Difference between revisions of "Des microbes sur ordonnance"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
Line 16: Line 16:
 
|Clé de tri=Des microbes sur ordonnance
 
|Clé de tri=Des microbes sur ordonnance
 
|Audience=Nationale
 
|Audience=Nationale
|État de la fiche=Soumise à validation
+
|État de la fiche=Validée
 
|Diffusion=Télévision
 
|Diffusion=Télévision
 
|Avertissements=Standard
 
|Avertissements=Standard

Revision as of 17:27, 1 May 2020

 

Des microbes sur ordonnance


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Des microbes sur ordonnance
Series Biotechnologies à notre service
Year of production 1995
Country of production France
Director(s)
Duration 13 minutes
Format Parlant - Couleur - 8 mm
Original language(s) French
Production companies CNDPLa Cinquième
Archive holder(s) INA

Main credits

(français)
« Une série de, Bernadette Cazin ; auteur, Véronique Kleiner ; voix : Christine Julien ; image, Jean-Lou Alexandre, Jacky Peschard ; son : Youri Korolkof, lumière : Yoska Turner, Alex Rizzo ; palette graphique, Lidia Bertrand ; documentation, Anne-Marie Puga ; montage, Véronique Lindenberg ; conformation, J.M. Debladis, François Stuck ; mixage, Christophe Baudin ; régie de production, Jean-Luc Le Foll ; producteur délégué, Roland Cros ; assistante de réalisation, Manuella Marques ; réalisation, Véronique Kleiner ; unité de programme : Jean-Baptiste de Panafieu ; images, Institut Pasteur, INRA extr. "Transgénèse", Les Films du Levant extr. "Au-delà du visible", Sanofi Lilly France, remerciements, AFD, Julien Pinotti, Ass. Grandir, Olivia de Graes, Mr Meier, Mr Dupont Institut Pasteur, Pr Charpentier CHU Kremlin-Bicêtre, Dr Zerbib scintigraphie, Roussel-Uclaf, Quidel France, Rhône-Poulenc Rohrer, Adebio, FF des biotechnologies, Lilly France, SFRS. © La Cinquième / CNDP 1995 »

Content

Theme

(français)
L'usage des biotechnologies dans le domaine de la santé.

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Ce documentaire est un reportage sur les applications et implications liées à l'usage des biotechnologies dans le domaine de la santé. Le processus de production des produits thérapeutiques comme les vaccins, les antibiotiques ou encore les hormones de croissances y est décrit. La production de ces produits thérapeutiques se fait aussi bien grâce à des bactéries, des plantes ou des animaux génétiquement modifiés. Le documentaire fait également une incursion dans les enjeux éthiques liés à l'utilisation de biotechnologies dans la santé (brevets sur le vivant, bénéficiaires et laissés pour compte de ces nouvelles technologies).

Context

(français)
Ce film a été produit en 1995 par trois instances publiques : le Centre National de Documentation Pédagogique (CNDP) - aujourd'hui le Réseau Canopé -, La Cinquième (aujourd’hui France 5) et l'Institut national de la recherche agronomique (INRA). Il fait partie d'une série dénommée "Biotechnologies à notre service".

La chaîne de télévision La Cinquième, entièrement consacrée à l’éducation, est créée en 1994, suite au rapport remis l’année précédente par deux sénateurs, Pierre Laffitte et René Trégouët, qui a fait état du retard pris par la France en matière d'éducation par rapport à d'autres pays comme les États-Unis. Bien que consacrée à l'éducation, cette chaîne ne dépend plus du Ministère de l'Education Nationale. Depuis les années 1980, les émissions du CNDP se veulent plus ancrées dans une logique éducative et rompent avec les émissions scolaires qui avaient connues un « âge d'or » dès 1954 (date de création de radio-télévision scolaire ou RTS). La Cinquième se place donc dans la continuité de ce double objectif : faire des émissions plus « télévisuelles » (c’est-à-dire plus attractives et moins austères) tout en gardant une composante pédagogique (à laquelle il est désormais préféré l’adjectif « culturelle »). Si la liberté du réalisateur semble aussi avoir été mise en avant, c’est La Cinquième qui a le dernier mot, sur le fond comme sur la forme.

