Body Capital:23-25 February 2017/fr

De Medfilm
Aller à : navigation, rechercher
Banniere erc.png

Le soi sanitaire en tant que capital corporel : individus, sociétés de marché et politiques corporelles dans une Europe audiovisuelle au XXe siècle
Conférence internationale, Université de Strasbourg
Salle de conférence, MISHA, Allée du Général Rouvillois, Strasbourg.
Du 23 au 25 Février 2017

Connaissez-vous le nombre d’heures de sommeil paradoxal dont vous avez besoin pour travailler efficacement ? Scrutez-vous les étiquettes alimentaires pour vérifier que vous absorberez bien toutes les vitamines et tous les minéraux dont vous avez besoin ? Connaissez-vous quelqu’un qui utilise une montre connectée pour vérifier qu’il fait suffisamment d’exercice ? Il ne s’agit là que de quelques exemples de perceptions concernant la santé et de pratiques individuelles en Europe au XXe siècle. Ce siècle se caractérise par l'augmentation du nombre de produits et techniques pour le corps et sa santé. Le flot de documents audiovisuels qui a commencé à circuler d’un pays à l’autre dans cette période et l’avènement d’une société des médias en sont non seulement les témoins mais ils ont aussi contribué à ce phénomène et l’ont influencé. La santé du corps est devenue progressivement une nouvelle forme de capital (Bourdieu 1979) : une forme de capital symbolique qui peut être transformé en capital économique.

Le groupe de recherche financé par le European Research Council, « Capital corporel : Individus, sociétés de marché et politiques corporelles dans une Europe audiovisuelle au XXe siècle », dirigé par Christian Bonah (Université de Strasbourg) et Anja Laukötter (MPIHD, Berlin), se propose d’examiner ce concept de capital corporel et son histoire en mettant l’accent sur l’histoire des documents audiovisuels de masse (films, TV, Internet) ainsi que d’inédits (documents audiovisuels amateurs, familiaux et privés) au cours du XXe siècle en Europe et au-delà.

Ce projet de recherche prend comme point de départ la proposition selon laquelle les documents audiovisuels ne seront pas envisagés simplement comme un miroir ou comme l’expression de ce qu’ils observent ; ils seront considérés comme une force performative interactive et spécifique des sociétés de médias de masse. Nous considérons que ces documents sont essentiels et originaux, premièrement parce que leur distribution est extrêmement large, deuxièmement parce qu’ils transcendent les groupes professionnels et sociaux, troisièmement à cause de leur caractère utilitaire, et quatrièmement parce qu’ils font écho aux principes de l’économie de marché pour ce qui est de la promotion/communication. En cela, nous suggérons que les documents audiovisuels véhiculent des significations heuristiques et analytiques.

Notre objectif est de comprendre le rôle que les médias de masse audiovisuels modernes ont joué dans ce qui peut être décrit comme le passage d’un paradigme de santé publique biopolitique national au début du XIXe siècle à des formes de sociétés à la fin du XXe siècle où une vie meilleure et plus saine est de plus en plus définie par des forces et un fondamentalisme de marché. En cela, le XIXe siècle est caractérisé par des corps collectifs, une société de main d’œuvre et de travail et un intérêt des états à pouvoir mobiliser de grandes cohortes d’ouvriers, soldats et sujets coloniaux valides. La deuxième moitié du XXe siècle, elle, est caractérisée par des individus, un capital corporel inscrit dans une société de consommation, et des incitations de marché – menant à ce qu’on pourrait définir comme des corps « commodifiés ». Nous souhaitons étudier ces évolutions à travers le prisme des documents audiovisuels dans l’histoire de trois pays européens qui tiennent une place centrale dans la production économique et audiovisuelle, tout en se distinguant les uns des autres par leur culture audiovisuelle et leur degré d’adhésion aux politiques de marché néolibérales au cours du XXe siècle : la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. En outre, nous inclurons dans ces travaux les évolutions observées aux États-Unis, au Canada et en Russie/URSS ainsi que les influences exercées par ces pays comme références complémentaires et contrepoints à nos analyses. Dans ce cadre historique et géographique, le projet s’attache à quatre axes principaux en ce qui concerne l’intérêt pour la santé au XXe siècle : histoire des aliments/nutrition histoire du mouvement/exercice physique/sport histoire de la sexualité/reproduction/naissance histoire de la dépendance/addiction/surconsommation La conférence d’ouverture de ce groupe de recherche qui se tiendra à Strasbourg (23-25 février 2017) rassemblera des chercheurs spécialisés dans ces thèmes ainsi que dans les médias qui sont issus des champs de l’histoire, de l’histoire de la médecine, de l’étude des médias, des études cinématographiques et de l’histoire du cinéma. La conférence abordera et explorera le champ très large qui est au programme du groupe de recherche en suivant quatre axes distincts mais qui se recouvrent néanmoins partiellement :

