Difference between revisions of "Bas 1:La tuberculose cutanée et ses traitements actuels"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
m (Enregistré en utilisant le bouton "Sauvegarder et continuer" du formulaire)
(10 intermediate revisions by the same user not shown)
Line 11: Line 11:
 
|Sous-titrage et transcription=Non
 
|Sous-titrage et transcription=Non
 
|Archives détentrices=Image'Est;
 
|Archives détentrices=Image'Est;
 +
|Genre dominant=Documentaire
 
|Administration de la notice=Pierre Marcant;
 
|Administration de la notice=Pierre Marcant;
 
|Durée=26
 
|Durée=26
 
|Clé de tri=Tuberculose cutanée et ses traitements actuels
 
|Clé de tri=Tuberculose cutanée et ses traitements actuels
|Audience locale, nationale, internationale ?=Inconnue
+
|Audience locale, nationale, internationale ?=Nationale
 
|État de la fiche=Ébauche
 
|État de la fiche=Ébauche
 
|Avertissements=Standard
 
|Avertissements=Standard
|Images de reportage=Non
+
|Images de reportage=Oui
 
|Images en plateau=Non
 
|Images en plateau=Non
 
|Images d'archives=Non
 
|Images d'archives=Non
|Séquences d'animation=Non
+
|Séquences d'animation=Oui
|Cartons=Non
+
|Cartons=Oui
 
|Animateur=Non
 
|Animateur=Non
|Voix off=Non
+
|Voix off=Oui
 
|Interview=Non
 
|Interview=Non
|Musique et bruitages=Non
+
|Musique et bruitages=Oui
 
|Images communes avec d'autres films=Non
 
|Images communes avec d'autres films=Non
 
|Sujet={{HT_Sujet
 
|Sujet={{HT_Sujet
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=La tuberculose cutanée et ses traitements.
 
}}
 
}}
 
|Générique principal={{HT_Gén
 
|Générique principal={{HT_Gén
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=les films Art et Science presentent<br />
 +
LA TUBERCULOSE CUTANÉE ET SES TRAITEMENTS ACTUELS<br />
 +
par le Professeur Claude HURIEZ<br />
 +
de la Faculté de Médecine LILLE<br />
 +
et le Docteur Robert DUMONT<br />
 +
Presentation de 65 malades par les Equipes cliniques et biologiques<br />
 +
de la clinique DERMATOLOGIQUE de la Faculté de Médecine de LILLE<br />
 +
Enregistrement Magnethafilm et Tirage Color Film Seize des STUDIOS AUSTERLITZ<br />
 +
Realisation<br />
 +
Eric DUVIVIER<br />
 +
<br />
 +
LA TUBERCULOSE CUTANÉE
 
}}
 
}}
 
|Résumé={{HT_Rés
 
|Résumé={{HT_Rés
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=Ce court métrage dresse un panorama complet, clinique et thérapeutique, sur les tuberculoses cutanées. Claude Huriez incorpore des animations schématiques sur les modalités de dissémination de la maladie et sur quelques données épidémiologiques. La description séméiologique des lésions y est très rigoureuse, faisant appel à la vitropression ou encore au grattage à la « curette ». Les malades sont filmés à visage découvert, laissant apparaître les séquelles parfois importantes dont est responsable cette maladie. Enfin, le traitement y est discuté, à la fois l’antibiothérapie (notamment la streptomycine et le PAS) mais également les cures de vitaminothérapie D, avec aspect évolutif des lésions.
 
}}
 
}}
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Contexte={{HT_Cont
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=Le film se déroule dans la région du Nord, caractérisée après-guerre par la rigueur de son climat, ses industries et ses mines, ainsi que par la pauvreté de sa population, visible au travers de séquences tournées dans la vie quotidienne de ces « gueules noires ». Cette région est la plus phtisiogène de France après-guerre. Les tuberculoses cutanées y sont donc particulièrement fréquentes à l’époque, alors qu’elles ont pratiquement disparu à l’heure actuelle. Claude Huriez (1907 – 1984) est Professeur du service de Dermatologie de Lille à partir de 1943. Innovateur dans les nouvelles technologies, il va très vite s’investir dans l’enseignement des étudiants au travers d’outils modernes comme l’auxanoscopie (ancêtre de la télévision) ou encore les films pédagogiques. De sa collaboration avec Eric Duvivier naîtra le premier d’entre eux sur Les tuberculoses cutanées et leur traitement, où transparaît son sens clinique et son avant-gardisme en matière thérapeutique.
 
}}
 
}}
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Direction regard spectateur={{HT_Dirige
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=Après quelques séquences d’animations schématiques, le court-métrage montre des scènes de vie quotidienne. Certaines sont filmées en hauteur, par survol en avion, quand d’autres sont issues de présence sur le terrain, n’hésitant pas à effectuer quelques gros plans sur les visages emblématiques de la population du Nord. Dans une troisième séquence, ce sont les malades qui sont filmés, assis devant un fond noir, le cadrage se limitant le plus souvent à leur visage. Une attitude neutre leur est demandée pendant que le Professeur Claude Huriez effectue les gestes nécessaires au diagnostic (curette, vitropression, stylet cutané). On aperçoit pour certains d’entre eux la main professorale posée sur leur tête, les obligeant à accomplir un mouvement de rotation, de sorte que l’ensemble des lésions soient parfaitement bien orientées et visibles pour le public. Enfin, les lésions évolutives sous traitement sont représentées au moyen de photographies antérieures au tournage, avec une stricte conformité dans la localisation et le cadrage.
 
