Difference between revisions of "Bas:Les ouvriers"

From Medfilm
Jump to: navigation, search
Line 79: Line 79:
 
|Texte=Sur des vues d'archives de travail en usine (haut fourneaux, ateliers, trains d'usines), commentaire : "Le montage que vous allez voir essaie de rendre compte de la manière dont la télévision a présenté les ouvriers pendant ces vingt dernières années. Pour le réaliser, nous avons visionné pendant des jours et de jours le plus grand nombre d'émissions réalisées depuis 1959. Cette longue et patiente recherche a parfois été décevante. Comme le sable glisse entre les doigts des mains, il ne nous a pas été possible de retenir beaucoup d'images significatives dans l'actualité télévisée. Par contre, quand la télévision a laissé la parole au peuple, alors un visage, ou une expression, ou une simple phrase, expriment la vérité de la condition ouvrière. Un ouvrier n'est pas seulement celui qui travaille de ses mains, il est un homme dans sa totalité. Le temps qu'il passe à l'atelier, au chantier, au bureau, à l'usine n'est qu'une partie de sa vie. Un ouvrier a une famille, sa vie sociale, ses loisirs, et comme les autres hommes il essaie de participer à la culture. C'est cette totalité de la vie ouvrière que l'équipe qui a réalisé ce montage essaie de montrer en se servant de documents qu'elle n'a pas elle-même réalisés. Elle a conscience des manques de son regard : comment résumer à l'image la condition ouvrière en une heure? Notre but serait cependant atteint si ce montage conduisait les téléspectateurs à se poser des questions sur ce milieu des ouvriers, souvent ignoré".  
 
|Texte=Sur des vues d'archives de travail en usine (haut fourneaux, ateliers, trains d'usines), commentaire : "Le montage que vous allez voir essaie de rendre compte de la manière dont la télévision a présenté les ouvriers pendant ces vingt dernières années. Pour le réaliser, nous avons visionné pendant des jours et de jours le plus grand nombre d'émissions réalisées depuis 1959. Cette longue et patiente recherche a parfois été décevante. Comme le sable glisse entre les doigts des mains, il ne nous a pas été possible de retenir beaucoup d'images significatives dans l'actualité télévisée. Par contre, quand la télévision a laissé la parole au peuple, alors un visage, ou une expression, ou une simple phrase, expriment la vérité de la condition ouvrière. Un ouvrier n'est pas seulement celui qui travaille de ses mains, il est un homme dans sa totalité. Le temps qu'il passe à l'atelier, au chantier, au bureau, à l'usine n'est qu'une partie de sa vie. Un ouvrier a une famille, sa vie sociale, ses loisirs, et comme les autres hommes il essaie de participer à la culture. C'est cette totalité de la vie ouvrière que l'équipe qui a réalisé ce montage essaie de montrer en se servant de documents qu'elle n'a pas elle-même réalisés. Elle a conscience des manques de son regard : comment résumer à l'image la condition ouvrière en une heure? Notre but serait cependant atteint si ce montage conduisait les téléspectateurs à se poser des questions sur ce milieu des ouvriers, souvent ignoré".  
  
"1er chapitre : une machine face à une machine"
+
'''"1er chapitre : une machine face à une machine"'''
  
