British Medical Association

From Medfilm
Revision as of 10:05, 25 February 2021 by Elisabeth.fuchs (Talk | contribs) (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search


Address
Tavistock Square, Bloomsbury
WC1H 9JP London
Site : www.bma.org.uk


British Medical Association (français)

La Provincial Medical and Surgical Association est fondée en juillet 1832 à Worcester (Grande-Bretagne). Ce collectif de médecins établi en pleine épidémie de choléra a pour objectif premier la diffusion du savoir scientifique et médical. Toutefois, après avoir changé le nom de leur organisation et adopté celui de British Medical Association, ses leaders s'engagent rapidement dans la "politique médicale" en représentant le point de vue de la profession sur les services de santé et les politiques publiques face aux gouvernements successifs. De ce fait, la BMA se trouve souvent tiraillée entre d'une part les obligations qui incombent aux professionnels de santé concernant leurs patients en général et les pauvres en particulier et d'autre part les intérêts financiers des médecins.
Pendant tout le XIXe siècle et le début du XXe, la BMA continue à se développer. Elle joue un rôle clé dans la mise en place du Medical Act de 1858 qui fixe pour la première fois le cadre légal de l'exercice de la médecine en Grande-Bretagne. Dans les années 1920, l'association établit son quarter général à Tavistock Square à Londres. Elle fait autorité au sein de la profession médicale et considère que sa mission est "d'améliorer le niveau de santé publique et personnelle", essentiellement grâce à l'extension de l'assurance médicale mise en place par le National Insurance Act de 1911.
Lorsque la BMA célèbre son centenaire en 1932, elle compte 100 branches, 250 divisions et environ 35 000 membres. À cette époque, la BMA prend conscience de la nécessité d'améliorer la couverture médicale de la population et propose un general medical service for the nation.
L'historien John Stewart remarque que dans les années 1930, la majeure partie des membres de la BMA sont des médecins généralistes. La plupart d'entre eux exercent seuls dans un cabinet privé qu'ils ont racheté à un confrère. Ils attachent beaucoup de prix à leur indépendance. Dans les années 1940, cela se traduit par l'opposition farouche exprimée par la BMA devant la perspective d'un service médical salarié dirigé par des autorités locales comme le préconisent le parti travailliste et l'organisation de médecins qui lui est affiliée, la Socialist Medical Association.
Cette différence d'opinion devient cruciale après la victoire électorale écrasante des travaillistes en juillet 1945 (Clement Attlee succède à Winston Churchill comme Premier ministre). Le nouveau gouvernement est déterminé à mettre en place un Service de santé national alors que la BMA s'oppose à ce que les médecins deviennent des employés directs de l'État avec un salaire fixe. Le débat public entre la BMA et le minstre de la Santé, Aneurin Bevan, est particulièrement violent. Des communiqués de presse et des caricatures parus dans les journaux comparent Bevan à Hitler et qualifient son projet de "premier pas vers le national-socialisme" (I have examined the Bill and it looks to me uncommonly like the first step, and a big one to national socialism as practised in Germany, 1946, citation d'un ancien président de la BMA). Finalement, A. Bevan est obligé d'accepter un compromis qui conduit à la mise en place du système de capitation (au lieu de toucher un salaire fixe, les médecins sont rémunérés en partie en fonction du nombre de patients enregistrés chez eux). Dans cette confrontation, les stratégies de la BMA s'apparentent de plus en plus à celles d'un syndicat bien que l'association ait refusé de se constituer en syndicat en 1914.
Dans les années qui suivent la création du National Health Service (1948), la BMA tente de retrouver sa fonction antérieure qui consistait à diffuser des connaissances médicales et à influencer les politiques publiques par des actions de lobbying. Dans le même temps, différentes mesures de subventionnement permettent d'assurer la stabilité des revenus des médecins.
À partir du milieu des années 1960, la BMA attire l'attention du public sur une rémunération des médecins jugée insuffisante. Cette situation forcerait de nombreux praticiens à s'expatrier. Des négociations salariales ont lieu en 1966.
En 1971, la BMA se constitue en syndicat. Ses membres se mettent en grève pour la première fois en 1975 pour assurer aux jeunes médecins le paiement de leurs heures supplémentaires. En 1982, la BMA accorde un soutien prudent à d'autres professionnels de santé en grève (infirmiers et autres).
Au cours des deux décennies suivantes, la BMA continue à s'opposer aux gouvernements travaillistes et conservateurs successifs sur les questions de financement, de privatisation et de réforme du système de santé.
À la fin des années 2010, la BMA compte plus de 150 000 membres répartis en sept branches d'activités ː spécialistes, médecins généralistes, médecins en fin de formation, universitaires, étudiants, médecins de santé publique, personnel non-consultant. Elle continue à essayer de concilier la représentation des intérêts collectifs des médecins et la promotion du point de vue des médecins sur les questions médicales.

Sources ː People's History NHS-The British Medical Association
A General Medical Service for the Nation
General Medical Service for the Nation

External links


British Medical Association on MedFilm

Films commissioned by British Medical Association