}}
 
}}
 
|Présentation médecine={{HT_Prés
 
|Présentation médecine={{HT_Prés
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=Par la diversité des lésions et les séquelles inesthétiques qui en découlent, on comprend la place de cette maladie, et de façon plus globale de la dermatologie dans la médecine du milieu du XXème siècle. La médecine de l’époque, avec des thérapeutiques limitées, faisait face à de nombreux challenges qu’ont permis de surmonter notamment les antibiotiques, entraînant la quasi-disparition de cette forme de tuberculose. En outre, ce court-métrage donne un bref aperçu de la médecine d’antan, toute-puissante, où le Professeur possédait une emprise totale sur la position du malade, sur son attitude et sur son traitement.
 
}}
 
}}
 
|Lieu projection={{HT_Proj
 
|Lieu projection={{HT_Proj
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=Le film était destiné à l’enseignement des étudiants en médecine des différentes facultés de France, particulièrement celle de Lille. Il a également été diffusé au cours de congrès nationaux de dermatologie.
 
}}
 
}}
 
|Communications et événements associés au film={{HT_Com
 
|Communications et événements associés au film={{HT_Com
Line 53: Line 72:
 
|Public={{HT_Pub
 
|Public={{HT_Pub
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte=Étudiants en médecine, médecins.
 
}}
 
}}
 
|Descriptif libre={{HT_Desc
 
|Descriptif libre={{HT_Desc
 
|Langue=fr
 
|Langue=fr
 +
|Texte='''Générique''' (01:24)<br />
 +
'''Les pénétrations du bacille de Koch''' : <br />
 +
Animations schématiques sur l’origine du bacille de Koch, endogène ou exogène, et les modalités de dissémination, y compris lymphatique et sanguine menant à l’apparition des tuberculoses cutanées comme les scrofulodermes et le lupus. (3:54)<br />
 +
'''Les facteurs de la tuberculose dans le Nord''' :<br />
 +
La relative fréquence des tuberculoses cutanées dans la région du Nord est expliquée par la rigueur de son climat, l’importance des industries et par la présence des exploitations minières avec à l’appui des images tournées au sein de la population locale. (8:31)<br />
 +
'''Nos statistiques sur 230 tuberculoses cutanées''' : <br />
 +
Il y est fait mention des différents types de tuberculoses cutanées, à savoir : verruqueuses (mineurs, agriculteurs), gommeuses (nord-africains), ulcéreuses, végétantes et enfin lupiques (la plus fréquente). Des données épidémiologiques sur le sexe et l’âge des sujets atteints sont également fournies. (9:56)<br />
 +
'''Le lupus''' :<br />
 +
Après quelques photographies montrant le caractère extrêmement mutilant de certains lupus, on y voit des malades filmés pendant l’examen du dermatologue, illustrant le caractère lupoïde à la vitropression et la mollesse des lésions dans lesquelles le stylet cutané s’y introduit facilement. Une description séméiologique rigoureuse y fait suite, comprenant les modalités évolutives, comme les séquelles atrophiques et les dégénérescences carcinomateuses. Enfin, on y voit l’évolution des lésions sous traitement, comme l’antibiothérapie (streptomycine, PAS) et la vitamine D, sur les différents types de tuberculoses cutanées. (26:10)
 
}}
 
}}
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes

Revision as of 13:20, 12 July 2019

 

La tuberculose cutanée et ses traitements actuels


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title La tuberculose cutanée et ses traitements actuels
Year of production 1951
Country of production France
Director(s) Éric Duvivier
Scientific advisor(s) Professeur Claude Huriez
Duration 26 minutes
Format Parlant - Couleur - 16 mm
Original language(s) French
Archive holder(s) Image'Est
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
les films Art et Science presentent

LA TUBERCULOSE CUTANÉE ET SES TRAITEMENTS ACTUELS
par le Professeur Claude HURIEZ
de la Faculté de Médecine LILLE
et le Docteur Robert DUMONT
Presentation de 65 malades par les Equipes cliniques et biologiques
de la clinique DERMATOLOGIQUE de la Faculté de Médecine de LILLE
Enregistrement Magnethafilm et Tirage Color Film Seize des STUDIOS AUSTERLITZ
Realisation
Eric DUVIVIER

LA TUBERCULOSE CUTANÉE

Content

Theme

(français)
La tuberculose cutanée et ses traitements.