Scène des temps modernes de Chaplin. Charlot à la chaîne se dispute avec son collègue, rapide bagarre qu'ils doivnet écourter pour tenir la cadence des boulonnages. Une voix : "atelier Vingt, encore plus vite", un homme devant un tableau de bord exécute la commande. Charlot laisse un autre ouvrier le relever mais il continue son geste de boulonnage dans le vide. Il passe à la pointeuse, raccord avec le même geste par un ouvrier dans une image d'archive : la fiction burlesque s'appuie sur la réalité. Intertitre : "1970 - actualités télévisées, l'homme et l'usine". Un homme avance dans les locaux de l'usine, commentaire : "les conditions de travail, qu'est-ce que c'est ? Ce sont les rythmes, les cadences, mais aussi les gestes toujours les mêmes." Allusion à une rencontre de chefs d'entreprise qui se tient à Marseille. La pénombre des locaux est traversée par une lueur rougeoyante qui rappelle les brasiers des haut-fourneaux. Filmé en gros plan, un homme parle. Quand la caméra le desserre, on voit qu'il est à la pause repas, avec d'autres ouvriers : "Quand je rentre dans l'usine, ça me fait l'impression de rentrer dans un camp. C'est les grilles, c'est une contrainte. On se trouve un peu emprisonnés. Et puis ce qui nous fatigue le plus c'est la ventilation. Le bruit du vent que produit la machine... Quand vous avez une panne de courant, que les ventilateurs disjonctent, vous avez, un certain temps... vous êtes déséquilibré par le manque de bruit! On est, deux trois secondes, qu'on est perdu!" L'homme regarde la caméra, revit la scène. Les deux hommes qui sont aussi dans le cadre ne réagissent pas, ni pour infirmer, ni pour confirmer, tant ce qu'il dit leur paraît évident. La rumeur qui occupe le fond de la bande-son explose au plan suivant qui montre une chaîne de bouteilles.
+
Scène des temps modernes de Chaplin. Charlot à la chaîne se dispute avec son collègue, rapide bagarre qu'ils doivnet écourter pour tenir la cadence des boulonnages. Une voix : "atelier Vingt, encore plus vite", un homme devant un tableau de bord exécute la commande. Charlot laisse un autre ouvrier le relever mais il continue son geste de boulonnage dans le vide. Il passe à la pointeuse, raccord avec le même geste par un ouvrier dans une image d'archive : la fiction burlesque s'appuie sur la réalité. Intertitre : "1970 - actualités télévisées, l'homme et l'usine". Un homme avance dans les locaux de l'usine, commentaire : "les conditions de travail, qu'est-ce que c'est ? Ce sont les rythmes, les cadences, mais aussi les gestes toujours les mêmes." Allusion à une rencontre de chefs d'entreprise qui se tient à Marseille. La pénombre des locaux est traversée par une lueur rougeoyante qui rappelle les brasiers des haut-fourneaux. Filmé en gros plan, un homme parle. Quand la caméra le desserre, on voit qu'il est à la pause repas, avec d'autres ouvriers : "Quand je rentre dans l'usine, ça me fait l'impression de rentrer dans un camp. C'est les grilles, c'est une contrainte. On se trouve un peu emprisonnés. Et puis ce qui nous fatigue le plus c'est la ventilation. Le bruit du vent que produit la machine... Quand vous avez une panne de courant, que les ventilateurs disjonctent, vous avez, un certain temps... vous êtes déséquilibré par le manque de bruit! On est, deux trois secondes, qu'on est perdu!" L'homme regarde la caméra, revit la scène. Les deux hommes qui sont aussi dans le cadre ne réagissent pas, ni pour infirmer, ni pour confirmer, tant ce qu'il dit leur paraît évident. La rumeur qui occupe le fond de la bande-son explose au plan suivant qui montre une chaîne de bouteilles. (04:13)
 +
 
 +
Séquence suivante, intertitre : "1968 - Chris Marker - A bientôt j'espère - Caméra 3".
 
}}
 
}}
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes
 
|Notes complémentaires={{HT_Notes

Revision as of 17:25, 22 June 2022

 

Des ouvriers


Pour voir ce film dans son intégralité veuillez vous connecter.

Title Des ouvriers
Series Rue des Archives
Year of production 1981
Country of production France
Director(s) Claude Massot
Scientific advisor(s) Benigno Cacérès
Duration 67 minutes
Format Parlant - Couleur - U-Matic
Original language(s) French
Production companies INA
Archive holder(s) INA
Warning: this record has not been reviewed yet and may be incomplete or inaccurate.

Main credits

(français)
F.R.3 et l'Institut National de l'Audiovisuel présentent / Rue des archives / Une émission proposée par Benigno Cacérés / réalisée par Claude Massot. Gén. fin : "avec la collaboration de la vidéothèque I.N.A. productions et actualités et de l'équipe vidéo I.N.A. / Nos remercions les réalisateurs, auteurs et interprètes des séquences utilisées. Prochaine émission : "les policiers".

Content

Theme

(français)
La condition des ouvriers en usine. Témoignages, documents d'archives puisés dans la production télévisuelle et la filmographie militante d'extrême gauche (même si la présentation ne parle que d'archives de la télévision).

Main genre

Documentaire

Synopsis

(français)
Selon la notice INA : "Le troisième documentaire de la dernière série de "Rue des archives" dont le principe est d'illustrer l'évolution à la télévision de six grandes catégories sociales à partir de documents d'archives de l'INA sur plus de vingt ans, s'intéresse à la classe ouvrière. Entrecoupées de multiples images d'ouvriers attelés à leurs machines dans une mine, une filature, une usine de câblage, d'automobile, de soufflage de verre ...le documentaire leur laisse la parole" (N° de notice : CPC81053025).

Context

(français)
L'émission est diffusée moins d'un mois après l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République. Son programme qui a pris la forme de "110 propositions" est inspiré par le programme commun élaborée au sein de l'alliance PCF et PS. La télévision est alors entièrement publique et comporte trois chaînes.

Cette édition de l'émission "Rue des archives" respecte son principe : rassembler des archives télévisuelles sur un sujet. Mais elle y ajoute des films militants tournés dans les usines dans le contexte des lutte sociales :

- A bientôt j'espère de Mario Marret et Chris Marker : ce film tourné dans les usines de la Rhodiaceta, à Besançon, dans le contexte des grèves menées par la CGT, fait le portrait de Io-Io, un chef syndicaliste. C'est aussi le lancement de l'aventure des Groupes Medvedkine qui produisent des films participatifs de lutte impliquant les ouvrières et ouvriers qui la mènent.