Les années 1980 voient la naissance de firmes biotechnologiques spécialisées dans le domaine pharmaceutique, qui connaissent leur apogée dans les années 1990, de même que les biotechnologies en termes d'invention. Ainsi le Human Genome Project (HGP), programme international de séquençage du génome humain qui a démarré en octobre 1990, et qui a été rendu possible grâce à l’optimisation de techniques déjà existantes (électrophorèse, séquençage, clonage d'acides nucléiques). Ce projet a été fortement mis en avant pour les progrès qu'il pouvait réaliser dans la lutte contre les maladies génétiques, entre autres. Les biotechnologies et l'industrie biotechnologique sont donc devenues un vecteur important dans le domaine de la santé.

Toutefois, même dans un contexte où les bio-médicaments étaient devenu plus accessibles, les biotechnologies onr=t suscitées de plus en plus de polémiques. Dans son livre "L'évolution des opinions sur les biotechnologies dans l'Union européenne" (2003), Daniel Boy parle d'ailleurs de deux évènements majeurs qui auraient décrédibilisé encore les biotechnologies au milieu des années 1990 : « le conflit autour des plantes alimentaires génétiquement modifiées » et « les craintes nées de la naissance de Dolly, la brebis clonée ». A cela peut être ajouté les premiers scandales liés au brevetage de variétés végétales, tel que le cas du margousier (Azadirachta indica) sur lequel le géant de l’agrochimie, W.R Grace, avait déposé un brevet lié à une technique d'extraction d'une subsistance de cet arbre aux vertus curatives, l'azadirachtine, auprès de l'office européen des brevets, en 1994, alors que les scientifiques indiens utilisaient déjà cette « nouvelle technique » d'extraction de l'azadirachtine. Ce dépôt de brevet avait alors été perçu comme de la « biopiraterie » et une forte mobilisation d'une partie de la population indienne (dont la célèbre activiste Vandana Shiva) avait fait pression sur l'OEB pour qu'il refuse ce brevet. Bien que très performantes, les biotechnologies commencent donc à être l'objet de vives critiques (qui ne viennent plus seulement des scientifiques) à partir de ces années 1990.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : Yes.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : Yes. extraits de "Tansgénèse" (INRA) et "Au-delà du visible" (Les films du levant)

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
En comparaison avec un documentaire sur le même sujet mais datant des années 80 (voir la fiche de lecture sur « Le Génie génétique »), une plus grande diversité de points de vue est présentée: celui des acteurs (scientifiques et industriels), celui des bénéficiaires des biotechnologies (ici les personnes malades), celui des critiques (éthiques dans ce cas) et, en fin de vidéo, celui des laissés pour compte (ceux qui ne bénéficient pas de ce progrès). Ce documentaire a été produit (comme « Le Génie génétique ») par le CNDP (ici en partie seulement). Il peut donc être supposé que les conflits, les inquiétudes ou les contestations qui n'avaient que peu d'importances dans les années 1970 et 1980 ont fini par être pris au sérieux au point qu'on en fasse référence dans un documentaire à vocation pédagogique.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Comme dans le documentaire de la même série « Biotechnologies à notre service » (voir la fiche « Mangeons du lait »), le ton et les images employées expriment une certaine mise en valeur des innovations technologiques dans le domaine de la médecine et de la santé (voir même une magnificence en introduction). Le film se permet tout de même de conclure sur les points critiqués et objets de débats, à savoir une vision très mercantile de la santé et potentiellement génératrice d'injustices. A ce titre, il est révélateur de constater que le premier plan nous montre un adolescent vivant très probablement en France alors que le dernier plan nous montre des enfants dans un pays en voie de développement où l'accès au médicament est très probablement moins efficace.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Télévision

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Grand public.