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Ce court métrage dresse un panorama complet, clinique et thérapeutique, sur les tuberculoses cutanées. Claude Huriez incorpore des animations schématiques sur les modalités de dissémination de la maladie et sur quelques données épidémiologiques. La description séméiologique des lésions y est très rigoureuse, faisant appel à la vitropression ou encore au grattage à la « curette ». Les malades sont filmés à visage découvert, laissant apparaître les séquelles parfois importantes dont est responsable cette maladie. Enfin, le traitement y est discuté, à la fois l’antibiothérapie (notamment la streptomycine et le PAS) mais également les cures de vitaminothérapie D, avec aspect évolutif des lésions.

Context

(français)
Le film se déroule dans la région du Nord, caractérisée après-guerre par la rigueur de son climat, ses industries et ses mines, ainsi que par la pauvreté de sa population, visible au travers de séquences tournées dans la vie quotidienne de ces « gueules noires ». Cette région est la plus phtisiogène de France après-guerre. Les tuberculoses cutanées y sont donc particulièrement fréquentes à l’époque, alors qu’elles ont pratiquement disparu à l’heure actuelle. Claude Huriez (1907 – 1984) est Professeur du service de Dermatologie de Lille à partir de 1943. Innovateur dans les nouvelles technologies, il va très vite s’investir dans l’enseignement des étudiants au travers d’outils modernes comme l’auxanoscopie (ancêtre de la télévision) ou encore les films pédagogiques. De sa collaboration avec Eric Duvivier naîtra le premier d’entre eux sur Les tuberculoses cutanées et leur traitement, où transparaît son sens clinique et son avant-gardisme en matière thérapeutique.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : No.
  • Animated sequences  : Yes.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : No.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
Après quelques séquences d’animations schématiques, le court-métrage montre des scènes de vie quotidienne. Certaines sont filmées en hauteur, par survol en avion, quand d’autres sont issues de présence sur le terrain, n’hésitant pas à effectuer quelques gros plans sur les visages emblématiques de la population du Nord. Dans une troisième séquence, ce sont les malades qui sont filmés, assis devant un fond noir, le cadrage se limitant le plus souvent à leur visage. Une attitude neutre leur est demandée pendant que le Professeur Claude Huriez effectue les gestes nécessaires au diagnostic (curette, vitropression, stylet cutané). On aperçoit pour certains d’entre eux la main professorale posée sur leur tête, les obligeant à accomplir un mouvement de rotation, de sorte que l’ensemble des lésions soient parfaitement bien orientées et visibles pour le public. Enfin, les lésions évolutives sous traitement sont représentées au moyen de photographies antérieures au tournage, avec une stricte conformité dans la localisation et le cadrage.

How are health and medicine portrayed?

(français)
Par la diversité des lésions et les séquelles inesthétiques qui en découlent, on comprend la place de cette maladie, et de façon plus globale de la dermatologie dans la médecine du milieu du XXème siècle. La médecine de l’époque, avec des thérapeutiques limitées, faisait face à de nombreux challenges qu’ont permis de surmonter notamment les antibiotiques, entraînant la quasi-disparition de cette forme de tuberculose. En outre, ce court-métrage donne un bref aperçu de la médecine d’antan, toute-puissante, où le Professeur possédait une emprise totale sur la position du malade, sur son attitude et sur son traitement.

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Le film était destiné à l’enseignement des étudiants en médecine des différentes facultés de France, particulièrement celle de Lille. Il a également été diffusé au cours de congrès nationaux de dermatologie.

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Étudiants en médecine, médecins.

Local, national, or international audience

Description

(français)
Générique (01:24)

Les pénétrations du bacille de Koch :
Animations schématiques sur l’origine du bacille de Koch, endogène ou exogène, et les modalités de dissémination, y compris lymphatique et sanguine menant à l’apparition des tuberculoses cutanées comme les scrofulodermes et le lupus. (3:54)
Les facteurs de la tuberculose dans le Nord :
La relative fréquence des tuberculoses cutanées dans la région du Nord est expliquée par la rigueur de son climat, l’importance des industries et par la présence des exploitations minières avec à l’appui des images tournées au sein de la population locale. (8:31)
Nos statistiques sur 230 tuberculoses cutanées :
Il y est fait mention des différents types de tuberculoses cutanées, à savoir : verruqueuses (mineurs, agriculteurs), gommeuses (nord-africains), ulcéreuses, végétantes et enfin lupiques (la plus fréquente). Des données épidémiologiques sur le sexe et l’âge des sujets atteints sont également fournies. (9:56)
Le lupus :

Après quelques photographies montrant le caractère extrêmement mutilant de certains lupus, on y voit des malades filmés pendant l’examen du dermatologue, illustrant le caractère lupoïde à la vitropression et la mollesse des lésions dans lesquelles le stylet cutané s’y introduit facilement. Une description séméiologique rigoureuse y fait suite, comprenant les modalités évolutives, comme les séquelles atrophiques et les dégénérescences carcinomateuses. Enfin, on y voit l’évolution des lésions sous traitement, comme l’antibiothérapie (streptomycine, PAS) et la vitamine D, sur les différents types de tuberculoses cutanées. (26:10)

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors

  • Record written by : Pierre Marcant