Difference between revisions of "Chantal Akerman à propos du film "Jeanne Dielman""

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
Line 44: Line 44:
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte='''Chantal Akerman'''
 +
Chantal Akerman est une cinéaste belge qui s’est fait une place parmi les grands du cinéma à 25 ans, en 1975, avec la présentation à la Quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes de son troisième long métrage (de 3h13) Jeanne Dielmann, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles.
 +
Déjà dans ses premières réalisations (La Chambre, 1972 – Hôtel Monterey, 1972), elle a trouvé sa façon de s’exprimer à travers certains thèmes récurrents : femme et sexualité, espaces et déplacements, temporalité.
 +
Au-delà de ce qu’elle raconte et apporte au travers de ses réalisations, Chantal Akerman a aussi permis à beaucoup de femmes d’accéder à des postes cinématographiques techniques majoritairement occupés par des hommes : éclairage, prise de son…
 +
 +
Sur ''Jeanne Dielmann', 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles'
 +
L’idée du film ‘''Jeanne Dielmann, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles''’ lui est venue en une nuit, elle confie dans une interview que l’écriture ne lui a pris que deux semaines, avec tous les détails, à la façon d’un Nouveau Roman. Tout  a été ritualisé : la temporalité du film apporte une sorte de paix. Chantal Akerman a choisi Delphine Seyrig pour jouer le rôle de Jeanne parce qu’elle voulait une actrice qui n’a pas été montrée faisant les gestes usuels du ménage.
 +
Lors de le projection au festival de Cannes, « les gens se levaient pour sortir de la salle, témoigne Chantal Akerman. Ils ne supportaient pas le film. Marguerite Duras s’est levée et a dit « cette femme est folle... ».  Et pourtant le lendemain Chantal Akerman a été contactée plus de 50 fois pour diffuser le film en festival. (Interview mise en ligne sur YouTube par la chaîne criterioncollection le 6 oct. 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=8pSNOEYSIlg).
 +
 +
'''Delphine Seyrig'''
 +
Delphine Seyrig produit et réalise en 1976 le film documentaire Sois belle et tais toi, la même année qu’est diffusé le film Jeanne Dielmann…. Dans ce documentaire, qui ne sortira en salles que 10 ans plus tard, elle interview 24 actrices sur leurs expériences professionnelles dans le monde du cinéma en tant que femmes. En 1976, les femmes sont malheureusement beaucoup confrontées à un monde dans lequel les figures décisionnelles sont masculines. On leur propose bien souvent d’interpréter des rôles stéréotypés, basés plus sur leur apparence extérieure et leur capacité à vendre le film.
 +
Voici les noms des femmes et actrices interviewées dans de documentaire :
 +
Jenny Agutter / Juliet Berto (raconte avoir toujours regretté de ne pas être un garçon, de na pas avoir cette liberté de sorties, sans se faire potentiellement agresser ou insulter...) / Ellen Burstyn / Candy Clark / Jill Clayburgh / Patti D’Arbanville / Marie Dubois / Louise Fletcher / Jane Fonda (revient  sur les transformations physiques qu’on lui a demandé de faire : maquillage, couleur de cheveux, modifications du nez, de la poitrine…) / Rose de Gregorio / Lucie Guilbeault / Shirley MacLaine / Mallory Millet-Jones / Mady Norman / Millie Perkins / Rita Renoir / Telias Salvi / Maria Schneider (« Les producteurs sont des hommes, les techniciens sont des hommes, les metteurs en scène sont pour la plupart des hommes […] les agents c’est des hommes, des riches qui te donnent un script, qui te conseillent, qui t’orientent sont des hommes. Et j’ai l’impression qu’ils ont des sujets pour les hommes. ») / Barbara Steele / Susan Tyrell / Viva / Anne Wiazemski / Cindy Williams.
 +
Delphine Seyrig prend part aux mouvements féministes d’après Mai 68. En 1982, elle créée avec Joana Wieder et Carole Roussopoulos  le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.
 
}}
 
}}
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige

Revision as of 17:40, 3 December 2019

 

Chantal Akerman à propos du film "Jeanne Dielman"


Pour voir ce film veuillez vous connecter.

Title Chantal Akerman à propos du film "Jeanne Dielman"
Series Clap
Year of production
Country of production France
Director(s) Guy Seligmann
Duration minutes
Length 7 metres
Format Parlant - Couleur -
Original language(s) French
Production companies Antenne 2
Archive holder(s) INA
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
Réalisateur : Guy Seligmann - Présentateur : Pierre Bouteiller -* Participantes : Chantal Akerman, Delphine Seyrig

Content

Theme

(français)
Chantal Akerman et Delphine Seyrig, respectivement la réalisatrice et l'actrice principale, sont interviewées sur le film « Jeanne Dielman, 23, Quai du commerce, 1080 Bruxelles » à l’occasion de sa sortie en salles de cinéma.