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
Introduction : les microbes, ouvriers spécialisés au service de la biotechnologie

[00'00]

Gros plans en plongée. De l’insuline est extrait d’une cartouche à l’aide d’une seringue. L’aiguille de celle-ci est enfoncée dans un avant-bras gauche. La voix off souligne l’importance de la piqûre d’insuline quotidienne pour les diabétiques. Julien, qui vient d’exécuter ce geste, explique que cette hormone « passe ensuite dans les tissus ». Alternance de schémas animés et d’images microscopiques. La voix off précise qu’autrefois prélevée « sur du pancréas de porc », l’insuline est aujourd’hui produite par des microbes : c’est la biotechnologie. La musique s’accentue. Alternance de plans fixes, travellings verticaux, plans en contre-plongée et plan moyens, pris dans un laboratoire, un bureau de recherche et sur une chaine de conditionnement. « Des biologistes, des chimistes, des physiciens » luttent « soigner, découvrir de nouveaux procédés, mais aussi pour déposer les premiers un brevet, conquérir les marchés ». Bruit de pièces de monnaie.

[01'30]


Principes et pratique de la biotechnologie

[01'30]

Plan rapproché poitrine. Dans son bureau, Axel Kahn définit la biotechnologie comme la mise au travail de la vie « pour réaliser quelque chose, en l’occurrence des médicaments » et donne comme possibilité la fabrication micro-organique d’une substance thérapeutique ensuite purifiée.

Zoom avant sur une image microscopique du penicillium qui, précise la voix off, a été à la base de la pénicilline. Succession de plans fixes, en plongée et panoramique. La voix off explique que les bactéries prolifèrent dans un bouillon avant d’être réparties dans un fermenteur. Insert écran d’ordinateur. Brassées durant une semaine, elles y sécrètent leur antibiotique. Zoom arrière et zoom avant en plongée. Plan fixe de la centrifugeuse où elles sont séparées avant d’être conditionnée sous forme de poudre. Zoom arrière et plans moyens. Les opérateurs chargés de ce travail sont équipés de combinaisons.

Gros plan. Retour à Axel Kahn dans son bureau, qui explique que la biotechnologie permet de fabriquer une protéine : les anticorps. Insert image de synthèse. Ceux-ci sont « produits par des globules blancs tout à fait spécialisés ». Images microscopiques de « lymphocytes B » puis retour à l’image de synthèse où l’anticorps détecte un antigène. Gros plans. Une lame est placée sous l’objectif d’un microscope et une observation est effectuée Image microscopique. Les « cellules cancéreuses » apparaissent fluorescentes. Zoom arrière et autre gros plan. Les visages d’une technicienne de laboratoire et d’un petit garçon alité. : la science toujours au service de la médecine. Très gros plans. Du sang contenu dans des éprouvettes est aspiré dans des pipettes. Autres images microscopiques. Deux cellules cancéreuses se séparent. D’autres sont groupées avec des lymphocytes B pour former un « hybridome ». Plan moyen. Deux techniciens de laboratoire, vus de dos, observent sur ordinateur ce phénomène. Très gros plan. Le test de grossesse en est l’une des applications. Autre plan moyen. Un autre technicien de laboratoire observe des « formules sanguines » contenues dans des éprouvettes. Scintigraphies du corps humain : une tumeur est visible grâce au couplage anticorps monoclonaux – radioactivité.

Gros plan et zoom avant. Aidé de ses assistants, un chirurgien s’apprête a effectuer une greffe où, précise la voix off, les anticorps sont utilisé comme médicaments contre les « rejets aigus ».

Plan en plongée. Une boîte de Petri est ouverte et le liquide qu’elle contient est aspiré dans une pipette puis éjecté dans une éprouvette. Illustration du propos de la voix off sur la manipulation des organismes pour la production de « substances indispensables ».

Plan rapproché poitrine et plan moyen. Olivia, une fille d’âge scolaire, explique que son manque d’hormone de croissance » nécessite une piqûre vespérale quotidienne pour « être active dans la vie ». C’est l’un de ses parents qui s’en charge et elle-même ne sait pas d’où vient cette hormone.

[05’01]


Bactéries, gènes et protéïnes

[05’01]

Musique saccadée. Plan rapproché poitrine de trois quarts dos et plan fixe. Une technicienne de laboratoire contrôle visuellement les cartouches d’insuline qui passent devant elle. Retour au plan rapproché poitrine d’Axel Kahn dans son bureau, qui explique le mode de fabrication d’une « protéine humaine ».

Une séquence d’animation restitue en images ce processus. Musique douce, d’ambiance jazz. Zoom avant. Un technicien de laboratoire, vu de trois quarts dos, examine des « photos » de gènes, parties de chromosomes produisant des protéines. Retour à l’animation. Les molécules d’ADN sont sectionnées par les enzymes, représentées sur forme de « ciseaux chimiques », isolant ainsi le gène de la « protéine intéressante ». Plan en plongée. Un liquide est conditionné dans une capsule. Succession d’images et de photos au microscope. Elles illustrent le propos de la voix off sur bactéries, notamment l’escherichia coli, qui interviennent alors. Nouveau retour à l’animation. Les signaux présents aux extrémités du gène permettent son insertion au plasmide, son implantation dans la bactérie et la production de protéine. Plans en plongée. Un technicien de laboratoire prélève des bactéries dans une boîte de Pétri et les dépose dans une éprouvette.

Autres plans fixes. Celles-ci ainsi que des erlenmeyers sont remués sur des appareils spécifiques, ce qui permet la multiplication des cellules. Le procédé est transposé à une échelle industrielle et commerciale pour des protéines « dites recombinantes ». Plan moyen, plan fixe et plan panoramique. Un technicien de laboratoire contrôle le contenu de cuves. Un liquide est déposé dans des cartouches qui sont ensuite conditionnées sur une ligne de production.

Nouveau retour au plan rapproché poitrine d’Axel Kahn qui explique que ces médicaments ont été faits à partir de micro-organismes. Insert d’images de levures prises au microscope. Elles se multiplient à vue d’œil.

[07’39]


Les levures et protéines animales, base des médicaments humains

[07’39]

Autre plan rapproché poitrine et plan rapproché taille. Interview de Bernard Dujon, « Institut Pasteur, laboratoire de génétique moléculaire des levures » qui, assis à sa table de travail, indique que ces levures sont plus proches du monde animal, végétal ou humain que des bactéries. Il souligne ensuite l’intérêt de leur étude.

Plan fixe, plan rapproché taille et image prise au microscope. La voix off précise que les « cellules animales en culture » permettent d’obtenir des « substances plus complexes, plus efficaces chez l’homme ».

Autre plan rapproché taille. Assis dans son bureau, Pierre Tiollais de « l’unité de recombinaison et expression génétique » de l’Institut Pasteur explique que le vaccin précédemment utilisé était à base de sérum, Insert gros plan. Un enfant se fait vacciner. Il était très efficace mais aussi « très difficile à préparer ». Il devait donc être remplacé par le « génie génétique ».

Images de virus prises au microscope. L’isolation du gène à l’origine de la « coque » a permis de réaliser des « leurres » suscitant la production d’anticorps. Plan rapproché taille. Une injection est effectuée à un enfant africain dans les bras de sa mère. Plan américain et plan en plongée. Dans un laboratoire, une technicienne vêtue d’une combinaison de protection déplace un porte-flacons. Une autre technicienne examine des photos de gènes. La voix-off précise que les chercheurs prévoient de compléter les « vaccins recombinants » par « d’autres produits ».

Gros plan. Toujours assis dans son bureau, Axel Kahn indique que des médicaments peuvent être obtenus via des « lignées animales » d’origine bovine ou caprine. Plans d’ensemble, gros plan et plan fixe. Surveillées par un paysan, des vaches marchent sur une route. Des chèvres mangent dans une étable. Une vache est traite. Il indique que des plantes peuvent aussi être utilisées et que de très grandes quantités peuvent être obtenues à un très fable prix de revient. Plans larges, gros plans, plan en plongée, travelling vertical et plan rapproché taille. Des champs s’étendant à l’infini ; un champ de tournesol en pleine floraison ; des graines et des germes dans des boîtes de pétri ou des éprouvettes ; un technicien de laboratoire transporte des plants dans un pot. Zoom avant sur un champ de colza. Ainsi, conclut humoristiquement Axel Kahn, l’agriculteur de demain pourra dire qu’il a « un hectare de blé et un hectare d’insuline ».

[10'30]


Conclusion : la biotechnologie, progrès ou menace ?

[10'30]

La dernière séquence se concentre sur le volet éthique et du génie génétique, sujet à controverse. Plan rapproché en plongée et plan fixe. Un lapin est soumis à une expérimentation.

Plan moyen. Interview de Noëlle Lenoir, membre du Conseil constitutionnel et « présidente du Comité International de Bioéthique de l’UNESCO » qui définit le mot « bioétique ». Image d’une cellule au microscope. Gros plan. Des tomates-cerises « plus belles et plus résistantes », murissent à vue d’œil. Travelling latéral. Des lapins destinés à l’expérimentation sont enfermés dans des cages. Plan en plongée. Du sang est prélevé sur une souris. Noëlle Lenoir pose la question des risques « pour la santé de l’Homme ». Insert image de conditionnement de médicament. La voix off pose la question de leur « exploitation industrielle ». Noëlle Lenoir répond que « la rémunération des chercheurs » ne doit pas aboutir à la marchandisation du corps et des gènes humains. Insert plans moyen et plan en plongée dans un laboratoire. La voix- off se demande si « d’autres questions » ne sont pas soulevées. Noëlle Lenoir cite « l’éthique du partage » envers les nations ou classes défavorisées. Gros plan, plans moyens, plan général et travelling vertical. En Asie, des enfants reçoivent des soins ; des paysans travaillent dans les rizières ; un groupe d’enfant regarde la caméra. Arrêt sur image. La voix off conclut : « la biotechnologie ne nous montre-t-elle pas l’étendue de notre génie mais aussi ces déviances possibles ? »

[13'24]

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)
CNDP, 2014, Les coproductions avec La Cinquième (1994-2001), consulté le 04/01/2019, https://www.reseau-canope.fr/notice/les-coproductions-avec-la-cinquieme-1994-2001.html.

Gannett L.,2016, 'The Human Genome Project', The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta (ed.), consulté le 05/01/2019, https://plato.stanford.edu/archives/sum2016/entries/human-genome/.

Initiation au vocabulaire de l’analyse filmique d’après un cours de Laurence Moinereau (http://upopi.ciclic.fr/vocabulaire/#s1-1)

Trémel L. (dir), 2014, 'UNE HISTOIRE DE LA TÉLÉVISION À L’ÉCOLE', 50 ans de pédagogie par les petits écrans, 63 -66, consulté le 04/01/2019, https://www.reseau-canope.fr/fileadmin/user_upload/Actualites/pdf/50ANS-PEDAGOGIE.pdf.

Rifkin J., 1998, « Breveter la vie », Le Siècle biotech : Le commerce des gènes dans le meilleur des mondes, Paris, La Découverte, p.63-99, (The Biotech Century: Harnessing the Gene and Remaking the World , New-York, TarcherPerigee, traduit de l’anglais (USA) par Bories A., Saint-Upéry M.).

Zilberstein G.,1995, En savoir plus sur La Cinquième, les enjeux d'une chaîne éducative", Nevers, La Cinquième.


Contributors

  • Record written by : Maxime Madouas, Emmanuel Nuss