Structuring elements of the film

  • Reporting footage  : Yes.
  • Set footage  : No.
  • Archival footage  : Yes.
  • Animated sequences  : No.
  • Intertitles  : Yes.
  • Host  : No.
  • Voice-over  : Yes.
  • Interview  : No.
  • Music and sound effects : Yes.
  • Images featured in other films : Yes. A bientôt j'espère de Chris Marker et Mario Marret, SLON, 1968 ; Mémoires ouvrières de Dominique Dubosc, 1978.

How does the film direct the viewer’s attention?

(français)
En citant les extraits de films militants d'extrême gauche, l'émission adopte résolument le point de vue de la lutte ouvrière soutenue par le Parti Communiste et encadrée par le syndicat de la C.G.T. Il n'est pas anodin que cette émission soit diffusée en juin 1981, dans le cadre d'un remaniement des personnels de télévision publique.

How are health and medicine portrayed?

(français)

Broadcasting and reception

Where is the film screened?

(français)
Télévision française, 3e chaîne

Presentations and events associated with the film

(français)

Audience

(français)
Tout public

Local, national, or international audience

National

Description

(français)
Sur des vues d'archives de travail en usine (haut fourneaux, ateliers, trains d'usines), commentaire : "Le montage que vous allez voir essaie de rendre compte de la manière dont la télévision a présenté les ouvriers pendant ces vingt dernières années. Pour le réaliser, nous avons visionné pendant des jours et de jours le plus grand nombre d'émissions réalisées depuis 1959. Cette longue et patiente recherche a parfois été décevante. Comme le sable glisse entre les doigts des mains, il ne nous a pas été possible de retenir beaucoup d'images significatives dans l'actualité télévisée. Par contre, quand la télévision a laissé la parole au peuple, alors un visage, ou une expression, ou une simple phrase, expriment la vérité de la condition ouvrière. Un ouvrier n'est pas seulement celui qui travaille de ses mains, il est un homme dans sa totalité. Le temps qu'il passe à l'atelier, au chantier, au bureau, à l'usine n'est qu'une partie de sa vie. Un ouvrier a une famille, sa vie sociale, ses loisirs, et comme les autres hommes il essaie de participer à la culture. C'est cette totalité de la vie ouvrière que l'équipe qui a réalisé ce montage essaie de montrer en se servant de documents qu'elle n'a pas elle-même réalisés. Elle a conscience des manques de son regard : comment résumer à l'image la condition ouvrière en une heure? Notre but serait cependant atteint si ce montage conduisait les téléspectateurs à se poser des questions sur ce milieu des ouvriers, souvent ignoré".

"1er chapitre : une machine face à une machine"

Scène des temps modernes de Chaplin. Charlot à la chaîne se dispute avec son collègue, rapide bagarre qu'ils doivnet écourter pour tenir la cadence des boulonnages. Une voix : "atelier Vingt, encore plus vite", un homme devant un tableau de bord exécute la commande. Charlot laisse un autre ouvrier le relever mais il continue son geste de boulonnage dans le vide. Il passe à la pointeuse, raccord avec le même geste par un ouvrier dans une image d'archive : la fiction burlesque s'appuie sur la réalité. Intertitre : "1970 - actualités télévisées, l'homme et l'usine". Un homme avance dans les locaux de l'usine, commentaire : "les conditions de travail, qu'est-ce que c'est ? Ce sont les rythmes, les cadences, mais aussi les gestes toujours les mêmes." Allusion à une rencontre de chefs d'entreprise qui se tient à Marseille. La pénombre des locaux est traversée par une lueur rougeoyante qui rappelle les brasiers des haut-fourneaux. Filmé en gros plan, un homme parle. Quand la caméra le desserre, on voit qu'il est à la pause repas, avec d'autres ouvriers : "Quand je rentre dans l'usine, ça me fait l'impression de rentrer dans un camp. C'est les grilles, c'est une contrainte. On se trouve un peu emprisonnés. Et puis ce qui nous fatigue le plus c'est la ventilation. Le bruit du vent que produit la machine... Quand vous avez une panne de courant, que les ventilateurs disjonctent, vous avez, un certain temps... vous êtes déséquilibré par le manque de bruit! On est, deux trois secondes, qu'on est perdu!" L'homme regarde la caméra, revit la scène. Les deux hommes qui sont aussi dans le cadre ne réagissent pas, ni pour infirmer, ni pour confirmer, tant ce qu'il dit leur paraît évident. La rumeur qui occupe le fond de la bande-son explose au plan suivant qui montre une chaîne de bouteilles. (04:13)

Séquence suivante, intertitre : "1968 - Chris Marker - A bientôt j'espère - Caméra 3".

Supplementary notes

(français)

References and external documents

(français)


Contributors