Main genre

Émission de plateau

Synopsis

(français)
Chantal Akerman et Delphine Seyrig évoquent le film "Jeanne Dielman, 23 ; quai du commerce, 1080 Bruxelles". Selon la réalisatrice, Chantal Akerman, elle fait avec ce film "de l'art avec une femme qui fait la vaisselle". Delphine Seyrig en est l’interprète principale. Elle défend l'idée que c'est la première fois qu'un film traite de la vie d'une femme au foyer. (Source Ina)

Context

(français)
Chantal Akerman

Chantal Akerman est une cinéaste belge qui s’est fait une place parmi les grands du cinéma à 25 ans, en 1975, avec la présentation à la Quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes de son troisième long métrage (de 3h13) Jeanne Dielmann, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles. Déjà dans ses premières réalisations (La Chambre, 1972 – Hôtel Monterey, 1972), elle a trouvé sa façon de s’exprimer à travers certains thèmes récurrents : femme et sexualité, espaces et déplacements, temporalité. Au-delà de ce qu’elle raconte et apporte au travers de ses réalisations, Chantal Akerman a aussi permis à beaucoup de femmes d’accéder à des postes cinématographiques techniques majoritairement occupés par des hommes : éclairage, prise de son…

Sur Jeanne Dielmann', 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles' L’idée du film ‘Jeanne Dielmann, 23 quai du commerce, 1080 Bruxelles’ lui est venue en une nuit, elle confie dans une interview que l’écriture ne lui a pris que deux semaines, avec tous les détails, à la façon d’un Nouveau Roman. Tout a été ritualisé : la temporalité du film apporte une sorte de paix. Chantal Akerman a choisi Delphine Seyrig pour jouer le rôle de Jeanne parce qu’elle voulait une actrice qui n’a pas été montrée faisant les gestes usuels du ménage. Lors de le projection au festival de Cannes, « les gens se levaient pour sortir de la salle, témoigne Chantal Akerman. Ils ne supportaient pas le film. Marguerite Duras s’est levée et a dit « cette femme est folle... ». Et pourtant le lendemain Chantal Akerman a été contactée plus de 50 fois pour diffuser le film en festival. (Interview mise en ligne sur YouTube par la chaîne criterioncollection le 6 oct. 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=8pSNOEYSIlg).

Delphine Seyrig Delphine Seyrig produit et réalise en 1976 le film documentaire Sois belle et tais toi, la même année qu’est diffusé le film Jeanne Dielmann…. Dans ce documentaire, qui ne sortira en salles que 10 ans plus tard, elle interview 24 actrices sur leurs expériences professionnelles dans le monde du cinéma en tant que femmes. En 1976, les femmes sont malheureusement beaucoup confrontées à un monde dans lequel les figures décisionnelles sont masculines. On leur propose bien souvent d’interpréter des rôles stéréotypés, basés plus sur leur apparence extérieure et leur capacité à vendre le film. Voici les noms des femmes et actrices interviewées dans de documentaire : Jenny Agutter / Juliet Berto (raconte avoir toujours regretté de ne pas être un garçon, de na pas avoir cette liberté de sorties, sans se faire potentiellement agresser ou insulter...) / Ellen Burstyn / Candy Clark / Jill Clayburgh / Patti D’Arbanville / Marie Dubois / Louise Fletcher / Jane Fonda (revient sur les transformations physiques qu’on lui a demandé de faire : maquillage, couleur de cheveux, modifications du nez, de la poitrine…) / Rose de Gregorio / Lucie Guilbeault / Shirley MacLaine / Mallory Millet-Jones / Mady Norman / Millie Perkins / Rita Renoir / Telias Salvi / Maria Schneider (« Les producteurs sont des hommes, les techniciens sont des hommes, les metteurs en scène sont pour la plupart des hommes […] les agents c’est des hommes, des riches qui te donnent un script, qui te conseillent, qui t’orientent sont des hommes. Et j’ai l’impression qu’ils ont des sujets pour les hommes. ») / Barbara Steele / Susan Tyrell / Viva / Anne Wiazemski / Cindy Williams.

Delphine Seyrig prend part aux mouvements féministes d’après Mai 68. En 1982, elle créée avec Joana Wieder et Carole Roussopoulos le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : No.
  • Set footage  : Yes.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : No.
  • Host  : Yes.
  • Voice-over  : No.
  • Interview  : Yes.
  • Music and sound effects : No.
  • Images featured in other films : Yes. Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)

How are health and medicine portrayed?

(français)

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Le film est sorti en salles de cinéma le 21 janvier 1976.

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
télévisuel

Local, national, or international audience

National

Description

(français)

Supplementary notes

(français)
N° de notice Ina : I00016221

Mots clefs : cinéma ; film (Jeanne Dielman , 23 quai du commerce Bruxelles) ; féminisme

Emission de diffusion (Source Ina) : Clap

References and external documents

(français)
- Quelques extraits du film "Jeanne Dielman, 23, Quai du commerce, 1080 Bruxelles"


Contributors

  • Record written by : Caroline Sala