaie de participer à la culture. C'est cette totalité de la vie ouvrière que l'équipe qui a réalisé ce montage essaie de montrer en se servant de documents qu'elle n'a pas elle-même réalisés. Elle a conscience des manques de son regard : comment résumer à l'image la condition ouvrière en une heure? Notre but serait cependant atteint si ce montage conduisait les téléspectateurs à se poser des questions sur ce milieu des ouvriers, souvent ignoré".

"1er chapitre : une machine face à une machine"

Scène des temps modernes de Chaplin. Charlot à la chaîne se dispute avec son collègue, rapide bagarre qu'ils doivnet écourter pour tenir la cadence des boulonnages. Une voix : "atelier Vingt, encore plus vite", un homme devant un tableau de bord exécute la commande. Charlot laisse un autre ouvrier le relever mais il continue son geste de boulonnage dans le vide. Il passe à la pointeuse, raccord avec le même geste par un ouvrier dans une image d'archive : la fiction burlesque s'appuie sur la réalité. Intertitre : "1970 - actualités télévisées, l'homme et l'usine". Un homme avance dans les locaux de l'usine, commentaire : "les conditions de travail, qu'est-ce que c'est ? Ce sont les rythmes, les cadences, mais aussi les gestes toujours les mêmes." Allusion à une rencontre de chefs d'entreprise qui se tient à Marseille. La pénombre des locaux est traversée par une lueur rougeoyante qui rappelle les brasiers des haut-fourneaux. Filmé en gros plan, un homme parle. Quand la caméra le desserre, on voit qu'il est à la pause repas, avec d'autres ouvriers : "Quand je rentre dans l'usine, ça me fait l'impression de rentrer dans un camp. C'est les grilles, c'est une contrainte. On se trouve un peu emprisonnés. Et puis ce qui nous fatigue le plus c'est la ventilation. Le bruit du vent que produit la machine... Quand vous avez une panne de courant, que les ventilateurs disjonctent, vous avez, un certain temps... vous êtes déséquilibré par le manque de bruit! On est, deux trois secondes, qu'on est perdu!" L'homme regarde la caméra, revit la scène. Les deux hommes qui sont aussi dans le cadre ne réagissent pas, ni pour infirmer, ni pour confirmer, tant ce qu'il dit leur paraît évident. La rumeur qui occupe le fond de la bande-son explose au plan suivant qui montre une chaîne de bouteilles. (04:13)

Séquence "1968 - Chris Marker - A bientôt j'espère - Caméra 3".

Sur des vues de machines en action, filmées avec ou sans présence humaine qui les manoeuvre, une voix d'ouvrier décrit la dégradation des conditions de travail qu'en traîne l'"automation". Il dénonce l'organisation de la journée qui aliène le travailleur dans ses besoins les plus intimes." Quand on mange, c'est pas qu'on a faim, c'est que le cerveau électronique a pensé qu'il fallait manger à ce moment là parce qu'il y avait un trou dans la production." Une autre voix de travailleur intervient, à propos de la répétitivité des tâches : "C'est toujours les mêmes gestes. On a l'impression de voir toujours le même film et d'entendre toujours le même disque". La caméra resserre sur les mains d'un ouvrier qui imite cet unique geste de travail. (06:39)

Séquence "1978 - Dominique Dubosc - Mémoires ouvrières "

Deux femmes réunies autour d'une table de salle-à-manger, autour de tasses de thé et de pommes. On reconnaît, au centre de l'image, Monique Piton. Cette ouvrière s'est impliquée dans les luttes menées dans l'usine Lip de Besançon commencées en 1973. Dans C'est possible!, un livre édité par Des femmes en 1975, Monique Piton retrace le quotidien du combat qu'elle a menée en tant qu'ouvrière et femme. En amorce de l'image, bord cadre gauche, on reconnaît "Christiane" qui a participé à la même lutte, notamment en tant que porte-parole. Monique Piton et "Christiane" ont été filmées en 1975 par Carole Roussopoulos, cinéaste féministe. Dans Monique et Christiane, produit par le groupe Video out, elles témoignent des problèmes de démocratie interne dans le syndicat, et la difficulté pour les femmes d'être respectées et entendues dans le Comité d'action. Exellente narratrice, Monique Piton raconte ses premières embauches. Elle travaille dans une chocolaterie sans connaissance préalable dans le domaine. Elle découvre le travail morcelée, assignée au façonnage et à l'empilage de boîtes en cartons. "J'ai cru qu'on m'avait fait faire ça pour se moquer de moi, parce que j'étais une gamine." Elle ne voyait pas ça comme un "un vrai travail" : "Un vrai travail, pour moi, c'est quand tu commences puis tu finis. Même si tu es bonne, quand tu fais à manger, par exemple. Je ne savais pas ce que c'était, la parcellisation du travail". Comme dans les films militants, cette narration se fait sans plan de coupe, avec une seule valeur de plan qui permet de montrer Monique Piton parlant et illustrant ses propos par des gestes, et, dans le bord cadre gauche, Christiane qui est à l'écoute, hochant de la tête, les approuvant.