1. Entre formations locales et espaces mondiaux

Cette session explorera les évolutions et les relations entre la formation, les activités et les objectifs d’organisations mondiales (de l’UNESCO à l’OMS) dans le déploiement et la diffusion de leurs objectifs par l’intermédiaire de documents audiovisuels. Elle s’attachera à la façon dont des institutions mondiales ont conceptualisé les questions de santé pour en faire des questions globales ainsi qu'au rôle que les documents audiovisuels ont joué dans ce processus. Elle étudiera en outre des configurations formées localement (comme le mouvement du film amateur) et la façon dont ces groupes ont utilisé le matériau audiovisuel pour exprimer une nouvelle compréhension individuelle et collective de la santé.

2. Entre Médecine, Sciences et Marchés

Cette session explorera les liens et les relations, dans l’histoire de la médecine, entre différents domaines scientifiques (de la psychiatrie et la psychologie à la neurobiologie et la chimie) et différents acteurs industriels (comme les entreprises pharmaceutiques). Elle étudiera non seulement comment ces acteurs de premier plan ont construit et travaillé sur le consommateur avec et au sein des documents audiovisuels mais elle montrera également comment les intérêts (économiques) se chevauchent d’un champ et d’un pays à l’autre au cours du XXe siècle.

3. Entre réglementation étatique et subjectivation

La troisième session mettra l’accent sur le rôle des médias audiovisuels dans deux fonctionnements différents et leurs interactions éventuelles. Pour étudier les efforts et les pratiques réglementaires des états, on envisagera comment différents systèmes de santé européens ont élaboré leurs tentatives d’imposer/d’apprendre à leurs citoyens à vivre sainement, et le rôle des intérêts économiques dans ce domaine. En outre, en se concentrant sur des points de vue individuels, cette session étudiera non seulement comment des individus ont réagi à ces efforts étatiques mais également comment ils sont devenus acteurs de leur santé. Ainsi cette session s'intéressera aux conduites d’internalisation de pratiques de la santé qui ont été décrites à travers des concepts tels que le « soi préventif » (Lengwiler/Madarász 2010).

4. Entre Collectivisation et Différenciation

La quatrième session explorera le rôle joué par les documents audiovisuels dans l’apparition de nouveaux phénomènes au sein des pays européens et des États-Unis, phénomènes décrits comme différentes formes de collectivisation et de différenciation. D’un côté, on observe des groupes aux allures variées formés sur la base d’une question sanitaire comme les groupes d’entraide (exemples : militants de la lutte contre le SIDA, Alcooliques Anonymes ou groupe de soutien aux personnes obèses) qui ont pour but de promouvoir de nouveaux comportements et de nouvelles pratiques sanitaires. D’un autre côté, on trouve des individus organisés en divers groupes liés à des activités distinctes (comme l’aérobic ou le mouvement végétalien) qui veulent promouvoir non seulement une nouvelle vie saine mais qui fonctionnent aussi comme un nouveau marqueur de différence sociale et de frontière entre les classes sociales.
Pour plus d'informations : tkoenig@unistra.fr



Programme
Vous pouvez écouter les interventions en cliquant sur les titres principaux.
Jeudi 23 février
13:00-13:30 Accueil et introduction générale
Christian Bonah & Anja Laukötter (Université de Strasbourg & MPIHD Berlin)
13:30-14:30 Keynote lecture
De l’histoire coloniale à l’histoire mondiale : savoir, maladies et gouvernement des corps
Jean-Paul Gaudillière (Cermes 3, Paris INSERM)

Session 1 - Pratiques globales et réalités locales

14:30-14:40 Introduction
Christian Bonah (Université de Strasbourg)
14:40-15:20 Virus Zika, santé numérique mondiale et technologies de visualisation des données
Kirsten Ostherr (Rice University, USA)

Pause café

15:40-16:20 Droits de l’homme et capital humain : The World is Rich de l’Unesco (1947)
Zoe Druick (Simon Fraser University, Canada)
16:20-17:00 Children in need: amateurisme, authenticité et la BBC
Karen Lury (University of Glasgow)
17:00-17:15 Commentaire
Yvonne Zimmermann (Universität Marburg)
18:00 Film projection au cinéma Odyssée
Modeler, cultiver son corps : le regard Dim Dam Dom
Joël Danet, avec la collaboration de l’INA (Université de Strasbourg)

20:00 Dîner

Vendredi 24 février
9:00-10:00 Keynote
Pilules à but lucratif et gouvernance pharmaceutique du corps
Jakob Tanner (Universität Zürich)

Session 2 - Message sanitaire audiovisuel : Des patients aux consommateurs de santé

10:00-10:10 Introduction
Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)
10:10-10:50 « Qu’est-ce que l’entreprise a à y gagner ? » Faire accepter des pratiques de santé et sécurité en Grande-Bretagne, 1916-1950 env.
Mike Esbester (University of Portsmouth)

Pause café

11:10-11:50 « Nous avons un contrat avec l’humanité. » Culture d'entreprise, communication et conflit dans les industries de la santé
Vinzenz Hediger (Goethe-Universität Frankfurt)
11:50-12:30 Scénariser, jouer et rencontrer la médecine et la santé à la télévision britannique de l’après-guerre
Timothy Boon (Science Museum London)
12:30-12:45 Commentaire
Scott Curtis (Northwestern University, USA)

Déjeuner

13:30-14:30 Keynote
Les aspects utopiques et prosaïques de la prévention sanitaire : Politiques, propagande et pratiques
Martin Lengwiler (Universität Basel)

Session 3 - Éducation, influence et internalisation

14:30-14:40 Introduction
Anja Laukötter (MPIHD, Berlin)
14:40-15:20 Santé publique et le tournant des médias de masse au Royaume-Uni à partir des années 1950
Virginia Berridge (London School of Hygiene and Tropical Medicine, University of London)

Pause café

15:40-16:20 La Mesure de la subjectivation. Comment sont reçus les programmes d’éducation sanitaire et l’épineux problème de l’évaluation
Luc Berlivet (CNRS, Paris)
16:20-17:00 Images pour l’auto-apprentissage et désir – Le matériau visuel et le développement du marché des sports participatifs aux USA de 1890 aux années 1930
Olaf Stieglitz (Universität zu Köln)
17:00-17:15 Commentaire
David Cantor (National Institute of Health, Bethesda)
17:30 Projection
Intériorisation et individuation du mouvement : vers le capital corporel
Joël Danet (Université de Strasbourg)
Samedi 25 février
9:00-10:00 Keynote
Configurations of Collective Distinctions
Otniel E. Dror (The Hebrew University of Jerusalem)

Session 4 - Mouvements et corps nouveaux dans différentes formes de média

10:00-10:10 Introduction
Anne Masseran & Philippe Chavot (Université de Strasbourg/Lorraine)
10:10-10:50 Comptez vos calories ! La taille du corps comme marqueur visuel du soi dans l’Amérique du début du XXe siècle
Nina Mackert (Universität Erfurt)

Pause café

11:10-11:50 Cinema Is I Fly: J. J. Gibson et les films-tests du programme de psychologie pour l’aviation
Oliver Gaycken (University of Maryland)
11:50-12:30 VALIE EXPORT — représentations et espaces de liberté
Sophie Delpeux (Université Sorbonne Paris I)
12:30-12:45 Commentaire
Lutz Sauerteig (Durham University)
12:45-13:45 Table ronde
Ursula von Keitz & Paul-André Rosental (ilmuniversität Babelsberg Konrad Wolf, Berlin & Sciences Po, Paris)

13:45-14:00 Remarques finales et conclusion