Séquence : "1977 - Coline Serreau - Mais qu'est-ce qu'elles veulent"

Long panoramique dans un atelier de couture, des femmes assises derrière des machines à coudre s'activent dans le vacarme produit par l'accumulation des bruits des différentes machines. Cet environnement sonore empêche les employées de se parler. En voix off, un contremaître interrogé : "Le travail à la machine, on en dit beaucoup de mal. Je pense que vous êtes au courant. On dit que c'est fatiguant, que c'est abrutissant. Evidemment vous avez toute la journée la même cadence. " Il explique qu'en réaction à ces critiques, il va être décidé de varier cette cadence, en "l'accélérant au début du matin, et en diminuant après". Filmée en gros plan sur un fond obscur, le visage émacié et fatigué d'une ouvrière, qui explique : "Sur le tapis, tu ne peux avoir aucune initiative." L'interaction des tâches oblige les employées à respecter la cadence générale. "Une fille bloque l'autre, elles s'engueulent". On en revient à la séquence initiale des Temps modernes de Chaplin. (09:56)

Séquence : "1974 - Claude Massot - Au-delà du pont"

De nouveau le vacarme de l'atelier. Une femme dans une chaîne qui doit répéter le geste d'insérer des cartons dans une machine. Gros plan sur son visage qui a une expression de concentration douloureuse. Interrogé dans son bureau, un cadre explique que les tâches dévolues aux femmes sont en nombre réduit à cause de leur condition physique. "On s'est rendu compte que les travaux répétitifs, contrairement aux hommes, elles s'en accommodent beaucoup plus facilement, peut-être parce que ça leur donne plus de liberté d'esprit pour penser à leurs soucis familiaux, ménagers. Elles peuvent très bien discuter entre elles". Cut, retour au premier plan de la séquence, sur l'ouvrière insérant d'un geste vif et répété les cartons dans une machine, dans un bruit mécanique que ne peut surmonter aucune voix. (11:26)

Séquence : " 1961 - Jean-Pierre Charlier - L'avenir est à vous".

Une femme au clavier de commande d'une machine. "Les grosses machines me font peur et me fascinent. C'est merveilleux que des cerveaux aient pu sortir des machines aussi belles, c'est minutieux, c'est formidable." Gros plan sur son visage à l'expression songeuse, son regard est comme tourné vers ses pensées. "Mais d'un autre côté, il y a tout le sens humain qui s'en va. On a l'impression d'être une machine devant une autre machine. Il y a toute une conscience, une personnalité qui arrivera, petit à peti, à ne plus exister". Elle ajoute qu'elle a eu tout de suite conscience de cette évolution intérieure. Elle ne regarde toujours pas son interlocutrice qui lui pose des questions en off, mais le rien, alors qu'elle livre la réflexion qui l'habite.

Séquence "1974 - Actualités télévisées - Dans un puits à Merlebach"

Travelling sur des "gueules noires" montrées en gros plan, alors que c'est la pause repas. "C'est un métier qui est très très dur. Je n'insisterais jamais assez là-dessus." Les casques blancs qui coiffent la tête des ouvriers luisent dans l'obscurité d'un couloir où l'on distingue une horloge et le panneau "infirmerie". Plan de douches collectives, les voix parlent fort, les hommes se lavent mutuellement, l'eau ruisselle sur les muscles luisants." Un des ouvriers raconte, à l'invitation du journaliste, sa première descente. Son récit est illustré par les images noir et blanc d'une fiction. "C'était formidable, ahurissant. Tout ça dit entre guillemets, quoi." Gros plan d'un enfant casqué qui regarde devant lui, plein d'appréhension. Il ajoute que la situation est encore plus impressionnante aujourd'hui, avec l'évolution vers la mécanisation. Plans tournés aujourd'hui du charbon extrait qui est acheminé dans des conduits ou par des pelleteuses. "Ca s'est modernisé". " - A votre profit?" " - Je ne crois pas. Enfin... L'ouvrier est toujours poussé à la production." (14:22)

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors